Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 16
Nom de l'œuvre : Nouvelles Histoires du Mordz Nom du chapitre : [Episode 15] : The Z Incident - Part 2
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 12/3/2016 à 18:05
Œuvre lue 13517 fois Dernière édition le : 12/3/2016 à 18:05
Sereebi ne comprenait pas. Greed venait de lui demander d'abattre son ami, et cela suffisait déjà à l'offusquer. Mais ce qu'il ne comprenait pas, c'était le pourquoi de la chose. Quel intérêt les trashiens pouvaient-ils avoir à supprimer Elvish? Il avait certes son petit cercle d'influence, mais n'était pas bien dangereux. Un détail le chiffonnait, et il détestait ça.
"Tu nous demandes de nous salir les mains, si je comprends bien. Mais pourquoi? Tu as C14 dans tes rangs et une armée de cactus rouges... En quoi cela vous arrange-t-il de le voir disparaître?
- J'en sais rien tarlouze - répliqua Greed sur un ton sans appel - On me paye pour qu'il crève. Et que ce soit l'un de vous qui le tue.
- Alors tu nous dois une explication gringo. - avança PZ, visiblement agacé lui aussi - Qui te paye?"
Greed se caressa le menton. Il hésitait, cela se lisait sur son visage. Au bout d'un court instant de silence, durant lequel l'obscurité du hangar sembla se figer, il reprit la parole. "Tu m'connais PZ. Et toi aussi Sereebi. Au moins d'réputation. J'appartiens à aucun groupe, sauf à celui qui remplit mon larfeuille. Mais là, je pense que vous allez vraiment m'en vouloir. Je suis pas une tarlouze. Mais je bosse pour Patouzarre. Je sais pas ce qu'il trame, c'est super bizarre ce qui se passe ce soir. J'crois que cette grosse tarlouze de Zhu a des informations qu'on a pas, genre du très très très lourd. Il a besoin de fédérer ses troupes. J'crois même bien qu'il a des vues sur le pouvoir suprême, si vous voyez c'que j'veux dire... Et Patouzarre aime pas ça..." Tandis qu'il parlait, il semblait perdu dans ses pensées. Du moins c'est ce que Sereebi subodorait en voyant l'attitude de son interlocuteur, courbé dans son fauteuil. Le démoni faisait négligemment tourner son verre de vin, les verres teintés de ses lunettes braqués sur PZ. Pas sur lui.
"Je vois... - répondit PZ, pensif.
- Combien? - enchaîna Sereebi.
- Un million de lordz en p'tites coupures usagées à celui qui le tue. Frais. Livré dans la minute"
Un frisson parcourut l'échine de Sereebi. Un million, l'assurance d'être bien placé si Zhu accédait au pouvoir... Intéressant par les temps qui courent. D'autant qu'il éliminait du même coup Elvish le politicien. En Warzie, il était connu sous le nom de Chey Fenrir, premier ministre de son gouvernement d'oppostion. Sereebi, dit en son pays Kain Hannibal en état le chef d'état (*). Faire disparaître cette épine dans le pied lui rendrait de grands services... Mais Elvish était aussi un ami. Difficile de se résoudre à lui planter un couteau dans le dos. Sans demander son reste, il s'éclipsa en se téléportant.

Zhuquarnage se retourna vivement. Patouzarre venait d'intervenir. Et lorsque le vieux Sorcier intervenait, c'est que la situation était gravissime. Cet homme-là savait tout ce qui se passait en Polordie. Zhu ignorait comment, mais une vieille maxime le confirmait. "Anytime, Anywhere, big brother is watching for you". Que faire? Son plan commençait à sérieusement s'effriter. Le dangereux Niwi s'était inclus lui-même à l'équation, et maintenant, Patouzarre... Difficile d'imaginer pire situation. Il devait révéler le secret à Elvish, mais si quelqu'un le voyait, et a fortiori le dinosaure des agents gouvernementaux, tout serait perdu. Il était si près du but... Les bourdes successives de Matteo et Digipokemestre lui avaient ouvert la voie royale vers son éternel objectif... Il allait devoir jouer serré. De la vraie realpolitik comme on en fait plus.
