Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 2
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : La ville croisement
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 14/5/2005 à 21:08
Œuvre lue 83315 fois Dernière édition le : 15/10/2012 à 21:21
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 2

La ville croisement:
Un ami, des combats et des rockets.

(Sylvain et Florine arrivèrent à Jadielle dans la soirée. Fatigués, ils se dirigèrent vers le centre pokémon. Florine se contentait de regarder devant elle, ce qu'elle avait intérêt à faire pour ignorer les gamins qui se retournaient sur son passage. Mais Sylvain lui ne pouvait s'empêcher de regarder autour de lui. Jadielle était une petite ville certes, mais c'était avant tout une ville et cela le changeait du Bourg Palette.)
Sylvain: (de bonne humeur) C'est génial Jadielle. Je crois que c'est ma ville préférée à Kanto...
Florine: (elle haussa les sourcils) Qu'est ce que t'en sais? T'en a jamais visité d'autres.
Sylvain: (un peu agacé) C'est pas la ville en elle même qui me plaît, c'est ce qu'elle symbolise.
Florine: C'est à dire?
Sylvain: Et bien c'est la première étape de tout voyage qui commence au Bourg Palette et c'est aussi la dernière avant la ligue pokémon. ( rêveur) Je m’imagine... Une fois mes sept badges en poche, je reviendrais ici pour affronter Régis.
Florine: (avec un ton sarcastique) S'il est là bien entendu...
( Un garçon qui ne devait pas avoir plus de douze ou treize ans la siffla.)
Florine: Et ta sœur bouffon!
Sylvain: ... Et je remporterais mon huitième badge dans un combat intense...
Florine: (elle leva les yeux au ciel) Bah voyons...
Sylvain: (toujours rêveur) ... En pensant à mon arrivée ici la première fois, avec mon pikachu...
Florine: (toujours ironique) Grandiose cette arrivée, on est trempés, fatigués, sales... ( elle regarda sa jupe et fit la grimace.)
Sylvain: ... Avec le premier pokémon que j'ai capturé...
Florine: (avec un rire étouffé) Capturé?
Sylvain: (sa voix si enthousiaste prit un ton exaspéré) ... Et accompagné d’une petite harpie, une chipie de première, une espèce de granbull grognon qui n’arrête pas de râler !
(Ils entraient dans le centre pokémon.)
Florine: (rougissant de colère) Une espèce de quoi?!?
Sylvain: T'as très bien entendu !
Florine: ( ses bras tremblaient) Alors toi, critiques moi tant que tu veux mais tu n'es pas mieux ! Non mais habiter au Bourg Palette et arriver en retard pour choisir son premier pokémon, on aura tout vu ! Je parie que même Kévin est arrivé avant toi!
(Les gens qui se trouvaient dans le centre pokémon commençaient à se retourner. )
Sylvain: (il rougit à son tour ) J’vois pas ce que ça viens faire là dedans! Et puis si tu préfères Kévin t’avais qu'à partir avec lui! Je peux me débrouiller sans toi!
( Sur le coup elle ne dit rien mais crispa son visage. Elle finit par répondre sur le même ton.)
Florine : Ca m'étonnerais, tu n'es qu'un débutant. Je ne suis jamais partie mais je sais plein de choses que toi tu ne sais pas sur les pokémon. Des choses essentielles !
(Un garçon aux cheveux en bataille blond comme les blés juste à côté d'eux se retourna lui aussi.)
Sylvain: Ah ouais ? Quoi par exemple ?
Florine: Par exemple que dans un centre pokémon on soigne les pokémon et que lorsqu'on arrive devant l'accueil d'un centre pokémon c'est pour confier ses pokémon!
(En effet Sylvain n'avait pas remarqué qu'ils étaient arrivés et qu'ils se disputaient devant l'infirmière Joëlle qui attendait leurs pokémon avec des yeux écarquillés par la surprise.)
Sylvain: Pardon? Ah euh... (Il sortit ses pokéball et les posa sur le plateau. Florine fit de même.)
Infirmière: (avec un sourire poli, mais avec un gros ton de sous entendu) Oui et comme un centre pokémon c'est avant tout un hôpital on doit respecter la règle de ne pas crier. N'est ce pas Mademoiselle?
(Florine rougit un peu surprise, elle ne s'attendait pas à une réflexion de la part de l'infirmière.)
Infirmière : Et c'est bien sûr valable pour vous jeune homme. (Sylvain avait déjà l'air grognon et cette réflexion n’arrangea rien. Le garçon blond à côté d'eux avait l'air amusé, il récupéra ses quatre pokéballs puis sourit à Florine quand elle se retourna. Celle-ci haussa les sourcils et souffla d'énervement. Puis le garçon sourit à Sylvain avant de s'éloigner.)
Infirmière : Vous comptez dormir ici ?
Sylvain : (un peu ronchon) Oui…
Infirmière : Très bien, il n’y a que des chambres quatre personnes ici donc vous aurez une grande chambre pour vous deux.
Sylvain : (avec un regard noir) Tant mieux. Plus il y aura d’espace plus on sera loin et moins on risquera de se taper sur la figure…
(Florine lui rendit son regard noir.)
Sylvain : (il essaya de reprendre une attitude naturelle) Dites dans combien de temps nos pokémon seront remis ? Vous savez ils ne sont pas gravement blessés.
Infirmière : Alors je vais leurs appliquer les premiers soins et cette nuit ils pourront dormir avec vous.
(Les deux dresseurs partirent à la cafétéria pour dîner, vexés tous les deux ils s’installèrent chacun à une table différente : l’un juste à côté de la cuisine et l’autre à l’opposé de la salle sur une table bancale. Le garçon blond qui était en train de déjeuner avec deux filles plus vieilles que lui les regardait de temps en temps en se retenant de sourire. Après leur repas ils récupérèrent leurs pokémon chez l’infirmière et partirent se coucher. A peine arrivés dans leur chambre Florine sauta sur le lit surélevé avec la rapidité d’un insécateur puis elle et son évoli se glissèrent sous les couvertures laissant Sylvain s’asseoir sur un des lits du dessous en marmonnant à son pikachu.)
Sylvain : (avant de se jeter sur son oreiller.) Bon’ nuit…
Florine : (à voix basse) Hum ? Oui, bonne nuit…
(Le lendemain l’ambiance était encore un peu tendue même si cette fois ils mangèrent à la même table. Ensuite ils sortirent en ville pour faire un tour mais quelque chose les surprit : il y avait vraiment beaucoup de monde, beaucoup plus que d’habitude. C’était assez rare dans une ville aussi petite que Jadielle. Il y avait aussi beaucoup plus de pokémon dans les rues, ce qui constituait un nouvel indice.)
