Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 1
Nom de l'œuvre : Nouvelles Histoires du Mordz Nom du chapitre : [Prologue]: Retour
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 4/3/2013 à 23:18
Œuvre lue 13518 fois Dernière édition le : 4/3/2013 à 23:18
C'était une de ces nuits d'hiver, comme en connaît parfois la Polordie: froide et morne. Le genre de nuit au cours desquelles personne n'a envie de sortir de son doux foyer. Pourtant, ce soir-là, une patate était de sortie. La lune, pleine, tranchait le ciel noir de sa pâle lumière. De la brume envahissait progressivement les rues de la capitale. Vêtue d'un long manteau et d'un chapeau qui masquait la majeure partie de son visage, elle s'avançait dans la pénombre de Lord's Avenue, en plein cœur de Might City. Elle dégageait une bien étrange impression. Une aura de violence et de colère surtout. Un peu de nostalgie aussi. Celle d'un exilé qui rentre chez lui.

Hell Angel roulait à pleine vitesse sur sa moto. Il rentrait chez lui, après avoir parcouru la région toute la nuit. "Pour le plaisir", se dit-il. Hell avait autrefois fait partie de la terrible Team Biker, menée par le légendaire iznokiller. Hélas, cette bande n'existait plus, et plus aucun biker ne patrouillait dans la nuit pour effrayer le peuple lordien et mettre le feu aux newbies depuis belle lurette. Et depuis cette époque, il avait l'impression de regretter chaque jour un peu plus d'être encore en vie. C'est alors qu'il vit le mystérieux inconnu. Il avait quelque chose de familier. Etrangement, Hell était certain de le connaître. Belle intuition. Il ne pouvait s'expliquer pourquoi, mais il décida de ralentir et de mettre pied à terre. A cet instant précis, il comprit que de nouveaux éléments allaient se produire ici-bas. La guerre de la rue polordienne allait reprendre. Encore une intuition. "Deux en même pas 5 minutes", songea-t-il, en esquissant un sourire. Discrètement, il s'approcha de la mystérieuse patate. Elle ne l'avait probablement pas remarqué, aussi il se mit à la suivre à bonne distance. "De toutes façons j'ai rien d'autre à foutre", pensa notre ami.
Il filait cette patate en manteau depuis une dizaine de minutes, quand elle s'arrêta, dans une zone plus sombre encore que les autres, à distance des réverbères, sans raison apparente au milieu de la rue. "Belle soirée pour les bikers, pas vrai?", lança une voix rauque dans la rue déserte. Le sang de Hell se glaça. Il était repéré. Soudain, il comprit. Cette voix. Il la connaissait. Il l'aurait reconnue entre mille. Mais non, c'était impossible... Il devait en avoir le cœur net.
"Il y a maintenant bien longtemps que les vrais bikers n'existent plus... - répondit-il après un moment de silence.
- Tu comptes rester derrière moi comme ça longtemps?"
Hell soupira. Son interlocuteur n'avait pas changé. Le biker s'avança dans les ténèbres.
"Où t'étais passé? On croyait tous que t'étais mort...
- Mais je suis mort Helly. Enfin presque.
- Mouais. Tu m'as pas l'air trop mal, enflé."
Nouveau silence. Hell observa l'autre quelques instants. Le chapeau à larges bords qu'il portait lui masquait le haut du visage, et on ne distinguait pas ses yeux, mais il reconnaissait le sourire carnassier caractéristique de cette étrange patate. Il lui rappelait bien des souvenirs.
"J'étais à l'Est mec." lança l'autre. C'était une expression courante chez les agitateurs des bas-fonds de la ville. Faire un séjour à l'Est, ça voulait dire prendre la route du pays des bannis, ou bien du Désert Rouge pour les plus modérés. A la façon dont son ami avait déclaré cela, Hell comprit une chose: cette personne avait eu des ennuis, et revenait pour se venger. Et sa vengeance serait sanglante. Ils se regardèrent tous deux en souriant, silencieux dans la nuit glaciale.