Il dégaina ses deux petites lames. Pas question de se laisser marcher dessus. Lui aussi était G-Man maintenant, il avait théoriquement autant d'autorité ici que son vis-à-vis, fut-il une légende vivante. "Je vais m'occuper d'eux. Seul. Patou, je crois qu'ils ont plus besoin de toi là-bas que moi. J'entends du bruit. On se bat au hangar." Il reporta son attention sur Elvish et Niwi. Il devait se débarrasser du maître démoni et blesser le jeune suffisamment pour s'assurer sa... coopération. Pointant une de ses lames sur Niwi, il annonça:
"Je vais m'occuper de toi. Tu as eu tort de te jeter entre les serres de l'Aigle de Polordie. Au nom de la loi, mestre Niwi, et selon les conventions de Son Altesse Sérénissime Césarium Might, je me donne le droit de vous arrêter, et en cas de résistance, de vous abattre sur le champ.
- Te débarrasser du superflu de tes entrailles tu devrais.
- Pardon? - fit Zhu en esquissant un haussement de sourcil.
- Vas chier."
Quelle insolence... Il ne ferait pas de quartier. Mais d'abord... S'occuper des gêneurs. D'un revers de main, il éjecta Elvish contre un mur via une boule d'énergie pure. Le jeune démoni, surpris, s'effondra.
"Va-t-en, Patou. - lança-t-il comme un ordre, sans même le regarder.
- Soit... Je vais te laisser, Zhu. Je pensais que tu avais un peu plus de jugeote. Nous en reparlerons plus tard. Comme tu le sais, les cartes vont être rebattues sous peu. Ton arrogance ne joue pas en ta faveur.
- Je suis désolé. Mais j'ai une dent contre ce type...
- En profiter tu dois. Tellement t'arranger je vais, que de dent plus tu n'auras... - grinça Niwi, narquois.
- Bonne chance, Zhuquarnage. Ne me déçois pas."
Sur ces mots, Patouzarre s'éloigna. Zhu ne répondit même pas à la provocation du démoni. Du coin de l'œil, il regarda le vieux s'éloigner. Il en profita pour s'assurer de la présence d'Elvish. Toujours là, toujours sonné. Il se mit en position de combat. "Un combat à l'ancienne je veux. De coup tordu point je ne veux. L'accepter vas-tu?", susurra Niwi à son oreille. A son oreille? Il ne l'avait même pas senti se déplacer! Son adversaire était bel et bien l'un des plus grands combattants de Polordie. C'était un maître démoni. Il maîtrisant pleinement les arcanes de la magie noire de la secte obscure, et avait formé maints élèves... Pour la première fois, Zhu se demanda s'il n'allait pas perdre un combat. "Ça me va à la perfection!", clama-t-il d'une voix forte et faussement assurée pour se donner du courage. "Alors mourir tu dois.", chuchota le démoni.
Avant même d'avoir pu anticiper quoi que ce soit, un violent coup de pied en pleine face l'éjecta contre le mur contre lequel il avait envoyé Elvish quelques instants auparavant. Tranquillement, Niwi s'avançait vers lui. Il n'avait plus sa lame à la main, mais effectuait d'étranges mouvements de bras en s'approchant en glissant vers lui. Il ne parlait pas, mais les deux sphères jaunes qui brûlaient sous son capuchon clamaient à pleine voix "c'est tout ce que tu sais faire minable?". Zhu se releva, un brin sonné. Il devait réagir. C'était le moment de placer une petite illusion. Tout en bondissant sur le côté, il exerça son charme habituel. Le maître démoni devait le voir affalé contre le mur, agonisant. Le temps de reprendre ses esprits et il pourrait le planter par derrière.
