Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 5
Nom de l'œuvre : La peluche éclair Tome 1 [concours] Nom du chapitre : Péripéties de forêt
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 6/8/2012 à 20:30
Œuvre lue 7396 fois Dernière édition le : 6/8/2012 à 20:30
Ça fait maintenant trois heures que je marche. Elle est loin cette foutue montagne. Et puis zut, j'en ai marre, je fais une pause. Tiens, y'a un étang ici. On va y faire un saut avant de me remettre en chemin... Je m'approche de l'eau. Elle est verte. Ok. Elle a pas l'air très saine... Je me penche complètement maintenant et d'un coup, on me pousse dans le dos. J'atterris la tête la première dans cette marre aux canards. Mais c'est que c'est profond en plus! Je m'emmêle dans une algue. Ah quelle cochonnerie.
Je remonte à la surface, la patte toujours coincée dans la plante visqueuse. Ouf de l'air. Le petit farceur est partit. Tant mieux, si je le retrouve, il va passer un sale quart d'heure. J'essaie d'attraper tant bien que mal cette algue qui me maintient la patte. Elle veut pas me lâcher dis donc. Mais tout à coup, je me sentis soulevé. Un Maraiste remontait à la surface et a vu que j'étais en difficulté. Il coupe l'algue en même temps.
*langage pokémon on*
«- Vous avez eu de la chance que je sois passé par là. Ces algues-là sont réputées pour ne jamais lâcher prise.
- Merci beaucoup monsieur.»
Une tête puis deux puis trois apparurent autour de lui. Des Axoloto riaient aux éclats dans l'étang qui était surement leur habitat naturel.
«- Les enfants, dit le père sur un ton de reproches, combien de fois vous ai-je dis d'arrêter les farces aux passants?
- Ne les grondez pas, ça ira pour cette fois-ci, dis-je en prenant pied sur la terre.
- Mais d'où venez-vous au fait? Je ne vous ai jamais vu par ici.
- Euh moi je viens de l'est. Mais je suis ici par hasard... En vérité, je voyage et mes pas m'ont conduis ici.»
- Ah eh bien permettez-moi de vous souhaiter la bienvenue dans nos contrées.
- Merci beaucoup, dis-je à nouveau, avec un sourire. Excusez-moi, je dois vous laisser, j'ai une demoiselle en détresse à secourir.
- Ah les filles ne savent pas se sauver elles-mêmes... Heureusement que nous sommes là nous.
- Qu'est-ce que tu as dit chéri? dit la mère qui venait de surgir derrière lui.
- Heu rien du tout. Bonne chance l'ami.
*langage pokémon off*
Et sur ces belles paroles, il s'engouffra dans l'eau froide. Quels gens charmants. Je ne pourrai pas en dire autant des personnes que je vais croiser par la suite.
Je reprends mon chemin le plus normalement du monde. Mais un peu plus loin, une bande de jeunes Lixy veulent se comparer à moi, en mesurant l'intensité d'électricité qui émane lors d'une décharge. Je gagne facile, je suis plus expérimenté qu'eux tout de même. Mais, mauvais joueurs, ils m'envoient une décharge avant de s'enfuir dans les profondeurs de la forêt en rigolant. Peut-être que je suis de la même catégorie qu'eux, mais cinq décharges, ça fait mal.
Je me relève tant bien que mal. Quel culot! Non mais. Ah les jeunes! C'est plus ce que c'était. Je continue mon chemin, toujours en maudissant ces énergumènes complètement dégénérés. L'oreille aux aguets, j'entends la forêt qui se réveille doucement.
Au loin, le bourdonnement des Apitrini résonne pour faire une mélodie de fond qui accompagne la vie de forêt.
Au-dessus, le battement des ailes qui frappe l'air puissamment nous donne l'impression d'être tout petits face aux maîtres du ciel.
Au-dessous, un léger bruit de remous par les Taupikeur creusant sans relâche des galeries de plus en plus grandes, laissant derrière eux un souterrain ruisselant de trésors.
Autour, les insectes grouillent, grimpent, gigotent et gesticulent. C'est l'effervescence.
Et moi, et moi je suis là, tout seul, face à ce Cizayox qui fait trois fois ma taille. Oui, je vous l'ai pas dis mais je viens de déboucher sur une clairière, et un Cizayox se trouvait là en plein milieu d'un entraînement contre d'autres pokémons qui sont tous KO sur les côtés. Il m'a fait signe d'approcher. Et moi, bonne poire, au lieu de m'enfuir comme une poule mouillée, j'ai approché avec un air de défi.
