Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 2
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : Il était une fois (partie 2)
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 02:52
Œuvre lue 34816 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Vendredi 21 mars 2008, 19h35

Après le repas, Kain monta dans sa chambre. Il s'installa a la fenêtre et regarda l'horizon.

Kain : Je serais capable d'aider quelqu'un, moi ? Pfff... J'en doute...

Il resta quelques minutes avant de quitter la fenêtre, puis sa chambre.

Kain : Maman ! Je pars faire un tour !
Sarah : Sois rentré avant dix heures !
Kain : Pas de problème !

Kain sortit. Il s'arrêta, le temps de prendre une grande inspiration, puis se mit en marche. Les gens rentraient chez eux, les uns après les autres, rendant les rues de plus en plus calmes, mais cela n'inquiéta nullement Kain, qui gardait son rythme de marche habituel.

??? : Tu doutes de toi, n'est-ce pas, Kain ?
Kain : ...Amélia ? Que faites-vous ici ?

Amélia se trouvait derrière Kain. Elle le rattrapa, a son rythme, avant de s'expliquer.

Amélia : Je suis venu te rassurer. Je sais que tu doutes de ta capacité a aider quelqu'un, alors que tu as ce potentiel. Tu n'aurais pas pu récupérer mon sac, sinon.
Kain : Vous marquez un point. Toutefois, cela ne m'empêche pas de douter, étant donné que ca a été un jeu d'enfant que d'arrêter le voleur.
Amélia : Ca a peut-être été facile, mais l'important n'est pas dans la facilité de l'acte, il est dans l'acte en lui-même. Tu as voulu m'aider, tu as eu les moyens de le faire, et tu l'as fait.
Kain : Je n'aurai peut-être pas toujours la volonté ou les capacités de le faire.
Amélia : Cela arrive a tout le monde, tu sais. N'importe qui peut se trouver dans une situation dans laquelle il ne peut ou ne veut pas aider la personne en détresse. Mais tu es capable de faire la part des choses, et c'est important quand ca en vient a sauver des gens.
Kain : ...Peut-être...
Amélia : Je sais que tu en es capable. Il te suffit juste de croire en toi.
Kain : Croire en soi n'est jamais chose aisée, surtout quand on vit ce que j'ai vécu.
Amélia : C'est vrai, mais ca ne doit pas t'en empêcher pour autant. Chaque être humain a le potentiel de sauver au moins une vie, quelle qu'elle soit. Cela peut être celle de son pire ennemi, de son parent, ou bien d'une parfaite inconnue, mais cela reste avant tout une personne dont tu auras sauvé la vie. D'ailleurs,...

Un cri strident se fit entendre.

Amélia : Ton heure est venue. Va, Kain. Et ne doute jamais de toi.
Kain : ...Le cri venait de par la, je pense...

Kain s'élança, galvanisé par les paroles d'Amélia, qui le regardait courir avec un doux sourire aux lèvres.

Amélia : Va, mon petit Kain. Toi seul peux la sauver.

Le jeune homme continuait sa course, dans la direction d'ou venait les cris. Il tomba finalement sur un groupe de trois hommes, dont deux tenaient une jeune fille ayant apparement a peu près le même âge que Kain.

??? : Allez, ma jolie, tais-toi, ou nous allons être obligés de te faire taire...
??? : Le royaume d'ou tu viens a payé une jolie petite rançon pour te récupérer, morte ou vive.
??? : Et de toute manière, si tu y arrives vivante, tu y mourras. Triste, non ?
??? : Lâchez-moi, bande de...
??? : La ferme !
??? : Dites, chef, vu le joli petit lot qu'on a la, si on en profitait un peu ?
??? : Bonne idée. Ensuite, on la balance du haut d'un pont, on ramasse le cadavre, on l'expédie en pièces détachées à la famille royale, et on empoche le milliard !
Kain : Sauf si quelqu'un vous en empêche.

