Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 6
Nom de l'œuvre : Nouvelles Histoires du Mordz Nom du chapitre : [Episode 5] : Le début des emmerdes
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 4/3/2013 à 23:23
Œuvre lue 13521 fois Dernière édition le : 4/3/2013 à 23:23
Eagle se déplaçait en silence dans le long couloir austère et froid. Tandis qu'il passait devant une grande fenêtre qui avait fait son temps, un courant d'air lui donna des frissons. Il se frictionna les bras un instant pour se réchauffer, et en profita pour jeter un œil à travers la vitre sale. La vue était à couper le souffle, ou bien elle l'aurait été s’il ne la connaissait pas par cœur. L'endroit où il se trouvait surplombait les montagnes du Nord. Par cette fin de journée orageuse, les pics en contrebas, quasiment noirs, semblaient à peine se découper sur le ciel pourpre. En scrutant l'horizon, si le temps le permettait, on pouvait apercevoir au loin un poste frontière avec l'Empire Trashien. Ce n'était pas le cas aujourd'hui. En soupirant, il se dirigea vers la porte de la salle où il était attendu.
Cette bâtisse était une ancienne forteresse de guerre lordienne. Elle avait été abandonnée alors que les finances du royaume étaient au plus mal, et Eagle en avait profité pour la racheter avec ses associés. Détail amusant, son surnom venait de là: la place se nommait Château des Aiglons. Il trouvait ce nom kitch, mais il s'y était habitué... Quoi qu'il en fût, l'endroit tombait en ruines. Il en toucherait un mot aux autres résidents. Il ouvrit la porte. La pièce était totalement enfumée. Il eut du mal à se retenir de tousser. Mieux valait éviter, des fois que les autres le prennent pour un signe de faiblesse. D'un pas nonchalant, il alla s'assoir sur un fauteuil libre. Comme toujours, la pièce était plongée dans l'obscurité. Il ne distinguait que les silhouettes de ses interlocuteurs. Il y avait 6 personnes à l'intérieur.
"Bonsoir, Eagle - glissa une voix sèche proche de lui.
- Bonsoir, répondit-il simplement."
Il y eut un moment de flottement. Il se sentait fixé. C'était PZ, il le savait. Le vieux renard avait accepté de travailler avec eux "pour un certain temps", comme il l'avait lui-même déclaré. Il distinguait son légendaire chapeau noir défoncé.
"Bien, maintenant que nous sommes tous réunis, nous allons pouvoir commencer. - fit une voix cristalline dans l'ombre.
- Quel est l'ordre du jour? - répondit une autre voix, grave et rauque celle-là.
- Peu importe! - trancha un autre interlocuteur, visiblement à cran - monsieur Eagle, quelles sont les nouvelles?
- Hélas, - répondit-il - elles ne sont pas bonnes. J'avais confié la mission à un professionnel, mais...
- Mais il a échoué... - enchaîna PZ d'une voix impertinente - Etes-vous vraiment à la hauteur, monsieur Eagle?"
Il avait prononcé le mot "monsieur" avec une nuance de défi amusé. Malgré leur coopération, PZ méprisait Eagle et ses associés. Il fallait bien avouer qu'ils s'étaient affrontés à plusieurs reprises par le passé...
"Quoi qu'il en soit, si votre tueur a échoué, vous avez échoué, monsieur Eagle, reprit l'une des voix, celle qui était "à cran".
- Effectivement, c'est fâcheux... - dit une voix pensive, féminine celle-là.
- Il va falloir y remédier. - commenta la voix rauque - Peut-on compter sur vous, monsieur Eagle? Un autre échec ne serait absolument pas tolérable.
- Je m'en chargerai moi-même cette fois. N'ayez crainte. Tout ira bien.
- Oui, espérons-le... - ricana PZ.
- Si vous y tenez, vous pouvez toujours y aller, 'Requiem'. Je vous rappelle que si nous en sommes là, c'est aussi de votre faute! - rétorqua Eagle.