Florine : (elle se grattait la tête) Qu’est ce qui se passe ici ?
Sylvain : (il claqua des doigts) Mais oui ! C’est le retour de la ligue !
Florine : Aaaah, oui tu as raison. Comme quoi parfois tu es perspicace.
Sylvain : T’as une drôle de façon de faire des compliments toi…
Florine : Tiens, montres moi ton génie une fois de plus, c’est quoi ça là-bas ?
(Elle pointa du doigt un attroupement plus gros et plus serré que les autres. Sylvain suivit le doigt de Florine et haussa les épaules.)
Sylvain : Bah là… J’en sais rien du tout.
Florine : Viens on va voir.
(Florine et Sylvain s’étaient joints à l’attroupement, et essayèrent de pousser les gens pour passer devant car vu leur jeune âge ils n’étaient pas très grands et ne voyaient pas grand chose. Ils réussirent néanmoins à se rapprocher du centre de la foule où ils virent deux personnes isolées, en face à face. En se faufilant d’avantage Sylvain vit que les deux étaient des dresseurs et leurs pokémon se trouvaient devant eux.)
Sylvain : (interrogateur) Qu’est ce qui se passe ?
(Le garçon blond de la veille se retourna : il se trouvait juste à côté de Sylvain et venait de reconnaître la voix du jeune dresseur.)
Garçon : Tiens salut. Ce sont des dresseurs revenus de la ligue. Ils se sont provoqués en duel.
Sylvain : (enthousiaste) Génial, je veux voir ça !
(Il se tourna vers les deux adversaires face à face en train de se lancer des regards sombres.)
Dresseur1 : C’est sûrement pas maintenant que tu vas me vaincre Jason ! Après cette ligue où tu t’es pris la raclée de ta vie !
Jason : La ferme, Simularbre attaque balayage !
(Le pokémon qui jusqu’à maintenant ne bougeait pas se rua sur son adversaire et dans un coup de pied latéral il envoya à terre le Linéon adverse.)
Dresseur1 : Relèves toi Linéon, il faut réagir, attaque force !
(Linéon se jeta sur Simularbre, le souleva et l’envoya sur le sol derrière lui.)
Sylvain : Eh peut-être que je trouverais quelqu’un à affronter dans un match amical !
Florine : C’est pas une bonne idée, ces types reviennent de la ligue, leur niveau est beaucoup trop élevé pour toi.
(Sylvain ne répondit pas, réalisant qu’elle n’avait pas tort.)
Jason : Simularbre, utilise ta souplesse !
(Le simularbre tourna sur lui-même et cogna son adversaire avec les boules de ses énormes branches. Le linéon roula sur le sol.)
Dresseur1 : Linéon attaques le avec Tranche !
(Le linéon s’agita et courut vers Simularbre, il bouscula quelques passants dont Sylvain qui perdit l’équilibre et commença à tomber vers l’avant.)
Sylvain : (il fit des moulinés avec ses bras) Aaah !
(Sylvain fut retenu par une main qui s’était agrippée à son tee-shirt. Il se sentit tiré en arrière évitant ainsi de tomber au beau milieu de la bataille.)
Sylvain : (il soupira de soulagement) Ouf, c’était moins une… (Il se retourna et vit le blondinet dégager sa main.)
Sylvain : Merci euh…
Garçon : Sébastien, pour te servir. Mais appelles moi Seb, je préfère. (Il lui tendit la main et Sylvain la serra en souriant)
Sylvain : Salut Seb, et merci pour le coup de main.
Seb : Oh pas de quoi mon gars. (Il jeta un œil sur Florine) Tu voyages seul copain ?
Sylvain : Ah euh, en fait non. (Il jeta lui aussi un regard de travers à Florine et dit sur un ton vaseux.) ELLE m’accompagne. ( Il tourna son pouce vers Florine. Celle-ci tourna les yeux de leur côté mais ne bougea pas la tête d’un millimètre et fit mine de se concentrer sur le match. Seb lança un regard en biais à Florine qui lui tournait le dos. Il la balaya des yeux de la tête aux pieds avant de dire à voix basse.)
Seb : Hum... Mignonne.
Sylvain: ( N'ayant pas bien compris il regarda Seb avec son air surpris ) Hein?!?
Seb: ( il se tourna vers Sylvain et dit à voix haute) Non je disais mignonne ta copine.
( Sylvain regarda Seb avec un air perplexe et hébété que seul Sacha savait faire aussi bien. Florine se retourna et fixa Seb droit dans les yeux.)
Seb: ( Il soutint son regard et dit de nouveau à voix basse en affichant un petit sourire.) Très mignonne...
( Florine fronça les sourcils avant d’en soulever un sur deux. Ses yeux verts s'assombrirent légèrement, puis elle releva un peu la tête en jetant un regard hautain à Seb. Celui ci gardait son sourire, charmeur et poli et la salua d'un petit signe de tête. Sylvain quant à lui regardait toujours Seb avec un air surpris et idiot. Seb finit par décoller son regard du visage de Florine pour se retourner vers Sylvain.)
Seb : Au fait et vous qui êtes vous? ( Il jeta un regard au combat qui se déroulait, vraisemblablement Simularbre avait l'avantage.)
Sylvain: ( qui retrouva son expression naturelle) Je m'appelle Sylvain et je viens du Bourg Palette.
Florine: ( le visage moins sévère) Et moi c'est Florine, du Bourg Palette également.
( Seb s'était immédiatement retourné vers elle. Il répondit avec un ton très poli mais avec un air charmeur) Seb : Enchanté. Du Bourg Palette hein? ( Ce fut à son tour d'appuyer un sourcil et de lever l'autre. Ils les regarda rapidement cette fois ci, ils avaient l’air très jeunes...)
Seb : Vous êtes des nouveaux dresseurs pas vrai ?
Florine: ( elle afficha un air curieux et intéressé mais prit un ton presque de défi) Oui et alors?
Seb: Alors vous êtes débutants non ?
( Lorsqu’il vit l'expression de Florine il prit un ton de plus en plus poli.)
Seb : C'est juste que si vous avez besoin d'une aide quelconque je peux, enfin je pourrais vous être utile. (Il sourit avec charme à Florine.)
