Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 8
Nom de l'œuvre : Amor (Recueil de one-shot) Nom du chapitre : Encounter, comment nous nous sommes retrouvés
Écrit par Orube Chapitre publié le : 10/11/2011 à 17:17
Œuvre lue 10844 fois Dernière édition le : 10/11/2011 à 17:17
[ Retour - Bas de page ]
<





Encounter, comment nous nous sommes retrouvés






Centre pokémon d’Ecorcia, Johto. Devant la télévision, un garçon concentré ne perdait pas une miette du match qui était en train de se dérouler à des kilomètres de là, lors de la ligue pokémon.

« Allez… Allez… Allez !!

-Tu pourrais te taire, oui ?! s’énerva son voisin qui le supportait en silence depuis le début de la rencontre.

-Ah ? »

Il regarda autour de lui : tous les autres téléspectateurs le fixaient d’un mauvais œil. Il s’excusa et se rassit, se forçant à garder ses encouragements pour lui.

Aurore observait cette scène avec un sourire en coin. Elle tourna la tête vers la fenêtre, mais rien à faire, il pleuvait toujours aussi fort. Dépitée de ne pas pouvoir se rendre dans le Bois aux Chênes le jour-même, elle résolut de se joindre aux autres pour regarder le combat télévisé, qui était apparemment passionnant.

Sur l’écran se disputait le titre de champion deux dresseurs à l’extrême opposée l’un de l’autre. Le premier était un homme imposant, qui avait l’air au moins aussi fort que son pokémon, Steelix. La seconde, une jeune fille de l’âge d’Aurore, toute habillée en rouge et un bandana sur la tête, ressemblait à tout sauf à une combattante. Pourtant, derrière cette apparence frêle devant se dissimuler un caractère inflexible, sans lequel elle n’aurait pas pu atteindre la finale de la Ligue.

De fait, c’est le petit Charmina qui vint à bout de l’immense Steelix.

En face, l’opposant rappela son pokémon pour envoyer Armaldo à l’attaque. Ce dernier ne fit qu’une bouchée de Charmina, déjà épuisé par le combat qu’il venait de mener.

La jeune fille fit alors appel à son dernier pokémon, Gardevoir.

Le face à face qui suivit fut l’un des plus impressionnant qu’il fut donné à Aurore de voir. Bien que les attaques psychiques de Gardevoir n’aient que peu de prise sur un pokémon insecte comme Armaldo, force était de constater que celle-ci se défendait au moins aussi bien que lui, sinon mieux.

A ce niveau, ce n’était non plus la force mais la stratégie qui comptait.

La stratégie d’Armaldo fut la meilleure. Il utilisa, au moment où Gardevoir s’y attendait le moins, une attaque Coud’boue qui désarçonna son adversaire, lui lançant le temps d’enchaîner plusieurs attaques Taillade d’une efficacité redoutable. Gardevoir, incapable de s’échapper à temps, fut vaincu.

Plusieurs personnes dans le centre applaudirent. Aurore jeta un œil au garçon qui gênait les autres à son arrivée : il avait l’air hébété, comme abattu par la victoire de l’homme. Tandis que tout le monde s’en allait petit à petit, elle s’approcha de lui et lui demanda :

« Tu es déçu ? »

Etonné que quelqu’un vienne lui parler, il leva les yeux vers Aurore et dit :

« Oui… C’était une amie à moi qui participait. C’était bien parti, pourtant, j’étais sûr qu’elle allait gagner…

-Dommage pour elle que tu n’aies pas pu aller la soutenir sur place. »

Il eut un instant d’hésitation, avant de répondre :

« Oui, c’est dommage. »

Elle s’assit à ses côtés et continua :

« Comment tu t’appelles ?

-Ruby. Et toi ?

-Aurore. Tu viens d’où ?

-D’Hoenn.

-Ça fait un sacré bout de chemin, d’ici ! s’étonna Aurore. Qu’est-ce que tu es venu faire pour prendre la peine de faire autant de route ?

-Mon père est scientifique, il m’a chargé de venir me renseigner auprès d’un homme nommé Fargas, qui fabrique des pokéball traditionnelles. C’est une célébrité dans ce village, pas vrai ?

-Je ne sais pas, avoua Aurore. Je ne suis même pas de la région. Je viens de Sinnoh.

-Hein ? fit Ruby, avant d’éclater de rire. Et toi qui disais que je venais de loin ! »

Il prit le temps de se calmer, puis demanda :

« Chacun son tour : qu’est-ce que tu fabriques dans le coin ?

