Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 14
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : L'oeil de la souffrance
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 02:59
Œuvre lue 34835 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Mardi 25 mars 2008, 07h03 (heure locale)
Note de l'auteur : 10 heures de décalage.

Leo : Bon, on fait une petite pause ?
Rachel : Je ne serais pas contre ! Mes pieds sont en feu !
Igels : Tu as raison, arrêtons-nous un peu. Départ dans trente minutes.
Rein : Je me charge d'allumer un feu.

Le petit groupe avait voyagé a travers bois pendant trois heures, partageant les vivres et veillant avant tout a éviter tout contact avec la civilisation avant d'arriver en ville, de peur de donner leur trace. Pendant ce trajet, ils avaient monté de toute pièce une fausse identité pour Rachel et Igels, les présentant comme les cousins germains de Kain. Avec quelques détails donnés par ce dernier, ils pensaient pouvoir jouer leur ràle suffisamment bien pour que toute personne ne connaissant pas la princesse y croie. Mais la fatigue aidant, ils s'arrêtèrent le temps de reprendre leurs souffles, et s'installèrent autour du feu de camp improvisé par Rein.

Kain : Rein, ou penses-tu que nous soyons, par rapport à la ville ?
Rein : Je dirais plus ou moins a encore une heure de marche, en tenant compte du pire des scénarios possible.
Kain : Ok. Ou en est notre nourriture ?
Leo : On a encore largement en stock, de quoi tenir deux semaines au moins.
Kain : Le reste des affaires ?
Igels : Tout est en état, et les sacs de couchage sont prêts, si certaines personnes doivent se reposer.
Kain : Bien. Je propose qu'on avale de quoi se remplir l'estomac, puis qu'on ne touche plus à la nourriture jusqu'à notre arrivée.
Rachel : Ca marche !
Kain : Bon, tout a été dit, donc... Bon appétit, tout le monde !

Tous commencèrent a manger.

Rein : N'empêche, Igels, comment tu as fait, avec le serpent de tantôt ?
Igels : Bon, tout d'abord, quand je l'ai vu sur notre chemin, j'ai compris qu'il se sentait menacé à sa manière de se déplaçer, un peu plus tendue qu'a la normale.
Rein : Oui.
Igels : Ensuite, avant qu'il ne se dresse devant nous, j'ai ramassé une motte de boue. Le but n'était pas de le blesser, mais de l'aveugler suffisamment longtemps pour qu'on passe.
Kain : J'aurais plutôt pris une pierre.
Igels : Il nous aurait poursuivi, c'aurait pu être génant.
Leo : Bien vu.
Igels : Ensuite, j'ai attendu qu'il se dresse, j'ai lancé la motte pour qu'elle éclate sur son motif, et ca l'a aveuglé. La suite, vous la connaissez.
Rein : Ouais, un superbe sprint.
Leo : J'aurais plutôt dit qu'on avait détalé a toutes jambes, mais c'est pareil.

??? : Alors ce sont eux, qui ont déjoué le leurre... Bon, changeons de position et gardons-les sous écoute...

Rachel : Au fait, Kain...
Kain : Oui ?
Rachel : J'ai oublié de te remercier, pour l'avion.
Kain : Pourquoi ?
Rachel : Pour la manière dont tu m'as protégée.
Kain : Je te l'ai dit. Si je te suis, c'est pour te protéger. Donc, tu n'as pas a me remercier.
Rachel : J'insiste...

Elle jeta un oeil sur Igels, en pleine discussion avec Leo et Rein, avant de continuer.

Rachel : ... Tu sais, Igels n'est pas vraiment mon frère.
Kain : Ah bon ?
Rachel : Oui. A l'origine, sa famille était la descendante d'une familles de gardes du corps réputés, les Lancaster de Saidara.
Kain : Cela explique son talent.
Rachel : Hélas, quand il avait six ans, il a été le témoin et le seul survivant d'un grand massacre, perpétré par un assassin, armé d'une arme maudite, si l'on en juge par le message écrit en lettres de sang d'un des membres de la famille. Le message disait "La lame maudite, Zantetsuken, est la...". Y a pas eu de suite, la personne ayant sûrement dû être assassinée à ce moment-là.
Kain : Et lui, comment a-t-il survécu ?
Rachel : Il était allé passer son test d'aptitudes pendant la nuit, et en revenant, il a vu le massacre d'un point élevé. Terrorisé par l'assassin, il n'a pas osé sortir de sa planque avant le lendemain matin, et il est directement venu voir mon père juste après en être sorti.
Kain : Quelle a été sa réaction ?
Rachel : Il a envoyé ses meilleurs hommes chasser l'assassin, qui a été capturé et enfermé a vie dans l'une de nos geàles. Et Igels a été adopté par ma mère, qui ne supportait pas de le voir sans famille a un aussi jeune âge.
Kain : Ca doit être de ta mère que tu as hérité de ton côté chaleureux.