Florine: ( elle lui rendit un sourire mais le sien était plus fier.) Merci de la proposition mais nous n'avons pas besoin d'...
Sylvain: ( il la coupa) Attends Florine. Seb tu sais ce qu'on peut faire ici avant d'aller vers Argenta?
Seb: ( il sourit plus largement) Et bien vous pouvez vous entraîner un peu, en fait c'est même ce que je vous conseille de faire en priorité vu que vous allez devoir traverser la forêt de Jade, vaut mieux que vous soyez prêt.
Florine: ( l'air vexé) Excuses moi Sylvain mais ça j'aurais pu te le dire, c'est évident que nous avons besoin d'entraînement. ( Elle reprit un air fier, presque supérieur)
Florine : Ou plutôt que tu as besoin d'entraînement.
( Sylvain fronça les sourcils et sembla très mécontent de cette remarque mais avant qu'il ait pu répondre, Seb avait pris le relais)
Seb: Ah-hem. ( Son ton poli devint taquin et son sourire en coin revint très nettement.)
Seb : De l'entraînement on n’en a jamais de trop ma jolie. Lui, comme moi et comme TOI.
Florine: ( avec un ton désinvolte) Ca je ne le nie pas mais pour traverser la forêt de Jade je suis suffisamment entraînée.
Seb: ( il haussa les épaules et fit mine de se retourner) Oh ça reste à prouver...
Florine: C'est une provocation?
Seb: (le ton de sa voix étaient très nettement malicieux) Tu crois ?
Florine: ( un peu irritée) Très bien, si c'est une preuve que tu veux alors sors une pokéball.
( Elle sortit elle même celle de Papilusion et Seb se plaça face à Florine. Une partie de la foule à côté d'eux se retourna pour assister à leur combat)
Passant1: Chouette alors un autre combat!
Passant2: Où ça ? où ça?
Seb: ( le sourire aux lèvres) Ah ah, je penses que ça va être intéressant, mais je ne sais pas si tu es au point. ( Tout en répondant à Florine il sortit une de ses propres pokéball.)
Florine: ( avec un sourire, elle lui répondit sûre d'elle) Ton blabla n'impressionne que toi tu sais... Papilusion vas y.
Sylvain: (il parlait fort) Flo’ tu m'as dit tout à l'heure qu'il ne fallait pas s'attaquer à un dresseur qui est d'un niveau trop élevé quand on est débutant ! ( Seb sourit plus largement)
Florine: ( avec un air déterminé) Je ne vois pas d'où tu sors qu'il a un niveau trop élevé.
Sylvain: ( il pencha la tête d'un côté) Bah je te dis ça juste pour que tu te méfies c'est tout...
( Aux mots de Sylvain on aurait cru entendre Ondine parler et curieusement s’était plutôt Florine qui se conduisait comme Sacha dans cette situation.)
Seb: Kangourex en avant! Papilusion… C’est un joli pokémon, bien assorti à sa dresseuse. Mais a-t-il aussi mauvais caractère ?
Florine : ( elle fronça les sourcils) Tu vas voir… Je vais t’apprendre à ne plus faire le malin. Papilusion attaque charge !
( Le papilusion piqua de l’avant il renversa Kangourex qui était pourtant bien plus grand que le pokémon insecte.)
Seb : Kangourex relèves toi. Prépares toi à attaquer avec ton poing comète.
Florine : Zut il ne faut pas qu’il s’en approche. Papilusion…
( Trop tard, son pokémon retentait déjà de charger le Kangourex et à l’instant où papilusion allait heurter le pokémon de Seb, ce dernier lui décolla un poing comète au creux du ventre. Papilusion fut expédié au sol. Papilusion battit des ailes comme un cinglé pour essayer de s’envoler.)
Seb : Rattrape le avant qu’il s’envole !
Florine : Pas question, papilusion tornade !
( Papilusion s’était remis à voleter à un mètre du sol. Il empêcha Kangourex de l’approcher avec son attaque tornade.)
Seb : Un effort Kangourex, ultimapoing !
( Kangourex lutta contre le vent d’une force incroyable et donna un nouveau coup de poing magistral à Papilusion. Mais cette fois si il l’expédia en l’air plutôt que sur le sol.)
Seb : ( son regard et son ton charmeur étaient de retour) Alors c’est pas facile ? Dis moi si je gagne tu pourrais me donner un petit bisou ? Juste pour me féliciter…
Florine : Dans tes rêves, de toute façon tu ne gagneras pas. Papilusion prends de l’altitude !
Seb : Ce serait la moindre des choses non ? Et je te promets que si tu gagnes je m’excuserais pour avoir douté de ta force de dresseuse.
Florine : Ca par contre je veux bien, Papilusion poudre dodo !
Piiiii !
( Le papilusion survola Kangourex et le saupoudra avec un nuage de poudre bleue. Le kangourex cligna des yeux avant de s’écrouler à plat ventre sur le sol.)
Seb : Aller Kangourex, relèves toi maintenant. C’est pas le moment de dormir mon grand !
( Le pokémon de Seb commençait à ronfler. Seb avec un sourire résigné rappela son pokémon tandis que Florine affichait un grand sourire satisfait.)
Florine : Alors ? Tu disais ?
Seb : ( il sortit une autre pokéball et afficha un grand sourire) Que tu ne comptais pas ne faire qu’un « un contre un » ?
Florine : ( avec un air taquin) Oh, monsieur est mauvais perdant ?
Seb : ( en gardant le sourire) Pas vraiment mais puisque tu te débrouilles bien pourquoi ne pas continuer ?
( Florine haussa un sourcil et le regarda d’un air soupçonneux. Finalement elle rappela son pokémon insecte et sortit une deuxième pokéball.)
Florine : D’accord mais juste un deuxième pokémon. Loyal à toi !
( Seb regarda l’Evoli sortir de sa pokéball. Il parut agréablement surpris.)
Seb : Ca par exemple, un évoli ! ( il sortit une pokéball, un large sourire accroché au visage.) Je crois qu’on va s’amuser… Evoli à toi !
Sylvain : ( surpris lui aussi) Deux évoli !
Florine : Loyal montres lui ce que c’est qu’un bon Evoli, vive attaque !
( Loyal fonça sur l’évoli adverse. Le second évoli recula sous le choc et s’arrêta dans un dérapage.)
Seb : Morsure !