- Du calme, du calme. - tonna la voix cristalline - Nous savons tous que PZ doit rester ici. Monsieur Eagle, vous y irez. Nous comptons sur vous...
- Un instant! - cria la voix nerveuse de "monsieur S" - J'estime qu'Eagle n'a pas la capacité pour s'en charger, il l'a démontré il y a peu."
Tous commencèrent alors à parler en même temps, et la salle fut emplie d'un brouhaha qui donna la migraine à Eagle. Il se massa les tempes, mais rien n'y fit.
"Silence! - hurla la voix cristalline - Monsieur S, monsieur Eagle, si vous voulez à ce point en découdre, je vous conseille d'aller régler ça dehors. Et tout de suite!
- Avec joie... - commenta monsieur S - Je vous attends, Eagle."
Il n'ajouta rien. Pourquoi ce duel? C'est alors qu'il comprit. Monsieur S ne faisait pas partie du groupe. Il était ici en tant que chef de la WSO, organisation étroitement impliquée dans l'affaire qui les intéressait tous. Il les gênait, et il l'avait probablement senti. C'était pour cette raison qu'il était si nerveux, et qu'il avait accepté sans broncher. Le vaincre aurait permis à son adversaire d'obtenir une influence énorme dans le groupe, et d'assurer ses arrières. Eagle n'avait guère le choix. Il devait aller se battre, et tout de suite. Il sortit à son tour, et ne réagit pas au murmure d'approbation générale qui le suivit.

Le vent balayait les cheveux sombres de Sereebi. Il attendait, patiemment dans la cour de la forteresse. La nuit tombait, et la pluie commençait tout juste à l'imiter. Ca ne serait pas une partie de plaisir, il le savait. Eagle, son adversaire, n'était pas connu pour être un enfant de cœur. Soudain, son adversaire tomba du ciel, juste devant lui. "Finissons-en, et vite", lança l'autre. Sereebi acquiesça. De nulle part, il fit apparaître dans sa main Enryuu, l'épée flamboyante. Face à lui, Eagle s'empara des deux sabres harnachés dans son dos. Tous deux étaient des bretteurs à l'ancienne, et chevronnés. Ils ne se feraient pas de cadeaux. L'intensité de la pluie doubla. Elle était froide, comme le vent d'ailleurs. Pendant la seconde de calme qui précéda le début de leur duel, il songea qu'il s'agissait probablement de neige fondue.
Puis ce fut le vacarme des lames qui s'entrechoquent. C'est Sereebi qui attaquait, avec une violence non retenue. Des colonnes de flammes jaillirent un peu partout dans la cour. C'était son avantage dans ce combat: il était l'un des derniers mages de Passlordie. Mais l'autre se défendait. A chaque coup, il répondait par une parade, suivie d'une contre-attaque avec son autre arme. Mais le démoni arrivait à parer ces coups de contre sans grande difficulté. Ils n'étaient pas à fond. C'était un round d'observation.
Soudain, Eagle accéléra. Ce dernier tenta de la frapper à la cuisse, ce qu'il para sans mal, mais déjà un second coup arriva, prêt à lui trancher la gorge. D'un réflexe, Sereebi invoqua un mur de flammes, qui se solidifia immédiatement, le protégeant ainsi du coup fatal. La surprise de l'autre lui permit de se concentrer suffisamment pour lancer un nouveau sort. Tandis qu'Eagle se repositionnait, il lui sourit. Celui-ci avisa ses lames: le métal avait fondu. Incrédule, il ne bougeait plus, apparemment tétanisé de surprise. "J'ai gagné", se réjouit Sereebi. Mais à l'instant où il s'apprêtait à empaler son adversaire, il ressentit un blocage dans son dos. Un froid glacial dans son corps, suivi d'un autre, lui paralysaient la cage thoracique. L'autre avait disparu. Il ne comprenait pas. Il baissa les yeux, et remarqua deux pointes d'acier lui transperçant le corps.
