Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Bleu d'été [Concours Eté 2013] Nom du chapitre : Bleu d'été [Chapitre 3]
Écrit par Whitewolf Chapitre publié le : 31/7/2013 à 23:47
Œuvre lue 3256 fois Dernière édition le : 1/8/2013 à 13:48
[ Retour - Bas de page ]
Lorsque son réveil sonna, elle grogna par habitude et se demanda un instant où elle était avant de se souvenir de son voyage la veille. Elle se leva, motivée et se prépara. A l’heure prévue, elle sortit de sa chambre et descendit à l’accueil, où Ethelle était déjà en train de discuter avec l’Infirmière. Blue Eye les salua, et elles partirent quelques instants plus tard. Une fois dehors, Ethelle lui tendit une carte de la ville et de ses environs, tandis qu’elle en dépliait pour elle-même un second exemplaire. La Ranger prit l’organisation en main.
- Ecoute, je vais sûrement passer une bonne partie de la matinée au poste de police pour essayer de rassembler des données, chercher des endroits où les Pokémons semblent avoir disparus subitement ou bien si un groupe suspect a été aperçu. J’ai la liste des endroits où elles sont déjà passées, grâce à ton contact, mais ça va être long de tout recouper. Si tu veux, tu peux mener ta propre enquête en ville, ou tout simplement flâner. Je te contacterai quand j’aurai fini.
- Je sens que je vais m’ennuyer…
- Interdiction de faire des bêtises, compris ?
- Oui Chef !
Elles échangèrent un sourire, et se séparèrent. Blue Eye prit la direction de la plage. Si elle avait eu un instant envie de faire les boutiques, elle fut rapidement déçue. Il n’y avait presque que des boutiques de souvenirs marins, pour la plupart en toc. Une des dernières boutiques attira cependant son attention. Les « Cycles à Gogo » étaient connus jusque dans les lointaines régions des Rangers, et elle se dit qu’il serait sûrement plus pratique de se déplacer avec des bicyclettes qu’à pied. Elle affronta l’affable vendeur, et ne tiqua même pas devant le prix des engins. Son père lui versait une somme confortable d’argent de poche tous les mois, même lorsqu’elle était chez les Nappers, et elle n’avait pas eu l’occasion de l’utiliser depuis longtemps. Elle acquit aussi des antivols et du matériel de réparation. Au moment de sortir, elle se ravisa, et ajouta à l’ensemble des sacoches de porte bagage renforcées. Comme ça elles seraient prêtes à tout. Ses bottes à la main, elle profita ensuite du délice de l’eau de mer sur ses pieds en se baladant le long de la plage. Au bout d’une dizaine de minutes, elle remarqua une jeune femme assise sur un rocher, lisant tranquillement un livre. Alors qu’elle passait à côté d’elle sans la déranger, elle entendit un « bonjour » joyeux, et se retourna. Son interlocutrice la surprit d’abord par son regard acier qui dénotait une volonté inébranlable, mais sans malice.
- Bonjour.
- Tu n’es pas d’ici, non ? Je vois ça à l’absence de PokeBall à ta ceinture, et ton bronzage bien installé. Je m’appelle Jasmine, et toi ?
- Blue Eye. Je viens de la région d’Oblivia.
- Tu es bien loin de chez toi. Tu es venue en vacances ?
- Hem… Pas vraiment. J’accompagne un Pokémon Ranger en mission
- Oh, c’est vraiment intéressant. Tu as le droit de m’en dire plus ?
- Je… Je ne sais pas.
- A priori, tu ne sais pas qui je suis. Je suis la Championne de l’Arène d’Oliville, maîtresse des Pokémon de type Acier, et affiliée à la Ligue Pokémon de la région. Par conséquent, je peux peut-être vous aider dans la mission de ce Ranger. Je suppose que pour déranger le Bureau des Rangers au point d’envoyer quelqu’un aussi loin plutôt que de transmettre l’affaire aux forces de police locales, ça doit être très important.
