Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 2
Nom de l'œuvre : New Kanto [Concours Let's Go] Nom du chapitre : L'Évoli, l'humaine et une rencontre
Écrit par MichikoAoneko Chapitre publié le : 31/10/2018 à 04:32
Œuvre lue 66 fois Dernière édition le : 31/10/2018 à 23:58
[ Retour - Bas de page ]
<< - Non mais tu te moques de nous !?!

- Quel est le problème ? J’ai fait mon choix c’est tout ! >>



Akio avait bien grandi et il sortait tout juste de la fameuse cérémonie où avait lieu ce choix si important pour tous les évoli de son âge. Mais ses parents étaient très en colère.


<< - Tu oses nous demander quel est le problème ! Tu as fait le pire des choix! S’énerva
son père.

- Et ce choix est définitif, tu le sais ! Renchérit sa mère.

- C’est ma décision. Pourquoi vous ne la respectez pas ? Se défendait Akio. >>



Mais les parents d’Akio ne l’écoutaient même plus, trop occupés à se lamenter des précédents événements.


<< - D'abord sa soeur... et maintenant lui….A croire que notre famille est maudite !
Se lamenta la Phyllali.

- Qu’est-ce qu’on va faire de lui? Aucun humain n’en voudra. Qui accepterait de devenir faible ? Rajouta l’Aquali. >>



Peu importe ce que disaient ses parents, Akio avait fait son choix. Non sans y avoir mûrement réfléchi avant.

Il y a quelques années, c’était sa soeur aînée qui avait assisté à cette cérémonie. Elle avait fait le choix de devenir un Noctali. Son père et sa mère étaient très fiers d’elle. Et après ça, la vie continua comme à son habitude. Mais du jour au lendemain, la soeur d’Akio changea drastiquement de caractère. Elle était devenu plus froide, plus distante et plus solitaire.

Puis vint le jour, où elle se trouva un partenaire : Celui avec lequel elle avait choisi d’évo-fusionner. Elle s’en alla. Il est tout à fait normale pour un enfant de prendre son envol et de quitter ses parents pour devenir indépendant. Mais, contrairement à ses semblables, qui eux, revenaient voir leur famille de temps en temps. Elle, elle n’est jamais revenue.

Mais comme on dit : “Pas de nouvelles, bonne nouvelle !” . C’est ce que les parents d’Akio répétaient souvent. Mais ce dernier sentait bien dans leur parole qu’ils n’y croyaient pas vraiment, qu’ils se contentaient de rassurer leur fils.

Depuis ce temps-là, le monde si simple que percevait Akio était “différent”. Cela l'avait transformé et son innocence d’enfant était partie. Il avait commencé à redouter cette “cérémonie”. Évoluer au risque de changer, de perdre son identité, ce qu’il était, ça lui faisait peur plus que tout. C’est pourquoi, il avait fait le choix de rester un Evoli. Au début, par dépit, puis avec la volonté de prouver que ne pas évoluer ne signifiait pas être faible.

Il savait d’avance que son “choix” serait critiqué. Il avait eu cependant quelques espoirs en ce qui concerne ses parents. Mais au vu des réactions du jour, il s’était visiblement trompé.

Akio décida de ne pas rester avec ses parents. Il savait qu’il était bon pour se prendre reproches sur reproches pour le reste de la journée, et même pour les jours à venir. Il partit donc dans la direction opposée à ces derniers. Il remarqua alors que quelqu’un l’observait. Il s’agissait d’une jeune fille portant une robe violette. Elle avait les cheveux châtains coiffés d’un seul couette qui tombait sur son épaule droite. Cette dernière remarqua qu’elle avait été découverte et décida de s’enfuir.


<< - Hey attends! Lança Akio à son attention >>


Akio se lança donc à sa poursuite. Apparemment , elle n’avait pas beaucoup d’endurance car il la rattrapa très rapidement.


<< - Hey pourquoi tu m’observais ? >>


Elle sursauta.


<< - Pardon….désolé….c’est juste que…..Balbutia-t-elle en cherchant ses mots. >>


Cela n’avançait pas plus Akio qui ne savait pas où la jeune fille voulait en venir.

