Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 18
Nom de l'œuvre : Recueil d'OS Harry Potter Nom du chapitre : Tu n'étais qu'une simple chouette
Écrit par Whitewolf Chapitre publié le : 8/1/2008 à 14:16
Œuvre lue 24132 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Résumé : Ce très court OS est un éloge à Hedwige, pauvre animal qui n'avait rien demandé et qui a trouve la mort (ignominieuse selon moi) sous la plume de JKR. N'oublions jamais cette chouette, courageuse et fidèle.
J'avais déjà pensé depuis un certain temps à écrire cete fanfiction, mais aujourd'hui, j'ai eu une crise d'inspi, provoquée par évènement bien malheureux. Mon chat avait 15 ans et demi quand il est mort ce matin. Paix à son âme, et à toutes celles de nos animaux qui s'en vont, emportant avec eux tout un pan de nos vies.
L'histoire est très courte, j'espère néanmoins que j'aurais réussi à faire passer un peu d'émotion dans ce texte. Enjoy reading


________________________________________________________________________________________________

Harry Potter était assis devant un bureau, une plume à la main et un parchemin devant lui... Une petite boule de plume somnolait sur le dossier de la chaise. Le Survivant avait tant à dire, mais ne savait par où commencer... Tout son esprit était tourné vers ses souvenirs, et la tristesse se lisait sur son visage. Finalement, il se décida à tremper la plume dans l´encrier, et commença à gratter sur le papier.

« Tu n´étais qu´une simple chouette. Pendant des années tu as parcouru le monde pour moi, bravant les éléments. Ton plumage si blanc forçait l´admiration, mais je crois que plus encore c´est ton intelligence qui te différenciait. Tu savais ce dont j´avais besoin, tu devinais mes désirs et portait des courriers même sans adresse.

Tu n´étais qu´une simple chouette, volatile capricieux doté d´un sale caractère. Tu as su me faire payer mes sautes d´humeur envers toi. Mais tu ne m´as jamais quitté. Tu devais sûrement aspirer à une vie plus tranquille. Je me demande parfois à quoi rêvent les chouettes. Un nid dans une vieille grange abandonnée, au beau milieu d´un bois sombre oublié des hommes. Toutes les nuits sortir sous la Lune, les ailes battant dans le silence et le noir, telle un fantàme ou un ange de la mort, fondant sur sa proie inconsciente de son trépas prochain. Peut-être était-ce à cela que tu rêvais quand tu reposais dans cette cage si étroite.

Tu n´étais qu´une simple chouette. Je m´en veux. Tu aurais du avoir un maître moins dangereux, une personne normale qui aurait possédé une maison à la campagne, où chaque nuit aurait été la tienne. Tu n´aurais pas du être obligée de vivre tout cela, les menaces, les agressions. Le malheur m´entoure et si j´avais su, j´aurais préféré peut-être que Hagrid s´abstienne de me faire un tel cadeau pour mon anniversaire. Et pourtant... Je repense à tous ces moments passés tous les deux. Ces soirs d´été où tu étais ma seule confidente. La seule personne à qui je pouvais parler librement dans cette maison tant honnie par moi.

Tu n´étais qu´une simple chouette. Tu symbolisais cependant mon entrée dans le monde des sorciers. Tu étais mon repère et tu représentais mon sentiment d´appartenance à ce monde qui me promettait tant. Tu as disparu alors que nombre de ces promesses n´étaient pas tenues. J´aurais connu la douleur et la mort, la trahison et la perte de gens que j´aimais. Mais j´aurais aussi connu l´espoir, cet espoir que tu apportais sur tes ailes, à chaque fois que je guettais ton retour. J´aurais connu pareillement l´affection et la douceur, quand tu te frottais contre moi et que tu me mordillais gentiment.

Tu n´étais qu´une simple chouette, et bien plus cependant. Tu étais mon amie.

Adieu Hedwige »

Il relut rapidement sa lettre et s´essuya les yeux rapidement, mais ne put empêcher une goutte de tomber sur le papier, juste en dessous de ses derniers mots. Il enroula et scella la lettre et se tourna vers Coquecigrue. « Eh ! Réveille-toi, chuchota-t-il, j´ai un travail pour toi » Le petit hibou hulula faiblement. « Je pense que tu sauras mieux que moi où porter cette lettre... Elle me manque tu sais. » Coq le regarda un petit moment d´un air qui semblait presque compatissant, puis s´en fut par la fenêtre, dans la nuit, porteur de l´ultime message de Harry envers son amie.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 | Retour | Haut de page ]