- Je peux vous faire patienter un instant ? Juste le temps de lui demander.
- Pas de soucis.
Blue Eye tapota rapidement son clavier de téléphone, et le referma quand le message fut parti. En attendant, elles reprirent une discussion plus légère, discutant des différences de climat entre leurs deux régions. Jasmine lui racontait la dernière tempête qui avait failli décorner le Phare quand le téléphone sonna. La réponse était brève : Vas-y, fonce. La blonde sourit. Elle entreprit donc de raconter un résumé des principales informations : les dangers de l’Armure, les gants Nappers qui permettaient de contrôler un Pokémon provisoirement, le groupe de femme et Green Eye. Elle tut les liens et son implication passée dans l’organisation, mais elle se douta que Jasmine ferait probablement le rapprochement entre son nom et celui de la Capitaine recherchée. En tout cas, la Championne n’en fit aucune mention, elle lui en fut reconnaissante. Jasmine réfléchit un moment.
- Il y a plusieurs mois, j’ai eu vent de l’arrivée d’un groupe de personnes sur Irisia un soir, une île qui est plus au sud, derrière les Tourb’ïles. Chuck, le Champion d’Irisia, m’a dit qu’ils s’étaient enfoncés dans les montagnes, mais il n’a pas eu le temps de les voir, vu qu’il était en train de s’entraîner comme toujours. Sa femme par contre a eu le temps de remarquer que celle qui les guidait avait une mèche verte dans ses cheveux noirs. Nous n’en avons plus entendu parler.
- C’était probablement leur première cible. On nous a dit qu’elles avaient débarquées de leur voyage sur une île peu peuplée, et qu’elles devaient chercher une grotte dans les montagnes derrière le village. Je suppose qu’elles ont dû apprivoiser de gré ou de force des Pokémons Vols pour les amener à la destination suivante.
- Je vais prendre contact avec tous les Champions et les Maîtres Pokémons de l’archipel. Nous avons l’habitude de travailler avec les forces de police. Et puis, depuis quelques années, il y a un Dresseur très puissant qui est revenu sur l’archipel. Il est à Azuria, sur Kanto, en ce moment, je vais voir pour le contacter. Il a l’habitude de contrecarrer les organisations criminelles.
- Vous ne devriez pas être à la Ligue pour voir les matches ?
- C’est peut-être cruel à dire, mais aucun des Dresseurs que j’ai vu passer cette année n’a, à mon avis, le niveau pour décrocher le Titre. Déjà que la plupart n’ont même pas eu leur huit badges. Je pense qu’ils ne franchiront même pas les premiers paliers.
- Quand on nous a expliqué à l’école les différences entre nos régions et celles-ci, j’avoue que j’ai été très curieuse. Vos Pokémons restent avec vous en permanence, sans possibilité de partir, c’est ça ?
- La réponse est un peu plus complexe tu sais. La Pokeball lie en effet le Pokémon à son dresseur, mais si celui-ci est compréhensif et que son Pokémon désire sa liberté, alors il le laissera partir. Le fameux Dresseur dont je t’ai parlé a libéré bon nombre de ses Pokemon au cours de ses aventures…
Elles discutèrent un bon moment des différences culturelles de leurs deux régions. Au moins, elle aurait de quoi améliorer ses connaissances quand elle retournera au lycée. C’est quand il commença à vraiment faire chaud qu’elles décidèrent de se séparer. L’heure du déjeuner approchait, et Blue Eye regagna le Centre. L’Infirmière l’interpela.
- La Boutique de vélo a livré votre commande, je l’ai mise à l’ombre derrière.
- Merci beaucoup. Des nouvelles d’Ethelle ?
- Je suis là !
La ranger venait de franchir la porte, des sandwiches à la main. Ce n’est pas encore qu’elle pourrait profiter de ce restaurant plus haut. Elle était repassée à côté, et les délicieuses odeurs lui avaient donné l’eau à la bouche. Elle soupira.
- Au fait, reprit Ethelle, qu’est-ce que c’est que cette histoire de commande ?