Ce Cizayox dégageait quelque chose de... magnétique. Il s'inclina pour me saluer. Je m'inclinai à mon tour. Qu'allait-il m'arriver? Tous ces pokémons au tapis ne sont pas là par hasard.
Tout à coup, le Cizayox se multiplia. Je me retrouvai bientôt avec une dizaine de sosies de Cizayox autour de moi. Je fis un tour complet sur moi-même. C'est pas la première fois que je me bats mais je suis tout petit face à ce sécateur géant! Bon, faut se débarrasser de ces clones. De petites étincelles s'échappèrent de mes joues. Allez!
«- Pachirisuuuu!»
Une attaque coup d'jus balaya la clairière et toucha tous les sosies de mon adversaire et toucha le vrai également. Mais j'avais pas affaire à un débutant. Plutôt rapide pour son âge, le papy. Très vite, il se releva et utilisa hâte pour doubler sa vitesse. Il courait autour de moi de plus en plus rapidement. Je n'arrivais plus à le suivre des yeux et finalement, je reçus une attaque tranche dans le dos. Ouille, ça fait mal. Et je me suis écroulé sur le sol. Quel adversaire honorable...
Mais je suis toujours là. Et je vais pas me laisser faire! Un peu de lumière pour faire le point? Je me suis relevé et aveuglé mon opposant avec flash. Pendant qu'il reprenait ses esprits, je lui infligeais un croc fatal sur sa pince. Il grimaça de douleur. Il venait de perdre beaucoup d'énergie. Je fis une pirouette arrière.
Toujours avec classe, c'est ma devise. Mais il n'était plus en face de moi. Disparu. Et le soleil venait d'être subitement masqué lui aussi. Je sentis l'ombre se rétrécir sur moi. Un nuage ça peut rétrécir? Il était là, fonçant sur moi comme une flèche. Il s'est mit dans la lumière pour m'aveugler. Je plissai les yeux. Les pinces en croix, ça allait faire mal. Bon j'ai pas le choix. Je saute à mon tour pour aller à sa rencontre. C'est mon dernier recours. J'utilise rarement cette capacité mais là, je peux pas faire autrement si je veux pas finir comme eux.
Explosion. Fumée. Couché, il ne bouge plus. Moi, je suis en face, dans le même état. Il se relève et s'approche de moi. J'entrouvre les yeux. Il va m'achever. Je me relève avec grand peine mais mon corps retombe aussitôt. Je n'ai pas fini au sol, à ma plus grande surprise. Le Cizayox me recueillit dans ses bras. Et je m'évanoui.
*Quelques heures plus tard*

J'entrouvris les yeux. Le Cizayox était penché au-dessus de moi, assis en tailleur. La montagne, imposante, se trouvait juste derrière lui.
*langage pokémon on*
«- Gné?
- D'où viens-tu étranger?
- De l'est. Mais que me veux-tu toi?»
Il ne répondit rien et me donna une baie oran. Je regardai mon corps. He, j'ai presque plus rien! Le vieux sage m'a guérit! Et en plus, il m'a amené à la montagne! Je me suis redressé, tout en mangeant la baie.
«- Comment avez-vous deviné que je devais me rendre ici?
- Tu parles en dormant gamin. J'ai été impressionné par ton courage et ton sang-froid. Tu es le seul à m'avoir autant résisté jusqu'ici.
- Euh ben merci monsieur. Mais pourquoi? dis-je en jetant un coup d'oeil à la montagne.
Pas de réponse. Je retourne ma tête vers lui. J'ai eu l'impression de me prendre un gros vent là.
Il est partit sans dire au revoir. Je rectifie. Même les grands-pères ne savent plus la politesse.
Ok. Bon je viens de rencontrer un vieux moine de la forêt qui me fait la peau, me guérit et m'amènne à bon port. Sinon à part ça, j'ai une vie normale.
Bon pas le temps de s'attarder. Il y a une entrée sur la droite. Et des traces de pneu mènent à l'intérieur. Encore une explosion au-dessus de ma tête. Quelques cailloux dévalent la pente. Je crois que c'est à l'intérieur que ça se passe. Sur ce, j'entre dans ce trou profond où règne le noir.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 | Retour | Haut de page ]