Kain se tenait a distance des trois hommes, qui se tournèrent vers lui, l'un tenant toujours la fille.

??? : Tiens, un morveux. Que nous vaut l'honneur ?
Kain : Je suis venu pour que vous relâchiez cette fille.
??? : Tiens tiens... Une parente à toi ? Ou une proche ?
Kain : Juste quelqu'un qui mérite d'être sauvé.
??? : Joli. Alors comme ca, on se la joue "justicier au grand coeur", c'est ca ?
??? : Eh bien tu rêves, mon coco !

Le chef du groupe attrapa la fille par les cheveux.

??? : Cette fille, vois-tu, elle va nous rapporter un milliard de dollars, pour peu qu'on la ramène a sa famille.
Kain : J'ai entendu, tout a l'heure. Vous comptiez même vous amuser avec elle avant.
??? : Bonne ouïe, a ce que je vois.
Kain : Merci du compliment. Et comprennez bien que je ne peux pas laisser faire ca.
??? : Une minute, mon gars. Tu sais a qui tu t'adresses, la ?
Kain : A trois kidnappeurs.
??? : Nous sommes le clan des Sabres Noirs, réputés dans toute la région comme étant les pires du coin.
Kain : Ah, le groupe qui a fait ses débuts en allant voler des poules dans le jardin des voisins ?
??? : Ne te moque pas de nous !
Kain : Je n'oserais jamais, voyons...
??? : Enfin bref, tu vas gentiment te retourner et t'en aller si tu veux qu'on la laisse tranquille.
Kain : Et si je refuse ?
??? : On va t'abattre, puis on va l'abattre, puis on va empocher la rançon.

C'est alors que, a la grande surprise de Kain, une série de spots lumineux furent braqués sur ses trois agresseurs, qui s'immobilisèrent.

??? : Mains en l'air ! Personne ne bouge !
??? : Merde, les flics ! On se barre !
??? : Trop tard, boss ! Regardez !

Une série de points rouges lumineux étaient braqués sur eux.

??? : Des snipers... On est fichus, les gars...

Le chef, qui tenait la fille, la relâcha. Elle ne tarda pas a courir auprès de Kain.

??? : ...Toi, gamin, quel est ton nom ?
Kain : Kain.
??? : Eh bien, Kain, c'est un plaisir de t'avoir connu. J'aurais juste aimé que cela soit dans d'autres circonstances.
Kain : ...

Tandis que plusieurs policiers foncèrent vers les trois malfrats, Kain fit volte-face et s'éloigna. C'est alors qu'un coup de feu se fit entendre.

??? : Kain !

La balle toucha les deux corps, celui de la fille au niveau de l'épaule, et celui de Kain au niveau du bras, tous deux du côté gauche. Les blessures n'étaient néanmoins pas très graves, la balle n'ayant fait qu'entailler la peau des deux jeunes gens. Celui qui avait tiré retourna tout de suite son arme contre lui avant de tirer a nouveau. Kain s'arrêta, a moitié étourdi par la douleur, et a moitié inquiet pour celle qu'il venait de sauver, tandis que la police appréhendait les deux malfrats encore en vie, qui se rendirent sans faire d'histoires.

Kain : ...Ca va aller, toi ?
??? : Ca fait mal...
Kain : Suis-moi, je rentre chez moi. On verra pour ta blessure.
??? : Une seconde, jeune homme.
Kain : Je peux vous aider, monsieur l'agent ?
??? : Toi et ta copine m'avez l'air pas mal blessés, et de plus, il me faut vos dépositions. Préférez-vous venir au poste, ou voulez-vous que je vous raccompagne chez vous ?
Kain : Je préfère rentrer chez moi. Ma mère risque de s'inquiéter si je rentre trop tard.
??? : D'accord. Mais il vous faudra passer a l'hopital dès que possible. Une blessure comme ca, faut la soigner vite, ou ca vous paralyse le corps.
Kain : J'y compte bien.
??? : Je vous raccompagne.

