Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 33
Nom de l'œuvre : Les légendes du Mordz Nom du chapitre : Epilogue : Un monde imparfait
Écrit par Requiem Chapitre publié le : 22/12/2010 à 22:23
Œuvre lue 50420 fois Dernière édition le : 22/12/2010 à 22:23
Elivsh regarda le trou qui semblait ne pas avoir de fond. Le Gouffre était toujours aussi impressionnant vu d’aussi près. Dire que c’était ici que se tenait le château de Might, onze ans auparavant et que c’était en partie sa faute.
- Est-ce vraiment nécessaire ? demanda Véon. Maintenant que Ganon est mort, le Mordz va enfin connaître une longue période de paix.
A son côté, Janus lui lança un rapide coup d’œil avant de regarder devant lui, ses yeux semblaient chercher quelque chose, loin à l’horizon.
- Crois-tu vraiment ? Silver Altari est libre et possède l’armée de Ganon. Tu penses qu’elle ne cherchera pas à se venger un jour ou l’autre ? Et si ce n’est pas elle, combien de partisans les Trois ont-ils encore dans la nature ? Un jour une nouvelle voix s’élèvera pour apporter un vent de chaos.
Véon ne répliqua et regarda à son tour au loin. Peut être cherchait-il un nuage de poussière annonçant qu’une nouvelle menace était en marche ?
Ils devaient donc vraiment détruire le temps. C’était ce qui était prévu depuis le début. C’était leur destin, une ligne de conduite qui, malgré les infinies fluctuations des évènements, ne pouvait en aucun cas être changée.
- Pourquoi ne pas venir avec nous ? Vous êtes le sixième Visitors, vous aussi vous avez le pouvoir de détruire le temps.
Janus secoua la tête.
- Non. Mon rôle en tant que sixième de la prophétie était de permettre ce que vous allez vous apprêter à faire. Et puis, mon corps fait parti de ce monde, on m’a juste rendu la mémoire pour que je découvre toutes les horreurs que j’ai commises sous le règne de Might et plus tard. Il faut que ce soit vous qui détruisiez ce monde.
Elvish se rapprocha de Véon et Janus. Il comprenait à peu près ce qu’il devait faire mais une question le turlupinait quand même.
- Mais si on détruit ce futur, ça veut dire que la reine ne se souviendra plus de rien… Elle aura oublié que je l’a…
Les mots ne purent passer le fond de sa gorge. Il ne pouvait se résigner à une telle fatalité, le dire ne ferait que rendre la chose plus réelle et donc plus dure à supporter. Il ne lui avait même pas dit au revoir. C’était peut-être mieux ainsi.
Janus sortit alors la Pierre du Temps de sous son manteau. Elle luisait légèrement à la douce lumière du soleil couchant. Elvish eut une pensée pour Shy Guy qui était mort dans le désert de Colossin afin qu’ils puissent obtenir la Pierre.
- N’oubliez pas ce que je vous ai dit. Ne lâchez surtout pas la Pierre, sous aucun prétexte, sinon vous serez expédiés dans un endroit que je n’ose même pas imaginer. Ensuite, lorsque vous aurez réintégré votre époque, vous devrez faire en sorte de me détruire dans le passé pour que je ne crée jamais la Pierre que vous avez volé dans le palais de Might et qui est l’origine du Cataclysme quand vous l’avez brisé.
Janus avait créé une fausse Pierre du Temps ? Voilà pourquoi celle qu’ils avaient trouvée dans les souterrains du désert n’était pas brisée !
- Mais, fit Véon en fronçant les sourcils, pourquoi te tuer ? Il suffit juste qu’on t’empêche de créer cette pierre, non ?
Janus arrêta de scruter le lointain paysage pour poser les yeux sur Véon. Il prit un air grave.
- Parce que j’ai fait beaucoup d’autres choses dont je ne suis pas fier. La guerre a empiré par ma faute, le peuple a souffert par ma faute. Depuis que Janus existe, je n’ai apporté que le malheur. Bien avant tout ça, lorsque je combattais Might, les combats et les sacrifices me paraissent bien doux comparés à ceux que j’ai dû consentir après que j’ai perdu la mémoire.
