Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Une nuit agitée dans la forêt
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 14/5/2005 à 21:10
Œuvre lue 80758 fois Dernière édition le : 16/10/2012 à 23:02
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 3

Une nuit agitée dans la forêt.

(Seb, suivi par Florine et Sylvain, s’éloigna de la foule et se dirigea vers la sortie du centre pokémon.
Sylvain : Je veux bien qu’il y ait plusieurs téléphones dans cette ville, mais vu le monde qu’il y avait au centre il y en aura autant dans les cabines téléphoniques.
Florine : (pensive) J’ai peur qu’il ait raison. La seule chance qui nous reste ce sont les téléphones personnels, ceux des habitants de Jadielle.
Sylvain : T’es bien toi, on ne va quand même pas entrer chez des inconnus pour causer de la Team Rocket dans leur téléphone !
Florine : (traversée d’un éclair de génie) Je sais d’où on peut appeler : de chez Régis Chen !
Sylvain : (il grimaça) On est vraiment obligé d’aller chez lui ?
Florine : (agacée) Oh ne fait pas le gamin, en plus Kévin n’est pas chez lui.
Sylvain : Qu’est ce que t’en sais ?
(Florine s’arrêta, elle réfléchit puis haussa les épaules.)
Florine : Je le sais c’est tout.
Sylvain : (il marmonna entre ses dents) Mouais comme d’habitude. Ca s’annonce bien…
(Nos trois compères se rendirent dans un quartier résidentiel au nord de Jadielle.)
Seb : Mais Régis ce ne serait pas le champion de cette ville ? On devrait plutôt aller à l’arène, non ?
Florine : Tu nous vois débarquer dans son arène et lui dire : « Désolé de te déranger pendant ton combat oncle Régis mais on a besoin de ton téléphone. T’inquiètes on connaît le chemin, on n’a qu’à contourner ce gros Steelix et traverser le danse-flamme de ton Arcanin. ».
Sylvain : En plus il faudrait encore espérer qu’il soit dans son arène. Avec son boulot de chercheur il est souvent absent…Au moins chez lui il y aura sa femme.
(Ils s’arrêtèrent devant une maison bleue avec un petit laboratoire aménagé dans un ancien garage accolé au mur de la façade est. Florine et Sylvain s’avancèrent pour aller sonner. Seb les rejoignit sur le seuil de la porte. Le temps leur parut long.)
Seb : Vous êtes sûrs que euh… Mme Chen est là ? Avec les évènements des derniers jours peut être qu’elle est allée…
(Au même instant une belle femme blonde avec des yeux gris ouvrit la porte. Sylvain et Florine se retournèrent en même temps.)
Florine : Bonjour Mathilde.
Mathilde : Florine, Sylvain. Qu’est ce que vous faites ici ?
Sylvain : Bah euh, on voyage.
Florine : En fait on cherche un téléphone.
Mathilde : (elle cligna des yeux) Oh. Et bien entrez.
(L’entrée donnait directement sur le salon et Mathilde leur fit traverser la pièce pour leur montrer le visiophone. Seb observa le décor avec curiosité, contrairement à Sylvain et Florine il n’était jamais venu ici. Le salon était propre et clair, extrêmement bien rangé et organisé, seule une console de jeux Nintendo et quelques DVD’s de dessins animés – bien alignés sous la télévision – laissait entendre que des enfants vivaient ici. Alors que Florine composait déjà le numéro de téléphone de sa mère, Seb fixait une photo de famille posée à côté du vidéophone. Il y avait Régis que Seb reconnut sans mal, le personnage était connu dans tout Kanto, et à côté de lui se trouver la fameuse Mathilde. Elle tenait les bras serrés devant elles, ses mains posées sur les épaules d’un petit garçon roux aux yeux encore plus gris que ceux de Mathilde. Il avait l’air très timide. Un autre garçon, plus jeune que le premier, se trouvait sur la photo. Il semblait beaucoup plus turbulent que son frère et discrètement mais fermement, la main de Régis était serrée sur son poignet, sans doute pour ne pas que le gamin sorte du champ de l’appareil photo. Une famille heureuse en somme.)