<< - En fait….j’ai entendu ta dispute avec tes parents et je me suis dit que tu étais
comme moi.

- Comme toi ? S’interrogea Akio.

- Euh...oui….je ne sais pas comment expliquer ….Aie !

- Ne restez pas en plein milieu du passage! >>



Un homme assez désagréable venait de bousculer la jeune fille.


<< - On devrait aller discuter ailleurs… Proposa Akio >>


Akio et la jeune fille se rendirent dans un parc de Céladopole. Ils s’installèrent sur un banc.


<< - Je suis désolé de t’avoir “observé” ….en fait comme je te l’ai déjà dit, je t’ai entendu
te disputer avec tes parents. J’ai entendu le choix que tu as fait. J’ai trouvé ça courageux. Expliqua-t-elle.

- Euh merci… Répondit en hésitant Akio qui ne savais pas trop quoi répondre.

- En t’entendant te défendre, je me suis sentie comprise. Et je t’ai suivi sans m’en rendre compte. C’est à ce moment-là que tu
m’as vu….

- Tout s’explique alors.

- Tu sais ..mes parents aussi ne comprennent pas mon choix...

- Ton choix ?

- Celui de refuser d’ évo-fusionner. Lâcha-t-elle. >>



Akio fut surpris par une telle révélation. Jusqu'à aujourd'hui, il n’avait jamais entendu parler d’un humain refusant de fusionner.

“Qui refuserait d’avoir des pouvoirs ? “ se demanda-t-il intérieurement.

Comme si elle lisait dans ses pensées, la jeune fille s’expliqua.


<< - Tu dois te demander pourquoi… et bien…>>


Elle s’interrompit. Akio pouvait voir qu’elle froissait sa robe avec ses mains tout en retenant un léger sanglot. Elle reprit son explication.


<< - J’avais une amie, d’un an plus âgée que moi. Du coup, elle a été amenée à
pouvoir évo-fusionner bien avant moi. Elle a rapidement trouvé une partenaire qui était une Nymphali. Mais peu de temps
après, elle est tragiquement décédé lors de sa toute première mission. C’était censé être une mission très simple mais… ça a
dégénéré…

- Je suis désolé pour ton amie…

- C’est pour cette raison que je ne veux pas fusionner, j’ai ...je suis morte de peur à cette idée…>>



Akio se sentait proche de la jeune fille. Comme elle, il avait en “quelque sorte” perdu quelqu’un d’important. Et même si ce n’était pas exactement la même chose, cela ne l'empêchait pas de comprendre ce qu’elle ressentait.

Après cette courte histoire qui était loin d’être des plus joyeuses, le silence régnait entre nos deux protagonistes. Mais une voix enfantine perça ce silence.


<< - Grande soeur! Papa et Maman veulent que tu rentres! S’écria un jeune garçon
qu’Akio n'avait encore jamais vu.

- J’arrive ! Lança-t-elle. >>



La jeune fille se tourna vers Akio.


<< - Je dois y aller, merci de m’avoir écouté. C’était sympa de discuter avec toi. >>


Elle se leva du banc pour rejoindre son petit frère. Ensemble, ils se dirigèrent vers leur maison qui se trouvait juste à côté du parc. Elle allait s’engouffrer à l’intérieur de celle-ci et disparaître du champ de vision d’Akio. Mais, le jeune Evoli s’écria.


<< - Au fait moi c’est Akio ! >>


La jeune fille se retourna pour se retrouver en face du Pokémon et elle s’écria à son tour.


<< - Et moi c’est Cyrielle ! Enchanté! >>


Ils s’étaient respectivement échangé leur prénom comme pour sceller leur amitié naissante.

Les prochains jours qui suivirent cette rencontre, Akio et Cyrielle se voyaient chaque jour, à la même heure et au même endroit. Ils discutaient en général de banalités, de tout et de rien à la fois. Leur amitié s’était développé de plus en plus, jusqu’à-ce qu’un fort lien se crée entre eux deux.

