Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 1
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : Il était une fois (partie 1)
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 02:52
Œuvre lue 34815 fois Dernière édition le : 30/3/2009 à 03:00
[ Retour - Bas de page ]
Qui que tu aimes, a quelque force que ce soit,
Ne cède jamais a ce doux sentiment
Ou toi et l'élu de ton coeur souffrirez
Jusqu'a connaître le repos éternel...

Vendredi 21 mars 2008, 16h10

??? : Eh bien, le temps passe vite !

La sonnerie marquant la fin des cours venait de sonner. Tous les élèves se levèrent.

??? : Une seconde, mes chers élèves. Je dois vous annoncer a présent que, pour vos vacances de Pâques, vous aurez a me rendre un devoir libre, sur le thème des anciens contes et légendes. Trois pages minimum, dix au maximum, mais sachez que ceux qui sauront prouver qu'ils n'ont pas été copier leurs infos d'Internet seront avantagés par rapport aux autres. Je vous veux tous après-demain au terrain vague, je jetterai un oeil aux devoirs déjà entamés. Allez-y, maintenant, et bonnes vacances.

Tous les élèves sortirent, au compte-gouttes.

??? : Rah, quel ennui, ce devoir !
??? : Je te le fais pas dire, Leo. Franchement, je m'en serais bien passé, de ce boulot.
Leo : Tu m'étonnes, vieux. Avec tout le boulot que tu as derrière toi en plus...
??? : La faute a qui, si j'en ai ?
Leo : Pas à moi, pour sûr.
??? : Et qui a eu l'idée lumineuse d'aller faire une blague au prof de maths pour le dernier jour avant les vacances, avant de me supplier de t'accompagner, puis de t'enfuir en me laissant seul responsable de ton acte ?
Leo : Euh... Je dois filer ! A plus, Kain !

Et Leo s'enfuit, en courant, laissant son ami Kain en plan.

Kain : Génial. Non seulement il me laisse en plan, mais en plus, il ne me laisse pas le temps de discuter du devoir... Mais sur quoi vais-je pouvoir bosser, moi ? Enfin bref...

Kain se mit en route a son tour, étant l'un des derniers à sortir de la classe. Brun, les cheveux mi-longs, une discrète paire de lunettes sur le nez, Kain était loin de l'archétype du beau gosse. On aurait même pu plus facilement le classer dans la catégorie des personnes que l'on croise, puis que l'on oublie. Sa seule originalité venait de son origine, étant donné qu'il s'agissait d'un élève anglais, transféré pour diverses raisons, la principale étant la promotion de sa mère. Néanmoins, Kain ne cherchant guère à se faire remarquer, rares étaient les personnes qui ont regretté son départ, aussi il put partir assez sereinement et commencer une nouvelle vie, dans un nouveau pays.

Une fois arrivé, il ne rentra pas tout de suite à l'école, ses connaissances de la langue française étant à l'époque proches du néant. Il n'eut d'autre choix que d'apprendre rapidement et sur le vif les rudiments de la langue, qu'il ne parvint a parler courrament que trois mois après sa venue. C'est après qu'il put enfin arriver dans sa nouvelle école, aux alentours du mois de novembre. A sa grande surprise, Kain se lia rapidement avec Leo, un camarade de classe dont l'air rieur et en permanence souriant cachant des douleurs parfois trop lourdes a endurer. Mais Leo avait trouvé en Kain un confident, grâce a qui il put extérioriser et partager ses souffrances, et tous deux devinrent vite inséparables, malgré le fait que Leo entrainait souvent Kain dans des projets parfois farfelus, et dont les conséquences retombaient la plupart du temps sur le moins impliqué des deux.

Leo : Kain, tu te dépèches ?
Kain : Tiens, je croyais que tu devais filer...
Leo : Faut qu'on discute de tes devoirs avant. Je vais pas te laisser les faire seul alors que je suis en partie responsable, aussi !
Kain : Jolie manière de te donner bonne conscience. J'applaudis.

Kain joignit le geste a la parole. Pour toute réponse, Leo le salua, de la même manière qu'un acteur saluerait la foule.

Kain : Enfin bref, le boulot de maths m'a semblé être assez simple pour que je puisse le faire seul. C'est l'autre qui risque de me poser problème.
Leo : Celui qu'on vient d'avoir ?
Kain : Bingo. On a deux semaines pour pondre trois a dix pages sur l'une ou l'autre légende, et je me doute que cela ne plaira pas au prof que l'on prenne les légendes les plus connues.
Leo : Suffit de trouver une légende peu connue sur le Net, de se renseigner dessus un maximum, puis de pondre un texte bien chiadé sur le sujet, cela devrait suffire.
Kain : Du moment qu'on arrive a extrapoler suffisamment pour que le prof ne capte pas que cela vient du Net...
??? : J'ai dit que vous ne deviez pas copier vos infos du Net, pas que vous ne pouviez pas l'utiliser pour vous renseigner sur vos légendes.