Qui était réellement Janus ? Il était le neveu de Might mais personne n’avait jamais entendu parler de lui. Et il venait de dire qu’il avait combattu son propre oncle avant de perdre la mémoire. Gloom connaissait sa véritable identité, le vrai nom de Janus. Hélas ce dernier avait emporté ce secret dans la tombe. Véon aurait pu poser la question mais il n’était pas sûr que Janus veuille bien lui répondre. Et puis, à quoi lui servirait cette information ?
- Might est une bonne chose pour le Mordz ? Je n’aurais jamais cru pouvoir dire ça un jour, déclara Elvish coupant court aux réflexions de son ami.
- Crois-mois Elvish, il y a bien pire que Might en ce bas monde. Bon. Il est l’heure pour vous de partir voyageurs du temps, bonne chance.
Elvish ne se sentait toujours pas prêt à partir. Il avait encore des dizaines de questions à poser à Janus et puis il y avait aussi la reine… Malheureusement il n’eut jamais le temps de lui dire adieu car Janus le poussa violemment vers le Gouffre, Véon à sa suite. Parmi les sifflements qui lui bouchaient les oreilles il entendit cependant le dernier avertissement de Janus :
- Surtout, ne lâchez pas la Pierre !
La Pierre ? Où était-elle ? Il chercha désespérément le petit caillou lumineux. Il faillit s’affoler au bout d’une dizaine de secondes quand il remarqua enfin du coin de l’œil un petit scintillement presque imperceptible. Il se dirigea alors vers lui et découvrit la Pierre qui tombait comme par magie exactement à la même vitesse que lui et Véon.
Il agrippa l’objet de sa main fébrile, bientôt rejoint par Véon. Ils attendirent ainsi pendant une bonne minute, chutant à une vitesse vertigineuse, mais le Gouffre ne semblait jamais vouloir se terminer.
- Tu crois qu’on va encore tomber longtemps ? cria-t-il à son compagnon.
Véon secoua la tête d’un signe négatif et haussa les épaules. Elvish fit la moue et soupira avant d’observer le noir intense vers lequel ils se dirigeaient à très grande vitesse.
Soudain il y eut comme une secousse et un cri étouffé. Elvish reporta son attention vers Véon et faillit lâcher la Pierre, abasourdi. Accroché au pied de Véon, Zenight tentait de remonter le long du corps de son ami pour s’emparer de la Pierre du Temps.
- Si je ne peux pas avoir Hina maintenant, alors je m’en emparerai dans le passé !
Dans ses yeux se reflétait le même grain de folie qu’il avait tantôt observé chez Ganon avant que celui-ci ne se fasse tuer. Véon avait beau se débattre, la rage et la folie décuplaient les forces de leur passager clandestin. Il n’y aurait rien à faire pour se débarrasser de lui et pourtant ils devaient à tout prix éviter que Zenight ne revienne dans le passé pour y semer la zizanie.
C’est alors que le jeune mordzien croisa le regard de Véon. Aussitôt Elvish comprit les intentions de son ami et une froide terreur s’empara de lui. Il ne pouvait pas le laisser faire ça !
- Ne fais pas ça ! Tu ne peux pas me faire ça après tout ce qu’on a vécu !
Un faible sourire illumina le visage de Véon.
- Je suis désolé de devoir te laisser te débrouiller tout seul. Adieu, l’ami.
- Noooooon !!!
La Pierre se mit soudainement à briller dans leurs mains réunies. Véon la lâcha alors et disparut dans un éclair blanc qui éblouit Elvish. Lorsque celui-ci rouvrit les yeux, il n’y avait nulle trace de la présence de Véon ou de Zenight. La Pierre quant à elle se mettait à briller de plus en plus intensément. Bouleversé, Elvish ne remarqua même pas que la Pierre devenait aussi chaude que du feu ardent et lui brûlait la main. En cet instant, il ne ressentait qu’un grand vide intérieur. Il avait tout perdu depuis qu’il était arrivé ici, ses repères, son innocence, ses amis… son amour. Il n’avait plus rien.