Mathilde : Vous voulez quelque chose à manger ou à boire ?
Sylvain : Non merci Mathilde.
Seb : Un jus d’orange si vous avez, je n’ai pas fini mon petit déjeuner.
Mathilde : (elle sourit) Bien sûr, je t’amène ça tout de suite mon garçon.
Florine : T’es pas gêné toi, chez des gens que tu ne connais même pas …
Seb : (avec un sourire goguenard) Ouais mais vous vous les connaissez.
(Elle n’eut pas le temps de le sermonner d’avantage car Al avait décroché le vidéophone.)
Al : Encore vous…
Florine : (elle se retourna brusquement) Oui c’est encore nous ! Qu’est ce que c’est que cette femme à la télé, cette histoire de Team Rocket et ces explosions partout, mais qu’est ce qui se passe à la fin ?!?
Sylvain : (sur un ton neutre) Calmes toi Flo.
Al : Où êtes vous ?
Florine : Chez Régis, maintenant man dis…
Sylvain : (plus calme que Florine mais tout aussi curieux) Al dis nous ce qui se passe, c’est pas normal et toi tu dois bien savoir ce qui se passe.
(Seb, avec son verre de jus d’orange à la main, vint se poster à côté de Florine et Sylvain qui s’impatientaient.)
Al : (elle soupira) Voilà… Il y a deux ans maintenant, ton frère et ta sœur ont croisé plusieurs membres de la Team Rocket, de la nouvelle Team Rocket je devrais dire.
Florine : (choquée) Quoi ?!? Et vous ne nous en avez pas parlé ?!?
Al : (elle ne fit pas attention à l’intervention de sa fille) C’étaient des membres isolés, mais ils les ont quand même entendu parler d’un retour de la Team, alors j’ai fait mon enquête… Apparemment ils n’étaient pas les seuls à parler de rockets mais les témoins étaient trop peu nombreux pour être pris au sérieux. Et d’après les agents Jenny, aucun délit n’avait été officiellement revendiqué par la Team Rocket durant ses dernières années avant ces attentats.
Sylvain : (presque atterré) Mais mais… Tu n’en as parlé à personne ?
Al : Personne c’est un bien grand mot Sylvain, j’en ai parlé à tes parents bien sûr, à Régis ainsi qu’à Peter du Conseil des Quatre… Il s’est montré sceptique mais le message était passé. Il s’est méfiait mais apparemment… (Le regard de Al s’assombrit.) Pas assez.
(Sylvain était abasourdi. Sa mère et son père étaient au courant mais ils ne lui ont rien dit ? Alors même qu’il allait commencer son voyage initiatique ? Il ne comprenait pas et il était en colère. Florine aussi hébété cligna des yeux et se retourna vivement vers la mère de Kévin, elle se tenait debout derrière eux, elle écoutait Al elle aussi.)
Florine : Toi… Toi aussi tu étais au courant ?
Mathilde : Régis et moi avons fait quelques recherches à Jadielle. Il y a beaucoup de passage ici, avec la route Victoire juste à côté… Parfois des dresseurs racontaient avoir vu des rockets mais ça fait des années que cela dure et c’est normal : il restait des membres isolés, sans parler des paranoïaques et des mythomanes…
Sylvain : (les sourcils froncés) Régis n’y pas cru non plus c’est ça ?
Al : (le regard sombre) De toute façon aujourd’hui nous ne pouvons plus ignorer les faits. La Team Rocket est bel et bien de retour et j’espère juste que ces attentats n’étaient qu’un coup d’éclat pour impressionner…
Seb : (intrigué) Pourquoi vous dites ça ?
Al : Parce que pour faire ce qu’ils ont fait, dans autant de villes, il faut être très bien équipé et organisé. Si c’est juste pour impressionner comme ils l’ont déjà fait par le passé ce n’est pas trop grave…
Sylvain : Bah quand même !