Leur prof surgit derrière eux, comme venu de nulle part. Leo sursauta, ce qui lui mit la puce a l'oreille.

??? : Leo, sois sûr que je vérifierai ton texte avec une grande attention.
Leo : Merci, monsieur...
Kain : Tiens, au fait. Monsieur, vous n'auriez pas quelques conseils pour le devoir ?
??? : Attendez deux secondes, je dois avoir ca dans ma sacoche... Voilà, tenez !
Kain : Merci... "Légendes et contes japonais". C'est épais comme bouquin.
??? : Il y a un millier de contes, au bas mot. Et je les connais tous pratiquement par coeur. J'ai annoté quelques remarques pour chacune d'entre elles, cela devrait vous aider pour vos devoirs.

Le prof se pencha a l'oreille de Kain.

??? : Page 173, c'est ma favorite. Il paraît qu'il y a des cas qui vivent avec la même chose, de nos jours.
Kain : J'en prendrai note. Merci !
??? : Bonne journée, les jeunes ! Et tâchez quand même de profiter de vos vacances !

Kain et Leo s'éloignèrent.

Leo : Eh bé, joli point de départ ! Avoue que t'es le chouchou du prof, hein ?
Kain : Pas vraiment. C'est juste que c'est lui qui m'a aidé d'une part à apprendre le français, et d'autre part a entrer dans l'école. Je pense qu'il plaçe pas mal d'espoirs en moi, pour m'aider autant.
Leo : Logique. Mais bon, en tant que prof de français et d'anglais, c'était surtout le plus qualifié pour t'aider.
Kain : En effet. Bon, on entame quand le boulot ?
Leo : Pourquoi pas demain ? On se retrouve chez toi, on entame la lecture du livre jusqu'a trouver chacun un conte, puis direction un cyber, pour dénicher un maximum d'infos dessus. Ensuite, on bûche dessus, et avec un peu d'acharnement, tout devrait être fini en deux ou trois jours. D'ici dimanche, j'espère qu'on aura fini, en tout cas.
Kain : Pourquoi ?
Leo : Je pars une semaine et demie avec mes vieux, lundi prochain. J'aimerais être tranquille avec ca, au cas ou. D'ailleurs, t'es invité, tant que j'y pense.
Kain : J'en parlerai a ma mère.
Leo : Préviens dès que tu sais quelque chose, ok ?
Kain : Bah, je te sonne ce soir, histoire que tu sois au courant.
Leo : Ca me va. Bon, je file, j'ai encore des corvées a faire, et j'aimerais profiter du reste de ma journée pour me reposer.
Kain : Flemmard.
Leo : Partisan du moindre effort, je préfère. Allez, a ce soir !
Kain : Oui.

Leo repartit, pour de bon, cette fois-ci. Kain s'en alla a son tour, dans une direction différente, toutefois, étant donné que leurs maisons étaient relativement éloignées. En chemin,...

??? : Au voleur !

Kain s'arrêta immédiatement. Il aperçut au loin une personne agée en train de se faire arracher son sac a main par une autre personne, bien moins agée, qui s'enfuit en direction de Kain une fois son méfait accompli. Le voleur ne le vit que trop tard, et ne put éviter le coup de pied qui lui fut asséné. Il s'écroula de douleur, lâchant le sac, que Kain reprit avant de rejoindre la victime.

??? : Merci, jeune homme. Puis-je connaitre le nom de mon bienfaiteur ?
Kain : C'est Kain, madame. Kain Albrecht, enchanté.
??? : Enchanté, Kain. Tu peux m'appeler Amélia.
Kain : Moi de même, madame Amélia.
Amélia : Non, pas de "madame" avec moi ! Je suis restée jeune dans la tête, et j'entends qu'on me considère comme telle. C'est d'accord, Kain ?
Kain : D'accord... Amélia.
Amélia : Bien. En échange, laisse-moi te prédire ton avenir.
Kain : Vous êtes diseuse de bonne aventure ? Je ne pensais pas que cela existait encore, de nos jours.
Amélia : Mais tout existe, Kain. Il suffit d'avoir l'esprit suffisamment ouvert pour y croire. Bon, voyons voir...

Elle posa un long doigt sur le front de Kain, puis fermit les yeux pendant quelques secondes, avant de les rouvrir.

Amélia : Dis-moi... Te sens-tu capable de croire aux contes et légendes qui se trouvent dans le livre que ton professeur t'a offert ?
Kain : Euh... Je pense, oui.
Amélia : Pour ton information, sache qu'elles sont toutes vraies, et basées sur des faits réels. Je te laisse le plaisir de faire la part de conte et la part de réel.
Kain : Merci de l'information, elle n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd.
Amélia : Ecoute-moi bien. Tu rencontreras quelqu'un qui subira les retombées de l'un des contes. Le seul moyen de sauver cette personne est de vaincre la malédiction en te rendant au lieu ou se termine le conte en sa compagnie. La-bas se trouvera le moyen de le faire, même si vous devrez trouver vous-mêmes ce moyen.
Kain : Euh... Vous pouvez pas être plus précise ?
Amélia : T'en dire davantage entrainerait un changement immédiat dans ton avenir proche, avec des conséquences plus que dramatiques.
Kain : Hum, je comprends...
Amélia : Rentre chez toi, a présent. Ta mère t'attend. Oh, et une dernière chose.
Kain : Oui ?
Amélia : Chéris bien le temps qu'il te reste a passer.
Kain : ...Merci du conseil. Au revoir !

