Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 2
Nom de l'œuvre : Le cadre rouge [concours] Nom du chapitre : Vestigion
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 31/10/2014 à 12:33
Œuvre lue 3705 fois Dernière édition le : 31/10/2014 à 18:03
J’étais vraiment une sale gamine. J’avais 13 ans et rien ne pouvait m’arrêter. Je ne voulais plus continuer la quête du pokédex ou encore celle d’obtenir tous les badges d’arènes. La seule chose qui comptait à mes yeux, c’était de m’amuser comme je le pouvais. Je parcourais la région de long en large sans réel but. La découverte de chaque recoin de terre était déjà impressionnante à mes yeux.

Un jour alors, j’entendis parler d’un manoir hanté. Je n’avais pas froid aux yeux pour deux sous et je décidai donc de partir à l’aventure. En ce temps-là, j’habitais également à Charbourg avec ma mère et mon père, mais eux ne me voyaient rarement car je voyageais sans cesse. En général, j’étais flanquée de ma bande de copains durant ces parcours. On était heureux d’être ensemble pour pouvoir faire les quatre-cent coups. A l’école de dresseurs, nous étions de vraies têtes à claques et nous avons vite pris notre indépendance.

Avant de partir pour le manoir, j’avais prévenu chacun de mes amis par Etourpost, mais aucun n’avait répondu, j’en ai donc conclus que j’avais affaire à des poules mouillées. Mais cela ne m’a pas arrêtée. Je préparai un sac avec le strict nécessaire à l’intérieur : une gourde, un sandwich, de la nourriture pokémon, des pokéballs, une carte, des médicaments et mon pokédex. J’étais fin prête à me jeter dans la gueule du Grahyena.

J’avais également préparé mon Tortipouss. Eh oui, ce n’était encore qu’une jeune pousse dans le temps et ce n’est pas le Torterra tout vieux que vous voyez là mes enfants ; Non, non ! Ce grand-père à l’époque était vif et d’une rapidité sans conteste, toujours prêt à me suivre dans les endroits les plus reculés de Sinnoh. Avant de partir donc, je l’avais prévenu que nous allions dans un manoir soit disant hanté. Sa réaction fut celle de courir tout autour de la table en signe de joie.

J’activai le compteur de pas sur ma pokémontre et je partis sans me retourner sur ma bicyclette. Le chemin commençait sur une partie montagneuse qui est en fait une prolongation du Mont Couronné. Les ouvriers de Pierrick, le champion d’arène de Charbourg, ont créé un passage à travers les montagnes et là, dans une petite vallée, Charbourg est née.

Je montai une butte avec mon vélo (à pied, ce n’est pas possible d’avoir de l’élan et ça glisse !). Puis j’arrivai aux abords de la piste cyclable. A partir d’ici, ça allait barder. Il y a plein de dresseurs sur la piste cyclable. Si je me débrouillais bien, je pouvais tous les éviter. Et c’est ce que j’ai fait. Certains étaient occupés à faire leur sport, d’autres à discuter entre eux. En bref, ils ne faisaient pas attention à une gamine dans mon genre.

Enfin, j’arrivais à Vestigion. Des immeubles se dressaient devant moi, comme d’immenses géants de métal. Une statue de pokémon était dressée un peu plus loin, froide et inquiétante. Une arène entourée d’arbres trônait au milieu, comme isolée du monde. La championne Flo se trouvait justement devant. Elle guettait les prochains dresseurs. Quand elle me vit au loin, elle accourut pour m’entraîner dans son arène.

- Bonjour jeune dresseuse ! Un petit combat ? Il ne fait pas bon de traîner dehors, me disait-elle en souriant.
- Excusez-moi madame, ce n’est pas dans mes occupations du jour mais j’y repenserai quand je reviendrai ! Répondis-je sur un ton gêné.
- Haha ! Où allez-vous donc comme ça seule? Je peux vous accompagner ? Je m’ennuie moi.
- Euh… Je vais dans le manoir de la forêt…

Elle fit une grimace avant de dire :
- Hem. Il me semble que l’on m’appelle ! Bye-bye !

Et elle disparue aussi vite qu’elle était apparue. Elle semblait avoir peur. Savait-elle quelque chose au sujet du château ? Rien ne pouvait plus me le dire. Et tout à coup, je me rendis compte qu’il n’y avait pas un Chaglam dans les rues. La ville était totalement déserte. Le vent soufflait doucement. Les nuages avaient obscurci le ciel.

Une atmosphère lugubre et oppressante pesait désormais sur la ville. L’air était lourd et chargé de mauvaises vibrations. Je me sentais tellement mal que je courus à travers la ville pour en sortir le plus vite possible. Des ombres se déplaçaient dans les rues adjacentes. Comme je courais, je n’avais aucune idée de ce qu’il s’agissait.

Je traversais les ponts de bois du petit étang toujours en courant. Tout était trop calme. Je m’arrêtai avant d’entrer dans la forêt et me retournai vers l’étendue de l’eau. Une brume commença à s’élever au-dessus de celle-ci. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, je ne vis même plus les immeubles. Cette brume n’était pas naturelle. Enfin je m’engouffrais dans la sombre forêt aux arbres immenses et au feuillage hirsute.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 | Retour | Haut de page ]