Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 45
Nom de l'œuvre : Les légendes du Mordz Nom du chapitre : Chapitre 11 : Zéro
Écrit par Requiem Chapitre publié le : 22/12/2010 à 22:37
Œuvre lue 50417 fois Dernière édition le : 22/12/2010 à 22:37
Les soldats envahirent la maison à la nuit tombée. Ils pénétrèrent en même temps par l’entrée principale et par la porte de derrière, pointant leurs armes de chaque côté de la pièce dans une coordination parfaite. Rien ne se produisit mis à part un petit bruit de fond qui faisait comme un bip et qui allait en accélérant. Cinq secondes plus tard, la maison de la TGS volait en éclats, pulvérisant tous les intrus qui s’y étaient introduits.
Matteo, qui observait l’opération depuis la rue, fut soulevé comme un fétu de paille par l’onde de choc que produisit l’explosion. Il réussit néanmoins à évaluer assez l’angle de sa trajectoire pour atterrir à peu près élégamment sur ses pattes après un à peu près double salto alto arrière à peu près contrôlé.
En revanche, le souffle ne fit pas bouger d’un pouce Ganon qui, grâce au surpoids causé par son corps de métal, regarda avec amusements la pluie de morceaux de chair qui s’abattit dans la rue.
- Je m’attendais à un coup dans le genre, cria Matteo en revenant à sa hauteur, de l’autre côté du trottoir.
L’ouïe du capitaine devait être perturbée après un tel ramdam mais Ganon entendait parfaitement grâce aux circuits intégrés qui constituaient à présent son oreille. Cependant il éleva également la voix pour que la capitaine puisse l’entendre :
- Alors pourquoi avoir envoyé les soldats se faire tuer ?
- Pourquoi ? Parce que plus le nombre de soldats tombés non pas au combat mais dans une attaque à la bombe sera élevé, plus il sera difficile pour les rebelles de se faire de nouveaux alliés.
La logique de Matteo était implacable. Les soldats qui venaient de mourir avaient tous une famille, des amis… Qui blâmeraient-ils une fois qu’ils apprendraient la triste nouvelle ? L’image donnée par les rebelles était loin d’être flatteuse. D’abord l’enlèvement de la princesse puis maintenant ça. Même si au départ la création du groupe semblait avoir séduit la population, Ganon était prêt à parier que la Lune Etoilée perdrait quelques supporters dans les jours à venir.
- Bien, continua Matteo. Nous pouvons faire venir les spécialistes maintenant. Qu’ils me passent le terrain au peigne fin. Je veux récupérer le maximum de données sur les personnes qui étaient présentes ici et comment ils ont bien pu s’échapper sans se faire voir. Fleurytank n’a certainement pas tout fait sauter alors que ces copines étaient là-dedans.
Ganon ne répondit pas. Il était trop occupé à fixer la fenêtre du premier étage de la maison voisine.

Le Winner ouvrit les yeux sur un plafond à la peinture craquelée. Il avait affreusement mal à la tête. Ses souvenirs étaient confus, comme s’ils nageaient dans le brouillard. Il cligna plusieurs fois des paupières histoire d’être bien sûr qu’il ne faisait pas un de ces rêves bizarres où la réalité se confond à l’imaginaire.
- Ah ! La belle aux bois dormant est enfin réveillée ! fit une voix à côté de lui.
Aussitôt, le Winner referma les yeux et serra les paupières. Encore cette voix ! Cette foutue voix qui le suivait partout depuis quelques temps. Etait-il en train de devenir fou ?
Bon. Il n’allait pas rester comme ça pour l’éternité. Il avait visiblement pris un coup sur la caboche, c’était normal qu’il ne se sente pas super bien. Il rouvrit les yeux et regarda autour de lui. Il était allongé sur un matelas défoncé qui puait le rance. A part lui, quelqu’un d’autre se trouvait sur ce-même matelas.
La respiration lente et profonde, Pika dormait à poing fermé.
C’est à ce moment-là que les souvenirs choisirent de lui revenir en pleine face comme un bon boomerang à son papa. Il se leva d’un bond, s’écartant du corps chaud de la jeune femme. Elle, c’était elle qui l’avait assommé avec son coup de repoussoir magique !
Automatiquement, il porta la main à sa ceinture. Hina se trouvait bien à son côté. La présence de son poids le réconforta. Cependant, il ne savait pas du tout où il se trouvait ni comment il était arrivé dans le même lit que Pika. A la vue de la peinture délavée, ils ne se trouvaient visiblement plus dans la coquette maison couleur rose bonbon de Fleurytank.
Soudain, la porte à l’extrémité de la pièce s’ouvrit et laissa place à Watsounette, Rika et Shadow.
- Ah ! La belle aux bois dormant est enfin réveillée ! lança joyeusement Shadow.
Le Winner sentit un frisson lui parcourir l’échine. Il avait déjà entendu ça quelque part.