Lors d’un de ces jours, Cyrielle entama une discussion dont le sujet était assez inhabituel par rapport à d’habitude.


<< - Tu sais ….je repensais à ce que tu me disais il y a quelques jours…. Commença
Cyrielle. >>



En effet, au cours de ces derniers jours, Akio était assez dépité. Il avait essayé de se trouver un partenaire et tout ce qu’il recevait en retour, c’était des moqueries et bien plus encore. Apparemment, depuis le jour de la cérémonie, la rumeur d’un Evoli qui avait choisi de ne pas évoluer avec fait le tour de la ville de Céladopole et alentours. C’était loin d’être évident pour lui.


<< - Oui ?

- Tu connais l’évolizélite? Lui demanda-t-elle.

- Bien sur que je connais ! Qui ne connaît pas !?! Répondit-il à la limite de
l’énervement. >>



Surprise par une telle réaction, Cyrielle hésita à continuer la discussion.


<< - Oui tu as raison...c’était une question bête…. Donc tu y avais déjà pensé ?

- Oui … mais tu sais comme moi que cette gemme Z est introuvable….

- Non elle n’est pas “introuvable” , c’est juste que jusqu’à présent , on n’en a pas encore trouvé dans la région. Mais je suis
persuadé qu’on peut ...

- C’est que tu viens de dire c’est justement la définition d’introuvable . La coupa Akio d’un ton un peu froid. >>



La tension était palpable. C’était la première fois qu’une telle “ambiance” régnait entre Akio et Cyrielle.


<< - Bon tu sais quoi ? Aujourd'hui, on va pas rester au parc , on va se rendre à
la bibliothèque. On trouvera peut-être une piste pour nous aiguiller. Ça ne nous coûte rien d’essayer!
Déclara la jeune fille non sans détermination.

- Je ne sais pas…. Soupira Akio.

- Allez , on y va! >>


Akio suivit Cyrielle en direction de la bibliothèque. Mais il n’y croyait vraiment pas. Il était un peu perdu. En fait, il savait que le choix qu’il avait fait rendrait son avenir plus compliqué. Mais il n’avait pas pensé que ce serait à ce point…

Akio et Cyrielle se rendirent donc à la bibliothèque Céladopole en quête de réponse. Mais ils n’y trouvèrent rien de pertinent. Cyrielle qui était plongée dans un ouvrage , soupira.


<< - Je trouve rien mise à part des pages relatant l’explosion de la région d’Alola et la pluie
de gemme Z qui a eu lieu peu après l’apparition du virus… >>[g]


Akio ne répondit rien car n’écoutant pas vraiment ce que disait cette dernière.


[g]<< - Bon … c’est pas grave, il reste encore quelques ouvrages à consulter et…

- Arrête de chercher, ça sert à rien. La coupa une nouvelle fois le jeune Évoli.

- Pourquoi tu dis ça Akio?

- Si la réponse pour trouver cette évolizélite était dans la bibli de cette ville paumée, ça se saurait, tu ne crois pas !?!
Commença-t-il à s’énerver.

- Akio, qu’est-ce qui te prend … ?

- Ce qui me prend, c’est que j’en ai marre des moqueries, marre d’être pointé du doigt, marre de me faire…>>



Akio ne réussis pas à terminer sa phrase, mais Cyrielle avait compris ce qu’il voulait dire.


<< - Mes parents avaient raison, j’ai fait le pire des choix….

- Ne dis pas ça… Dit Cyrielle en tentant de le consoler.

- Arrête ! Tu es une humaine, tu ne sais pas de quoi tu parles ! Cria Akio en colère. >>



Il y eu pendant quelques instants, un flottement, plus aucun bruit. Jusqu'à-ce qu’Akio se remette à parler.


<< - Je rentre chez moi…

- Akio…

- Et n’essaies pas de me retenir. >>



Sur ces mots, il quitta la bibliothèque et Cyrielle ne le retint pas. Et le lendemain, alors qu’il avait pris l’habitude de venir voir Cyrielle au parc chaque jour, il ne s’y rendit pas. Il préférait rester chez lui. Cette “routine” dura une semaine.