Accompagné par l'agent ainsi que par celle qu'il avait sauvé, Kain rentra chez lui, avançant comme il le pouvait, étant donné que sa blessure le faisait de plus en plus souffrir. Heureusement, il n'habitait qu'a dix minutes a pied du lieu du drame, aussi le trajet ne fut pas trop long. A peine arrivé,...

Sarah : Kain, tu es déjà rentré ?
Kain : Viens... Maman...

Il ne put en dire plus, s'écroulant a terre. La douleur avait été trop forte pour lui. Ce n'est que deux heures plus tard qu'il rouvrit les yeux.

Kain : Uhhh... J'ai mal...
Sarah : Au moins, tu es en vie...

Il se réveilla dans son lit, la tête posée sur les genoux de sa mère. L'agent et la fille qui l'avaient accompagné se tenaient dans la chambre.

Sarah : Ils m'ont raconté ce qui s'est passé. Tu es plutôt suicidaire, tu sais. Si la police n'avait pas lançé une opération de grande envergure, avec le but de capturer ces Sabres Noirs, tu ne serais déjà plus la pour le savoir.
Kain : Je ne pouvais pas... Rester sans rien faire...
Sarah : Je comprends. Mais la prochaine fois, sois plus prudent, d'accord ?
Kain : D'accord...

Kain se tourna vers la jeune fille qu'il avait sauvé. Elle portait de longs cheveux chatains, qui avaient poussé jusqu'au bas de son dos, et avait de grands yeux bleus. Elle faisait pratiquement la même taille que Kain, mais était plus menue que lui. Elle portait un bandage au niveau de son épaule, trace de la balle qui l'avait blessée.

Kain : Tu vas mieux ?
??? : Oui... Les bandages ont empêché le sang de couler, et la blessure n'est pas grave. Et toi, tu vas comment ?
Kain : Mieux. Mais pourquoi te recherchaient-ils ? Et pourquoi une telle mise a prix sur ta tête ?
??? : Ils me recherchaient uniquement parce qu'ils avaient besoin de sous pour recruter plus de monde pour leur groupe. Et je suis désolée, mais j'ignore pourquoi on met ma tête a prix...
Kain : Hum, faudrait arriver a comprendre pourquoi... Tu t'appelles comment ?
??? : Rachel. Rachel Cole.
Kain : Moi, c'est Kain. Enchanté.
Rachel : De même.
Sarah : Rachel... Tu as un endroit ou dormir ?
Rachel : Plus maintenant... Mon ancien appartement a été brûlé avant le début de la course-poursuite.
??? : Ces hommes vous ont poursuivi pendant combien de temps ?
Rachel : Trois jours, plus ou moins.
??? : Merci, mademoiselle, cela devrait grandement nous aider pour cette affaire.
Sarah : En attendant de te retrouver quelque chose, pourquoi ne vivrais-tu pas avec nous ?
Rachel : Je... Je peux ? Je veux dire, je ne risque pas de déranger ?
Sarah : Pour me déranger, faut un sacré talent, et on dirait que Kain t'apprécie, donc cela ne pose pas de problèmes.
Rachel : Merci, madame.
Sarah : Appelle-moi Sarah. Pas besoin de formalités entre nous.

Rachel sourit.

??? : Sur ce, je m'en retourne au travail. Il me reste pas mal de choses a faire, notamment vis-a-vis de l'arrestation du leader des Sabres Noirs. Et vu qu'elle est entre de bonnes mains,...
Sarah : Bon courage, monsieur Steiner.
M. Steiner : Comment connaissez-vous mon nom ?
Sarah : Votre plaque.
M. Steiner : Ah, oui... Bon, au revoir ! Je repasserai dans la semaine vous donner des informations, si j'en ai.

Et l'agent s'en alla.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]