Al : MAIS… (Elle attendit que Sylvain se taise.) S’ils reviennent assez organisés pour faire ce genre de choses plusieurs fois de suite on risque d’avoir de très gros problèmes et beaucoup plus qu’avant. Je veux dire qu’il y a dix ans.
(Il y eut un silence durant lequel Al regarda les trois enfants à tour de rôles. Ils se contentaient d’échanger des regards vides entre eux, tandis que Mathilde fixait le sol.)
Al : (elle soupira à nouveau) Je n’ai qu’une chose à vous demander : soyez prudents quand vous voyagerez. On ne sait pas combien ils sont, ni quels sont leurs ordres alors méfiez-vous, vous êtes jeunes et inexpérimentés, donc des proies faciles.
(Sylvain fronça les sourcils et Florine grommela, tous les deux un peu vexés d’être encore considérés comme des enfants. Seul Seb semblait comprendre un peu le danger qui rodait alentour.)
Al : Bonne chance. Et par pitié : faites attention.
Florine : On le fera.
Al : (avant de raccrocher) Oh une dernière chose : si vous voyez quoi que ce soit, si vous rencontrez des rockets quelque part, appelez moi tout de suite ou appelez Ondine. Et prévenez l’agent Jenny mais surtout NE TENTEZ RIEN, ok ?
Florine : (d’une petite voix bougonne) Promis man...
(Al eut un sourire forcé et l’écran du vidéophone s’éteignit.)
Florine : Inexpérimentés… Puf !
Mathilde : Votre mère a raison, c’est dangereux pour tout le monde, pour tous les dresseurs... Il faut la comprendre, elle s’inquiète pour vous.
(Elle avait le regard triste, presque mélancolique)
Mathilde : Moi aussi je m’inquiète pour Kévin, il est si jeune… Et pour mon Kyle aussi.
(Sylvain entrouvrit la bouche et Florine aussi parut étonnée, le nom de Kyle ne leur venait pas souvent aux oreilles, c’était un sujet délicat, mais voir que sa mère s’inquiétait pour lui les émut. Seb regarda ses amis à tour de rôle puis il prit la parole.)
Seb : Dites, maintenant que nous savons ce qui se passe le mieux se serait peut-être de s’en aller.
Florine : Oui c’est vrai, on t’a déjà trop dérangé Mathilde.
Mathilde : (elle retrouva son sourire) C’est toujours un plaisir de vous voir ma petite Florine. Et si vous croisez Kévin dites lui que nous pensons fort à lui Régis et moi.
Sylvain : (avec une espèce de grimace) Comme si j’allais lui dire ça… (Florine lui donna un coup de coude de reproche.)
Florine : Sylvain !
Mathilde : Je sais que vous avez des différents toi et lui, mais vous avez été amis et quasiment élevés ensemble, tu peux bien lui faire passer ce message, s’il te plaît...
Sylvain : (il tenta de cacher son air boudeur) Oui Mathilde, c’est d’accord je le ferais…
Mathilde : Tu es un brave garçon. Bonne chance à tous les trois et soyez prudents, vous l’avez promis à Al.
Florine : (un peu las d’entendre toujours la même chose) Oui Mathilde, n’aie pas peur pour nous. Au revoir.
Seb : (avec sourire) Au revoir et merci pour le jus d’orange !
Mathilde : C’était un plaisir jeune homme, à bientôt j’espère.
(Ils sortirent de la maison de Mathilde et Régis pour partir se promener un peu en ville. La pagaïe de la veille causée par les attentats s’était atténuée, même les pompiers qu’ils croisaient avaient l’air presque sereins.)
Florine : Je me demande où peut être Kévin en ce moment…
Sylvain : Il n’était pas chez lui, c’est déjà ça.