Un nouvel éclair blanc illumina le Gouffre et Elvish se sentit comme aspiré puis ses oreilles se mirent à bourdonner et une forte pression s’exerça sur sa cage thoracique jusqu’à le faire suffoquer. A bout de force, il perdit connaissance.

Lorsqu’il se réveilla, il était étendu par terre dans un champ de blé. Non loin de là, il pouvait entendre le bruit d’une rivière suivre son cours. Il cligna plusieurs fois des yeux comme s’il sortait d’un long sommeil empli de rêves cauchemardesques et se redressa lentement.
A l’ouest, il vit une forêt d’où s’élevait le chant des oiseaux, à l’est, ce n’était que plaine verdoyante à perte de vue. Ou était-il ? Et surtout, à quelle époque se trouvait-il ? Janus n’avait pas donné d’explication sur l’époque de sa naissance. Etait-il tombé loin dans le passé, à des années de la création du Mordz ou se trouvait-il seulement à quelques mois de sa disparition dans le futur ?
Il se releva complètement et fit quelques pas. Ses jambes étaient engourdies. Il remarqua également qu’il avait grand soif, sa langue était aussi sèche que du bois. Il se dirigea alors vers la rivière pour y puiser un peu d’eau et reprendre des forces.
Il se désaltéra longuement, buvant goulument l’eau qui s’écoulait lentement de ses deux mains jointes en coupelle. Enfin, lorsqu’il eut suffisamment bu il s’assit par terre et ferma les yeux.
Il ne sut jamais s’il dormit longtemps ou non. Toujours est-il qu’il fut brusquement tiré de son sommeil par un bruit étrange. Il tendit l’oreille et scruta les alentours mais ne vit rien. Peut être avait-il seulement fait un cauchemar.
Il allait les refermer à nouveau quand le bruit qu’il avait entendu se manifesta à nouveau. C’était comme une sorte de gémissement plaintif. Il se leva et marcha dans la direction d’où semblaient provenir les plaintes.
Il ne lui fallut pas plus de quelques instants pour apercevoir une forme qui s’extirpait avec difficulté des eaux tumultueuses de la rivière. Il courut vers elle et s’arrêta à quelques mètres, horrifié.
Malgré les nombreuses et graves blessures de la personne qui venait de s’extirper de l’eau, il ne pouvait pas ne pas reconnaître son ancien boss, Requiem qui était mort durant l’un des Battle Patates Royal organisé par Might. C’est alors que la vérité lui sauta aux yeux.
Il avait toujours eu l’impression d’avoir déjà vu le visage de Janus quelque part et pourtant il n’était jamais parvenu à savoir ni où ni quand il l’avait vu. C’était pourtant évident à présent qu’il voyait les nouvelles blessures de Requiem. Car Requiem, le révolutionnaire extrémiste et antimonarchiste n’avait d’autre que pour alter ego, Janus le scientifique de génie à la botte de Might avant de devenir l’un des chefs du gouvernement post-apocalyptique. Comment l’homme avait pu basculer d’un extrême à l’autre, Elvish commençait à peine à en avoir une vague idée. Requiem avait tout simplement perdu la mémoire puis avait été sauvé in extremis par…
- Qu’est-ce que vous faites au monsieur ?
Elvish sursauta en entendant cette voix. Malgré le fait qu’elle paraissait beaucoup plus jeune, il aurait pu la reconnaître entre mille. Il se retourna lentement et découvrit une petite fille qui se tenait timidement debout. Elle avait les cheveux blonds mais ses yeux l’un rouge, l’autre vert ne lui permettait pas le moindre doute. C’était la princesse Illyria, treize ans plus tôt.
Son cœur battit la chamade dans sa poitrine et ses yeux se remplirent de larmes.
Oui, il allait sauver le monde. Mais le prix à payer lui paraissait presque insurmontable, car plus jamais elle ne l’aimerait.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 | Retour | Haut de page ]