- Je n’avais pas envie de marcher, je nous ai acheté des vélos pour la suite du voyage. Ne t’inquiète pas, si on doit prendre d’autres transports, ils sont repliables et facilement transportables.
- Mais… Tu as gardé la facture ? Pour les notes de frais ?
- Ecoute, je ne crois pas que ton Bureau acceptera la note.
Blue Eye éclata de rire en voyant la tête ahurie d’Ethelle quand elle lut la facture, et la lui reprit pour la déchirer avec un clin d’œil.
- Considère ça comme un cadeau. Tu pourras en profiter sur Oblivia.
- Tu abuses Blue Eye.
- Tu m’as permis de voyager à dos de Latias, ce qui fait de moi une privilégiée, et ça n’a pas de prix. Pour tout le reste, il y a PokeCard. Et crois-moi, je n’ai pas épuisé mes crédits.
Ethelle bougonna en mordant vigoureusement dans son repas. La blonde attendit un peu avant de relancer la discussion.
- Quelle est la suite du programme ? Jasmine m’a dit qu’elle allait alerter les autres Champions, et quelques Dresseurs de confiance.
- La police a recensé des déclarations de comportement étranges de Pokémons, chronologiquement liées aux déplacements connus du groupe. Au moment où j’allais partir, une nouvelle alerte est tombée. Elle correspondait aux critères de recherche, et avait eu lieu cette nuit. Plusieurs Pokemons chargés de l’entretien des pelouses de Rosalia ont disparu un long moment pour ensuite réapparaitre perturbés et confus.
- Ca ressemble à l’effet d’un Gant de capture Napper.
- C’est ce que je me suis dit. Ces Pokémon semblaient être particulièrement adaptés pour permettre de tracer un chemin en forêt. Les policiers pensent que ça ne peut concerner que les zones au nord de la ville, les autres étant plutôt fréquentées. Il faut se méfier, c’est une zone assez peu connue, et dangereuse car il y a de nombreux reliefs abrupts.
- On va à Rosalia alors ?
- Si tu as fini de manger, oui.
- A bicyclette ?
Blue Eye utilisa à nouveau l’arme ultime des yeux larmoyants, et Ethelle se pinça les lèvres pour retenir un éclat de rire qui se lisait cependant dans ses yeux.
- D’accord, tu as gagné.
Blue Eye simula le geste d’acceptation des missions des Rangers.
- Ouiii ! Go Rangers !
- Tu n’es pas un Ranger, tu sais.
Cette fois, Ethelle ne retint pas son éclat de rire à la vision de la moue toute triste de Blue Eye. Elles récupérèrent leurs affaires et libérèrent les chambres après les avoir rangées et donné les draps à laver à un Machopeur à l’air aussi imposant que pacifique. Elles embarquèrent leurs quelques possessions dans les sacoches, et prirent soin de se munir de gourdes d’eau. Ethelle installa la carte sur le guidon, et elles prirent la route. Le trajet était vraiment agréable. La chaleur, moins élevée que les moyennes estivales d’Oblivia, était largement supportable, et très vite elles traversèrent des zones plus sauvages, croisant parfois des voyageurs ou des dresseurs qu’elles saluaient. Les deux jeunes filles avaient l’habitude de vivre sur des îles beaucoup plus petites, réunies en chapelets et reliées par mer ou par air. Ici, les grandes étendues les surprenaient, en particulier Blue Eye qui n’avait jamais quitté sa région. Elle ouvrait de grands yeux, ravie d’être là. L’effort pour pédaler était réduit grâce un système d’aide à la propulsion, et elles avancèrent vite sur le chemin.

Au bout de deux heures, les forêts laissèrent la place à quelques champs au milieu desquels paissaient des Pokémons placides qui meuglèrent amicalement en voyant les deux jeunes filles. Blue Eye ne reconnut pas ce type de Pokémon, et elle demanda à Ethelle de s’arrêter.
- Dis-moi, ton Navigateur peut nous renseigner ?