- Salut les gars. Euh. Qu’est-ce que je fous là moi ?
- Tu ne te souviens pas mon chou ? dit Watsounette avec une grosse, trop grosse, pointe d’inquiétude dans la voix. Rika va t’examiner ! Allez, baisse ton pantalon.
Il lança un regard noir au travesti dont le maquillage était à présent à moitié effacé. Apparemment Watsounette s’était sauvée en toute urgence. Il lui sembla aussi qu’elle avait pleuré.
Il repoussa Rika dont les doigts commençaient déjà à défaire sa boucle de ceinture. Il remarqua à cet instant qu’elle possédait une prothèse en bois à la place de la main droite. La TGS avait dû salement bataillé ces derniers temps.
- Bordel, vous allez m’expliquer ce qu’il s’est passé oui ou non ?
Watsounette poussa un gros, trop gros, soupir empli de tristesse.
- Si tu veux tout savoir, tu n’as qu’à jeter un œil par la fenêtre.
Il n’avait bien sûr aucune envie de jeter son œil mais le Winner s’approcha quand même de l’ouverture avec prudence. Inutile de coller son pif contre la vitre, on ne savait pas qui pouvait le repérer.
Bien lui en prit car il se trouvait dans une maison voisine de celle de la TGS. Il reconnaissait le voisinage grâce à un arbre tordu qu’il avait remarqué en arrivant.
Pourtant, le quartier général de la TGS n’était visible nul part. A la place, se trouvait un énorme cratère fumant encombré de débris dans lequel des silhouettes en imperméable blanc barbotaient jusqu’aux chevilles.
- Quand ils ont refusé d’écouter Fleurytank, Big Mama a tout fait exploser, expliqua Watsouenette en se tamponnant le coin de l’œil avec un mouchoir de dentelle qui laissa par la même occasion une grosse trace de mascara sur sa joue.
- Et… Elles sont où ?
- Le nouveau (et super mignon) capitaine de l’Armée du Soleil a mis une balle dans la tête de Fleurytank. Et pour Big Mama… Le système de destruction est manuel. Elle était dans la maison quand tout a explosé.
Le Winner se retourna pour faire face à Watsounette. Interloqué, il resta pendant plusieurs secondes à ne savoir que dire, la bouche si grande ouverte qu’on aurait pu y enfourner le poing.
- Big Mama est morte ?
Il n’y avait aucun besoin de répondre à la question mais le Winner devait extérioriser ce qu’il était en train de traverser. Le visage de Shadow exprimait la surprise. Il n’était pas au courant de la double identité de la grand-mère d’Elvish. Le jeune Biker ne semblait plus savoir où se mettre.
Ne supportant plus de voir les visages de ses compagnons, le Winner enfouit son visage entre ses mains. Il avait besoin de réfléchir. Tout se précipitait trop vite. La rencontre avec Ganon, l’enlèvement d’Illyria et sa fuite du palais, puis sa séparation avec Zenight, l’arrivée de Pika, Big Mama et ses révélations sur le futur, tout cela était beaucoup trop pour lui.
Après une minute interminable et gênante, le Winner releva la tête. Des larmes invisibles coulaient de ses yeux.
- J’ai besoin d’être seul, dit-il à ses compagnons.
Dans un silence pesant que seul la respiration profonde de Pika venait troubler, Shadow et les autres quittèrent la pièce un à un. Rika referma délicatement la porte derrière elle.
La tête basse, le Winner sentit le poids qui lui pesait sur les épaules s’alourdir de plus en plus. Encore une fois il venait de perdre des alliés précieux et il n’avait rien pu faire pour l’arrêter.
Essayant de fuir les fantômes qui le hantaient, il se tourna vers le lit. Pika dormait profondément. Même dans son sommeil, elle semblait extenuée. Le coup de Répulsion qu’elle avait utilisé sur lui l’avait vidée complètement. Il s’approcha du lit pour contempler son visage. Elle avait de longs cheveux châtain clair qui tiraient presque sur le blond. Elle avait aussi la peau très pâle, excepté sa joue violacée, endroit où Ninja l’avait frappée. Une paire de lunettes était accrochée au collier qu’elle portait.
Il se rappela de la réaction violente qu’avait eu la jeune femme lorsqu’ils tentaient d’échapper aux forces royales. « Il m’a retrouvée ! Il m’a retrouvée ! » avait-elle hurler. Mais dehors il n’y avait que des soldats de l’Armée du Soleil. Qui avait-elle vu pour qu’elle se mette dans un état pareil ?
- Je t’avais prévenu que si tu restais, il y aurait des morts.
Cette fois-ci, le Winner ne sursauta même pas. Il était presque habitué à cette voix sortie de nulle part qui prenait parfois la fantaisie de lui parler.
- Ah ouais ? répondit-il sur un ton sarcastique. La prochaine fois viens me le dire en face et j’y réfléchirais à deux fois.