Kain s'en alla, le pas rapide, en direction de chez lui.

Kain : ...Comment elle a su que mon prof m'avait offert ce livre ? Je ne me souviens pas lui en avoir parlé...

Il finit, après quinze bonnes minutes, par rentrer chez lui.

Kain : Je suis rentré.
??? : Il était temps ! On allait bientôt servir le repas sans toi !
Kain : Désolé, maman. J'ai trainé un peu avec Leo, vu que j'ai deux gros devoirs pour les vacances, puis j'ai aidé une vieille femme a récupérer son sac, qu'on lui avait arraché.
??? : Si c'est effectivement le cas, tu as bien agi, et ton retard est pardonné. Viens dans la salle a manger, la table est déjà mise.
Kain : Je te suis.

Sarah, la mère de Kain, semblait fort grande, à côté de son fils. Ayant du l'élever seule, un lien s'est rapidement créé entre eux deux, un lien fort que rien n'a pu briser jusqu'a présent. Physiquement, elle ressemblait assez a son fils, portant les mêmes longs cheveux bruns et le même regard, mais tandis que son fils était peu ouvert, elle était fort extravertie, et n'hésitait pas à parler a de parfaits inconnus, ce qui lui a permis de rapidement s'intégrer dans sa nouvelle ville.

Kain : Comment se passe le travail ?
Sarah : J'en ai pas mal sur le dos, mais cela devrait aller.
Kain : Tu veux que je t'aide un peu ?

Kain n'hésitait jamais a faire son possible pour aider au maximum sa mère, dont le boulot lui prenait pas mal de temps, afin qu'elle puisse avoir quelques moments de repos.

Sarah : C'est gentil, mais ca va aller. Et de plus, tu es en vacances, maintenant, il faut que tu en profites.
Kain : Justement, a ce sujet... Leo va passer une semaine et demie avec ses parents en vacances, et je suis invité. Je peux y aller ?
Sarah : Tiens, ses parents se sont réconciliés ?
Kain : On dirait.
Sarah : Je te passerai un peu plus de sous qu'en temps normal, alors. Si les choses se gâtent, tu prends Leo sous le bras, et vous revenez ici passer le reste des vacances.
Kain : Je le plains, quand même. Il a pas de chance d'avoir des parents pareils.
Sarah : La nature est ainsi faite. Certains naissent avec des parents géniaux, d'autres avec des parents pourris jusqu'a la moelle, et d'autres encore sont sans parents dès la naissance.
Kain : Hélas.
Sarah : Tu me sembles fort idéaliste, Kain.
Kain : C'est juste que je n'aime pas voir Leo vivre ca. Ca reste mon ami, avant tout.
Sarah : Logique.

Tout en discutant, Kain et sa mère s'installèrent a table, et commencèrent a manger.

Sarah : Et ces deux devoirs, c'est quoi ?
Kain : Un devoir en maths, qui a l'air assez simple, et un devoir libre sur le thème des contes et légendes, en français.
Sarah : Et tu sais déjà sur quelle légende tu vas travailler ?
Kain : Le prof m'a laissé un livre avec un paquet de contes et légendes japonais, en disant que je devrais surement trouver quelque chose dedans.
Sarah : S'il le dit, c'est que cela doit être vrai. Et cette histoire de sac arraché, tu peux m'expliquer un peu ?
Kain : Bah, rien de spécial. J'ai entendu une vieille femme crier, et celui qui lui avait arraché son sac courait vers moi. Je l'ai arrêté avant de récupérer le sac puis de le rendre.
Sarah : Joli. Et tu as eu droit a quelque chose en remerciement ?
Kain : Une lecture de mon avenir. Bien entendu, j'y ai rien compris.
Sarah : Ceux qui peuvent lire l'avenir sont en général suffisamment vagues pour que tu puisses interpreter les choses a ta manière.
Kain : Justement, non. Elle était trop claire pour que cela soit interprété d'une autre manière.
Sarah : Et elle t'a dit quoi ?
Kain : Je devrais rencontrer quelqu'un qui souffre de ce qu'elle a appelé "les retombées d'un des contes" du livre que le prof m'a prêté, sans savoir que le prof l'avait fait.
Sarah : Et ensuite ?
Kain : Je suis le seul capable de l'aider, en l'accompagnant jusqu'au point ou le conte se termine, puis en y trouvant le moyen de rompre la malédiction.
Sarah : Pas mal. Espérons pour toi que cela se réalise, cela te ferait un nouveau proche.
Kain : Si tu le dis.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]