- Pas besoin, je connais cette espèce. Ce sont des Ecrémeuhs, des Pokémons femelles qui produisent un lait extrêmement reconstituant, et surtout délicieux.
- Tu en as déjà goûté ?
- Une fois, c’était avant d’être Ranger, mes parents en avaient ramené d’un voyage dans une glacière. J’ai beaucoup aimé.
- Tu crois qu’on peut en acheter quelque part ?
- L’eau ne te suffit pas ?
- S’il te plaiiiiiit ! C’est moi qui te l’offre.
Ethelle soupira et désigna une ferme qui se détachait au bout du champ.
- Regarde, on va voir s’ils peuvent nous en vendre là-bas.
En fait, en approchant plus près, elle purent lire un grand Panneau qui annonçait « le meilleur Lait Meumeuh de Johto, fourni par des Ecrémeuhs nourries aux baies ». Attenant à la ferme, il y avait une petite boutique avec une clochette. Quand Blue Eye l’actionna, une dame sortit de la maison pour venir les voir.
- Bonjour mes mignonnes ! Que puis-je pour vous ?
- Bonjour ! Je voudrais acheter deux grands verres de lait s’il vous plait !
- A votre service !
Le tout payé, la femme leur indiqua des petits bancs de paille sous un arbre pour pouvoir boire tranquillement avant de repartir. Elle leur dit de laisser les verres sur le comptoir, elle les récupèrerait plus tard. Les filles s’affalèrent plus ou moins gracieusement. Le vélo, même assisté, ça fatigue. Elles sirotèrent tranquillement leur verre en regardant les jeunes Ecremeuhs ou Tauros rouler dans l’herbe sous le regard attentif de leurs mères. Blue Eye se prit à adorer le lait d’Ecremeuh, dont l’apport d’énergie la rendait légèrement euphorique. Elle espérait persuader l’épicier de sa ville d’en importer. Mais la distance était vraiment un problème. Elle finit son verre et tourna la tête vers sa camarade. Celle-ci continuait à suivre les Pokémons des yeux, et ne s’était pas aperçue qu’elle avait une petite moustache de lait. Blue Eye s’approcha d’elle, attirant son attention.
- Ne bouge pas.
Elle passa son doigt sur sa lèvre supérieure pour ramasser la fine couche de liquide, qu’elle porta ensuite à sa bouche, fermant les yeux pour en apprécier encore plus le contact. C’est en les rouvrant qu’elle croisa le regard choqué d’Ethelle, et qu’elle réalisa réellement ce qu’elle avait fait. Elle se figea. Là, il n’y avait vraiment plus aucune chance qu’Ethelle n’ait pas compris son attitude. La tension grimpa très vite, et elle sentit des bouffées de chaleur colorer ses joues. Devait-elle lui présenter ses excuses ? Ou achever pour de bon les faux-semblants ? Cette idée fit faire un bond à son estomac. Elle approcha son visage de celui de la Ranger, qui ne bougeait pas. Alors qu’ils n’étaient plus qu’à quelques centimètres, celle-ci s’activa enfin. Elle ne recula pas, mais elle plaça deux doigts sur les lèvres de la blonde, arrêtant nette son approche.
- Je… Je ne suis pas si… innocente que tu peux le penser Blue Eye. J’ai compris ce que tu voulais et… je dois bien avouer que... je suis… tentée.
Nouveau looping dans le ventre de la blonde. Elle voulut parler mais les doigts s’appuyèrent plus fortement sur ses lèvres. Ethelle reprit la parole.
- Je ne joue pas, Blue Eye. Je ne veux pas être une nouvelle partie pour toi. Je n’ai ni le temps, ni l’envie de gérer ça seule. Si pour toi c’est un jeu, alors je préfère que tu ne poursuives pas ton geste, et qu’on oublie tout ça. Je te le demande vraiment, sois sincère.
