Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 23
Nom de l'œuvre : Cursed Princess Nom du chapitre : La lance sacrée
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/3/2009 à 03:05
Œuvre lue 36288 fois Dernière édition le : 1/1/1970 à 01:00
[ Retour - Bas de page ]
Jeudi 10 avril 2008, 09h01

??? : Alerte ! Nous sommes attaqués !

Un homme, tout de noir vêtu, pénétra dans la salle du tràne.

??? : Sires ! Nous sommes...
??? : J'ai entendu, idiot ! File à ton poste !
??? : Bien, sire Muramasa !
??? : Eh bien, tu as l'art de leur parler, Mura.
Muramasa : Contrairement à toi, Caladbolg, t'es trop gentil avec eux.
Caladbolg : Oh, faut parfois leur parler calmement pour qu'ils comprennent leur erreur... Avant de mourir, bien entendu.
??? : T'as raison, Calad, ce n'en est que plus amusant de les voir mourir.
Caladbolg : Un point sur lequel nous sommes d'accord, Zantetsuken. Et toi, Excal, t'en penses quoi ?
Muramasa : Laisse Maître Excalibur tranquille, il a besoin de repos.
Excalibur : Laisse, Muramasa, la question de Caladbolg est pertinente, et mérite une réponse. Mais, personnellement, je ne laisse pas à ces chiens le temps de trouver une excuse, donc il faudrait que je leur en laisse le temps pour savoir. J'essayerai, à la prochaine bourde de leur part. Bon...

Le dénommé Excalibur se leva, avant de se tourner vers ses alliés.

Excalibur : Mes amis, tous à vos postes. J'ai dans l'idée que ce sont les gardiens de la princesse qui viennent récupérer leurs affaires.
Muramasa : Au passage, leurs affaires sont toujours au sous-sol ?
Caladbolg : Je m'en suis personnellement chargé. Cette femme a eu beaucoup d'audace de vouloir vous tenir tête, Maître Excalibur.
Excalibur : Elle ignore la valeur de sa vie. Ce soir, je me chargerai de le lui faire comprendre personnellement. Allez-y, maintenant.

Tous sortirent, excepté Excalibur, qui s'assit sur le tràne royal du château de Saidara.

Excalibur : Venez, jeunes combattants. Nous vous attendons.

Hors du château, le combat commençait, entre les gardes de la princesse et les gardes de son château.

Richard : Faites attention, ce sont quasi tous des mercenaires !
Igels : Pas besoin de me le rappeler !

Tous, Kain le premier, faisaient preuve d'une obstination sans failles, prêts à tout pour protéger Rachel, mais aussi prêts à tout pour vaincre le moindre de leurs ennemis, qui ne faisaient qu'arriver en surnombre.

Kain : Il en arrive toujours plus ! Qu'est-ce qu'on est censé faire ?
Richard : La réponse est évidente, fiston ! Une percée ! Regroupons-nous !

Tous s'agglutinèrent autour de Rachel.

Richard : Kain, tu pars à l'avant avec moi. Rein, Igels, vous nous suivez avec Rachel, que vous couvrirez. Leo, on te laisse l'arrière-garde.
Leo : Ca marche !
Kain : Prêts ?.On fonce !

Selon le plan, Richard et Kain ouvrirent une brèche parmi les défenseurs, brèche suffisamment importante pour que le reste du groupe s'y engouffra, pénétrant dans le bâtiment par l'entrée principale. Leo, dernier a passer, referma la porte derrière lui, puis plaça une planche en bois, de manière à caler la porte.

Leo : On devrait être tranquilles un moment...
??? : Peut-être... Peut-être pas...

Devant le groupe se trouvait un escalier, au sommet duquel se trouvait un jeune homme, aux longs cheveux blonds et aux yeux d'un bleu profond. Un doux sourire ornait son visage, et il aurait aisément pu passer pour quelqu'un de sympathique s'il ne tenait pas dans sa main droite une lance légèrement plus haute que lui.

Kain : Qui es-tu ?
??? : Je me présente. Caladbolg, Lance Sacrée du Big Four. Vous devez sûrement être les gardiens de la princesse Di Alexandros, je me trompe ?
Leo : Ouais, tu te trompes. Nous sommes juste venus reprendre ce château, afin d'en faire notre résidence secondaire. Ca pose un problème ?
Caladbolg : Bah, on a jamais été habitués a partager, chez nous, je vois pas en quoi ca changerait.
Leo : Qui a parlé de partager ? On va vous chasser d'ici !
Caladbolg : Intéressant... Montre-moi si tu es donc capable de me chasser !