"Imbécile", entendit-il dans son dos, "comment as-tu pu me sous-estimer à ce point? Tu payes ta bêtise. Et la punition est la mort." Il sentit les deux lames se retirer d'un coup sec, sans lui arracher le moindre organe. Mais l'acier avait transpercé plusieurs de ses organes vitaux, son foie notamment. Du sang coula de sa bouche. Sa vue se brouilla. Comment avait-il pu oublier? Soudain, il comprit qui était Eagle, se traita d'imbécile, et sombra dans les ténèbres.

Elvish balaya la pièce du regard. Personne. Il soupira, et s'assit par terre. Il avait bien mérité un peu de répit. Tout était allé si vite... C16, Loulou... Il s'était fait avoir en beauté, et un pauvre gamin avait payé son incompétence. Pour une fois, il éprouva des remords. Puis tout s'était encore accéléré. Illyria avait déboulé dans la clinique pour lui crier que Matteo arrivait, qu'elle avait capté une conversation entre ce dernier et bouh, et qu'il ferait mieux de se cacher. Elle ne s'était pas trompée, à peine avait-il fait un mouvement que le Gardien faisait déjà irruption dans l'entrée du bâtiment. N'étant pas en état de se battre, il s'était enfui. S'en était suivie une course poursuite dans les locaux du Dr.Sun, qui durait déjà depuis deux heures. Le pire, c'est qu'Illy aurait probablement des ennuis après tout cela. Pour ça aussi, il avait des remords. Il avisa les alentours. Il y avait une porte de l'autre côté de la pièce, mais impossible de dire sur quoi elle donnait.
C'est alors que la porte s'ouvrit. D'un bond, il se rua vers l'autre issue, mais tomba nez à nez avec un balai. C'était un placard d'entretien. Il était fait. Mais il vendrait chèrement sa peau.
"Quoi, je fais peur à ce point?
- Abruti! Qu'est-ce que tu fous là?
- Je suis venu te sauver, charmante jouvencelle!"
Elvish se plaqua contre le mur. Son cœur battait la chamade. C'était Hell. Il avait l'air en forme, bien qu'un peu essoufflé. Et tenait un paquet dans sa main.
"Ca fait une plombe que je te cherche... Illy a trouvé un truc pour te faire sortir...
- Elle va bien?
- Ouais, ils se sont engueulés avec l'autre cannibale, mais ils ont fini par conclure qu'elle était venue ici pour me voir. Je crois que c'est passé... Tiens, enfile ça, magne toi!"
Il lui lança le paquet. Elvish l'ouvrit, et ne put s'empêcher de rester bouche bée.
"Mais mais mais... C'est des fringues de nana ça!
- Astucieux pas vrai? Je suis sûr que ça t'ira comme un gant.
- C'est hors de question!
- T'as pas le choix.
- Si!
- Ne fais pas l'enfant Elvish.
- Mais je suis pas un travelo!
- Si tu l'enfiles pas, je dis à tout le monde que t'as passé une nuit avec Watson.
- Quoi? Mais t'as pas le droit! C'était une méprise!
- Je m'en tape, remue-toi, il pourrait nous tomber dessus d'un moment à l'autre!
- Je te hais Hell, si tu savais à quel point...
- C'est ça, je te laisse te changer, princesse."

Batsolor avait pu se lever. Enfin. Les quelques blessures qu'il avait reçues le faisaient encore souffrir, mais il pouvait bouger. Peut-être faudrait-il se faire soigner. Il devait s'entraîner! Et vite! Il avisa Hénios, allongé sur son lit, pareil à une grosse loque. Il ricana. Soudain, il aperçut une silhouette postée à la fenêtre de la chambre. Il se frotta les yeux. Elle avait disparu. Voilà qu'il avait des hallucinations. Déjà qu'il ne voyait pas très bien en temps normal... Malheureusement, il n'y avait aucun bruit, en dehors de celui du ronflement de Hénios. Il ne pouvait pas repérer un éventuel rodeur... Il se dirigea vers leur cuisine, lorsque la silhouette apparût à nouveau, l'espace d'un instant, à une seconde fenêtre. Il se trouvait juste en face. Cette fois, il n'avait pas rêvé, il en était sûr. D'un pas tranquille, il se dirigea vers l'endroit où était posé son sabre. Quelque chose le dérangeait, mais il était totalement incapable de dire de quoi il s'agissait. Il s'apprêtait à se saisir de l'arme, lorsqu'il sentit une main agripper son poignet.