La blonde avait écouté chaque mot, sentent le souffle chaud sur son visage comme une douce caresse. Ses précédentes aventures amoureuses n’avaient guère eu d’importance. Quelques baisers échangés sans aucun engagement, plus intéressants pour le plaisir du flirt que par réel intérêt pour l’autre personne, exceptée peut-être la dernière. Etait-ce seulement qu’elle voulait d’Ethelle ? Mais pourquoi son cœur battait si fort alors ? Elle n’avait pas le droit de faire du mal à la Ranger, pas après ce qu’elle avait fait pour elle. Certes elle lui plaisait, cela suffisait-il à déterminer un engagement plus sérieux que d’habitude ? Et si elle décidait que non, supporterait-elle de voir Ethelle s’éloigner après ces quelques jours ? A cette idée, elle sentit ses yeux se mouiller. Et elle craqua. Poussant doucement Ethelle à s’allonger sur le banc, elle se glissa au-dessus d’elle.
- Je ne peux pas te promettre d’être parfaite. Je ne peux pas te promettre que ça durera. On ne se connaît pas depuis longtemps, et on ne sera peut-être pas compatibles. Mais tu es la première à m’arracher des larmes, et je ne pense pas avoir déjà ressenti ça avant. Alors je veux essayer de ne pas jouer avec toi, alors je veux être avec toi. Alors je vais t’embrasser et je... je…
Des larmes coulaient maintenant, tombant sur les joues d’Ethelle qui afficha un sourire si doux que Blue Eye se sentit au bord de l’implosion. Elle entendit un murmure.
- Viens…
Leurs lèvres s’effleurèrent, tendrement puis un peu plus fermement, découvrant leur texture respective, leur forme et leur douceur. Ce baiser dura un moment, puis Blue Eye bascula sur le côté, suivie dans son mouvement par une Ranger aux joues rouges et aux yeux brillants. Elles s’embrassèrent à nouveau, découvrant avec délice ce nouveau plaisir. Quand elles se séparèrent, Blue Eye soupira.
- C’est trop dur d’arrêter de t’embrasser.
- Idiote, dit Ethelle en rigolant.
Elle poussa la blonde légèrement pour la taquiner, et soudain celle-ci sentit son équilibre basculer et elle se retrouva à terre, ayant entraîné l’autre fille avec elle. Le banc de paille était vraiment étroit. Elles explosèrent de rire en se serrant l’une contre l’autre quelques minutes, et Blue Eye ne put s’empêcher de taquiner sa nouvelle petite amie.
- Tu es plus lourde que ce que je pensais.
- Eyh ! Je ne te permets pas !
- Aide-moi à me relever au lieu de bouder.
Elles s’époussetèrent, et Blue Eye ne put s’empêcher de l’attirer à elle pour l’embrasser encore une fois, qui dura plusieurs secondes avant qu’Ethelle ne se détache légèrement.
- Et si on y allait Blue ? J’adore ça, mais on pourra toujours reprendre où en était une fois arrivées, non ?
- Je ne suis pas quelqu’un de raisonnable.
- Mais moi oui. Allez on bouge, va reposer ces verres au comptoir.
- Oui Chef !
Elle préféra ne pas insister. Leur relation devait dépasser ses instincts personnels. Elle considérait vraiment Ethelle comme une personne différente de ses amis habituels. Et elle voulait la garder, au moins un bon moment. Avant de reprendre la route, elle se permit quand même une caresse sur le bras de la Ranger qui lui sourit en retour. Oui, se dit Blue Eye, sa vie prenait définitivement un nouveau départ.

