Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 9
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : L'allié
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 02:55
Œuvre lue 36589 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Samedi 22 mars 2008, 18h42

Kain, Rein et Rachel étaient rentrés chez Kain, ou les attendaient Leo et Sarah. Rein fut présenté et rapidement accepté par Sarah, à qui les événements récents furent expliqués, et qui décida de se charger de l'organisation du groupe une fois qu'elle apprit que Leo avait eu l'accord de ses parents pour sa petite escapade.

Sarah : Bon, vous avez quoi de prévu, pour demain ?
Kain : Au matin, rendez-vous avec le reste de la classe au terrain vague. On est censés montrer l'avancée de nos devoirs au prof, qui nous donnera quelques conseils pour avancer.
Leo : Faut pas oublier de parler au prof de Rachel, ainsi que de notre escapade.
Kain : Et quelle excuse tu comptes trouver ?
Leo : L'avancée de ton devoir, tiens.
Kain : Et bien entendu, je sers d'excuse.
Sarah : Bon, on peut également compter sur le fait que les jumeaux ne te laisseront surement pas tranquille.
Kain : Oui. Mais je ne compte pas non plus me laisser marcher sur les pieds, donc ne sois pas étonnée si tu me vois rentrer dans un sale état.
Sarah : Tu as de bonnes raisons, donc il n'y a pas de problème.
Rein : Pendant ce temps, je me chargerai de créer la diversion, avant de revenir ici par un chemin détourné. Je vous attendrai ensuite.
Rachel : Quant a moi, j'accompagne Kain et Leo. Et avec un peu de chance, leur professeur aura quelques informations concernant ma maladie, que je pourrai utiliser a bon escient.
Sarah : Bien, tout est prêt, alors... On passe a table ?
Leo : Je meurs de faim !

Et tous s'installèrent à table. Le repas fut rapidement englouti, puis la soirée s'organisa en de longues discussions entre Rachel et Sarah, et entre Kain et Rein, tandis que Leo retourna chez lui préparer ses affaires.

Sarah : Alors, finalement, t'as fini par manger Kain ?
Rachel : Pardon ?
Sarah : Allons, on me la fait pas, a moi. Je suis sûre que tu en pinces déjà pour lui.
Rachel : C'est vrai que nous sommes proches, lui et moi, mais pas a ce point !
Sarah : Dommage.
Rachel : Pourquoi ?
Sarah : Kain a souvent été seul, et en vous incluant, toi, Leo et Rein, ses amis peuvent se compter sur dix doigts. Donc, je pensais que ce serait bien qu'il trouve l'amour.
Rachel : Il a eu un passé si difficile que cela ?
Sarah : Il ne t'en a pas parlé, je suppose... Deux secondes, je vais chercher du café, et je te raconte ca.

Kain : J'espère que tu ne nous fausseras pas faux bond. Rachel compte sur toi, tu sais.
Rein : Ca m'étonnerait qu'elle me fasse autant confiance. J'étais son ennemi, il y a peu.
Kain : Elle n'aurait pas parlé aussi franchement devant toi si elle n'avait pas confiance. Au passage, quel est ton plan de leurre ?
Rein : Je préfère ne pas en parler. C'est une partie de moi que j'aime ne pas expliquer.
Kain : Tu as bien parlé de ta famille, et je doute que ton plan soit si dégradant que ca.
Rein : Bon... Mais tu ne critiques pas mon plan, ok ?
Kain : Ca marche. Je t'écoute.
Rein : Etant donné que j'ai toujours été bon pour me camoufler, je vais me... Me déguiser en Rachel, puis attirer les mercenaires loin d'ici...
Kain : Bon plan. J'espère juste que tu ne te feras pas remarquer, cela risque de faire de toi la risée des mercenaires.
Rein : ...Tu ne te moques pas ?
Kain : Pourquoi je me moquerais ? Après tout, tous les plans pour couvrir Rachel sont bons a prendre. Et le tien me semble suffisamment ingénieux et osé pour que d'autres mercenaires n'y pensent pas.
Rein : Vu comme ca, tu as raison.
Kain : De plus, si Rachel a confiance en toi, je pense que je peux faire de même.
Rein : Merci... Mais qu'est-ce qui te donne autant de motivation pour protéger la princesse ? Tu serais pas amoureux d'elle, par hasard ?
Kain : On croirait entendre ma mère...
Rein : Désolé...

Finalement, la nuit vint, et tous partirent se coucher, après une soirée riche en discussions.