"Salut, my dear Bats. Ca faisait une paye...
- Dsch? Comment...?
- Why tu ne m'as pas entendu? Your repaire is so une passoire. Pityful. There is énormément d'entrée discrètes...
- Mais... Que...
- Alors comment va the business?
- Je... Euh... Assez mal... Je crois...
- You know, Bats, dans la vie, there is the great men, les boss, les puissants quoi, ans the bugs, les larves. Tu appartiens à la second catégorie. You failed. Je ne sais pas if I can forgive you...
- Mais il était bien trop fort...
- Je sais! Enfin, I learnt it trop tard.
- On est quittes alors?"
Son interlocuteur éclata de rire. Puis planta son regard dans le sien. "No Bats, on est pas quittes. Someone doit payer. But sois sans craintes, c'est une expert who will s'occuper de ton cas... Pika!" Bats sentit une présence de plus dans la pièce. Il la connaissait. Que faisait Pika dans la mafia, aux côtés de l'un des parrains les plus puissants de la ville? C'était impossible!
"Pika? C'est bien toi?
- Désolé Bats, répondit la jeune fille. Je n'ai pas le choix. Les règles ont changé."
Et elle s'approcha, lentement. Elle tenait quelque chose dans sa main, mais Bats n'arrivait pas à distinguer de quoi il s'agissait. C'était un objet rectangulaire, sans doute en plastique ou en métal. Il frissonna.

Lorsque PZ et la patate qui l'accompagnait arrivèrent dans la cour, la première chose qui les frappa fut les nombreux endroits où les dalles et les jeunes pousses d'herbe étaient calcinées, ainsi que l'odeur de brûlé qui allait de paire avec. Puis leur regard se posa sur Eagle. Il se tenait là, assis sur un rocher - il y en avait quelques-uns disséminés dans toute la cour - essuyant le sang sur ses lames avec un chiffon. A ses pieds se trouvait la veste de celui qu'ils connaissaient sous le nom de Monsieur S. Ainsi le chef de la WSO avait été vaincu. "Il ne faisait pas le poids. Il m'écœurait tellement que j'ai atomisé le corps. Désolé." L'autre fit un signe de tête. PZ, lui ne moufta pas. Il cogitait. La puissance d'Eagle était vraiment impressionnante. Bien plus qu'autrefois. Pour tout dire, il pensait être à peu près au même niveau que Sereebi, allias Monsieur S. Si celui-là l'avait balayé, alors il avait du souci à se faire. D'autant plus que s'ils s'étaient débarrassés du leader de la WSO, ils ne rechigneraient peut-être pas à l'éliminer aussi en cas de besoin. Le vent du Nord lui vit plisser les yeux. Il soufflait vers la capitale. L'Histoire était en marche. Mais serait-il assez fort pour en supporter le poids? Il n'était plus si sûr de sa réponse.

"Tu es sûr que tu ne veux pas qu'on passe au plan B? - demanda la voix d'Elvish à travers la porte.
- Quel plan B? - interrogea Hell à son tour.
- On s'associe et on lui éclate la tête!
- Ca ne va pas? Illy me tuerait, et c'est pas mes oignons en plus. Bon, t'as fini, ahuri?
- Euh...
- Je prends ça pour un oui."
Hell ouvrit la porte. D'un geste calculé longtemps à l'avance, il porta son appareil photo devant son visage et mitrailla l'autre face à lui.
"Hey! Ça fait partie du plan ça?
- Non, c'est pour ma collection!
- Je vais te tuer.
