Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 8
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : L'enfant de la pluie
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 02:55
Œuvre lue 36283 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Samedi 22 mars 2008, 14h09

Kain et Rachel étaient sur le chemin du retour lorsque le temps, qui était resté sec, changea brusquement, pour faire place à une pluie de plus en plus forte. Surpris, tous deux se réfugièrent sous un arrêt de bus.

Kain : Tsss, j'aurais du penser a jeter un oeil a la météo...
Rachel : Ils ont annoncé des averses passagères avec un risque d'orage sur certaines régions. Dont la nôtre.
Kain : Je crois qu'il est un peu tard pour me prévenir, mais bon, c'est pas grave. On a qu'a attendre que la pluie se calme.
Rachel : Tu as raison... Mais il fait plutôt froid, d'un coup, tu ne crois pas ?
Kain : La pluie est assez fine, c'est un coup a s'attraper la crève, ce qui ne serait pas génial, vu ce qu'on a prévu.
Rachel : Oui...

Tous deux restèrent silencieux pendant un long moment. Rachel, ayant de plus en plus froid a cause de ses vêtements mouillés, éternua, ce qui inquiéta Kain.

Kain : Ca va ?
Rachel : Oui, rien de grave.
Kain : Faut dire, t'es pas mal trempée... Attends deux secondes...

Kain retira son sac de son dos, et en sortit un paquet de mouchoirs, qu'il tendit à Rachel.

Kain : Désolé, j'ai rien de mieux si tu veux te sécher.
Rachel : Merci...
Kain : De rien. Après tout, je suis censé te protéger, que ce soit contre des aggresseurs ou contre un rhume.
Rachel : Tu fais ca uniquement parce que tu dois me protéger ?
Kain : Non. Je ne te connaîtrais pas, j'aurais agi de la même manière.
Rachel : Ah bon...

Nouveau silence, qui fut brisé par le bruit d'une branche d'arbre qui se casse, suivi par un cri de douleur. Kain et Rachel se tournèrent vers le bruit en question, pour voir un jeune homme, semblant avoir une douzaine d'années, se relever. Il était habillé tout en noir, excepté son visage, qui était découvert. Kain s'approcha de lui.

Kain : Tu vas bien ?
??? : Ouch, ca fait mal... Eh, attends ! M'approche pas !
Kain : Hein ?

Le jeune homme se releva subitement, et sortit un poing américain, qu'il mit a sa main droite, avant de prendre une position de boxeur.

??? : Je vais te latter !
Kain : Euh... On se connaît ?
??? : Non ! Mais tu es un obstacle entre moi et celle que je vise !
Kain : Tu en veux à Rachel ? Très bien. Dans ce cas, va falloir que tu me passes sur le corps !
??? : Avec plaisir ! En garde !

Le jeune homme chargea Kain, mais a cause de la pluie, il dérapa et tomba par terre.

??? : Ouille...
Kain : Apprends a tenir sur tes jambes avant de venir te battre.
??? : Te moque pas de moi !

Il se releva d'un bond avant de foncer a nouveau sur Kain, qui l'esquiva avant de le faire trébucher d'un croche-pied. Emporté par son élan, le jeune homme ne put s'arrêter, et tomba par terre, sur la route.

??? : Argh... Ma cheville...!
Kain : Ca t'apprendra.

Le jeune homme essaya de se relever, mais sans succès, et retomba par terre.

??? : ...
Kain : Apparemment, je t'ai foulé la cheville. Ca t'empêchera de faire du mal a Rachel, j'espère.
??? : Jamais ! J'ai besoin de la rançon !
Kain : Pourquoi ?
??? : Ca ne te regarde pas !
Kain : Très bien, reste donc sous la pluie, avec ta cheville en piteux état.
??? : ...J'en ai besoin pour ma famille...
Kain : Ta famille ?
??? : Ma mère est dans le coma depuis deux ans, et personne ne sait quand elle se réveillera. Et je suis le troisième d'une famille de six enfants. Mes deux frères aînés sont partis vivre leur vie, et les trois plus jeunes ont été envoyés dans différentes familles d'accueil.

Il baissa la tête, l'air triste.

??? : J'ai besoin de cette récompense... Si je veux reformer ma famille et ramener ma mère parmi nous...

Un lourd silence s'installa, silence qui fut stoppé par le bruit d'une voiture en approche. Le jeune homme tenta de ramper jusqu'au trottoir, mais il n'allait pas assez vite, et il aurait été fauché si Kain ne l'avait pas aggrippé et porté en sécurité au dernier moment, avant de l'asseoir sur le banc de l'arrêt de bus, a la surprise de tout le monde, lui excepté.