Mais cela ne se passa pas comme prévu. Le maître démoni lui fonçait droit dessus. Comment était-ce possible? Personne n'avait jamais résisté à ses illusions... Niwi était donc si puissant? C'était à peine croyable. Il frappa d'estoc à l'aide ses deux lames, mais, d'un mouvement reptilien, son adversaire se faufila entre les deux épées et lui posa une main sur le visage. Jamais Zhu n'avait éprouvé de douleur si terrible. La main le brûlait avec une force insoutenable. Il avait l'impression que son adversaire lui avait apposé une main de fer chauffée au fer rouge sur la face. Il hurla, rompant le silence qui les avait entourés jusque-là. Cela ne dura qu'une fraction de seconde, déjà Niwi retirait sa main d'un geste furtif, emportant avec elle peau et chair de son visage. Il voyait encore, mais sa vue était troublée, ses rétines probablement endommagées par l'attaque du démoni. Il ne faisait pas le poids. Il ne voyait aucune solution. L'autre était plus fort. A moins que...
Il se laissa tomber en arrière, tandis que son adversaire tentait de le frapper au corps de son poing nu. Au sol, il roula et frappa de toutes ses forces dans la jambe de son ennemi, d'un coup de lame vif, espérant sectionner le tendon d'Achille. Comme prévu, l'autre leva la jambe pour éviter le coup, et avant qu'il ne puisse enchaîner, Zhu lui envoya une petite boule d'énergie pure entre les cuisses. L'autre ne s'y attendait visiblement pas. Du moins, le coup avait fait son effet: Niwi hurla de douleur et recula de quelques pas. La peau de son pantalon déchiré laissait apercevoir les vestiges de ce qui avait été l'attaque d’un testicule. Sous le choc, le capuchon de la cape qui dissimulait le visage de son adversaire s'était rabattu. Niwi était plutôt bel homme, le regard acéré, brillant de haine et d'intelligence maligne. Ses cheveux de jais luisaient à la lueur des réverbères. L'espace d'un instant, il lui rappela ses nuits de bonheur aux côtés de Fredopi, sans qu'il ne sache vraiment pourquoi. Cela lui redonna du cœur à l'ouvrage.
Il lui restait une carte en main. Poussé à son paroxysme, son pouvoir de façonner des illusions pouvait créer des choses réelles, tangibles. Ses illusions habituelles trompaient les sens de l'ennemi, y compris son toucher, mais elles ne l'affectaient pas. En revanche, lorsqu'il se concentrait suffisamment, il parvenait à créer des objets, animés ou non, qui s'évaporaient au bout de quelques secondes, voire quelques minutes. Mais cette douleur... Niwi devait savoir que la douleur l'empêchait de se concentrer. Il devait y arriver. Il ferma les yeux. Il savait que son adversaire allait revenir à la charge sous peu, mais il n'avait pas le choix, sa vie en dépendait... Ça aussi il le savait. Voyons. Un petit objet capable de lui donner la victoire... Ah!
Il concentra son énergie autour de la gorge d'un Niwi à nouveau prêt à en découdre. Il allait créer une corde et le pendre haut et court, ce salopard. Non! Mieux! Un couteau dans sa gorge, fiché à l'intérieur. Niwi n'y survivrait pas. Il n'avait pas d'autre idée pour l'instant, et le temps pressait. Le maître démoni fit apparaître sa propre lame dans sa main, une longue rapière effilée. Il s'approchait, le regard haineux, méprisant! Le mépriser! Lui! Le grand Aigle de Polordie! Zhu produisit son effort. Stupéfait, Niwi le fixait, ses grands yeux plongés dans les siens. Un large poignard se trouvait fiché dans sa gorge, et un flot de sang commença à couler de part et d'autre de la lame. Il avait réussi. Il avait surpris le maître démoni... "Te retrouver je vais... Et cette fois-ci... D'erreurs je ne ferai pas..." proféra-t-il avait de disparaître dans un nuage de fumée. Zhu toussa, ce qui eut pour effet de raviver la terrible douleur qui lui vrillait le moindre petit point de son visage. Il ne devait pas faiblir. Il devait poursuivre son plan. Il se traîna jusqu'à Elvish en maugréant. En passant devant une fenêtre crasseuse, il distingua son reflet. Ce qu'il vit le fit vomir. Sur Elvish.