Ce que les deux hommes ignoraient, c'est qu'une troisième patate les observait, perchée sur le toit d'une maison, à quelques mètres au-dessus d'eux. C'était l'un des meilleurs tueurs à gage du toute la Passlordie. Rares étaient ceux qui connaissaient autre chose de lui que la liste de ses victimes et son nom de code: C16. Il avait senti le retour de l'étrange personnage depuis l'autre bout de la ville, et nul doute qu'il n'était pas le seul. "Ca y est", pensa-t-il. Le fils maudit des bas-fonds de Might-City était rentré à la maison. Ca promettait du travail, et cette perspective rendait C16 heureux. Soudain, les deux patates en dessous arrêtèrent de parler. Le tueur observa les alentours: rien à signaler, en dehors de la saleté des bâtiments.
Cette ville était devenue une véritable poubelle. Et c'était encore plus vrai dans les quartiers pauvres, dont celui-ci. Depuis quelques temps, Might se faisait de plus en plus discret, et sa volonté de perfection disparaissait peu à peu dans le paysage. Il avait laissé la cité aux mains de ses commandants, et ces derniers se moquaient totalement de la propreté et de l'état de la ville. Du coup, seuls les beaux quartiers ressemblaient encore à quelque chose. Et c'était tant mieux. Une ville délabrée est source de chaos, et le chaos est source de travail. Même si tant de crasse le répugnait profondément, C16 n'avait pas le droit de se plaindre.
Il resta un long moment sur son perchoir, puis, voyant que les deux larrons ne semblaient plus parler depuis un certain temps, il décida d'arrêter de perdre le sien et disparut dans la nuit, se réjouissant d'avance du sang qu'il ferait bientôt couler à flots.

Après plusieurs longues minutes de silence, Hell décida de poser la question qui le travaillait depuis un long moment maintenant.
"Pourquoi es-tu revenu?
- Pour faire parler les cons? répliqua l'autre en souriant.
- Je suis sérieux. Pourquoi revenir maintenant? Tu aurais pu partir n'importe où. En Trashie, en Bipie, c'est pas les terres d'accueil qui manquent pour les mecs dans ton genre. Alors, pourquoi?"
Le sourire s'était effacé de la face de l'autre.
"Tu ne sais pas ce qui s'est passé il y a un an pas vrai?
- Tu me prends pour un abruti?
- Je ne parle pas de la dissolution des bikers. Tu ne vois rien d'autre?
- Euh... Nan.
- Hé bien disons que c'est en rapport avec ça. Tu ne sais pas ce qui s'est passé, tu n'as pas besoin de savoir pourquoi je suis revenu, ok?"
La patate avait relevé le bord de son chapeau et regarda Hell dans les yeux. C'était un regard à la fois glaçant et ardent. Plein de contradictions, comme son propriétaire... Le biker lui rendit son regard.
"Ecoute, je suis venu pour régler mes comptes. Certains ont déconné et doivent payer. Tu comprends?
- Je crois.
- Je pourrai compter sur toi, Helly?"
Le motard ne pouvait s'expliquer ce brutal changement de comportement. Pas moins de 10 secondes avant, l'autre lui demandait plus ou moins de se faire discret, et maintenant, voilà qu'il lui demandait son aide dans une vengeance dont il ne savait rien. Le retour des emmerdes et des complications. Comme toujours avec ce mec-là.
"Désolé, je me suis rangé. Avec la dissolution des bikers, tout ça... C'est fini pour moi ce genre de trucs.
- Je m'en doutais. J'espérais juste que tu te souviendrais d'un de tes vieux senpai et ami...
- Cherche pas mec, je resterai tranquille.
- Bien, alors je crois que je vais me retirer. Il commence à faire froid ici, je ne voudrais pas... m'enrhumer. Ça serait bête, pas vrai? Allez, on se revoit bientôt hein?"
Hell ne répondit rien. Sans même un au revoir, l'autre s'en alla. Il le regarda s'éloigner, seul au milieu de l'avenue. Oui, songea-t-il, c'était bien le retour des ennuis. Les rues de Might City allaient de nouveau se peindre en rouge... Lorsque l'autre disparut dans le brouillard, le biker murmura:
"J'imagine que oui... Elvish."
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 | Retour | Haut de page ]