Elles roulèrent un bon moment, s’octroyant quelques pauses avant d’arriver en vue de Rosalia. L’architecture typique et ancienne de la ville les impressionna. Les bâtiments semblaient avoir voyagé dans le temps, et même les habitants qu’elles rencontrèrent dégageaient une aura de tradition et de respect. Blue Eye se sentit de trop ici, mais les passants saluaient les deux jeunes filles avec des sourires francs et sincères. Elle essaya de dissiper la gêne qui l’habitait. Ethelle se renseigna sur l’emplacement du Poste de Police et elles s’y dirigèrent. Le bâtiment un peu excentré revêtait les mêmes parures que la ville. Cependant, une fois la porte franchie, l’intérieur était semblable aux Postes de toute la Région. Elle se rassura à ce contact. Les uniformes étaient moins colorés et plus sobres, mais l’impression était moins tranchée. Encore impressionnée et assez mal à l’aise d’être là compte tenu de son passé, elle laissa Ethelle mener la discussion. Cette dernière la présenta comme une conseillère, et se borna à lui redemander quelques précisions ponctuelles. Après quelques minutes d’échanges, il apparut que la théorie des Pokémons contrôlés par des gants Napper était plus que vraisemblable. Un autre témoin avait en plus rapporté qu’il avait entendu des bruits étranges au nord, dans la forêt et, s’étant aventuré là-bas, avait trouvé l’ouverture d’une piste forestière, alors que la zone est protégée. La discussion s’orienta bien vite sur ce qu’il convenait de faire maintenant. Les Policiers étaient déterminés à partir à l’instant, tandis qu’Ethelle préférait pour sa part attendre le lendemain. Blue Eye décida d’intervenir pour appuyer Ethelle.
- En ce moment, elles doivent encore être à l’œuvre pour tracer leur route, et sont sûrement aux aguets. De plus, j’ignore quel effet peut avoir les gants Nappers sur les Pokémons contrôlés par Pokeball. Si elle supplante votre contrôle, vous lui offrirez sur un plateau une troupe de Pokémons puissants. Elle se fiche des règles de combat de cette Région. Mais je sais aussi qu’elle est trop impulsive. Elle va avancer jusqu’à ce que sa troupe soit trop fatiguée pour continuer. Et elles se reposeront sûrement dans la journée. Puis elles captureront à nouveau des Pokémons sauvages pour les aider à avancer. Il faudrait réussir à les surprendre pendant une phase de repos. De plus, si elles ne sont pas allées par la voie des airs, c’est probablement parce que ce qu’elles cherchent n’est pas précisément localisé, et qu’elles doivent sûrement tâtonner.
- Tout à fait, l’approuva Ethelle. Je pense qu’il serait judicieux de faire des petits groupes pour les localiser et ensuite se regrouper pour les arrêter.
L’Agent en chef eut une moue sceptique.
- Vous me dites qu’elles sont une bonne dizaine, et qu’elles peuvent peut-être prendre provisoirement le contrôle de nos Pokemons. Comment comptez-vous les arrêter ?
Blue Eye se pinça les lèvres un instant avant de reprendre la parole.
- Je peux les convaincre de se rendre, en tout cas pour les Napper.
- Je ne comprends pas, intervint un autre policier.
Son regard croisa celui d’Ethelle. Elle lut la confiance de la Ranger, et qu’elle avait le droit de ne rien dire. Mais elle en avait trop dit pour s’arrêter.
- C’est moi qui les ai formées.
Un long silence s’établit dans le bureau. Les regards s’étaient faits plus suspicieux contre elle. C’est Ethelle qui tenta de désamorcer la situation.
- Blue Eye a reconnu ses erreurs et c’est grâce à elle que nous en savons autant sur le nouveau danger qui nous menace. De plus, elle a su créer un véritable lien de confiance avec ses recrues, et nous devons en profiter.
La discussion dura encore un petit moment, mais les agents se rangèrent à l’avis de la Ranger. Ils partiraient le lendemain matin à la première heure. Les deux jeunes filles se firent à nouveau héberger par le Centre Pokémon. Une fois devant leurs portes respectives, elles se tinrent debout un peu gênées. Ce qu’il s’était passé à la ferme d’Ecremeuh restait entre elles comme une question non résolue. Ethelle surprit soudain Blue Eye en prenant l’initiative. Elle se serra contre elle et l’embrassa tendrement, tout en douceur. La blonde sentit ses joues chauffer pendant qu’elle perdait progressivement la tête alors que leurs lèvres se caressaient lentement. Quand la Ranger s’écarta, elle manqua de perdre l’équilibre, sujette à un léger vertige.