-Je vais dans le Bois aux Chênes. On m’a parlé de l’Autel de ce Bois, et je voudrais le voir par moi-même.

-L’Autel du Bois aux Chênes ? répéta Ruby. C’est vrai que ça me dit quelque chose. Je me demande si mon père ne m’en a pas déjà parlé. »

Il y eut un petit cri joyeux à deux pas d’eux, et Pachirisu sauta sur la tête de sa dresseuse.

« Tchii !

-Tu vas mieux, Pachirisu ? se réjouit Aurore.

-Il en a l’air, en tout cas, commenta Ruby. Ça fait longtemps que tu l’as ?

-Très longtemps. On peut dire que c’est le pokémon qui m’est le plus cher.

-Pachi ? »

Pachirisu tira sur le bonnet d’Aurore pour attirer son attention et lui indiqua la fenêtre.

« Il ne pleut plus ! s’exclama-t-elle avec bonheur. Allons-y tout de suite, alors ! »

Elle se tourna vers Ruby et lui tendit la main pour le saluer, mais il dit :

« Est-ce que ça te gêne, si je t’accompagne ? J’aimerais bien voir cet Autel, moi aussi. Autant y aller ensemble. »

Aurore fut d’abord un peu réticente, mais finalement, elle accepta. Après tout, elle connaissait à peine ce garçon, peu lui importait ce qu’il pourrait penser d’elle.

« On y va. »






L’Autel était situé au cœur du bois, et n’attirait que rarement les touristes. Il avait été construit en l’honneur du protecteur de la forêt, Célébi.

Aurore sentit un frisson la parcourir en arrivant devant. Ruby, lui, le détailla longuement, avant de lâcher :

« Il n’a rien de particulier… »

Il avait l’air déçu, mais c’était la dernière chose dont Aurore se préoccupait. Sans plus faire attention au garçon qui l’accompagnait, elle s’avança vers l’Autel et se laissant tomber à genoux. Elle joignit ses mains, et sous les yeux ébahis de Ruby, se mit à prier.

« S’il te plait, Célébi, si tu m’entends, aide-moi… Tu es le seul qui puisse m’aider… » pensa Aurore, plus fort qu’elle ne l’avait jamais fait. Chaque mot était imprégné de toute l’émotion dont elle était capable. Obtenir une réponse, même un simple signe était pour elle d’une importance vitale.

Elle attendit plusieurs secondes, les yeux rivés vers l’Autel, sans bouger. Mais comme il ne se passait rien, elle se releva et tourna vers Ruby.

« Voilà, j’ai fini », dit-elle, gênée.

Ruby était sur le point de faire une réflexion quand une aveuglante lumière verte apparut. Les deux jeunes dresseurs fermèrent les yeux par réflexe et ne purent qu’entendre le cri d’un pokémon qui leur était inconnu.






Aurore rouvrit les yeux quelques secondes plus tard. Elle ne se trouvait plus dans le Bois aux Chênes. Elle mit longtemps à reconnaître l’endroit où elle était. Elle n’y avait mis les pieds qu’une fois, et cela faisait déjà tellement longtemps…

« Aïe. Qu’est-ce qui s’est passé ? »

Elle se retourna brusquement, surprise.

Ruby était toujours avec elle.

« Où est-ce qu’on est ? s’écria-t-il.

-Au sommet du Mont-Couronné, répondit-elle calmement.

-Qu’est-ce qu’on fait ici ? »

Aurore le fit taire d’un geste. Au loin, elle entendait les voix encore faibles, mais qui s’approchaient.

« Tu vas vite le comprendre. »

Elle l’attrapa par le bras et l’entraîna à l’écart, derrière un des nombreux piliers des Colonnes Lance.

Hélio ne tarda pas à arriver.

« Comme il y a un an, songea Aurore. C’est exactement la même chose. Est-ce que Célébi… ? »

Elle arrêta là sa réflexion. Hélio sortit la chaîne rouge qu’elle se souvenait avoir vue.

Il fallait qu’elle la lui prenne. Maintenant !

Mais à peine eut-elle le temps de formuler cette pensée qu’elle aperçut, aux prises avec des sbires, Enzo, tel qu’elle l’avait vu pour la dernière fois, un an plus tôt. Cette seconde d’inattention lui coûta de pouvoir sortir de sa cachette en toute liberté : en effet, dès qu’elle se raisonna pour se concentrer sur ce qui importait à présent, son « moi » d’un an plus jeune apparut en compagnie de Louka. Si elle pouvait les voir, eux le pouvaient aussi, il était donc hors de question qu’elle sorte.