Rachel se mit a rougir, rapidement imitée par Kain, qui se rendit compte de ce qu'il venait de dire.

Kain (rouge) : Désolé.
Rachel : C'est pas grave...

??? : Je suis idéalement plaçé, et la cible est dans ma ligne de mire. Je n'ai aucune chance d'échouer. Début de l'opération...

Rachel : ...Je vais pas t'en vouloir parce que tu me complimentes...

??? : ...Maintenant !

Un bruit fendit l'air, tandis que Rachel s'écroula devant Kain, a sa grande surprise.

Kain : Rachel ? Rachel ! Bon sang ! Les gars, venez vite !
Igels : Que se passe-t-il ?
Kain : Rachel a été blessée !
Rein : Par quoi ?
Kain : J'en sais rien ! Je n'ai rien vu arriver !

Leo regardait la plaie, silencieux.

Leo : ...Balle de fusil de précision. Le tir a du être fait de relativement loin, pour ne la blesser que comme ca, et au vu de la position de sa chute, le tir venait de...

Leo la direction d'ou venait le groupe.

Leo : Par là.
Igels : Séparons-nous. Rein, tu viens avec moi, on va trouver et calmer ce sniper. Kain, Leo, vous foncez avec ma soeur, en direction de la ville. On vous rejoint dès que c'est fait.
Kain : Ca marche. Leo, tu m'aides a la porter ?
Leo : Oui. Mais allons-y lentement, ou la balle risque de se déloger et de se balader en elle.
Kain : D'accord... Oh hisse !
Rein : Igels, on y va !

Et le groupe se scinda. Rachel, haletante, se fit transporter par Leo et Kain, qui marchèrent aussi vite que possible, sans pour autant risquer davantages de problèmes à Rachel, tandis qu'Igels et Rein partirent dans la direction opposée, dans le but de dénicher le tireur.

??? : Maintenant que je suis repéré, ils vont tenter de me traquer. C'est là que le jeu commence !

Rachel : Huuuh... Ou suis-je...?
Kain : Ne bouge pas, Rachel.
Leo : Tu t'es faite tirer dessus. Si tu bouges, la balle risque de se déloger d'ou elle est.
Rachel : ...Il ne me reste plus beaucoup de temps, n'est-ce pas ?
Kain : Ne dis pas de bétises ! On va te transporter dans un hopital !
Rachel : ...J'ai la trouille...
Leo : Ca se comprend. Je l'aurais, moi aussi, a ta plaçe...

Leo, qui avait fixé Rachel, regarda loin devant lui.

Leo : ...Mais il y a des gens pour qui tu comptes. Et pour qui tu ne peux pas abandonner... Quoi qu'il arrive !
Rachel : Des gens pour qui je compte...

Rachel ferma les yeux, fatiguée par sa blessure.

Kain : Tu as trouvé les mots qu'il fallait, apparemment.
Leo : Ce n'était pas "les mots qu'il fallait", Kain, c'était ce que je ressentais. Rien d'autre.
Kain : Je peux comprendre. Et je pense qu'elle t'a compris aussi.
Leo : J'espère. Ca me ferait mal de te voir souffrir a cause d'une faiblesse de sa part.
Kain : ...Pardon ?

Kain fixa Leo, qui ne garda sur lui qu'un bref coup d'oeil.