Au bout de cette semaine, Akio commença à culpabiliser. Il se disait que son énervement contre Cyrielle était injuste pour elle. Elle n’avait rien fait. Elle voulait juste l’aider. Il prit alors la décision de retourner au parc à la même heure que d’habitude. Mais il ne fut pas surpris de ne pas la voir. C'était normal d’après lui.

“Qui s’acharnerait à venir après plusieurs jours d’absence de l’autre personne?” Songea-t-il.

Il se rendit alors chez elle. Il se souvenait que la maison de Cyrielle se trouvait à côté du parc. Il hésita à toquer à la porte. Après un brin d’hésitation, il frappa finalement à cette dernière. C’est une jeune femme ressemblant fortement à Cyrielle qui ouvra. Akio déduisit qu’il s’agissait sûrement de sa mère. Elle avait l’air extrêmement fatigué, de grandes cernes pendaient sous ses yeux.

Akio demanda alors si Cyrielle était là et s’il pouvait la voir. En entendant ce nom, la jeune femme blêmit comme si elle venait de voir un spectre. Akio appris de cette jeune femme que cela faisait plusieurs jours que Cyrielle n’était pas rentré chez elle. Personne ne savait où elle était. Les recherches menées par la police s’étaient révélés infructueuses.

Cyrielle avait disparu.

Akio s’attendait à tout sauf à ça.

La mère de Cyrielle referma la porte après avoir renseigné Akio. Elle lui expliqua que les seuls indices trouvés par la police étaient que de la nourriture ainsi que quelques affaires personnelles de Cyrielle avaient aussi disparu. Il pensait donc que la théorie la plus plausible était celle de la fugue. Mais ils n'excluaient pas celle de l'enlèvement pour autant.

Akio, ne sachant pas comment réagir à ce qu’il venait d’apprendre, était machinalement retourné au parc. Il sauta sur le banc pour se poser et faire le point.

Bien évidemment, il se sentait encore plus coupable.

“S’il avait continué à venir la voir, peut-être n’aurait-elle pas disparu ? “ se disait-il au fond de lui.

Il ne pouvait pas s'empêcher de s’imaginer les pires scénarios. Mais il les chassa vite de son esprit. Sans qu’il ne sache réellement pourquoi, son instinct le poussa à se rendre une nouvelle fois à la bibliothèque. C’était le dernier lieu où il avait vu Cyrielle. C’était peut-être inutile voire complétement idiot, mais il se disait qu’il trouverait peut-être un indice qu’il le mettrait sur sa piste.

Après peu de temps, Akio arriva enfin à la bibliothèque. Il décida de s’adresser à la “bibliothécaire” qui se trouvait à la réception. Il s’agissait d’une vieille femme d’une quarantaine d’années. Dans tous les cas, si Cyrielle était venue ici sans lui, il le saurait vite.


<< - Excusez-moi….. Commença timidement Akio.

- Hum...oui ...que puis-je pour vous ?

- Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi….je suis venue il y a une semaine en compagnie d’une jeune fille nommé Cyrielle
et…

- Venez-en au fait !

- J’aimerais savoir si elle était venue en mon absence.

- Oui, elle est bien venue, elle vient régulièrement ici.

- Pourriez-vous me dire quels ouvrages elle a consulté pendant cette semaine ?

- Je ne suis pas autorisé à communiquer ce genre d’informations.

- S’il vous plaît, faites une exception, c’est vraiment important.

- Ne m’obligez pas à me répéter.

- Cyrielle a disparu ! Et ces informations, comme vous dites, peuvent peut-être nous aider à la retrouver!!! S'époumona Akio
sans se soucier s’il faisait trop de bruit.

- Je vous ai déjà répondu ! Je suis seulement autorisée à communiquer ce genre informations aux autorités compétentes! Alors
cessez de hurler ou je vous demanderais de quitter les lieux ! >>



A ces mots, Akio se tut car il n’en avait pas réellement le choix. Il ne voulait pas se faire jeter dehors.