- Hola, surveille ton langage, une dame ne parle pas ainsi! - répliqua-t-il, moqueur."
Il contempla Elvish. Suivant les instructions qu'Illyria avait notées sur un papier, il s'était travesti en servante. Le résultat était assez saisissant. On aurait vraiment dit une gonzesse. Tant mieux, ça ne passerait que mieux...
"Mais dis-moi, m'attifer en bonniche en plus du reste, c'était obligé?
- Tu demanderas à la patronne. Et prends une voix plus fluette. Arrête de marcher comme un loubard. Déjà qu'en temps normal ça te va pas, alors là c'est très moche. Allez ma jolie, en piste! T'as raté une belle carrière de travesti tu sais. Quoiqu'il n'est pas trop tard, je te filerai des adresses si tu veux...
- T'as des adresses des boîtes à travestis toi?
- Ta gueule.
- Touché - dit Elvish en souriant."
Ils se dirigèrent vers le hall d'entrée de la clinique, Elvish peinant à le suivre à cause des chaussures qu'il portait, de ravissants petits escarpins. Ils arrivèrent enfin, après un bon nombre de jurons qui ne seraient jamais sortis de la bouche d'une servante ordinaire, mais Hell laissa courir. Il savourait chaque seconde. Illyria était assise sur une banquette, face à Matteo. Ils discutaient d'un air grave, probablement d'affaires en cours. Ils levèrent les yeux vers eux.
"Ah, vous êtes là, tous les deux - lança Illy avec un sourire jovial.
- Tiens tiens, un repris de justice que j'ai convoqué 6 fois à la Caserne et qui n'est jamais venu... - commença Matteo en toisant Hell.
- Arrête Mat', ce n'est pas le moment.
- C'est qui celle-là? - s'enquît le Gardien en désignant Elvish du menton.
- Elvishette, la servante que j'ai embauchée la semaine dernière. Elle est assez maladroite, mais elle est mignonne non?
- Une servante? Depuis quand les Gardiens ont des loufiats?
- Je suis princesse de Passlordie, je te rappelle. J'ai aussi droit à un peu de confort!
- Soit, passons. Bon, si vous voulez bien m'excuser, j'ai un meurtrier en fuite à traquer. Mesdemoiselles. - et il s'en alla, sans même jeter un regard à Hell.
- Loulou devrait s'en tirer. Il a une capacité à encaisser hallucinante. Un vrai staller. - glissa Illyria à voix basse - Bien, partons."
Elle s'en alla, et 'Elvishette' lui emboîta le pas. Hell resta immobile un moment. Une fille les fixait d'un air étonné. Surtout Elvish en fait. Il espérait qu'ils n'étaient pas grillés...

Quelque part, très loin au Sud-Ouest de Might-City, au-delà des frontières de la Passlordie, monsieur L, assis dans son fauteuil de velours, composa un numéro. Quatre sonneries retentirent, avant que son correspondant ne décroche enfin.
"Monsieur D? Ici Monsieur L.
- Gloire sur la WSO, sir - répondit l'autre.
- Oui. Vous avez effectué votre tâche?
- C'est fait, sir. Ca a pris, mais je crains que le flic chargé de l'affaire ne se doute de quelque chose. Il faudra agir vite.
- J'en prends bonne note. Des nouvelles de monsieur S?
- Non sir. Il a disparu.
- Il eut été préférable qu'il nous prévînt de cette excursion interminable. J'espère qu'il ne lui est rien arrivé... Peu importe. J'ai ses instructions. Vous pouvez passer à la seconde phase.
- Aye aye sir."
Et l'autre raccrocha. Monsieur L soupira, alluma et cigare, et ferma les yeux un instant. Il avait envie de se rendre lui-même en Passlordie. Peut-être plus tard. Il avait un royaume à gérer, s'éclipser comme l'avait fait monsieur S serait difficile, et dangereux pour la nation. Il se devait de faire confiance à Monsieur D.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 | Retour | Haut de page ]