Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Le cadre rouge [concours] Nom du chapitre : L'action
Écrit par zucchina Chapitre publié le : 31/10/2014 à 17:48
Œuvre lue 3706 fois Dernière édition le : 31/10/2014 à 17:48
Je fis quelques pas sur un grand sentier. Les arbres étaient tellement hauts que le feuillage recouvrait pratiquement tout le ciel. Toute la forêt était plongée dans une demi-pénombre ; seules quelques raies de lumière perçaient. Il me fallut un temps pour m’habituer à cette obscurité. Tout d’abord sans bruit, la forêt se réveilla au fur et à mesure que j’avançais. Tout doucement, mon cœur reprenait une allure normale et j’entendis au fur et à mesure la douce mélodie de la forêt.

Les Crikzik firent tinter leurs antennes en balançant la tête d’avant en arrière et les Melokrik frottèrent leurs lames comme pour un violon. Les Mucioles illuminaient la forêt en faisant clignoter leurs postérieurs et les Lumivoles produisaient un doux parfum. Des Rozbouton et des Chenipotte se cachaient dans les épais buissons en attendant que l’inconnue passe sur leur terrain de jeu. Une famille Laporeille sortait leur truffe en dehors du terrier pour voir qui était la nouvelle arrivante. Des Papinox et des Charmillon battaient tranquillement des ailes au-dessus de moi.

Je me retrouvais soudainement dans une atmosphère féérique. La forêt était maintenant en mouvement. Les herbes me chatouillaient les genoux, j’avançais en levant bien les jambes. Je ne mis pas longtemps à trouver l’objet de mes recherches. Tout à coup, dans une allée sur ma droite, se dressait un manoir sombre et lugubre. Quelque chose m’incitait à y aller. Je n’arrivais pas à m’en empêcher. Pourtant, tout me plaisait ici dans la forêt. Les insectes avaient créé une atmosphère des plus agréables.

Mais le manoir possédait une clôture et des buissons infranchissables. J’appelai mon Tortipouss à la rescousse. Après une petite coupe d’arbres, il revint vers moi, tout fier. Je le récompensai et le laissai hors de sa pokéball. Les choses pouvaient se corser à tout moment. Je passai prudemment au-dessus des restes d’arbustes et franchi la clôture.

Tout de suite, l’ambiance se ternit. Les Cornèbre avaient remplacé les insectes volants. L’atmosphère était plus tendue. Des ombres se déplaçaient dans les arbres et dans le lointain de la forêt. Les bruits de la forêt se faisaient plus secs, les branches craquaient, des halètements se faisaient entendre, des cris lugubres retentissaient…

Je marchais à petits pas, regardant tout autour de moi. Les herbes envahissaient l’allée qui menait au manoir. Personne n’avait passé la tondeuse depuis bien longtemps. J’en conclus donc que le manoir était véritablement abandonné. Ses fenêtres étaient pleines de poussière, le toit couvert de feuilles mortes et les toiles de Mimigal recouvraient les murs.

J’essayais de me donner du courage mais l’allure du manoir me donnait vraiment la chair de poule. La porte était à double battants. Je la poussai des deux mains et entrai dans le château délabré. A peine entrée, la porte se referma d’elle-même.

Deux escaliers face à face se dressaient de chaque côté de la pièce. Ils menaient au premier étage. Le sol était couvert d’un carrelage marron horriblement sale et des plantes mortes juchaient les coins de la pièce. Au fond, un cadre de porte donnant sur une autre pièce. A côté de l’ouverture, une statue de pokémon semblait nous regarder intensément, comme si elle était prête à nous sauter dessus.

Tout à coup, je vis à l’étage un Fantominus passer. Par bonheur, il ne me vit pas et passa à travers un mur. Il ne devait pas être le seul pokémon spectre dans le coin. Je décidai de ne pas m’attarder trop longtemps dans le hall d’entrée et me dirigeai vers l’ouverture du fond. Je pénétrai alors dans la salle à manger. Une grande table de réception se dressait sous mes yeux.

La nappe auparavant blanche était couverte de taches de nourriture. Il n’y avait pas âme qui vive. Je me dirigeai alors vers la droite de la pièce. Une autre petite pièce était collée à la pièce principale et couvait des armoires de vaisselle. A certains endroits, le sol était dégradé, les chaises renversées et abîmées.

Les chandeliers de la table étaient couverts de poussière et de toiles. Je m’approchai de l’autre bout de la pièce, c’est-à-dire vers la gauche de l’entrée. Une cuisine était aussi dans une sous-pièce. Naturellement, tout était désert. Pas un petit plat de préparé pour moi ! Je remarquai pourtant des assiettes propres disposées, comme prêtes à être servies. Allaient-elles vraiment être distribuées sur la table ? Comment se faisait-il que ce soit les seules objets propres et impeccables ?

Je reculai de quelques pas. Je me retournai brusquement pour partir quand d’une traite, un Feuforêve sortit de sous la nappe. Il vint juste devant moi et me regarda de ses yeux perçants. Je tremblai de tout mon corps. Qui sait ce dont sont capables les spectres ? Il me fixa encore une seconde avant de disparaitre tout à coup. Je n’étais vraiment pas rassurée. Où pouvait-il se cacher ?

Je décidai de sortir de la salle à manger pour retrouver le hall. Mais avant que je ne puisse le faire, mon Tortipouss se mit soudainement à voler. Il eut tellement peur qu’il déclencha l’attaque Tranch’Herbe. Je me plaquai vivement au sol avant de me faire découpée en petits morceaux. Son attaque fonctionna et le Feuforêve réapparu, portant par ses pouvoirs psychiques mon pokémon, puis sans demander son reste, retourna sous la table.

Je pris Tortipouss dans mes bras et traversai de nouveau le cadre de la porte pour me retrouver dans le hall. Le manoir fut tout à coup plongé dans le noir complet. Je reculai dans un coin de la pièce, comme acculée par les ombres. Comment peut-il y avoir une coupure d’électricité ? Et surtout, comment pouvait-il y avoir de l’électricité ici ?
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 | Retour | Haut de page ]