- Whoa.
Elle était incapable de formuler une phrase correcte. Ethelle était rouge, et avait du mal à la regarder dans les yeux, et c’est elle qui prit la parole.
- Désolée, j’en avais envie. J’espère que ça ne t’as pas gênée…
Gênée ? Parce qu’elle n’avait pas eu l’air d’apprécier ? Cette fille était décidément trop innocente, et trop craquante. Blue Eye avait l’impression que ses joues clignotaient comme des lampions de Noël. C’était un pur moment de tendresse, une expérience totalement nouvelle, et elle se sentait si bien. Serrant Ethelle dans ses bras, elle la rassura.
- Non, ça ne m’a pas gênée du tout. J’ai adoré. Vraiment. Tu peux recommencer quand tu voudras.
Le petit rire qu’elle entendit à ses oreilles résonna comme une ondée en montagne. Elles restèrent à profiter l’une de l’autre quelques minutes. Cette fois, c’est Blue Eye qui prit l’initiative de la séparation, et s’écarta à regret.
- Bonne nuit Ethelle.
- Bonne nuit Blue.
Leur dernier baiser fut à peine effleuré, mais toujours aussi agréable. C’est le cœur battant que la blonde entra dans sa chambre, s’appuyant contre la porte alors qu’elle sentait un sourire extatique mettre ses muscles des joues à mal. Elle prit une minute pour souffler, et quand elle s’allongea pour dormir, elle se sentait vivante. Le sommeil lui vint vite, épuisée par les émotions et le trajet à vélo.

Lorsque le réveil sonna, un grognement s’échappa de sous la légère couverture. La nuit avait été fraîche et Blue Eye s’était réfugiée au creux de son lit. Et le réveil à une heure aussi matinale pour rejoindre une troupe d’agents suspicieux à son égard n’était pas pour arranger son humeur. Heureusement qu’Ethelle était là. A cette pensée, elle émergea les yeux à peine ouverts pour se réchauffer sous la douche. Consciente qu’un retard ne serait pas pour arranger son cas, elle abrégea à regret le délice de l’eau chaude sur sa peau pour se préparer. Elle entendit sa camarade sortir et passer devant sa porte pendant qu’elle s’habillait. Une seconde, elle espéra qu’elle entrerait, et se sentit déçue quand les pas s’éloignèrent. Mais elles se connaissaient encore peu, et c’était normal qu’elles évitent de prendre des initiatives aussi franches. Il n’empêche que c’est avec un certain désappointement qu’elle-même se rendit dans le hall du Centre. Elle eut du mal à répondre au franc enthousiasme d’Ethelle.
- Eh, Blue Eye, tu n’as pas l’air bien. Qu’est-ce qu’il se passe ?
- Rien, j’ai juste mal dormi.
Ce qui n’était pas faux. Mais toutes les pensées qui lui couraient l’esprit la préoccupaient plus que son manque de sommeil. Les regards des agents lui avaient rappelé la dure réalité de ses actions passées. Et revoir Green Eye n’allait sûrement pas arranger les choses, surtout vu ce qu’elle avait caché à Ethelle à ce propos. Ces deux sujets la perturbaient grandement, confrontée à l’inéluctabilité de ces retrouvailles. Elle se composa un sourire qu’elle espéra aussi sincère que possible, et se tourna vers la porte en interpelant Ethelle.
- Allons-y, les pauvres doivent nous attendre depuis un moment. Je sais que les jolies femmes doivent savoir se faire désirer, mais je pense que ce n’est pas le moment.
- Tu as raison. Nous avons une mission à remplir.
Quand elle fut dans le dos d’Ethelle, Blue Eye sentit son sourire se faner. Cette fichue appréhension lui vrillait le ventre.
