Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Les Ténèbres n'existent pas [concours été 2013] Nom du chapitre : Présentations
Écrit par CaliKen Chapitre publié le : 1/8/2013 à 11:34
Œuvre lue 4936 fois Dernière édition le : 1/8/2013 à 11:34
Ses longs cheveux noirs flottent au vent. Une petite robe légère, mauve, des chaussures à talon, un peu de parfum : étrangement, Morgane a tenu à se faire belle ce soir. Bien entendu, son esprit nerveux a étudié les milliers de possibilité expliquant un tel comportement. Ce même esprit l'a également dissuadé plusieurs fois de ne pas se présenter au combat de ce soir, pour diverses raisons. Il lui a présenté tous les éléments en défaveur d'une telle rencontre, puis tous les éléments qui, au contraire, approuveraient un petit match estival. Ses réflexions ont ensuite porté sur le fait que son cerveau avait d'abord mis en avant les éléments allant à l'encontre du match, et non ceux qui lui étaient favorables. Les pensées qui suivirent se portèrent sur l'importance de cette primauté. Puis, son esprit s'est ensuite penché sur les réflexions elles-mêmes, se disant qu'il était étrange de se poser autant de questions pour un simple match. C'est à peu près à ce moment là que le mal de tête est venu et que Morgane a décidé de songer à autre chose. Tâche difficile en soi, mais pas impossible. Au final, la voilà marchant tranquillement le long de la promenade longeant la plage. Le ciel arbore encore quelques teintes rougeâtres, se rapprochant progressivement vers le bleu marine, puis le bleu nuit. Déjà, l'horizon de la mer semble se perdre dans l'obscurité. Quelques rires, des badauds avec des glaces, une température agréable, bref, une atmosphère décontractante qui agit directement sur Morgane. Le terrain de jeu est plutôt bien entretenu et possède une petite dizaine d'arènes de combats.
Avec un petit sourire, la Championne d'Arène avance. Au fond, quelques enfants combattent maladroitement avec de jeunes Pokémons. Elle sait qu'elle va le surprendre, qu'il ne va pas s'attendre à sa venue. Et quand bien même s'y attendrait-il, elle saura trouver une bonne répartie. Cette fois-ci, elle ne sera pas surprise par le choc d'un ballon de volley en pleine face. Cette fois-ci, elle ne sera pas sortie violemment d'un exercice de télékinésie. Cette fois-ci, elle se permettra peut-être même d'utiliser un peu son don sur lui, chose qu'elle s'interdit toujours. Serrer imperceptiblement sa gorge, chauffer ses tempes ou son ventre : de quoi provoquer un malaise dont la victime ne suspectera jamais l'origine. Morgane n'a pas l'habitude de sourire, surtout seule, mais elle se laisse aller à cette joyeuse sensation. Elle se sent vivre. Et peut-être que cette sensation n'arrive que trop rarement. Pourtant, son entrain retombe rapidement dès lors que son regard a parcouru tous les terrains. L'inconnu n'est pas là. Un frisson d'agacement teinté de honte la parcourt.

-Imbécile... Depuis quand agis-tu aussi sottement ? Se dit-elle. Il n'y avait aucun élément permettant de prouver qu'il viendrait. Tu t'es fait avoir comme une gamine.

Elle reste quelques minutes à regarder autour d'elle, honteuse. Avec ses talons, elle se sent trop grande. Avec sa robe et son parfum, elle se sent trop bien habillée pour un tel lieu. Ridicule, voilà le mot qui convient le mieux à ce qu'elle ressent à ce moment là. Elle sert les dents et se dirige vers la sortie. Décidément, ces vacances ne lui font vraiment pas du bien. Jamais elle n'aurait agi ainsi en temps normal.
Mais alors qu'elle franchit la sortie, une voix l'interpelle.

-Tu t'es habillée pour aller au bal ?
-Pardon ?

L'inconnu est là. Il arrive enfin, les mains dans les poches, à peine plus habillé que sur la plage, ayant juste troqué son caleçon de bain par un jean ample, et toujours torse nu, dévoilant un corps fin, sec et légèrement musclé.

-On fait juste un combat, je suis fatigué et je rejoins des potes au bar après.

Quel goujat ! Il arrive 20 minutes en retard, les mains dans les poches, sans s'excuser, et semble venir contraint et forcé, alors que l'idée vient de lui. Un tremblement de colère agite Morgane, pourtant peu habituée à ce genre de réaction corporelle. Une profonde inspiration la fait se calmer. Tant pis, elle n'arrivera jamais à prédire les rouages de la communication chez ce type car il est complètement en roue libre à ce niveau là. Finalement, ce n'est pas si grave. Elle est Morgane de Safrania, Championne d'Arène mondialement reconnue dans le monde Pokémon, et elle n'a pas besoin de s'adapter à ce type. A elle d'imposer son style, en combat comme en « vrai ». Elle va user de sa voix glaçante, la plus froide, la plus monocorde, et ce type saura alors de quel bois elle se chauffe.

-Tu as de la chance que je ne sois pas partie. Une Championne d'Arène de ma trempe ne se bat pas souvent en dehors de sa ville.
-Tu as du te rendre compte que j'étais spécial. Allez, on prend ce terrain.

D'un pas décidé, elle le suit, jauge l'endroit du regard puis, d'un air dédaigneux, s'arrête.

-Non, il n'est pas bien, prenons celui-là.
-... Comme tu veux, répond le type d'une voix nonchalante.

Les voilà qui se placent chacun de leur côté. Il n'a pas mis la main à sa Pokéball et Morgane non plus.

-Quel est ton nom ?
-Mike. Bon, écoute, je suis vraiment pressé, un combat à un Pokémon, ça te va ?
-Et si ça ne me convient pas ? Je te rappelle que c'est toi qui a proposé cet affrontement, Mike.

Comme à son habitude, Morgane prend un malin plaisir à répéter le prénom de son opposant en fin de phrase.

-Oui, effectivement, je te prie de m'excuser. Mais là, vraiment, c'est ça ou rien.

Malgré toute sa préparation, la voilà à nouveau prise de court. Il vient de s'excuser, qui plus est avec sincérité, alors que rien ne l'y obligeait. Voilà un comportement étrange, ou maladroit. A bien y réfléchir, la jeune femme se demande d'ailleurs si elle n'a pas été vite en besogne. Peut-être que ce Mike ne sait tout simplement pas parler aux gens. Certaines personnes cachent leur timidité sous une arrogance excessive. Elle aurait du y penser. Et pourtant, le fait qu'il la mette dans une situation de choix : un combat solo ou rien, ne permet pas de confirmer cette supposée timidité. Peu importe, l'heure n'est plus à la psychologie. Il est temps de combattre.

-Tu as de la chance, j'ai envie de me dérouiller. J'accepte ton combat un contre un. Tu es prêt ?
-Oui, fait-il avec un grand sourire, dévoilant une rangée de dent impeccablement blanches et aux canines légèrement pointues.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 | Retour | Haut de page ]