Caladbolg se rua vers le groupe, mais Leo prit les devants, et se plaça en tête du groupe, parant l'assaut initial du lancier.

Leo : Continuez sans moi ! Je m'en charge !
Caladbolg : Vous n'irez nulle part !
Leo : Toi, tu restes ici !

Leo lanca une série d'attaques, qui n'avaient nullement pour but de toucher Caladbolg, mais plutôt de le distraire suffisamment longtemps pour que ses amis puissent continuer sans problème.

Kain : Rejoins-nous dès que tu en auras fini !
Leo : Pas de problème, vieux !
Caladbolg : Arg...

Caladbolg recula de quelques pas.

Caladbolg : Maître Excalibur va me tirer les oreilles, c'est sûr... Mais bon, si je lui ramène ta tête, cela devrait suffire... Et puis, je ne suis pas le seul à garder cet endroit.
Leo : C'est logique qu'avec un nom comme "The Big Four", vous n'êtes pas que deux.
Caladbolg : Tu sais, certains m'ont posé la question.
Leo : Les gens peuvent être vraiment stupides, quand ils veulent... Et crois-moi, je suis bien plaçé pour dire ca.
Caladbolg : Ah, tu étais stupide, peut-être ?
Leo : Je jouais au stupide, plutôt.
Caladbolg : Et ca te rapportait quoi ?
Leo : Le sourire de mon plus proche ami.
Caladbolg : C'est tout ?
Leo : C'est bien suffisant pour moi... Et si tu ne peux pas comprendre ca... Alors tu n'es pas digne de vivre !
Caladbolg : Alors viens me prendre la vie, si tu en es capable !

Caladbolg lança une série d'assauts à la lance, que Leo dévia à l'aide de ses gantelets, avant de retourner en haut de l'escalier d'un simple bond.

Leo : Joli saut.
Caladbolg : Tu n'as pas encore tout vu... Holy Shock !

Caladbolg pointa sa lance vers Leo, et la lance émit un rayon de lumière concentrée, qui aurait transpercé le coeur de Leo s'il n'avait pas vu venir le coup et esquivé le tir.

Leo : Eh, tu crois que je ne connais pas l'histoire de cette lance ?
Caladbolg : Diantre, j'affronte quelqu'un d'intelligent. Va falloir que je passe à la vitesse supérieure, alors...

Caladbolg tint sa lance bien droite, avant de recommencer a tirer. Mais cette fois, au lieu de rester immobile, il manipula sa lance de manière à trancher son adversaire avec le rayon de sa lance. Leo tenta de parer avec son bras droit, mais tout ce qui se passa fut l'explosion du gantelet qui y était accroché. Les dards contenus dans le gantelet fusèrent, et l'un perça l'oeil gauche de Leo, qui hurla de douleur.

Caladbolg : Voici ce qui arrive quand on joue au con !
Leo : ...Saleté...

Caladbolg lança une série d'attaques, de la même manière qu'il lança celle qui coûta son oeil à Leo. Le jeune homme tenta d'esquiver les attaques, mais, méthodique dans sa manière d'agir, Caladbolg l'accola dans un endroit d'ou il ne pouvait se dégager.

Leo : La, on dirait que je suis coincé.
Caladbolg : Tu as une chance de t'en sortir, tu sais.
Leo : Tu proposes quoi ?
Caladbolg : Oh, rien de difficile.

Caladbolg eut un sourire mauvais.

Caladbolg : J'aimerais juste le sourire de ton meilleur ami.
Leo : Pardon ? Tu veux que je le fasse sourire devant toi ?
Caladbolg : Ah, tu ne m'as pas bien compris. En gros, j'aimerais que tu le fasses sourire, puis que tu lui coupes la tête, qu'il garde ce sourire éternellement. Ainsi, nous serons tous deux satisfaits. Ca te va ?
Leo : ...
Caladbolg : Hey, ca va ? J't'ai pas demandé la mort, non plus.
Leo : Si, justement.

Leo serra les poings.

Leo : ...Il m'a sauvé d'un enfer dont tu n'as pas idée.
Caladbolg : Ca dépend ce qu'est l'enfer pour toi.
Leo : ...Tu as vécu avec tes parents ?
Caladbolg : Non, pas du tout. Je suis orphelin de naissance, vois-tu.
Leo : Tu ne peux pas comprendre, alors...
Caladbolg : Comprendre quoi ?
Leo : Ce que c'est que de voir les deux personnes qui t'ont fait naître avec amour se battre pour un rien, après avoir juré de s'aimer jusqu'a ce que la vie les sépare... Sans compter qu'ils se servaient de moi, le fruit de leur amour, pour se faire davantage souffrir l'un l'autre.