Lui pouvait.

« Ruby ! Cours et prends-lui cette chaîne !

-Hein ?! Pourquoi faire ?

-Vite !

-Pourquoi tu n’y vas pas, toi ?!

-Je ne peux pas ! Ruby ! »

Il était déjà trop tard. Aurore ne se souvenait pas que les choses fussent allées si vite, mais déjà, elle sentait le souffle provoqué par l’apparition des deux pokémon légendaires, et voyaient à l’horizon se profiler les silhouettes des champions venus à la rescousse.

« Ruby, ça va devenir dangereux ! Est-ce qu’un de tes pokémon peut nous aider à fuir ? »

Ruby sortit une pokéball et Heledelle apparut.

« Elle est trop petite pour pouvoir nous porter tous les deux, constata Aurore avec dépit. Tant pis. Dépêche-toi de te mettre à l’abri.

-Et toi ? s’enquit-il.

-Ne t’en fais pas, je me débrouillerai. Vas-y maintenant ! »

A contrecœur, il obéit et Heledelle s’éloigna.

Aurore vit Cynthia lui ordonner de quitter les lieux, comme elle venait de le faire pour Ruby. Elle aussi, comme Enzo, avait disparu lors de cette bataille. Est-ce que maintenant, c’était son tour ? Peut-être s’était-elle lancée dans une entreprise trop dangereuse pour elle. Amère, elle songea qu’avoir entraîné Ruby dans le passé, même si ce n’était pas intentionnel, n’aurait servi à rien.

« Aurore ?! cria Cynthia. Tu n’es… ? »

De loin, elle ne pouvait la voir nettement, mais Aurore devina tout de suite ce qui interpelait la jeune femme : ses vêtements n’étaient pas les mêmes. Ceux qu’elle portait dans le passé étaient de surcroît recouvert d’un manteau rouge, alors qu’actuellement elle ne portait qu’une veste noire légère. Hors, Cynthia ne doutait pas un seul instant qu’Aurore avait autre chose à faire pendant une bataille que de se changer.

Les champions se jetèrent sur Dialga et Palkia, avec le fol espoir de pouvoir les retenir. Tous leurs pokémon se joignirent à l’effort.

Au loin, presque hors de vue, Enzo disparaissait.

Il ne tarda pas à arriver la même chose aux opposants des titans. Petit à petit, ils se faisaient moins nombreux, plus faibles.

Aurore contempla pour la deuxième fois de sa vie ce qui dans son esprit était resté l’apocalypse, l’évènement qui l’avait marqué à vie, qui l’avait blessée au point qu’elle était presque heureuse aujourd’hui de savoir qu’elle aussi, allait mourir ici.

Soudain, elle vit la chaîne rouge laissée par Hélio, gisant au sol.

Plus par réflexe que par raison, elle se pencha pour s’en emparer. En relevant la tête, elle eut juste le temps de voir une explosion de lumière, de se sentir happée par une force dont elle ignorait l’origine, et d’entendre, à nouveau, ce cri :

« Biii… »






C’était comme dans un rêve. Il n’y avait plus rien autour d’elle qu’une lumière blanche. Tout à coup, Aurore sentit quelque chose bouger autour d’elle. Elle regarda partout où elle pouvait, mais rien. Ce faisant elle réalisa que ses pieds semblaient flotter dans le vide, comme si elle se trouvait au milieu de rien, seule.

« Bii ! »

La frêle silhouette d’un pokémon se matérialisa devant elle. Tel un petit elfe, il était vert, ailé, avait de grands yeux bleus encerclés de noir. Elle ne l’avait jamais vu, mais elle savait qui il était.

Célébi, le Protecteur du Bois aux Chênes, aussi connu sous le nom de Voyageur du Temps.

Aurore lui sourit en signe de gratitude. Même si elle n’avait pas été à la hauteur, Célébi avait quand même accédé à son souhait. Elle tendit la main vers lui. En réponse, le petit pokémon leva son bras et effleura de ses doigts la main d’Aurore.

Tout disparut.






« …veille-toi ! Aurore ! »

La jeune fille ouvrit les yeux. Au dessus d’elle, elle reconnut le visage de Ruby.

« Tu n’as rien ? lui demanda-t-il.

-Non… Pourquoi ?

-Tu n’as pas vu ?! Si je n’étais pas resté, tu aurais reçu l’attaque de ces géants de plein fouet. Qu’est-ce que c’était ? Tu as vu ces gens, qui disparaissaient ? Pourquoi tout s’est arrêté d’un coup ? »

Aurore sentit quelque chose dans sa main. Elle serra le poing, et rencontra la résistance du métal.