( Très rapidement l’évoli de Seb se jeta sur Loyal et le mordit sur le flan. Loyal sursauta et cria sous la douleur.)
Florine : Jet de sable ! Aveugle le pour t’en débarrasser !
( Dans un mouvement de patte avant Loyal envoya un nuage de poussière dans les yeux de son adversaire. L’évoli de Seb dû reculer, secouant la tête pour essayer de se débarrasser du sable.)
Seb : Charge !
( Mais le pokémon toujours aveuglé chargea dans le vide.)
Florine : Loyal recommences avec ta vive attaque !
( Le pokémon renversa son adversaire qui roula sur le sol jusqu’aux pieds de deux passantes qui reculèrent pour ne pas le heurter. Le pokémon de Seb se releva avec détermination, il semblait s’être enfin débarrassé du sable qu’il avait dans les yeux.)
Seb : Malheureusement ton évoli n’a pas le niveau Florine.
Florine : Qu’est ce que tu racontes ? C’est Loyal qui mène le match au cas où tu n’aurais pas vu.
Seb : (il hocha la tête de droite à gauche en souriant doucement) Evoli attaque coup de crâne.
(Son évoli fonça droit sur Loyal, il le cogna violement avec sa tête et l’évoli de Florine se renversa sur le flan. Il se releva difficilement un peu sonné par le choc.)
Seb : Et maintenant vive attaque !
(L’évoli chargea de nouveau son adversaire et le plaqua au sol. Loyal roula sur le côté et atterrit aux pieds de Florine. Le pokémon réussit encore à se relever mais il était très fatigué, Florine préféra le rappeler.)
Florine : C’est bien Loyal, vas-te reposer.
Li !
(Le pokémon rentra dans sa pokéball un peu en colère après son adversaire.)
Seb : Ta technique est bonne mais ton évoli n’a pas un niveau assez élevé.
( Florine lança un regard perçant à Seb mais ne répondit rien. Seb rappela son pokémon et il montra une troisième pokéball à Florine.)
Seb : Un dernier pour nous départager ?
( Florine ne dit pas un mot mais elle sortit une nouvelle pokéball avec un air décidé.)
Seb : Aller Mélofée à toi !
Florine : Spyke à toi !
Sylvain : ( épaté) Un kangourex, un évoli et un mélofée, qu’est ce qu’il peut avoir comme pokémon rares !
Florine : ( sarcastique) Oh oui c’est é-pa-tant. Spyke attaque flammèches !
Seb : Ecras’face.
( A l’aide de sa queue enflammée Salamèche envoya sur Mélofée des petites flammes brûlantes. Le pokémon de Seb évita le plus gros des flammèches et sauta sur salamèche pour le gifler avec force. Salamèche, pour riposter, lui mordit la patte et mélofée recula.)
Seb : Mélofée utilises tes torgnoles.
( Mélofée retourna à l’attaque. Il commença à donner à Spyke des paires de claques de plus en plus fortes.)
Florine : Flammèches !
(Le pokémon de Florine tourna sur lui-même et à l’aide de sa queue enflammée il brûla les petites pattes de mélofée qui essayait toujours de le frapper. Seb regarda les deux pokémon se battre puis baissa la tête pour réfléchir.)
Seb : ( Il parlait bas avec un sourire) Et pourquoi pas… Ca lui donnerait une bonne leçon. (Il se remit à parler à voix haute.) Mélofée utilise ta berceuse.
Sylvain : Ouh là. (il se plaqua les mains sur les oreilles, se rappelant trop bien ce que ses parents lui avait raconté sur leurs mésaventures avec rondoudou, le pokémon chanteur. Seb eut le même réflexe et certaines personnes dans la foule firent de même.)
Florine : Quoi ?!? Ah ! (Elle se mit les mains sur les oreilles en entendant Mélofée commencer à chanter de sa voix douce et fine. Salamèche qui envoyait toujours des flammèches sur Mélofée sentit ses paupières devenir lourdes, très lourdes... Il s’effondra à terre en fermant les yeux.)
Florine : Non ! Debout Spyke ! Debout !
(Mais son pokémon n’entendait rien, il s’était paisiblement endormi et Seb la regardait elle et son pokémon avec un petit sourire. Mélofée venait d’arrêter sa chanson.)
Florine : Spyke !!!
Sala… Ronf. Sala… Ronf.
Seb : Tu t’es fait battre avec la même tactique que celle que tu as utilisé pour la première manche. C’est assez désagréable je sais mais c’est le jeu.
Sylvain : Il a gagné.
Florine : Oh quelle perspicacité, moi Je n’avais pas remarqué.
(Sylvain fronça les sourcils mais ne répondit pas.)
Florine : (elle soupira) Bien, reviens Spyke.
Sylvain : Je te l’avais dit qu’il était trop fort pour toi et moi.
(Florine le regarda mais ne dit rien, elle finit même par refouler son regard noir sachant très bien qu’il avait raison.)
Seb : Alors ce bisou ?
Florine : Pardon ?
Seb : Si je gagnais on avait conclu que tu devais me donner un bisou non ?
Florine : Non mais ça va pas la tête ? Je ne t’ai rien promis du tout ! C’est toi qui te fais des films tout seul !
Seb : Ouh là, mécontente d’avoir perdu ?
Florine : T’es toujours aussi pesant ?
Seb : T’es toujours aussi désagréable ?
Florine : T’es toujours aussi gamin ?
Seb : T’es toujours aussi arrogante ?
Sylvain : (cherchant à abréger cette conversation fatigante) Non, d’habitude c’est pire.
Florine : Eh !
Seb : (en rigolant) Ah ah, vous êtes pas croyables, enfin surtout elle, toi tu parais encore à peu près normal.
Sylvain : Ca n’va pas durer longtemps si elle voyage avec moi…
(Alors que Seb lui donnait une tape amicale dans le dos en riant, Florine écarlate tenta de passer devant Seb pour aller gifler Sylvain. Celui-ci recula avec un sourire jusqu’aux oreilles, Florine bouscula Seb mais celui-ci ne bougea pas. Très amusé, il essaya de protéger Sylvain. A ce moment là une énorme explosion retentit derrière eux. Le souffle de celle-ci les renversa : Seb tomba sur les pieds de Sylvain et celui-ci perdit l’équilibre. Florine quant à elle atterrit sur le ventre de Seb. Sylvain releva son buste encore libre en secouant la tête.
Sylvain : Qu’est ce que c’était ?!?
