Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 4
Nom de l'œuvre : Aube et Crépuscule: L'odyssée d'Aurelio Nom du chapitre : Les Triplettes et la tempête
Écrit par Whitney Chapitre publié le : 6/2/2011 à 01:18
Œuvre lue 4685 fois Dernière édition le : 6/2/2011 à 01:18
[ Retour - Bas de page ]
« Aurelio, ça fait une heure qu’on plane, je commence à fatiguer… » « Courage, Latias ! On arrive bientôt, tu vas pouvoir te reposer. » Le jeune Riolu électrique volait en direction d’Aldore. Il sortit la lettre mystérieuse et la lut :
« Pénitencier Régional d’Aldore, 28 août année XXX.
Jeune Riolu,
Je tiens à m’excuser pour le racket à Aribourg. Rassure toi, je ne cherche pas à t’attirer dans un piège (de toute façon, mon courrier est surveillé.) et je regrette de t’avoir fais du mal. J’espère que tu as récupéré ton argent de poche et que tu vas bien. Quand à moi et à mon complice, nous avons été jugés et condamnés à cinq ans de prison. Nous sommes retenus dans le Pénitencier Régional d’Aldore, taillé dans la roche et comptant plus de gardiens que de prisonniers. Je t’écris cette lettre pour te demander de me rendre visite dans ma cellule. Je connais tes intentions (Et oui, tes exploits on fait le tour d’Aldore.) et j’ai l’intention de t’aider. Retrouve-moi dans la cellule 158 B, dans le bâtiment C.
Salutations, l’équipe Voyou. »
Seulement, il ne pouvait pas savoir si c’était Dimitri ou Michel qui lui écrivait. En tout cas, ce rendez-vous pourrait lui fournir de précieuses informations. « Aurelio, il y a une tempête de sable, droit devant. », Lui dit Latias. « Ah oui, c’est la saison du Retour des Migrations. Les Libégons reviennent de leur voyage à Hoenn. Les Hippodocus sont là aussi. Ils protègent leur territoire et ça fait du grabuge. » « En attendent, j’ai le choix entre le Ravin Tonnerre (elle frémit en prononçant ces mots) ou la tempête. Je fais quoi ? » Aurelio avait l’œil gauche qui le brûlait en pensant au ravin. « Prends par la tempête. Il faudra juste éviter les arbres et les Libégons en colère. » Latias franchit la tempête poursuivie par une horde de Libégons excités par les Hippodocus qui les déstabilisaient. Elle parvint à les semer et arriva en vue du pénitencier. Aurelio descendit de son dos et vit qu’un Voltali s’était accroché aux pattes arrière de Latias. Le passager clandestin n’eut pas le temps de lâcher Latias qu’elle était déjà repartie. « À l’aide ! », hurlait-il. Latias ne l’entendait pas car l’ouragan lui hurlait dans les oreilles. Aurelio entendit un battement d’ailes derrière lui. Un Libégon surgit des nuages de sable. Il rattrapa Latias en deux coups d’ailes et attrapa le Voltali clandestin. Celui-ci fut bien content de regagner le plancher des vaches. Le Libégon se présenta : « Bonjour. Je me nomme Timothy et je suis le second membre de l’équipe Drac’Aile. Notre équipe est constituée d’un Dracolosse, d’un Drattak et de moi-même. Nous sommes toujours en quête de Pokémons en danger et nous adorons sentir le vent de l’aventure souffler dans nos écailles. N’hésitez pas à nous contacter en cas de problèmes. » Timothy se tourna vers le Voltali. « Tu l’as échappé belle, Bolt. La prochaine fois que tu veux aller à Hoenn, voyage sur le dos d’un Etouraptor, comme les humains. Tu sais pourtant que c’est dangereux de voyager avec nous. Chaque fois qu’on traverse le désert, nous créons de grandes tempêtes de sable. Le type Electrique n’aime pas les attaques de type Sol, non. » « Grrmf. », grogna Bolt. « Sur ce, bon vent ! Je dois rejoindre Martin. À la revoyure ! » Timothy s’éleva d’un coup d’aile et disparut dans la tempête. Bolt se releva. « Comme vous le savez déjà, je m’appelles Bolt. Je suis membre de l’équipe Élémentaire, constituée d’un Aquali, d’un Pyroli et de moi-même. Nos rivaux sont l’équipe Darc’Aile, qui nous fait de l’ombre en permanence, et l’équipe Triplettes, qui passent leur temps à nous voler la vedette. Enfin, mon équipe était en mission à Hoenn. Mais suite à un incident avec nos rivales, nous avons été séparés. J’aimerais vous accompagner, peut-être qu’ainsi, je pourrais retrouver Nathan… » Bolt ne pouvait pas accompagner Aurelio dans le pénitencier et l’attendrait dehors. Après avoir montré la lettre et décliné son identité, il put enfin pénétrer dans la prison. Il fut escorté jusqu’au bâtiment C, un très grand bâtiment gris contenant les cellules 136 à 284. Aurelio eut le droit d’entrer dans la cellule pour une dizaine de minute. « Ah ! Te voilà ! Je t’attendais. » Dimitri l’accueillit les bras ouverts. « Où est Michel ? » « Il à été transféré dans une autre prison. » « Bon, et les renseignements ? » « Voilà, tu es allé au bon endroit pour dénicher Darkrai. Il crèche sur une île déserte, à Sinnoh. C’est l’île Nouvellune, la voisine de l’île Pleine Lune. Mais il n’y est pas pour le moment. Il est au Mont Couronné, dans les Colonnes Lances… » Aurelio verdit en entendant cela. Il avait envoyé sa troupe aux Colonnes Lance. Darkrai les trouverait et… « Désolé, Dimitri mais je ne peux pas rester. Mes amis vont avoir besoin de moi dans un instant. Nous reprendrons notre conversation une autre fois. » « Bonne route et à bientôt ! » Aurelio quitta le pénitencier en 2 minutes et rejoignit Bolt. « Et ben, t’as été rapide ! On y va à dos de Latias ? » « Non. Elle à besoin de se reposer. Tu as une idée ? » Bolt sourit. « Pour une fois que nos rivales ne pourront rien faire. Aller c’est parti ! Nous allons- » « Minute papillon ! Il ne faut pas nous sous estimer ! » Un Mentali, un Phyllali et un Givrali apparurent. « Nous somme Violette, Elee et Gisela et nous formons l’équipe Triplettes ! » « Grrra ! », grogna Bolt. « Alors comme ça, vous avez besoin d’un moyen de locomotion rapide et efficace ? Moi, Violette Mentali, j’ai la solution ! Je vais vous téléporter jusqu’à l’endroit que vous voulez. Où allez-vous ? » « Au Mont Couronné, s’il vous plaît. » « C’est parti ! » Le cristal de Violette s’illumina et une lumière aveuglante envahit Aurelio et Bolt. Ils entendirent un crépitement et traversèrent l’espace. L’instant d’après, ils se trouvaient à l’entrée de la montagne de Sinnoh, sur la route 207.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 | Retour | Haut de page ]