Rachel : Eh bien voilà, on est partis pour une nouvelle nuit ensemble... Ca te dérange pas, j'espère ?
Kain : Pourquoi est-ce que ca me dérangerait ?
Rachel : Euh... Bonne question... Peut-être parce que je suis une fille, et toi un garçon ?
Kain : Ne t'en fais pas. Si ca me dérangeait, je serais parti rejoindre Rein dans le salon.
Rachel : Il ne risque pas d'attraper froid ?
Kain : Ma mère a laissé le chauffage, et il a des couvertures. Ne t'inquiète pas pour lui, et pense a bien dormir.
Rachel : Tu as raison.

Kain se coucha, rapidement imité par Rachel. Alors qu'il fermait les yeux, il sentit les bras de Rachel passer autour de lui.

Kain : Euh, je peux savoir ce que tu fais, la ?
Rachel : Je te rends la pareille pour hier. Tu peux te retourner si tu veux.
Kain : Ca va, mets-toi plutôt a l'aise.
Rachel : Je suis à l'aise comme ca. Et puis, tu sens plutôt bon, c'est agréable.
Kain (rouge) : ...Comme tu veux. Bonne nuit.
Rachel : Bonne nuit.

Rachel s'endormit rapidement, mais Kain eut un peu plus de mal, troublé par le fait que Rachel l'étrégnait. Il ne parvint a s'endormir qu'une heure après, et fut parmi les premiers a s'éveiller le lendemain. Il ne parvint cependant pas a se dégager de l'étreinte sans la réveiller.

Rachel : Hmmm... L'est quelle heure ?
Kain : L'heure de te lever, princesse. Bien dormi ?
Rachel : Avec ton odeur, oui. Je n'ai pas cauchemardé une seule fois, alors que ca aurait du m'arriver, au vu des événements passés.
Kain : Bah, si ca peut t'aider a bien dormir, je te laisserai une plaçe à l'occasion.
Rachel : Ca marche ! Bon, on descend ?
Kain : A tes ordres, chef.

Rapidement préparés, Rachel et Kain descendirent dans le salon, ou les attendait Sarah.

Rachel : Coucou !
Sarah : Coucou, les tourtereaux. Bien roucoulé ?
Kain : Maman... Ou est Rein ?
Sarah : Il est déjà parti. Et franchement, il était méconnaissable... On aurait vraiment dit Rachel !
Rachel : Attendez... Il s'est déguisé en moi ?
Kain : Oui, pour te servir de couverture. Et c'est pourquoi tu as des vêtements plutôt masculins aujourd'hui.
Rachel : D'accord.
Sarah : Mangez un bout avant de partir, ca ne peut que vous faire du bien.
Kain : D'accord.

Trois quarts d'heure plus tard, ils se trouvaient sur le terrain vague, ou étaient déjà la majorité des élèves. Les seuls absents étaient Léo, les jumeaux, et deux-trois autres.

Rachel : Tiens, Leo est pas arrivé a se lever ?
Kain : Le connaissant, je pense plutôt que...
Leo : Ah, vous voilà !

Comme s'il avait senti qu'on parlait de lui, Leo venait d'arriver, derrière Kain. Il les salua tous deux.

Leo : Pfiou, j'ai cru ne pas pouvoir arriver a l'heure.
Kain : Tracasse. Par contre, les jumeaux sont pas la, ca me travaille.
Leo : Bah, y auront eu peur, c'est tout.
??? : Bon, on commence a regarder les copies, monsieur Stannens ?

Le prof toussota, comme pour attirer l'attention.

M. Stannens : Comme vous voulez. Et tant pis pour les absents, ils seront côtés plus sévèrement.

Les uns après les autres, il passa près des élèves, prenant quelques notes sur l'avancée du travail qu'ils avaient fournis. Il s'arrêta finalement près de Kain et de Leo.