(Il regarda derrière ses deux amis : une fumée noire s’élevait derrière eux. Plusieurs bâtiments étaient en flammes. L’un d’eux semblait néanmoins plus ravagé que les autres, l’un de ses murs était totalement effondré, des gens sortaient en courant des maisons l’air affolé, plusieurs personnes avec leurs portables commençaient à pianoter sur les touches pour appeler les pompiers. Beaucoup d’autres étaient à terre comme nos trois dresseurs.)
(Florine se releva tant bien que mal en s‘appuyant sur la poitrine de Seb sans s’inquiéter de lui faire mal ou pas.)
Florine : Mais qu’est ce que c’était Sylvain ?!?
(Seb fit une grimace de douleur et tenta de se relever aussi)
Sylvain : C’est pas le commissariat en train de brûler ?!?
Passant3 : Oh non !!!
Passante1 : Agent Jenny, agent Jenny !
(Sylvain se leva et courut plus près du bâtiment en feu en bousculant la foule terrorisée. Des gens sortaient des flammes, leurs vêtements à moitié brûlés, déchirés, l’agent Jenny était parmi eux.)
Sylvain : Agent Jenny !
(Lui, le premier passant et deux filles s’approchèrent de l’agent Jenny pour la relever. D’autres personnes de la foule aidaient les victimes à s’éloigner des ruines du commissariat.)
Seb : ( il accourut vers l’agent Jenny) Que s’est il passé agent Jenny ?!?
(Florine sur ses talons venait de s’agenouiller à coté d’un autre policier qui avait la jambe blessée. Elle releva ma tête vers Jenny pour écouter sa réponse.)
Jenny : (avec une expression perturbée) Une… une bombe…
Policier : Non plusieurs bombes… Sur le mur côté prison, j’y étais et…
Florine / Sylvain : Une évasion ?
Jenny : (elle se tenait le bras, apparemment elle avait reçu quelque chose dessus.) Non, les prisonniers… Il y en a encore, bloqués sous les décombles, il faut les sortir de là sinon ils vont mourir !
(Sylvain sortit Marill de sa pokéball immédiatement, Florine quant a elle se dirigea vers les flammes.)
Seb : (paniqué) Eh !!! Qu’est ce que tu fais, t’es dingue ???
Florine : Je vais les aider ! ( Seb se jeta sur elle et la retint de ses deux bras.)
Seb : Sans pokémon eau tu n’arriveras à rien !
Sylvain : ( il ne regardait pas ses amis) Marill, pistolet à ô sur l’incendie, il faut l’empêcher de se propager !
Marill !
Seb : ( il cria vers Sylvain tandis qu’il continuait de retenir Florine) Tu n’y arriveras pas tout seul, tout le monde : vite des pokémon eau ! Grouillez-vous ! (Il se tourna vers Florine) Tu n’as pas de pokémon eau ?
Florine : ( elle le regarda droit dans les yeux.) Non, à part rattatta tu as vu tous mes pokémon tout à l’heure…
(Elle semblait s’être calmer et Seb la relâcha . Elle se retourna vers le brasier en hurlant.)
Florine : Mais qu’est ce qu’ils font les pompiers ?!?
Passante1 : Carabaffe à toi !
Passant2 : Staross !
Passante2 : Maraistre, Octillery !
Passant3 : Kaiminus en avant !
Passant 4 : Laggron vas les aider !
(Tous les dresseurs sortirent le plus vite possible des pokémon aquatiques.)
Seb : Lokhlass vas y !
Yaaon…
Seb : Lokhlass pistolet à ô !
(Tous les pokémon participèrent à l’effort pour maîtriser l’incendie, de plus en plus de monde venait voir ce qui se passait. L’infirmière Joëlle accourut pour voir les blessés, d’autres personnes sortaient des flammes mais ils étaient de moins en moins nombreux.)
Joëlle : Quelqu’un doit appeler l’hôpital d’Azuria ! Il faut des médecins rapidement ! Mes infirmiers et moi on ne pourra pas tous s’en occuper en plus des pokémon !
(La sirène des pompiers retentie, le camion à grande échelle arrivait à toute vitesse.)
Pompier en chef : (il sauta du camion en marche.) C’est quoi ce foutoire ?!? Le QG reçoit des appels de partout !
Joëlle : De partout ?
Pompier : Aller go go go les gars !
(Les pompiers descendaient du camion, certains s’occupèrent de la grosse lance à incendie, d’autres envoyèrent l’escouade Carabaffe et l’escouade Tortank, les derniers se précipitèrent avec des extincteurs dans les bâtiments. Quelques secondes plus tard ils commencèrent à sortir des gens évanouis et ou blessés du brasier.)
Seb : Continues Lokhlass, plus sur la droite maintenant !
Florine : (stressée et râgeuse) Je déteste rester à rien faire !
Pompier1 : John active, y’a d’autres personnes sous les décombres !
(Alors que les flammes commençaient à diminuer Florine se mit à courir et se dirigea vers une fenêtre qui était éteinte.)
Seb : Florine, non !!!
(Sylvain se retourna vers les deux autres.)
Sylvain : Viens Marill ! (Il suivit rapidement Florine avec Marill à ses côtés. Une minute plus tard ils sortirent par la grande porte du commissariat, traînant un policier évanouit en le tenant chacun d’un côté.)
Joëlle : (elle accourut en laissant Jenny avec un bandage au bras.) Je m’en charge les enfants !
Seb : (alors que Florine et Sylvain passaient à côté de lui il afficha un air impressionné.) Vous vous n’avez pas froid aux yeux…
(Florine le regarda d’une étrange façon, Sylvain lui acquiesça d’un signe de tête plutôt modeste.)
Pompier2 : ( il sortait de la résidence voisine) Il n’y a plus personne dans cette maison là !
(Quelques personnes dans la foule furent motivés par l’acte héroïque des deux jeunes dresseurs et firent de même pour aller aider les quelques pompiers débordés à évacuer les victimes. Une heure plus tard tous les feux étaient éteints mais les victimes n’étaient pas toutes secourues.)
Pompier3 : Bon sang mais c’est pas vrai ça ! J’ai appelé des renforts d’Argenta, mais qu’est ce qu’ils font ?!? Ils attendent qu’on ait des morts sur les bras ou quoi ?!?
Pompier : Richard calmes toi voyons !
( Florine et Sylvain avaient leurs vêtements salis et ils avaient arrêté d’aider les pompiers.)
Sylvain : ( inquiet) Dites vous croyez qu’il est sérieux ?
