Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 6
Nom de l'œuvre : Aube et Crépuscule: Thunderbolt Nom du chapitre : Celebi et les 500 Pokés
Écrit par Whitney Chapitre publié le : 13/1/2011 à 19:34
Œuvre lue 10213 fois Dernière édition le : 13/1/2011 à 19:34
[ Retour - Bas de page ]
Aurelio se leva de bonne heure. Plus que six jours avant le grand jour. Il devait être prêt. Il commença par aller chercher 1 litre d’eau fraîche dans le vieux puits. Ce fut rapidement fait. Il ne restait plus qu’une chose à faire : acheter cinquante baies Mangou. Le prix d’une délicieuse baie Mangou était 10 Pokés. Il devait donc réunir 500 Pokés avant 3 jours. Il compta les sous qu’il avait. Il n’avait que 30 Pokés. Il se souvenait qu’un jour, il avait provoqué un incendie en tentant de faire voler une de ses inventions grâce à de l’air chauffé par un feu. Ce fut un échec. L’incendie fut provoqué par l’huile de baie Fraigo qu’Aurelio avait versé sr le feu. Comme l’huile est moins dense que l’eau, elle prit feu et éclaboussa une dizaine de bâtiments qui se trouvaient aux alentours. Il dut payer 1470 Pokés et dut faire une croix sur son argent de poche. Pour toujours. Ce jour, c’était le jour de son premier cauchemar. Il devait trouver une idée pour gagner de l’argent en trois jours. Et il trouva. Il se présenta pour devenir un assistant du professeur Gallant. Celui-ci accepta, parce-que son assistante s’était éclipsée dans les bois, pour une raison que l’on ignore toujours. Les trois jours qu’il passa auprès du professeur était merveilleux. Il aimait sentir l’odeur des herbes médicinales et des vieux parchemins. Il avait apprit beaucoup de choses en peu de temps. Il savait comment préparer des antidotes efficaces contre l’empoisonnement et contre la paralysie, comment utiliser une baie Enigma et quels sont ses effets, lire certains caractères en Zarbi,… De plus, le professeur le récompensait très largement pour ses bons et loyaux services. Malheureusement, les trois jours étaient vite passés, et Joséphine était de retour. Personne ne sut jamais pourquoi elle s’était absentée.
Il était très tard quand Aurelio quitta le labo du prof. Gallant. Il était pressé de rentrer chez lui, car il avait hâte de réunir tout les ingrédients pour enfin pouvoir préparer sa potion Eon. Il décida de traverser la place principale pour rejoindre le quartier où il habitait. Il remarqua une ombre qui trônait sur le toit de la mairie. « Je suis sûr que cette statue n’était pas là avant. Il faut que j’en aie le cœur net. » Aurelio sauta sur la façade de l’imposant bâtiment et commença à l’escalader. Après de gros effort, il atteignit enfin le sommet. « Bravo monsieur l’alpiniste ! » Aurelio lâcha les tuiles aux quelles il s’était accroché sous l’effet de la surprise. « Houa ! » Il tomba dans la gouttière. Il attrapa deux autres tuiles et se hissa sur le toit. Devant lui se tenait un petit Pokémon vert avec de petites ailes d’Apitrini. Il avait aussi deux antennes sur la tête et avait de grands yeux bleus. « Ho, je t’ai fait peur ? Excuse-moi. », dit l’inconnue. « Moi ? P-p-p-p-peur ? P-p-p-p-pas du tout ! », bégayait Aurelio encore sous le choc. « Bon, si tu le dit… En fait, moi c’est Celebi. Ravie de te connaître. » « Celebi ? Cresselia m’a parlée de vous. » « Tu connais mon amie Cresselia ? C’est amusant, ça ! » « Dites, mademoiselle Celebi. C’est vrai que vous venez du futur ? » « Et comment, mon petit bonhomme ! Je suis sensée vivre vingt ans après ton époque. Mais je préfère me promener à travers les siècles. » « Vingt ans ?! Waouh ! Vous savez donc ce qu’il se passera avant que je devienne un Lucario ? » « Exactement, petit, tu as tout compris. » Soudain, les antennes de Celebi vibrèrent. « Oui ? Ah, c’est toi… Comment ?! Encore ! Mais c’est une manie! Ne bouges pas, j’arrive !... Ce n’est rien, juste un appel du futur. » « D-d-d-d-du futur ?! » « Oui. C’est Lucio qui m’a appelée. C’est un petit Riolu, comme toi. Il est gentil hein, faut pas croire… Il a juste le chic de se mettre dans des situations improbable. Tu m’excuseras, mais je ne peux pas rester ici. Retrouves moi demain sur le toit de ta maison. » Elle ouvrit une sorte de faille dans le ciel et s’y engouffra. « Bon. Maintenant qu’elle est partie, je n’ai plus rien à faire ici. Reste à savoir commet je vais redescendre… » Aurelio se laissa glisser jusqu’à la gouttière et se pencha pour voir le sol. Il se pencha tellement qu’il finit par tomber. Il se cogna le front contre un tonneau rempli d’eau de pluie et atterrit durement sur le sol.
« Hé ! Ho ! Debout là-dedans !» Aurelio se releva avec peine. Il tâtonna son front. Il avait une grosse bosse douloureuse à l’endroit où il s’était cogné la veille. S’était Joséphine qui l’avait réveillé. « Mon pauvre chou ! Tu as une grosse bosse, maintenant. Heureusement qu’avec tout le bruit que tu as fait en tombant, tu as alerté Mr. Gallant qui t’as retrouvé assommé par terre. Tu pourrais m’expliquer commet tu as fait pour tomber du toit de la mairie ? » « Eh bien… Euh, je suis somnambule. Le professeur est sorti ? » « Oui, poussin. Il est allé acheter un nouveau flacon à Sandcity. Pourquoi ? » A peine avait-elle finit sa phrase qu’Aurelio était sorti en courant du laboratoire.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 | Retour | Haut de page ]