La majeure partie de son visage était noircie et purulente, un peu comme si il était mort depuis des jours. Ses yeux étaient rougis par il ne savait quel processus, et certains endroits saignaient abondamment. Plus la moindre trace de peau. Au niveau de sa pommette gauche, de son nez et d'un pan entier de son front, on distinguait même l'os, qui semblait jauni par le temps. Et cette douleur...
Il donna un coup de pied dans Elvish. Celui-ci grogna. "Peu importe qui je suis. Peu importe si tu t'en souviens. Je t'ai choisi parce que tout le monde te connaît. Ce secret va causer ta perte, mais tu ne dois en aucun cas le révéler. Si tu survis à ce qui va suivre, dans un an, il te faudra revenir en Polordie. Et tu révéleras tout. Might est mort, gamin. Might est mort." Il s'éloigna. "Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu viens... De dire..." grogna Elvish. Parfait. Il était réveillé. Il avait entendu. "Tu m'as très bien compris. C'est la stricte vérité. Fais ce que je te dis, et tu seras récompensé. Personne ne doit savoir." Et il s'envola, vers une clinique qu'il connaissait bien.

On se battait ferme dans le hangar. Bouh se fondit dans le décor, invisible, et fit éclater la tête d'un cactus rouge qui passait par là en tirait au B-Gun à bout portant. Autour de lui, tout n'était que chaos et confusion. Les Gardiens prenaient l'ascendant face à de simples cactus sous-entraînés. Au milieu de cet étalage de violence, Zenight et Mattéo tournoyaient, l'un brandissant masse, l'autre marteau. Ils frappaient tour à tour, mais jusqu'à présent, ni l'un ni l'autre n'était parvenu à toucher son vis à vis. Dans un ballet mortel, les lourdes armes se frôlaient. Les deux guerriers s'épiaient, attendaient la faille adverse, mais aucun des deux ne parvenait à prendre le dessus. Absorbé par un tel spectacle, il en oublia la mêlée environnante. Il vit Mattéo frapper et abattre son énorme masses à quelques centimètres de la tête du Roi Cactus. A l'instant même de la riposte de ce dernier, prompt comme un chat et malgré le poids de son arme, il le vit bondir hors de portée et esquiver un coup tout aussi mortel que celui qu'il venait de porter quelques secondes auparavant. Comme fasciné par le spectacle, il continuait à les observer. Un coup. Puis l'autre. Ils exhalaient tous deux une force furieuse, et une colère immense. Chaque coup était un hymne écrit à la gloire de cette colère brutale. Zenight lança son marteau à l'horizontale en beuglant. Celui-ci, accompagné d'une traînée de flammes, vint lécher le bout du nez de Matteo, y arrachant un minuscule monceau de peau. Quelques centimètres de plus, et c'en était fait du sinistre Gardien. Celui-ci sembla accuser le coup quelques instants, comme hébété, mais l'autre ne riposta pas. Emporté par l'élan de sa frappe, il s'était déséquilibré, et son énorme marteau alla terminer sa course dans l'épaule d'Illyria droite, qui, ferraillant avec un cactus, s'était dangereusement rapprochée de la zone de combat des deux furieux.
Elle tomba, un genou à terre en hurlant, tandis que Zenight repartait à l'assaut de son ennemi, sans même s'être rendu compte des dommages collatéraux qu'il venait de causer. L'adversaire de la princesse en profita pour égorger la jeune femme. Du moins c'est ce qu'il aurait fait s'il n'avait pas tiré une balle parfaire entre les deux yeux du cactus. Il s'avança vers la jeune femme pour lui prêter secours. Tandis qu'il courait, il ne sentit même pas la lame s'insérer entre deux de ses côtes. Il s'effondra, et, la lame s'étant retirée non sans lui provoquer une vive douleur dans la poitrine, roula sur plusieurs mètres.