“Mais comment allait-il trouver la moindre info sans avoir accès aux derniers ouvrages consultés par Cyrielle ?” Se demandait-il intérieurement

Pendant qu’il réfléchissait, il entendit derrière lui la bibliothécaire râler.


<< - Rah…. je pars prendre ma pause...cet évoli m’as fatigué ! Remplace-moi ! >>[g]


C’est alors qu’une Mentali prit la place de la vieille dame. Cette dernière se dirigea vers une porte derrière le comptoir.

La bibliothécaire partie, Akio sentis le regard de la Mentali se poser sur lui. Elle le regarda un moment.


[g]<< - Pardon...je t’ai entendu parler avec …

- Difficile de me louper vu le boucan que j’ai fait. Ironisa Akio.

- Oui haha! >>[g]


Elle laissa échapper un léger rire.



[g]<< - Désolé de rire, hum…. Je suis désolé du comportement de ma partenaire. Il ne faut
pas lui en vouloir. Elle met un poing d’honneur à ce que chaque règle soit respectée à la lettre. Sinon, si j’ai bien compris, tu es
à la recherche d’une fille qui a disparu. Pardonne ma curiosité mais… cette fille est ta partenaire ?

- Non...mais c’est mon amie et...j’y suis un peu pour sa disparition.

- Je ne sais pas ce qu’il s’est passé mais…., mais je ne pense que tu y sois pour quelque chose. Ne sois pas trop dur avec toi-
même. >>



Akio ne répondit pas à cette dernière remarque, peu importe ce qu’elle disait. Akio pensait que c’était de sa faute.


<< - Ecoute...tu voulais connaître les ouvrages consultés par ton amie ?

- Oui mais j’ai cru comprendre que ce n’était pas possible…

- De donner des infos sur les emprunts d’une personne ? Oui c'est vrai. Mais supposons...oui supposons….que j’imprime ce
document qui résume les derniers emprunts de “Cyrielle”. Ensuite, je pose cette feuille devant moi. Puis, imaginons...oui
imaginons que je me retourne pour faire du rangement. Ce serait vraiment dommage que quelqu’un s’en empare…. >>



Après cette longue explication, elle se retourna pour “ranger”. Akio comprit où la Mentali voulait en venir.


<< - Merci….

- Merci ? Pour quelle raison ?

- Non ….rien….>>



Akio décida de ne rien rajouter de plus et il se mit de suite à lire le fameux document qui lui avait été confié. Il se concentra sur le dernier ouvrage emprunté par Cyrielle. Il s’agissait d’un livre intitulé : “ La recherche des gemmes Z dans le New Kanto”.

Akio partit directement à la recherche de ce livre en espérant y trouver une quelconque réponse. Akio se rendit au rayon où devait se trouver celui-ci. Mais il n’avait pas l’air à sa place.


<< - C’est pas possible, où est-ce que ce bouquin peut bien être ? >>


Son regard fut attiré par une jeune femme d’une extrême beauté assise à une table non loin de là. Elle avait une peau d’un teint ivoire. Ses cheveux étaient blond platine, légèrement ondulés et si longs qu’ils touchaient presque le sol. Un Givrali était à ses côtés. Elle semblait absorbée dans la lecture de son livre. C’est alors qu’Akio se rendit compte que le livre que lisait cette jeune femme était celui qu’il recherchait.

Le Givrali qui se trouvait à côté de la jeune femme remarqua le regard appuyé d’Akio.


<< - C’est ce livre que tu recherches ? Demanda le Givrali.

- Oui….je sais que vous le lisez mais c’est vraiment très important pour moi.

- Oui j’ai cru comprendre en écoutant ta conversation de tout à l’heure. Je t’en prie, tu peux le lire. Répondit la jeune femme.

- Merci ….euh….

- Tu peux m’appeler Marjorie et je te présente mon partenaire Flocon. Dit-elle en désignant le Givrali.>>



Akio sauta sur la table pour consulter le-dit livre. Mais, il était si épais qu’Akio ne savait pas par où commencer sa recherche.