Il s’avéra qu’elles étaient en avance, et il manquait encore trois agents quand elles rejoignirent la petite troupe. Les regards restaient perplexes en la voyant, mais il n’y eut ni remarque ni recul. Elles consultèrent la carte avec le chef des agents en attendant les retardataires. Le Champion de l’Arène n’était pas encore rentré du Mont Victoire, dès son arrivée il assurerait la coordination des équipes, confiée pour le moment à son assistant. Ce qu’ils savaient du chemin emprunté par la troupe de Green Eye menait vers un massif montagneux très fragmenté, probablement à cause de violents combats entre d’anciens Pokémons puissants. Ce qui devait être auparavant une montagne assez haute était maintenant réduite à des séries de falaises, canyons et pics escarpés. La zone était très difficile à explorer et dangereuse si on n’y prêtait pas attention. Plusieurs chemins étaient à flanc de paroi. Blue Eye essaya de cacher le fait qu’elle n’était absolument pas familière de ce genre de décor. Sa prédilection allait nettement aux bords de mer et aux fonds marins. Encore quelque chose qui allait ajouter à son malaise. Une fois la troupe complétée, ils formèrent des équipes de trois personnes. Blue Eye et Ethelle restèrent ensemble, et furent accompagnées par le plus jeune et enthousiaste des agents, Ellis, qui avait grandi avec ses parents non loin de la zone rocheuse. Son expérience leur serait précieuse. Le soleil dépassait à peine la crête des hauts arbres quand ils se mirent en route. Très vite, ils se séparèrent des autres groupes, suivant la voie la plus à l’est, passant derrière les ruines de la Tour Cendrée. Ils remontèrent ensuite, suivant le lit d’un ruisseau à sec à cause de la sécheresse estivale. Il était peu probable que les Nappers se soient aventurées plus loin à l’est, qui donnait sur le cœur de la forêt, empli de mystères et de Pokémon très peu amicaux. De temps en temps, un long cri résonnait au loin, qui donnait la chair de poule. On racontait que seuls les dresseurs de la famille de Mortimer, Maîtres des Spectres et des Ténèbres, avaient déjà contemplé les plus vieux arbres, et ils en étaient revenus plus sages et plus secrets. Quand leur guide leur raconta cette histoire, Blue Eye se sentit frissonner. Petit à petit, à son grand soulagement, ils laissèrent les bois sombres derrière eux. Lorsqu’Ellis déclara une pause, elle s’assit avec délice dans la mousse sèche. L’eau encore fraîche de sa gourde lui fit un bien fou. Au milieu des arbres, elle se sentait un peu mieux. Ellis était nettement moins suspicieux que ses collègues, et la paix du lieu la calmait. Ou alors était-ce la présence d’Ethelle assise juste à côté d’elle qui avait cet effet-là ? Le jeune agent avait très vite abandonné ses tentatives de charme auprès de la Ranger, quand il avait vu que les mains des jeunes filles se liaient souvent. Ce qui ne l’empêchait pas d’être un guide particulièrement prolixe. Il avait de nombreuses histoires à raconter sur la forêt de Rosalia, et son Pokémon, un Cerfrousse placide, créait parfois des illusions pour appuyer les récits de son maître. Elles riaient à une histoire entre un jeune dresseur présomptueux et une troupe de Hoot-Hoot énervés que ce dernier avait dérangés en pleine journée, quand elle remarqua un Chetiflor étendu dans les fougères. Ellis se précipita, et se rassura vite. Le Pokémon était apparemment sain et sauf, mais semblait s’être endormi sous l’effet d’une grande fatigue. Quand il se sentit manipulé, il ouvrit des yeux désorientés qui confirmèrent l’effet d’un gant Napper. Trop faible pour réagir, il se laissa emmener par Ellis près d’une petite flaque boueuse. Le guide lui mit les pattes dans l’eau, et quelques baies à portée. Pendant ce temps, Ethelle prévenait les autres équipes par talkie-walkie, et ils convinrent de resserrer les recherches vers l’est.
[ Chapitres : 1 2 3 4 | Retour | Haut de page ]