Eberlué, il tourna sa tête vers la main qui tenait l'épée. Une fine rapière, effilée, meurtrière. Au bout du pommeau, une main gantée. Surplombée d'un grand zigue en chapeau de haut de forme. Iznokiller.
"Rien de personnel Roméo. La scène était beaucoup trop romantique."
Il vit Iznokiller charger Illyria, visiblement inconsciente, sur son épaule, et s'en aller.
Un hurlement bestial déchira la nuit. Matteo venait sans doute de comprendre ce qui se passait. Il plaint intérieurement Zenight, avant de sombrer.

Sereebi trouva le corps inanimé d'Elvish le premier. Du moins le pensait-il. Il s'approcha du cadavre... Pour l'entendre respirer faiblement! Ce dernier lui agrippa soudain la manche.
"Se... Sereebi!
- Ne parle pas Elvish... Ne parle pas... Je vais te ramener...
- C'est trop... Trop tard...
- Dis pas de conneries, imbécile! On va te tirer de là!
- Tu dois... Tu dois savoir... - il toussa, et sembla sur le point de sombrer.
- Quoi? Quoi? Réveille-toi bon sang!"
Il y eut un silence.
"Zhu... Il est... Il est si... Si fort... C'est idiot pas vrai? Je croyais... Être puissant moi... Haha... Aaaaaaah...
- Ne ris pas crétin, tiens bon! - grinça Sereebi en faisant mine de soulever le démoni.
- Ah... Ah... Je dois te dire... T'as bien fait... De venir...
- Mais ferme-la gros crétin, tu vas nous faire repérer!
- On s'en fout... Barre-toi... J'ai de l'or pour toi... De l'or... Might... Might est mort...
- Quoi? Tu divagues Elv! Reprends-toi!
- On dirait que nous sommes désormais quatre dans la confidence... - fit une voix forte."
Sereebi tourna la tête d'un mouvement vif. Patouzarre se tenait juste derrière eux. "Hormis le fait que ce soit du gros cinéma, ses blessures sont très superficielles. Il va s'en tirer. Cela dit je doute que nous lui laissons cette chance..." Le warzien se releva d'un geste leste.
"Tu ne vas tout de même pas le supprimer...
- Allons, le Sorcier ne tue personne. - Patouzarre commença à écarter les bras - Surtout pas dans une ruelle sombre et malodorante comme celle-ci. Mes hommes s'entretuent, mon souverain est mort, pourquoi mettrai-je en péril la nation toute entière en épargnant un démoni de seconde zone? Zhu avait un moyen d'acheter son silence. Sinon il n'aurait pas monté toute cette mise en scène.
- Mais...
- Zhu voulait qu'un lordien moyen mais bien connus des bas quartiers de la ville déclenche une insurrection en annonçant la mort de Might. Il l'aurait fait dans un an, afin de mettre toutes les chances de son côté. Mais il sait que de nombreux bureaucrates et lieutenants de Might sont devant lui dans la ligne de succession. Il sait que je passerai bien avant lui si le pot aux roses était découvert. Il sait que le Chaos s'abattra sur la ville si le peuple apprend la mort du Césarium. Pour toutes ces raisons, il doit attendre et placer ses pions. Un an, c'est peu cher payé.
- Je ne comprends pas... Pourquoi me dire tout ça?
- Pour que tu te joignes à ma cause. Pour le bien de la Polordie. Tout séditieux que tu es, tu aimes ta patrie, Sereebi... Et tu es intelligent...
- Ai-je le choix?
- Non.
- Vous allez le tuer? - fit Sereebi en glissant un regard vers le démoni inanimé.
- Non. Bien sûr que non."
Sereebi sentit le soulagement enfler sa poitrine.
"Non. C'est toi qui vas t'en charger."
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 | Retour | Haut de page ]