Seb : ( qui se voulait rassurant) Mais non Sylvain, il… Il est un peu sur les nerfs, et c’est normal tu as vu tout ce bazar ? Heureusement qu’ils ont l’aide des gens.
Sylvain : Où les emmènent-ils ?
Florine : Au centre pokémon je suppose… Il n’y a pas d’hôpital ici.
(Effectivement quand ils retournèrent au centre pokémon il y avait là bas une foule considérable. Des blessés et une fois encore des gens venus aider l’infirmière Joëlle et les trois autres infirmiers travaillant au centre. L’infirmière courrait dans tous les sens. Elle jeta dans les bras de Seb des bandages et claqua dans les mains de Sylvain des serviettes propres.)
Sylvain : Mais mais, c’est quoi ça ?
(Il regardait alternativement dans ses bras et ceux de Seb. Florine avec un mouvement brusque prit les serviettes de Sylvain.)
Florine : C’est pour les blessés, idiot.
Sylvain : Eh oh bon ça va hein. C’est pas si évident que ça !
(Seb d’un pas incertain suivit l’infirmière Joëlle pour qu’elle garde les bandages à proximité. Sylvain finit par la suivre à son tour pour l’aider à débarrasser tout ce qui traînait à terre. La salle réservée aux soins pokémon était remplie. Les blessés humains étaient mélangés aux pokémon : sur les lits étaient installés en priorité les blessés, les pokémon étaient soit sur des couvertures, soit sur des serviettes pour les plus petits, étendues le sol. Les trois dresseurs se couchèrent au soir, complètement crevés. On avait mis dans leur chambre un jeune policier blessé à la cheville car il n’y avait plus assez de place dans les salles de soins d’urgence.)
Sylvain : Je ne sais pas si tu penses comme moi mais on devrait prévenir tes parents et ma mère.
Florine : Pourquoi ça ?
Ronmpf… Piou. Rommmmp, piou…
(Elle se retourna pour regarder le policier ronfler bruyamment. Sylvain lui aussi jeta un coup d’œil à leur colocataire avant de répondre à Florine.)
Sylvain : Ils vont avoir peur pour nous à cause de cette bombe.
Florine : Pourquoi veux tu qu’ils le sachent ? Ils n’étaient pas ici pour le voir. (Elle grimpa sur le lit au dessus de Sylvain.) Aller va dormir Sylvain, je suis crevée et je suis sûre que toi aussi.
Sylvain : (sceptique) Hum. Bonne nuit Florine.
Florine : Bonne nuit Sylvain.
(Sylvain se coucha et se mit à réfléchir dans son lit. Régis et Mathilde habitaient à Jadielle, eux ils pouvaient avertir leurs parents sur les évènements, et puis une explosion pareille ça allait attirer les médias. Il s’endormit sur cette pensée, le ronflement du policier résonnant toujours dans ses oreilles.
Le lendemain, quand Sylvain et Florine entrèrent dans la cantine pour prendre un petit déjeuner, celle-ci ressemblait assez à un cafarnahum : sur les tables il y avait soit de la nourriture, soit des sacs, des restes de vêtements ou des boites entières de désinfectants et de bandages. Ils avancèrent en regardant les dresseurs discuter entre eux, tous avec un air plus ou moins effaré. Au fond de la salle, Seb à côté de son sac à dos était seul à une table avec un chocolat chaud devant lui. Il fixait la télé située dans le coin des deux murs.)
Sylvain : Tiens salut Seb.
Seb : (distrait il eut un léger soubresaut) Ah bonjour tous les deux. Vous devriez regarder les infos…
(Sylvain et Florine se placèrent chacun d’un côté de la chaise de Seb et levèrent la tête pour écouter la TV. Le présentateur Charles Covits affichait une mine plus triste que neutre ce qui trahissait chez un présentateur l’annonce d’évènements tragiques.)
Présentateur : …Les événements d’hier ont donc placé les régions de Kanto, Johto, et Hoenn dans le plus grand désarroi. L’ampleur des attentats est immense, dans les trois régions plus d’une quarantaine de commissariats et de prisons ont explosé hier entre 10h et 12h30. Certaines habitations, situées à proximité des préfectures de police ont brûlées elles aussi. Miraculeusement on ne décompte officiellement aucun mort pour l’instant, mais près de quatre cent blessés dans la région de Kanto, dont certains gravement, presque six cents à Johto et cent cinquante dans la partie d’Hoenn qui a été touchée. On dénombre aussi une cinquantaine de disparus pour les trois régions et près d’une centaine d’évadés pour les deux régions principales…
Sylvain : Des évadés ?!?
Florine : Chut !
(Les cris de Sylvain avaient attiré quelques dresseurs qui fixaient désormais le poste de TV eux aussi.)
Présentateur : … officielle des prisonniers manquants n’ayant pas été annoncée dans la région de…
Seb : (bas) Il fallait s’y attendre avec ces explosions. C’est quand même louche qu’elles n’aient eu lieu que dans les commissariats et les prisons…
Présentateur : …. que la prison Foreteresse, la plus réputée des trois régions ait été touchée par plusieurs explosions…
Sylvain : C’est à Hoenn ça ?
Seb : Oui, c’est la plus grosse prison des trois zones et…
Florine : (lugubre) C’est surtout là que se trouvait Giovanni l’ancien chef de la Team Rocket…
Sylvain : (effaré) Quoi ?!?
Seb : Chut, écoutez la fin…
Présentateur : … de l’ARCU*. Néanmoins le bilan de cette catastrophe à grande échelle n’a pas encore pu être tiré avec exactitude. Plusieurs flashs d’informations auront lieu durant le journée pour tenir la population au courant des dernières nouvelles.
(* Assemblées Régionales du Conseil d’Urgence – elle réunit les personnalités pokémon les plus influentes de Kanto, Johto et Hoenn ainsi que quelques délégations de Rhode, Shinnoh et de l’Archipel Orange.)
Dresseur : Ils sont drôlement bien organisés n’empêche…
Présentateur : Sans attendre nous allons retrouver Loana Ridan en direct de Safrania où les dégâts sont considérables…
Seb : (qui se tourna vers le dresseur) Ca m’étonne que le Conseil des Quatre décide de réunir l’ARCU, ils ne font ça que lorsque il s’agit d’un problème liés aux pokémon plus ou moins directement, la pollution, le braconnage, les ligues, les épidémies, ce genre de trucs…
Sylvain : (pensif) Flo, tu penses que des membres de l’ancienne Team Rocket auraient pu faire sauter Foreteresse pour libérer Giovanni ? C’est bizarre qu’ils n’aient pas fait la liste des évadés justement dans cette prison là.