M. Stannens : Et c'est par vous que je termine. Alors, ou ca en est ?
Leo : Pour moi, j'ai le sujet, et c'est quasiment fini. Il faut juste que je renote ca au propre.
M. Stannens : Ce ne serait pas un luxe. Quelle légende ?
Leo : Celle du Ragnarok.
M. Stannens : Fais gaffe, t'as choisi un gros sujet. Et je suis quasi incollable dessus. Par contre, t'es le seul a bosser dessus, pour le moment... Eh, mais on dirait que tu as vraiment bien bossé dessus ! Franchement, tu me rends ca au propre et sans fautes, et tu devrais avoir dans les 75-80 % pour ta période. Et toi, Kain ?
Kain : Devinez quelle légende j'ai choisi ?
M. Stannens : Cela ne m'étonnerait pas que tu aies pris celle des personnes ailées. C'est ton genre.
Kain : Bingo. Et c'est justement de cela que j'aimerais vous parler. Tout d'abord, j'aimerais vous présenter Rachel, une amie a moi.
M. Stannens : Enchanté, mademoiselle.
Kain : Elle est atteinte d'une maladie identique a la malédiction de cette légende, sans pour autant connaître ses origines. Pourriez-vous nous aider ?
M. Stannens : Eh bien, tu as le don pour me surprendre. Soit, voilà ce que je sais. Apparemment, le premier cas a été découvert...
Kain : ...En Corée du Nord, ca, je sais.
M. Stannens : Mais sais-tu que ce cas a terminé en morts en chaine dans un temple ?
Kain : Pardon ?
M. Stannens : Les gens ont cru a la légende sur laquelle tu as travaillé, et ont pensé être tous malades. Ils sont tous devenus fous, et certains se sont mis a tuer les autres, avant de se suicider.
Rachel : C'est horrible...
M. Stannens : Mais c'est la que ca devient intéressant. Avant cela, l'un d'entre eux a gravé à même la pierre un message, dans la roche. Il aurait eu une illumination, et il y aurait expliqué quoi faire pour guérir de cette malédiction. Mais le langage est trop ancien pour être traduit. Juste un bout de phrase a été plus ou moins retranscrit... Il disait "A la source de tous les maux se...".
Leo : Se ?
M. Stannens : Ca continue après le "se". Mais c'est intraduisible. Il faudrait des années pour obtenir une traduction complète, pour peu que des gens se donnent la peine de le faire...
Kain : Je vois... Au fait, nous serons peut-être absents, Leo et moi, a la rentrée. Nous devons partir pour diverses raisons, que nous vous expliquerons une fois rentrés.
M. Stannens : Ca ne te ressemble pas de faire des mystères. Enfin, si j'ai des explications a votre retour, je ne peux que vous faire confiance. Faites juste attention a vous, cela chagrinerait certains de vos professeurs et de vos condisciples de savoir qu'il vous est arrivé quelque chose.
Kain : Merci de votre sollicitude, monsieur.
M. Stannens : Bon, tous les présents ayant été vérifiés, il ne me reste plus qu'a vous souhaiter de bonnes vacances et a prendre congé de vous. Bonne journée !

Le prof tourna les talons et partit, calmement.

Rachel : Eh bien, il est calé, ton professeur.
Leo : N'est-ce pas ? N'empêche, c'est gore, cette histoire de massacre en série...
Kain : J'ai bien envie de partir voir ce temple de mes propres yeux, pas vous ?
Leo : Si tu penses pouvoir déchiffrer le message, je t'arrête tout de suite, tu en seras incapable. N'espère pas pouvoir tout savoir, non plus.
Kain : Je ne pense pas pouvoir déchiffrer le message d'entrée de jeu. Mais avec quelques photos de la stèle, et un bon boulot sur le sujet une fois rentré, je devrais pouvoir me dépatouiller.
Leo : T'es un acharné. Mais bon, cela devrait nous donner un lieu ou nous rendre le temps que l'affaire avec Rachel se tasse. T'en dis quoi, Rachel ?
Rachel : Kain... Tu te sens vraiment capable de traduire cela ?
Kain : Il me faudra du temps, mais si cela peut te soigner, je tiens a tenter le coup.
Rachel : Merci.
Leo : Bon, c'est pas tout ca, mais je tiens pas a passer la journée a glander, moi. On se barre ?
Kain : Bonne idée, pour une fois. Je ne tiens pas a tomber sur les jumeaux.
??? : Tiens, on parle de nous.

Stéphane venait d'arriver sur les lieux, avec son frère derrière lui. Ils bloquaient délibérément le chemin de Kain et de ses amis.

Kain : Hors de mon chemin, vous deux.
Stéphane : Oh, comment il me parle, l'anglais. T'as vu ca, frangin ?
Nicolas : En effet, c'est surprenant. Moi qui pensais qu'il allait s'écraser, après ce qui s'est passé hier,...
Kain : Quoi, parce que tu as menacé de t'en prendre a ma mère ?
Stéphane : C'est bien, t'es lucide. Tiens, revoilà la demoiselle d'hier. T'es venue t'excuser ?
Rachel : Dans tes rêves !
Stéphane : Ouh la, pas commode... Dommage, on se serait mieux amusés si tu avais été consentante, mais bon, c'est pas ca qui m'arrête...
Kain : Touche là et je te démolis.
Stéphane : Tu veux essayer ? Parce que je te préviens, ce sont pas des paroles qui vont m'arrêter, mon gars.

Stéphane fit un pas vers Rachel, tandis que Kain se plaça entre eux, fixant Stéphane du regard.

Stéphane : Je vois que tu es sérieux. Très bien. Recule, frangin.
Kain : Leo, recule avec Rachel.

Stéphane lança un coup de pied au visage de Kain, qui le bloqua du revers du bras avant de frapper l'entrejambe de Stéphane d'un bon coup de son poing disponible. L'effet fut immédiat : Stéphane se tordit de douleur, reculant de quelques centimètres. Kain saisit l'occasion pour frapper a son tour, avec le même geste que Stéphane, a la différence près que son coup de pied passa sans problème. Stéphane tomba a terre.