??? : Tu m'as sauvé la vie ? Pourquoi ?
Kain : Tu n'es pas quelqu'un de mauvais, et tes objectifs sont nobles. Que dirais-tu de nous aider ?
??? : ...Pardon ?
Kain : Tu as très bien compris.
??? : Et j'y gagne quoi, en faisant cela ?
Kain : Si tu parviens a aider Rachel a récupérer son tràne, je suis certain qu'elle t'aidera a réunir les membres de ta famille.

Il se tourna vers Rachel.

Kain : Pas vrai ?
Rachel : Bien entendu. Ce serait incorrect de ne pas aider ceux qui ont besoin de mon aide.
??? : ...
Rachel : Ecoute. Je sais ce que c'est de perdre ses parents. Et je ne souhaite a personne de perdre les membres de sa famille. Alors si je peux t'aider, je le ferai. Mais pour pouvoir t'aider, il me faut regagner mon tràne en toute sécurité. Veux-tu m'aider pour que je puisse y arriver ?
??? : ...Présenté comme ca... Je ne pourrais pas refuser...
Kain : Tu as fait le bon choix.

Il lui tendit la main.

Kain : Je m'appelle Kain. Enchanté.
??? : Moi, c'est Rein.

Une poignée de main plus tard,...

Rein : Bon, quelle est la situation de ce côté ?
Kain : Nous sommes trois, toi inclus. Un autre mercenaire doit nous rejoindre d'ici peu, et nous devons partir lundi prochain, en direction d'une destination encore inconnue, en compagnie d'un ami qui nous servira de couverture.
Rein : Bon choix. De mon côté, je sais qu'il n'y a que peu de mercenaires qui sont au courant que la princesse se trouve ici. Aux dernières nouvelles, nous étions six sur les lieux, mais d'ici lundi, ce nombre devrait avoir triplé. Cela peut jouer à notre avantage, pour peu que nous puissions les leurrer tous.
Rachel : Tu penses a quoi, Rein ?
Rein : Un leurre, tiens. Comment veux-tu leurrer sans leurre ?
Kain : Logique... Mais comment comptes-tu les leurrer tous ?
Rein : Ca, je vais m'en charger. Mais pour cela, va falloir que je me rende au centre-ville. Et avec la cheville en compote, ca va être dur.
Kain : Ne t'en fais pas pour ca.

Kain sortit de sa poche le papier qu'Amélia lui avait donné, ainsi que son téléphone portable, et composa un numéro, avant de porter le téléphone a son oreille. C'est a la surprise de tout le monde qu'une sonnerie de téléphone sonna de derrière l'arrêt de bus. Tous se tournèrent dans la direction du bruit pour voir Amélia, qui les rejoignit, un parapluie avec elle.

Kain : Eh bien, plutôt rapide comme moyen.
Amélia : J'avais deviné que vous auriez besoin de moi... Alors, qu'y-a-t-il ?
Kain : Eh bien, nous avons une nouvelle recrue, mais elle a besoin de vos dons.
Amélia : Laisse-moi deviner... Tu as été trop affirmé dans ta volonté de protéger ma princesse, c'est bien ca ?
Kain : On peut voir ca ainsi.
Rein : En gros, il m'a blessé a la cheville, au point que je suis incapable de m'appuyer dessus.
Amélia : Je me doutais que cela se passerait ainsi. Ne bouge pas, Rein.
Rein : Hein ? Mais comment connaissez-vous mon...

Il s'interrompit, ne ressentant plus de douleur dans la cheville. Il se releva et fit quelques pas.

Rein : ...Mais c'est génial ! Comment vous faites ca ?
Amélia : Chacun ses petits secrets, Rein. Bon, ce n'est pas tout ca, mais si vous restez là, vous allez avoir un rhume. Prenez donc mon parapluie, je vous l'offre.
Kain : Mais... Et vous ?
Amélia : Oh, je vais prendre le bus. D'ailleurs, le voici.

Juste après qu'elle aie fini sa phrase, le bruit du bus se rapprochant se fit entendre.

Amélia : Sur ce, je me permets de prendre congé de vous. A notre prochaine rencontre, princesse !

Rachel la salua d'une profonde révérence, rapidement imitée par Rein. Amélia sourit, avant de se poster auprès du point d'arrêt du bus, tandis que les trois jeunes se regroupèrent, Kain tenant le parapluie ouvert au-dessus d'eux.

Kain : Bon, et si nous rentrions ?
Rachel : ...Il est quelle heure ?
Kain : Trois heures moins le quart. En nous dépéchant, on devrait être rentrés dans un quart d'heure.
Rein : Alors allons-y !

Et tous trois s'en allèrent, le pas rapide.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]