Florine : Ne dis pas de bêtise. Pourquoi veux-tu que des membres de la Team ait fait ça dans toutes les régions du coin, si la seule chose qui les intéressait était Giovanni ?
Seb : La Team, Rocket ? Vous voulez rire ? Ils ne restent que quelques membres isolés, ils ne pourraient jamais faire un truc pareil !
Dresseur : Peut être mais on s’en fout. Le problème reste le même : qui aurait intérêt à faire sauter TOUS les commissariats et prisons, au lieu d’un seul ?
Seb : (avec un petit sourire) Uh… Si on veut en savoir plus, je n’ai qu’à appeler ma mère…
Florine : Comment ça ?
Seb : (avec un petit air fier) Ma mère est une vieille amie de Marion, du Conseil des Quatre. Man’ va sûrement lui demander un compte rendu clair et complet.
Florine : (elle prit le même air que Seb) Nous aussi on peut avoir un compte rendu de la réunion vu que nos parents siègent à l’ARCU.
Seb : (intéressé) Vraiment ?
Dresseur : Cool ça.
Sylvain : (le ton insistant) D’ailleurs je crois Flo qu’il serait temps de leur passer un coup de fil !
Florine : (elle hocha la tête) Oui, ils doivent être inquiets maintenant.
(Les deux dresseurs sortirent de la cantine sans déjeuner pour aller vers les vidéophones. Seb laissa tomber sa tasse de chocolat chaud pour les suivre.)
Florine : Je vais appeler au labo, c’est là qu’on a le plus de chance de tomber sur quelqu’un.
Sylvain : (soudain inquiet) J’espère que Papa n’était pas là où ça a explosé… Je ne sais pas où il est cette semaine, il n’a pas appelé depuis quelques jours, juste pour me souhaiter bon voyage…
Seb : Ton père aussi est dresseur ?
Sylvain : Oui.
Florine : (avec un ton qui se veut rassurant) Ne t’inquiètes pas Sylvain, connaissant ton père il ne lui est sans doute rien arrivé… Raah, occupé. Ca c’est Félix et Aline à mon avis. Bon je vais appeler à la maison…
Seb : Ton père est un bon dresseur ?
(Sylvain sembla très surpris de cette question mais enthousiaste, son regard brillait d’admiration quand il parlait de son père.)
Sylvain : Et comment ! C’est un maître pokémon et pas n’importe lequel en plus ! C’est…
(Les deux garçons stoppèrent leur discussion car Al venait d’apparaître à l’écran.)
Al : Allô ?
Florine : Ah maman, c’est moi, j’uis avec Sylvain.
Al : (avec un soupire de soulagement) Ouf, merci ! Jacky, Sacha, Ondine et moi on était morts d’inquiétude ! J’ai même failli venir à Jadielle avec Ondine pour voir si vous n’aviez rien.
Sylvain : On va très bien Al. On a vu l’explosion mais on n’a pas été touché.
Florine : Félix et Aline ne sont pas en train d’appeler au labo par hasard ? On vient d’essayer d’appeler papa.
Al : J’espère que oui, pour l’instant on n’a pas eu de nouvelles. Ils sont arrivés en bateau à Oliville le jour de votre départ, ils viennent de revenir des îles orange.
Florine : Man’ qu’est ce qui s’est passé exactement ?
Al : (elle cligna des yeux) Comment veux-tu que je le sache ? Il y a eu des explosions partout je ne sais rien d’autre. Je ne suis pas de la police non plus.
Sylvain : Mais toi et Jacky vous devez avoir une idée sur ce qui s’est passé non ?
Al : Oh, une idée oui mais de là à savoir si c’est la bonne…
(Une inquiétude très nette se lisait sur son visage qui s’assombrissait de plus en plus. La mère de famille tenta de relever les yeux vers l’écran, cherchant à dire quelque chose pour rassurer sa fille et son ami, c’est alors qu’elle remarqua le grand blond derrière Sylvain.)
Al : Qui est votre ami ?
Florine : (avec un oeil critique) Oh ami… C’est un grand mot…
Sylvain : C’est Seb, on l’a rencontré hier.
Seb : (poli et souriant) Je me présente : Sébastien Lavandson Madame.
Al : (elle inclina la tête) Alice Léon, ravie. Ah-hem, écoutez je vais appeler Jacky pour vous dire que vous allez bien. Ensuite j’appellerais Ondine, Sacha la contactera tôt où tard, il l’a déjà fait hier.
Sylvain : (les yeux brillants d’admiration) C’est vrai ? Il a appelé ?!?
Al : Bien sûr, il était très inquiet pour toi ! (Sylvain souriait véritablement heureux.)
Al : Bon je vous laisse. A bientôt ma Florine, au revoir Sylvain, au revoir Sébastien.
Florine : (elle se retourna la tête baissée et la voix mystérieuse) Elle cache quelque chose, vu la tête qu’elle faisait elle sait quelque chose j’en suis sûre…
Sylvain : (l’air naïf) Possible… J’en sais rien moi.
(Seb les fixait tout les eux. Après un bon silence il se décida à parler, sa voix exprimant une sorte d’admiration.)
Seb : Vous êtes vraiment incroyables… (Les deux autres relevèrent la tête vers lui, un peu étonnés par sa réaction.)
Seb : Alice Léon, du Bourg Palette… C’est bien la femme du fameux professeur Léon, n’est ce pas ? Celui qui distribue les starters de tous les dresseurs de Kanto ?
Florine : (avec un air un peu supérieur) Eh oui qu’est ce tu crois.
Seb : (il se tourna vers Sylvain, les yeux pétillants) Et toi ton père alors… C’est Sacha Ketchum, du Bourg Palette aussi !
Sylvain : (avec une lueur de fierté à son tour) Et ouais.
(Seb agrandit son sourire, eut un rire nerveux et se mit à serrer vigoureusement la main de Sylvain.)
Seb : (avec une sorte de jubilation) C’est incroyable, vraiment je…
Voix : Ooohh !
Voix 1 : Qui c’est ?
Voix 2 : Chut, écoutez !
Voix 3 : (plus apeurée) C’est… c’est…
Voix 4 : Une rocket !!!