Leo baissa la tête.

Leo : J'étais au milieu d'un putain de conflit, tu sais... L'un se servait de moi pour faire du mal a l'autre, l'autre s'avouait vaincu, avant de se servir de moi pour lui faire du mal a son tour...
Caladbolg : En gros, tu n'étais qu'un instrument.
Leo : C'est ce que j'ai pensé, jusqu'a ce que je le rencontre...
Caladbolg : Qui ca ?
Leo : Mon ami. Il m'a fait comprendre que je n'étais pas le seul a souffrir, mais que m'apitoyer sur mes problèmes ne les résoudrait nullement. Et quand il s'est rendu compte que je voulais m'en sortir, il m'a tendu la main, et m'aide encore aujourd'hui à me battre...
Caladbolg : Son sourire doit avoir une valeur inestimable a tes yeux... Ca va être embêtant...
Leo : Embêtant pour quoi ?
Caladbolg : Pour te récompenser, une fois que tu l'auras tué.
Leo : ...Tu crois vraiment que je vais le tuer pour quelqu'un qui ne voit qu'une valeur matérielle à la nouvelle chance qu'il m'a donné ?

Leo devint vraiment en colère, et porta sa main à sa ceinture.

Leo : Va falloir que je passe à la vitesse supérieure aussi, alors !

Leo sortit alors le Water Gun qu'il avait hérité de Watery, et commença à tirer à l'aveuglette, en direction de Caladbolg.

Caladbolg : T'es devenu fou, que tu tires des bulles ?
Leo : Des bulles, hein ? Glass Rain !

Au cri de Leo, les bulles piquèrent toutes vers Caladbolg, tout en prenant la dureté du verre. Caladbolg en frappa une de sa lance, ce qui les fit toutes exploser en même temps. Leo n'eut que le temps de se couvrir le visage, tandis que des éclats traversaient toute la pièce, et lui comme Caladbolg furent mitraillés par ces mêmes éclats.

Caladbolg : Aaaah... Ca fait mal...
Leo : Et tu n'as pas encore tout vu...Regarde un peu les plaies que tu as !

Caladbolg regarda son corps, couvert de taches sombres.

Leo : J'ai créé ce liquide assez spécial en prévision d'un tel combat. L'eau dont a été faite ces bulles a été faite pour réagir à un son particulier, auquel cas elle se durcissait, se projetait vers un adversaire marqué au préalable, puis explosait au contact de la première chose venant contre elle. De plus, cette eau est également composée d'un acide particulier, capable de dévorer les chairs jusqu'a la mort.
Caladbolg : Oui... Mais tu as... Eté touché aussi...
Leo : Avant de partir, j'avais enduit mes vêtements et ma peau d'un produit particulier, qui atténuait presqu'entièrement les effets de cet acide sur le corps humain.
Caladbolg : ...Tu es un adversaire... Redoutable...
Leo : Toi aussi. C'est juste dommage que tu aies mis ces talents pour une mauvaise cause.
Caladbolg : Je ne regrette... Rien du tout... Maître Excalibur... M'a sauvé de la mort... Alors c'est un honneur... De mourir pour lui...
Leo : Je félicite ton sens du devoir.
Caladbolg : Et je félicite... Ton sens du sacrifice... Te lancer d'entrée de jeu... Pour affronter plus fort que toi... Et laisser passer tes amis... C'est très noble...
Leo : Je fais ca pour que ceux que j'aime accomplissent leur devoir, c'est tout.
Caladbolg : Ceux que tu aime... A bien y penser... J'aime Maître Excalibur...
Leo : En effet. Sinon, tu ne lui serais pas aussi dévoué.
Caladbolg : Merci de le reconnaitre...

Il ne put en dire plus, l'acide faisant suffisamment son effet pour lui faire rendre l'âme. Sa lance, également touchée par l'acide, finit également par fondre, a la surprise de Leo.

Leo : Cette lance était censée... Résister à tout... Alors pourquoi ?

Il fut soudainement pris de vertiges.

Leo : Merde... J'ai été affecté aussi...

Il s'écroula devant l'escalier, vers lequel il tendit la main...

Leo : Kain... Je compte... Sur toi...

...Avant de s'évanouir, succombant a la douleur de ses blessures.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 | Retour | Haut de page ]