- Si tel est ton souhait…
Le Winner ouvrit de grands yeux en découvrant que quelqu’un se tenait à côté de lui. Le cœur battant, il recula jusqu’à s’adosser au mur.
L’individu avait la peau d’une étrange couleur bleuté et de long cheveux poivre sel où l’on voyait encore quelques mèches noires disséminées ici et là. Il était entouré d’une sorte d’aura qui rendait ses contours quelque peu flous, comme si la réalité se tordait à son contact. Et le plus horrible de tout, c’est que le Winner avait déjà vu ça quelque part.
- Est-ce que je deviens fou ?
- Non, non, ne t’inquiète point. Cela fait longtemps que je t’observe, tu ne te débrouilles point si mal pour l’instant. Certes au début je me demandais pourquoi toi. Mais je dois avouer que tu n’étais point le plus mauvais choix. Après tout ce que tu as traversé, ta force mentale est grande. Tout comme l’est la force physique que t’a légué ton ami avant de mourir. Tout ce qu’il te reste à faire c’est d’apprendre à les maîtriser. Oui, au final, tu étais le choix idéal, Lilj.
Ce nom fit frissonner le Winner jusqu’aux tréfonds de son âme. La personne qui portait ce nom était morte au même titre que les autres lors du BPR. Les yeux vides d’un corps sans vie, la couleur de l’herbe arrosée par le sang frais du matin, l’odeur putride de la chair qui se décompose lentement au soleil. Toutes ces images qui lui collaient la rétine chaque fois qu’il fermait les yeux, tous ces souvenirs qu’ils souhaitaient tellement oublier, la mort de ses amis qu’il avait juré de venger.
- Tu crois me connaître si bien mais je ne sais même pas qui tu es. Comme si j’allais te faire confiance sur parole.
L’individu sourit. Il avait les dents aiguisées comme des rasoirs et pourtant son visage ne reflétait aucune méchanceté.
- Oh, moi ? Je ne suis qu’un souvenir. Je fus un jour le premier à me plier à la volonté de l’épée. A l’époque, on m’appelait Zéro. Et si tu restes ici, quelqu’un va encore mourir.

La maison était vraiment dans un sale état. Il ne restait quasiment rien des murs roses bonbon de l’extravagante demeure. Ce qui en subsistait était à présent recouvert d’une épaisse couche de crasse noirâtre. Matteo ne s’attendait pas à ce que les démineurs et les experts trouvent quoique ce soit d’utile. De toute façon, il savait déjà où le conduirait sa prochaine étape. Il regarda vers le sud, là où se trouvaient le quartier pauvre, enfin le plus pauvre de tous – il n’y avait que des quartiers pauvres dans la Capitale. C’était également dans cette direction qu’était le quartier général de ces enfoirés de Bikers.
- Capitaine ! s’interposa un expert en blouse d’isolation blanche. Nous avons trouvé quelque chose dans les décombres.
Matteo se tourna lentement vers le rat de laboratoire.
- Qu’est-ce donc ?
- Euh… Nous ne sommes pas sûrs mais ça ressemble à des bandes d’enregistrement d’un modèle que je n’avais jamais vu auparavant.
- Un modèle inconnu ? fit Matteo en plissant les yeux. Intéressant. Apportez-moi les bandes, j’irai voir le Dr Klarth. Ah. Et où est Ganon ?

Shadow se trouvait près de la porte. Lui et son frère tentaient désespérément de contacter leur boss mais la ligne de téléphone était coupée.
- Qu’est-ce qu’on fait ? demanda Shadow. Une fois qu’ils en auront fini ici, ils vont directement se rendre à notre QG. Ça fait longtemps que les forces royales attendent une occasion comme celle-là de nous tomber sur le coin de la gueule.
- On va s’en sortir, lui assura Hell. Personne ne sait que l’on se trouve ici et le boss saura très bien se débrouiller. Ça fait longtemps qu’on aurait dû rentrer, Iznok doit se douter que quelque chose a mal tourné pour nous.
- J’espère que tu as raison.
Au même instant, la porte d’entrée s’ouvrit avec fracas. Shadow qui était le plus proche eut à peine le temps de s’en rendre compte que déjà un froid glacial s’emparait de son corps.
Son frère avait le visage défiguré de fureur. Shadow ne comprenait pas. Pourquoi semblait-il si contrarié ? Ils étaient épuisés, voilà tout. Ils leur suffisaient de dormir. Shadow avait tellement envie de dormir. Le froid qui l’envahissait de plus en plus semblait venir de son estomac.
Il baissa les yeux et vit quelque chose de brillant qui dépassait de ventre. Il inclina la tête, curieux de comprendre ce que cela pouvait être. Puis la fatigue le submergea comme une vague et ses yeux se fermèrent.
Dans un dernier souffle, il eut le temps de murmurer :
- Que quelqu’un ferme cette fichue porte.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 | Retour | Haut de page ]