Voix 5 : Mais chut à la fin !
Voix 2 : Oui chut !
(Nos trois amis se regardèrent avec de grands yeux puis accoururent dans la cantine où tout le monde était agglutiné autour du poste de télé. Une belle femme blonde d’une trentaine d’années, tout en noir avec un béret de la même couleur et un grand R rouge inscrit sur la poitrine parlait avec un air supérieur et satisfait.)
Femme : Nous sommes enfin de retour, Ah ah ah ah ! Nous reprendrons le pouvoir, cela a déjà commencé ! Giovanni notre chef incontesté revient pour se venger et diriger avec une poigne de fer ! Craigniez pour vos pokémon, craigniez pour vos biens, craignez pour vos vies car la Team Rocket est de retour, plus équipée, plus puissante et plus efficace que jamais ! Ah ah ah ah !!!
(Des parasites apparurent sur l’écran puis plus rien, que de la neige… Florine et Sylvain échangèrent un long regard.)
Florine : (le souffle coupé) Voilà ce qu’elle nous cachait…
Seb : (il détourna son regard de l’écran) Vous avez vu c’est pas…
(Florine et Sylvain hochèrent la tête en parfaite synchronisation et se mirent à courir vers la sortie de la cantine sous les yeux perplexes de Seb. Mais lorsque les deux enfants arrivèrent aux deux vidéophones ceux-ci étaient déjà assaillis par une bonne vingtaine de dresseurs.)
Dresseur 1 : Poussez vous !
(Une dresseuse appelait de son téléphone portable coincée entre le mur et les dresseurs qui faisaient la queue pour les vidéophones)
Dresseuse1 : Oui. Tu as vu ça soeurette ? C’est pas croyable une rocket, tu crois que c’est possible que s’en soit vraiment une ?
Dresseur 2 : (devant le vidéophone) Oui Roger comme je te le dis. T’as pas regardez la télé ? Eh ! Calmez vous derrière !
Dresseur 3 : Il faut que j’appelle ma copine alors laissez moi passer !
(Sylvain perplexe devant toute cette foule clignait des yeux avec un air ahuri.)
Florine : (rageuse) Mais comment on va appeler ma mère avec tous ces abrutis ?!? On n’aura pas le vidéophone avant des heures !
(Seb les avaient finalement suivit. Il regarda la foule un instant et toussota, il se retourna dos aux autres et se mit à crier.)
Seb : Oh vite venez voir encore un rocket à la télé !
Dresseuse 2 : (surexcitée) C’est vrai ???
(Toute la foule se précipita immédiatement dans la cantine, écrasant le pied gauche de Florine au passage.)
Sylvain : (en se jetant sur le vidéophone) Génial !
Seb : (content de lui) Avec un peu de ruse et de patience on arrive à tout.
(Florine le suivit sans oser regarder Seb. Elle n’avait aucune envie de devoir lui dire merci mais cela n’empêcha pas Seb d’afficher un sourire satisfait.)
Florine : Rappelle à la maison Sylvain…
(Al décrocha, son évoli se tenait debout sur la table où était posé l’écran du vidéophone.)
Evo ? Voli !
Al : Ah c’est re-vous. Je suis soulagée : Aline et Félix ont appelés ils n’ont rien et…
(Elle remarqua les regards étranges de Florine et Sylvain.)
Al : Qu’est ce qu’il y a ?
Florine : Tu n’as pas regardé la télé à l’instant ?
Al : Non je…
Sylvain : Il faut l’allumer !
Seb : (il regarda Sylvain et Florine) Oh vous savez ça doit être fini maintenant.
(Les dresseurs recommencèrent à entrer.)
Dresseur2 : Puff… C’était le même message ! La chaîne le rediffuse pour une édition spéciale…
Dresseur1 : Ils ont dû comprendre que c’était important.
Florine : Allume man’ !
(Al intriguée obéit à sa fille sans poser d’autre question.)
Femme : […]ni, notre chef incontesté revient pour se venger […]
(Al regarda en silence mais ses yeux s’agrandissaient et ses joues devinrent écarlates.)
Florine : (avec une voix ferme, avide de savoir) Man qui est-ce ? Et qu’est ce que ça veut dire cette histoire ?
(Al se retourna lentement vers les trois ados puis, dans un soupir, elle commença sa phrase.)
Al : Je savais que ça arriverait…
Florine / Sylvain : (sur un ton appuyé) Qu’est ce que ça veut dire ?
(Al regarda alors les dresseurs arriver en masse derrière les trois enfants dans en énorme brouhaha.)
Al : (sa voix était basse mais ferme) Pas maintenant. Rappelez plus tard, quand le coin sera plus tranquille.
Florine : Non maman attends !
(Mais Al leur raccrocha au nez.)
Florine : (choquée) Alors ça c’est fort !
Dresseuse3 : Pas trop tôt !
(Alors que la fille bousculait Seb et Florine pour passer devant le vidéophone Sylvain lui parla avec une voix râleuse.)
Sylvain : Eh oh calmez vous un peu !
Dresseuse3 : (avec une voix désagréable) Non mais vous avez fini ou pas ? Laissez nous le vidéophone !
Florine : (décidée) Non je rappelle…
(Seb lui attrapa le bras avant qu’elle ne recompose le numéro de chez elle.)
Seb : Non vous ferez ça plus tard, venez…
Dresseuse3 : (dans un soupir) Aaaah, quand même !
(Sylvain lui tira la langue avec un air mauvais avant de suivre Seb et Florine.)
Seb : Ta mère t’as dit d’appeler à un autre moment, tu devrais l’écouter…
Florine : (agacée) Rah, mais mêles toi de tes affaires ! Tu écoutes toujours tes parents toi ?
Seb : Non, mais lorsque il y a une foule de dresseurs aussi stupides que grandes langues derrière moi, j’évite de les harceler pour savoir quelque chose de secret.
Sylvain : (bougon) Laisses tomber Flo, de toute façon on aurait jamais pu garder ce maudit téléphone avec la furie qui était derrière nous.
Florine : Tu vas voir tiens… (Elle était prête à faire demi tour mais Seb la retint encore une fois.)
Seb : (il parla plus fort mais calmement) Oh oh oh ! Du calme. Faut rester zen vous deux. Vous êtes sacrément impulsifs. Venez si vous voulez appeler vos parents on trouvera bien un moyen plus tranquille. Il n’y a pas qu’un seul téléphone dans cette ville…

A suivre...
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]