En une seconde, tout devint clair dans son esprit.

Elle ignora Ruby et se releva tant bien que mal. Comme l’avait fait Hélio quelques instants plus tôt, elle tint la chaîne rouge à deux mains et la leva au dessus de sa tête.

Ils étaient toujours aux Colonnes Lance, mais le calme était revenu. En son for intérieur, Aurore sentait que Célébi les avait ramenés dans le présent, à l’endroit même où il leur avait permis d’échapper à la mort.

A présent, Aurore allait réparer ce présent imparfait qu’Hélio avait créé, de la même façon que ce dernier. Elle n’eut aucun moment d’hésitation, même si ses souvenirs lui rappelaient cruellement que comme Hélio, elle serait peut-être engloutie par la puissance de Dialga et Palkia. Elle tenait debout grâce au sentiment de puissance de ceux qui n’ont plus rien à perdre.

« Ruby ! »

Elle tourna la tête vers lui sans changer de position.

« Si jamais j’y passe, je te remercie de m’avoir sauvé la vie, tout à l’heure. Je suis contente de t’avoir rencontré, et désolée de t’avoir entraîné dans tout ça. Ce n’était pas ce que je voulais. »

Le jeune homme ne répondit rien et hocha simplement la tête, les yeux rivés loin devant Aurore, là où les deux pokémon légendaires faisaient de nouveau leur apparition. Elle implora, aussi fort que sa voix en était capable :

« S’il vous plaît, rendez-les nous… Ceux qu’Hélio a pris, rendez-les nous… »

Elle eut à peine le temps de distinguer les silhouettes de Dialga et Palkia.

La chaîne rouge se brisa en un bruit sec.

Les pokémon disparurent aussi vite qu’ils étaient apparus.

Aurore fixa l’endroit où ils se tenaient une seconde plus tôt, puis contempla les deux morceaux de chaîne, dans ses mains.

Un cri de protestation s’éleva dans tout son corps, mais ses lèvres demeurèrent closes.

Choquée, elle tourna les talons et croisa le regard de Ruby. Il vint à sa hauteur, la pris par les épaules et la mena vers l’escalier qui rejoignait l’entrée du tunnel pour entamer la descente du Mont Couronné.






Centre pokémon de Charbourg, Sinnoh. L’infirmière Joëlle s’activait autour d’Aurore pour désinfecter les nombreuses plaies que la jeune fille ne se rappelait même pas avoir senties avant. Depuis son retour des Colonnes Lance, elle n’avait pas prononcé un mot. Elle avait l’impression que quelque chose en elle, comme la chaîne, s’était cassé, irrémédiablement.

« Comment vous êtes vous fait tout ça ? » s’étonna l’infirmière.

Ce n’était pas la première fois qu’elle posait une question qui resterait sans réponse. Malgré tout, elle continuait d’essayer, car c’était là tout ce qu’elle pouvait faire.

La porte s’ouvrit brusquement, claquant contre le mur. Ruby apparut dans l’encadrement et cria sans se soucier du regard réprobateur de l’infirmière sur lui :

« Aurore, vite, viens voir la télévision ! »

Il attrape sa main pour ne pas lui laisser le choix. Docile, elle se laisse faire et le suit. Elle se fiche bien d’être assise ou debout, d’être au calme dans une chambre ou au milieu de tous les dresseurs dans la salle principale du centre pokémon.

Autour de la télévision se sont rassemblés tous les dresseurs, pokémon et personnel du centre.

Sur l’écran, la journaliste parle vite, répète sans cesse la même chose.

« Personne ne comprend exactement ce qui s’est passé ici, à Célestia, néanmoins des médecins sont sur place pour examiner tous ceux qui se trouvaient aux ruines ce matin. Selon nos informations actuelles, tous vont bien, certains sont néanmoins sous le choc, souffrent de difficulté à se situer… »

Aurore cesse d’écouter. Cette femme l’ennuie. Pourquoi Ruby l’a-t-il amenée avec tant de précipitation ?

« Aurore, regarde cette fille ! Ils disent qu’elle est le maître du Conseil des Quatre ! C’est bien elle qu’on a vu, sur le Mont Couronné, pas vrai ? »

Elle porte un minimum d’attention à la question de Ruby, et regarde, derrière la journaliste, une femme toute habillée en noir, à la longue chevelure blonde. L’image n’est pas très bonne, mais Aurore n’en a pas besoin pour reconnaître Cynthia.






<
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 | Retour | Haut de page ]