Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 1
Nom de l'œuvre : Chroniques des destins brisés [CONCOURS] Nom du chapitre : Amours, douleures et pleurs…
Écrit par Shaka Chapitre publié le : 5/2/2013 à 12:08
Œuvre lue 8616 fois Dernière édition le : 25/2/2013 à 22:01
« Les humains ignorent à quel point ils peuvent être cruels et violents envers les Pokémon. Mais ils l’apprendront bientôt à leurs dépens. On ne capture pas et on n’envoie pas au combat des êtres innocents impunément.

Tu as raison mon ami mais penses-tu que cela soit la seule solution ? Je serais d’avis que nous attendions de voir si cette race pourrait évoluer.

Soit nous attendrons, mais ma patience a des limites. »

Cette histoire se déroule en 2795, dans le petit hameau du bourg palette, encore préservé des conflits militaires qui opposent les 5 continents de Pokémonia, le monde Pokémon.

Ken et Jessie vivent en paix dans une maison d’humain. En effet, cela fait près de 3 ans qu’ils avaient été recueillis par une vieille dame de bourg palette. En échange de nourriture et de confort, ils lui rendaient quelques services. Ken, le héricendre, faisait chauffer la nourriture de la vieille dame pendant que Jessie, l’évoli, nettoyait la maison à l’aide de sa queue touffue.

Ken et Jessie, à force de vivre paisiblement en compagnie de cette dame, en étaient venus à imaginer leur mariage, et surtout de faire des bébés pokémon. Mais comme ils ne savaient pas trop si la vieille dame les garderait chez elle, avec leur progéniture ils reportaient le projet. Pour le moment, ils trouvaient cette situation très confortable, sans avoir à ce soucier du reste du monde.

Jessie pouvait gambader à loisir dans les vergers, en compagnie de Ken. Ils pouvaient se câliner quant ils le voulaient, faire des cavalcades mémorables sur la plage au sud de Bourg Palette. Ils accompagnaient la vieille dame lors de ses déplacements vers la ville de Jadielle. Cette zone n’était pas concernée par les conflits géopolitiques, ce qui arrangeait bien les habitants.

Comme tout rêve, celui-ci à une fin et c’est par un beau matin de printemps que deux militaires firent irruption dans la demeure de la vieille dame. La vieille dame était paniquée, mais malgré son vieil âge et la peur elle fît front et refusa de remettre aux voleurs ce qu’ils demandaient. Les militaires la poussèrent alors violemment, hors de leur chemin. La vieille dame percuta dans sa chute l’angle du buffet avant de s’effondrer au sol, inerte.

Ken et Jessie crièrent en voyant la vieille femme chuter. Elle ne bougeait plus et sa tête commençait à baigner dans du sang. Les militaires ignorèrent totalement cette situation et se ruèrent sur Ken et Jessie. Ken dit à Jessie de fuir mais celle-ci s’y refusa. Elle restait blottit dans les pattes de son compagnon totalement apeurée. C’est après une lutte harassante que les deux soldats réussirent à séparer les pokémon.

Une fois séparés les soldats jetèrent chacun d’entre eux à une extrémité de la pièce et commencèrent à les molester. C’est une véritable pluie de coups de pieds qui leur était assénée. Ken et Jessie n’avaient d’autre choix que de subir et de tenter de résister. A chaque fois que Ken ou Jessie arrêtaient de bouger l’un des militaire jetait une Pokéball, Jessie ou Ken se débattaient tellement de la pokeball qu’ils s’extirpaient du piège.

Jessie sanglotait, tandis que Ken, fou de rage, mettait le feu à tout ce qu’il pouvait. Mais c’était peine perdue. Et c’est après de multiples fractures, contusions et plaies que les militaires finirent par capturer, impuissants, les deux amoureux.

Ken et Jessie, à peine capturé, furent instantanément soignés. Ils comprirent, chacun de leur coté, que les soldats avaient opté pour des soinball. S’ensuivi alors une attente solitaire interminable dans une salle blanche, sans fenêtre, ni meuble.

Quand Ken et Jessie revirent la lumière du jour, c’était pour atterrir dans une immense halle ou chaque pokémon trônait dans une cage solidement fermée. Jessie voulu se rapprocher de Ken mais les barreaux de la cage la ramenèrent à la dure réalité. Elle commença à pleurer mais Ken lui dit qu’il ne le fallait pas, et que peu importe les épreuves il l’aimerait toujours. Elle lui répondit qu’elle aussi l’aimerait toujours.

Ken, qui ne perdait pas son sang froid, se tourna vers les cages avoisinantes et y vit un bulbizarre parqué en cage. Ken lui demanda ce que tous les pokémon faisaient là. Le bulbizarre semblait ignorer également ce qu’il se passait. C’est un des demolosse des soldats, qui gardait les cages, qui leur répondit.

- Vous êtes ici sur un marché militaire, vous avez été capturé par des mercenaires qui vont vous revendre au plus offrant. »

- Mais pourquoi ? » Demanda Jessie, affolée d’être à nouveau séparée de son amour.

- C’est la guerre, et de nombreux pokémon et homme sont morts au combat. Il faut reconstituer les effectifs. Les pokémons sont la principale source de pouvoir des armées et il leur en faut donc toujours plus. Vous allez bientôt partir en camp d’entrainement. Puis, une fois évolués, vous irez au charnier, s’esclaffa le demolosse, avant de se faire reprendre par un de ses congénères.

Jessie fondit en larme, tandis que les pokémon, une fois achetés, retournaient au fur et à mesure dans leurs pokéball. Le brouhaha de la foule hurlant des mots incompréhensibles ne cessait pas.

Ken ne disait plus un mot, probablement choqué par cette situation. Le bulbizarre fût acheté, puis un cacnéa, suivi un ponyta et un ptitravi. Plus les pokémon partaient plus Jessie et Ken savaient que leur tour viendrait.

Et ce fût à Ken d’être rappelé en premier. Jessie se mise à crier, en pleurs, à Ken qu’elle l’aimait, qu’elle le retrouverait. Ken se força à lui sourire tout en laissant s’échapper une larme, qui, projetée par le mouvement vint s’écraser sur la joue de Jessie déjà dégoulinante de larmes.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 | Retour | Haut de page ]