Kain : Tu as compris, la ? Maintenant, laisse-nous passer.
Stéphane : Pfff... Tu... Tu rigoles !

D'un bond, Stéphane se releva, et profita de la poussée pour charger Kain d'un coup de tête dans l'estomac. Kain leva le genou, mais trop tard, et ne put bloquer le coup de poing qui suivit. Il tomba assis, et son nez commença a saigner. Il sortit un mouchoir, s'essuya, puis le remit dans sa poche, avant de se lever.

Kain : Pas mal, pour un gamin de merde.
Stéphane : Tu m'as appelé comment ?
Kain : Un gamin de merde, pourquoi ?
Stéphane : J'vais te crever, sale con !

Stéphane attrapa Kain par le cou. Ce dernier profita de l'appui pour lançer ses deux pieds, qui atterrirent dans une des côtes de Stéphane. Il le lâcha, et Kain retomba, pour se relever aussitôt. Il ne laissa pas a Stéphane le temps de souffler, lui portant quelques coups au visage et au ventre, avant d'en finir par un autre coup de pied dans les côtes, de l'autre côté. Stéphane tomba et ne se releva pas. Kain ne demanda pas son reste et retourna auprès de Leo et de Rachel.

Kain : On y va.
Nicolas : Pas question.
Kain : De quoi tu te mêles ?
Nicolas : Tu viens de rosser mon frère. C'est a moi de le venger et de venger son honneur.
Kain : Son honneur vaut-il vraiment la peine d'être protéger ? Je te rappelle que si je n'intervenais pas, il allait violer une fille !
Nicolas : Trêve de bavardages. Viens te battre !

Avant que Kain n'ait le temps de réagir, Nicolas lui faucha les deux jambes d'une balayette, avant d'appuyer sa chute par un coup de poing dans le creux du torse, lui coupant la respiration.

Nicolas : Maintenant, j'emmène cette fille, comme le voulait mon frère.
??? : Pas si je t'en empêche !

A la surprise de tout le monde, un homme, apparemment âgé d'une vingtaine d'années, se tenait derrière Nicolas, lui tenant le couteau sous la gorge.

??? : Tu vas gentiment faire demi-tour et t'en aller, a moins, bien sûr, que ton honneur se borne aussi a mourir pour ton frère.
Nicolas : ...Qui êtes-vous ?
??? : Quelqu'un qui ne te laissera pas t'en prendre a cette demoiselle.
Rachel : Cette voix...
Nicolas : ...Très bien, je m'en vais. Mais la prochaine fois,...
??? : La prochaine fois que toi ou ton frère vous en prenez a elle, je vous tuerai.
Nicolas : ...

Sans dire un mot, Nicolas prit son frère sur ses épaules, avant de s'en aller. L'inconnu jeta un oeil à Kain, qui se relevait lentement.

Kain : Merci... Qui êtes-vous ?
Rachel : C'est toi, mon frère ?
??? : Oui. Je me présente, je m'appelle Igels, frère de Rachel, mandaté par la grande sage Amélia pour veiller sur elle jusqu'a ce qu'elle puisse prendre la plaçe qui lui revient sur le tràne de Saidara.

Il tendit une main à Kain.

Igels : Tu dois être Kain, n'est-ce pas ?
Kain : En effet. Enchanté.

Igels aida Kain a se relever.

Igels : J'espère que tu as une bonne explication pour ta défaite.
Kain : ...Pardon ?
Igels : Tu es censé protéger ma soeur. Tu ne peux pas te permettre d'être faible, envers quelque adversaire que ce soit !
Rachel : Igels, ca suffit !
Igels : ...Très bien. Mais n'oublie pas ceci, Kain : Faible comme tu es, tu es inutile auprès de Rachel.
Rachel : Je t'ai dit d'arrêter !
Igels : ...Quels sont tes ordres, ma soeur ?
Rachel : Déjà, j'aimerais que tu t'excuses envers Kain. Ensuite, nous allons rentrer chez lui, pour établir les préparatifs de notre départ de demain.
Igels : Je suis au regret de refuser de m'excuser.
Rachel : Mais... Pourquoi ?
Igels : Parce que j'ai pensé ce que j'ai dit. Les faibles n'ont aucune plaçe sur le champ de bataille.

Igels se tourna vers Leo.

Igels : Peux-tu me montrer le chemin ?
Kain : Inutile. Le "faible" va s'en charger.
Rachel : Kain !
Kain : Désolé. On y va.

Et tous marchèrent vers chez Kain, qui menait la marche, encore furieux des paroles d'Igels.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]