Leo : Tu es mon meilleur, et quasi mon seul ami, Kain. Si je suis là, ce n'est pas uniquement pour Rachel, mais aussi et surtout parce que j'ai juré de te suivre, quelles que soient tes décisions. J'ai confiance en ton jugement et en tes choix.
Kain : ...Merci. Même si ca n'a pas toujours été la meilleure chose a faire...
Leo : ...Encore ton passé qui te mine, je me trompe ?
Kain : En effet. Et je pense qu'il va me faire souffrir encore longtemps, hélas.
Leo : C'est à toi de décider de le porter encore comme un fardeau, ou pas. C'est ton passé, après tout.
Kain : Oui. Mais j'en porte les séquelles encore aujourd'hui. Et maman aussi en a souffert. Je ne tiens pas a laisser quelqu'un d'autre souffrir à ma place des erreurs que j'ai commises.
Leo : Ce que tu as fait par le passé n'était pas une erreur, Kain. A ta plaçe, j'aurais agi de la même manière, car ton geste avait pour unique but de te libérer des chaînes qui te faisaient souffrir.
Kain : ...Faire souffrir les autres pour ne plus souffrir soi-même n'est pas une solution...
Leo : Dans certains cas, on n'a pas le choix...
Kain : ...
Leo : Apparemment, on n'est plus très loin... Tu te sens comment ?
Kain : Ca va, la barre des douze heures n'est pas encore atteinte, loin de là.
Leo : Quand on sera arrivés à l'hopital, préviens-les de ton problème, cela pourra leur permettre de prévoir le choc.
??? : Leo ! Kain ! Nous recevez-vous ?
Kain : On t'entend, Rein ! Que se passe-t-il ?

La voix de Rein filtrait a travers un boitier, ressemblant à un talkie-walkie, que Kain transportait dans son sac a dos.

Rein : Igels et moi avons rattrapé et capturé le mercenaire, mais il s'est tué avant de parler. Selon Igels, il s'est suicidé avec une capsule d'un produit mortel qu'il avait en bouche avant qu'on le rattrape.
Leo : Ils sont déterminés a ne laisser passer aucune information, visiblement.
Kain : Bon, rattrapez-nous au pas de course, nous continuons a progresser vers la ville.
Rein : Entendu... Ah, et il y a un message pour vous de la part d'Igels. Il a dit "Le premier qui profite de l'inconscience de ma soeur pour la tripoter ou je-ne-sais-quelle-autre-cochonnerie, je le lynche sur la plaçe publique !".
Kain : ...Message reçu. Terminé.

Le grésillement qui faisait acte de l'état de marche du talkie-walkie se tut.

Leo : Quel frère protecteur...
Kain : Un peu trop, même... Tiens, regarde devant !
Leo : La fin de la forêt ? Déjà ? Allez, continuons !
Kain : T'en fais pas, Rachel, on est presque arrivés !

Dix minutes plus tard, Leo et Kain arrivèrent à l'hopital, ou les attendaient Igels, Rein et une équipe de médecins, qui avaient été prévenus de la situation par Igels, et qui se chargèrent d'emmener Rachel, qui ne s'était toujours pas réveillée, en salle d'opérations.

Kain : Comment vous avez fait pour arriver avant nous ?
Rein : La course-poursuite s'est terminée près d'ici, mais en nous faisant faire un sérieux détour. Grâce au sens de l'orientation d'Igels, on a rapidement pu arriver ici, et on avait a peine expliqué votre cas aux médecins que vous étiez arrivés.
Leo : Vous les avez aussi prévenu des conséquences de la maladie de Rachel pour Kain ?
Igels : Oui, mais ils nous ont assuré qu'il suffirait de le ramener ici, et qu'il y subirait directement des soins.
Leo : Ca va... Et pour les frais de l'opération ?
Igels : J'ai payé comptant pour a peu près cinq cent euros, soit de quoi couvrir les frais d'urgence pour les deux, et j'ai demandé une facture avant la sortie.
Rein : C'est pas un peu suicidaire de se balader avec autant de sous sur soi ?
Igels : C'est pas grand chose, comme argent. Petit, je me promenais avec au moins l'équivalent de trois mille euros, tu sais.
Rein : ...
Igels : Aie... Désolé pour ce que je viens de dire, Rein.
Rein : Pas grave. Ca ira.
Kain : Bon... Je vais chercher une boisson, et je vous rejoins.
Leo : Ok.

Kain s'éloigna d'une demi-douzaine de pas, calmement, quand il s'écroula, sans un bruit. Une mare de sang commenca a se former sous lui. Leo accourut, horrifié.

Leo : Qu'est-ce qui se passe ! Kain !
Kain : Si tôt... Pas normal...

Leo retourna Kain avec précaution, pour constater que la blessure de Rachel s'était déjà transmise, alors que seulement une heure venait de se produire.

Leo : Qu'on m'amène quelqu'un ! Vite ! Un médecin !
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]