<< - Si je puis me permettre, lorsque j’ai commencé à lire ce livre j’ai remarqué plein
de Post-It à différentes pages dont un qui m’a particulièrement interpellé….>>



Marjorie tourna peu à peu les pages du livre jusqu’à arriver sur une page qui semblait traité du Mont Argenté. Sur Le Post It de cette page il était marqué: “Possible lieu évoli Z”.


<< - J’ai déjà lu cette partie du livre. Dans les grandes lignes, il est expliqué que le Mont
Argenté étaient un des lieux les plus vastes de la région. Il appartenait géographiquement parlant, avant l’apparition de virus,
à l’ancienne région voisine de Johto. Et que malgré les multiples explorations effectuées à l’intérieur, de nombreuses gemmes
Z pourrait encore s’y trouver… Expliqua longuement l’humaine.

- Peut-être qu’elle est allée là-bas … Supposa Akio.

- C’est une possibilité… >>



Akio se sentait dépassé par cette avalanche d’informations.

“Si elle s’était bel et bien rendue là-bas...Pourquoi n’était-elle pas revenue ? Que lui était-il arrivé ?”

C’étaient plus d’une question sans réponse qui résonnaient dans la tête d’Akio. Il ne savait pas quoi faire. Il pensait que la Police ne le croirait sûrement pas. Une seule idée lui venait à l’esprit : s’y rendre lui-même.

Il ne savait pas s’il retrouverait Cyrielle là-bas, mais c’était sa seule piste.


<< - Je dois y aller , j’ai à faire ...Lâcha-t-il simplement. >>[g]


Il ne révéla rien de ces intentions à la jeune femme qu’il venait de rencontrer. Il ne voulait impliquer personne de plus dans cette histoire , ni mettre en danger qui que ce soit.


[g]<< - Tu comptes te rendre la-bas n’est-ce pas ? Demanda Marjorie d’un ton assuré. >>[g]


Akio sursauta. Il fut surpris par l’aplomb soudain de l’humaine qui tranchait avec la douceur dont elle faisait preuve au départ. Akio se demandait comment elle avait pu deviner ce qu’il voulait faire.


[g]<< - Comment as-tu su que….

- Là n’est pas la question, tu ne peux pas y aller seul c’est trop dangereux .

- Je m’en fiche pas mal ! Et peu importe ce que tu me diras pour me faire changer d’avis, j’irais quand même !

- Ne déforme pas mes propos. Je n’ai pas dit que je voulais te faire changer d’avis. J’ai juste dit que tu ne pouvais pas y aller
seul. Alors, je t’accompagne.

- Pourquoi tu ferais ça ? On se connait à peine !

- Oui c’est vrai , on se connaît à peine. Mais cet endroit est trop dangereux pour s’y aventurer seul. Et puis le mont Argenté est
assez loin d’ici, si ton amie est réellement là-bas et si elle est également en danger alors il ne faut pas tarder. C’est pourquoi ça
ira plus vite si je t'emmène.

- Si tu m’y emmène ?

- Il ne faut pas perdre de temps, je t’expliquerais sur le chemin. Pour l’instant, on doit partir d’ici. >>


Akio, Marjorie ainsi que Flocon sortirent en trombe de la bibliothèque sous le regard de la Mentali.

A l'extérieur, Marjorie s’écria:


<< - C’est parti Flocon! >>


Flocon sauta en direction de sa partenaire. Un éclat de lumière aveuglant jaillit. C'était une évo-fusion. Lorsque la lumière s'atténua, il ne restait que Marjorie mais son apparence était différente. Ses cheveux étaient devenus d’un bleu très clair à la limite du blanc. Ses yeux ainsi que les vêtements qu’elle portait avaient pris la même couleur. Quant à l’air autour d’elle, il était plus glacial.


<< - Grimpe sur mon épaule et accroche-toi! >>


Akio ne se fit pas prier et sauta sur l’épaule de Marjorie. Celle-ci était gelée mais il n’en tint pas rigueur.

Grâce aux capacités décuplées par l’evo-fusion, Akio et Marjorie filèrent comme le vent à travers New Kanto en direction du Mont Argenté.
[ Chapitres : 1 2 3 | Retour | Haut de page ]