Florine : Tu ne veux pas l’affronter ? Pour un rival tu n’es pas très téméraire…
Sylvain : (il fronça les sourcils) Eh ça aurait été sur son propre terrain ! Tu rêves là. Et puis j’ai vraiment pas envie de l’affronter maintenant… Je préfère garder mes forces quand j’aurais plus de pokémon, qui seront mieux entraînés.
Florine : (taquine) Froussard.
Sylvain : Eh !
Florine : (avec un sourire rusé) Tu parles comme ta mère… Et dire qu’on répète tout le temps que tu ressembles à ton père, moi je ne trouves pas. T’es plutôt comme Ondine.
Sylvain : Ma mère n’est pas une froussarde !
Florine : (avec une voix malicieuse) Non mais toi oui…
(Alors que Sylvain allait lui répondre, Seb lui posa une main sur l’épaule pour le calmer, puis il hocha la tête en direction de la route.)
Seb : Dis Sylvain c’est la route du Nord ça ?
Sylvain : Oui pourquoi ?
Seb : (il montra leurs sacs) Bah vous avez vos affaires et je vous ferez remarquer qu’on n’a nulle part où aller. Vous avez vu l’état du centre pokémon ? Y’a tellement de monde qu’on ne peut même plus y glisser la queue d’un miaouss.
Florine : Tu veux qu’on parte de Jadielle ? ( Seb leva une épaule en signe de proposition.)
Sylvain: (il réfléchit un bref instant) De toute façon il n'y a rien à faire dans cette ville. Encore moins maintenant...
Seb: Au fait vous comptez aller où ? Argenta je supposes ?
Sylvain: Tout juste.
Seb: C'est ma route aussi alors.
Florine: (elle haussa un sourcil) Tiens donc. Tu vas où toi?
(Seb lui offrit un sourire sympathique qui n'eut aucun effet sur Florine le gradhyena.)
Seb : Moi ? Je vais voir Léo le collectionneur, au cap d'Azuria.
Sylvain: (joyeux) Alors tu fais la route avec nous ?
Seb: Et comment !
Florine: (elle poussa un petit grognement) Rumf, très bien, mais tu te la joues discret, qu'on remarque plus nos gourdes d'eau que toi !
(Après cette phrase elle commença à avancer d'un pas rigide. Seb la regarda marcher avec un certain amusement. Sylvain lui prit un air désinvolte et haussa les épaules.)
Sylvain: T'inquiètes pas vieux, elle est comme ça avec tout le monde au début. Déjà si elle t'adresse la parole c'est qu'elle t'aime bien.
Seb: (avec un rire silencieux) Oui j'ai cru remarquer...
(Mains dans les poches, il partirent tous deux à la suite de Florine en direction du Nord. Ils pouvaient admirer le paysage de la route qui offrait surtout des arbres et des prairies, les montagnes se trouvant plus à l’Ouest. Sur la route, Seb curieux et visiblement de bonne humeur questionnait ses deux compagnons.)
Seb : Alors comme ça ce Kévin c’est ton rival ? Tu le connais depuis longtemps à ce que j’ai compris ?
Sylvain : (les sourcils froncés et le regard déterminé) Oui, depuis qu’on est né, on a le même âge. C’est un insupportable je sais tout, il est arrogant, prétentieux, sûr de lui, agaçant … Et encore, c’est pas un mot assez fort pour lui !
Seb : (il riait à moitié) Ouais ouais, eh eh, je crois que j’ai compris t’en fais pas.
Sylvain : Même Flo a meilleur caractère que lui !
(Seb étouffa un rire et Florine se retourna.)
Florine : Eh je t’ai entendu ! D’ailleurs ce que tu n’évoques pas c’est ce qu’a dit Mathilde sur le fait que vous étiez amis.
Sylvain : Ah ne remets pas ça sur le tapis Florine.
Florine : Et pourquoi pas ? Puisque ce monsieur veut tout savoir.
(Seb accourut côté de Florine.)
Seb : Oh oui, oh oui. Je suis d’un naturel très curieux… Je sais que c’est un gros défaut mais je fais avec.
(Florine sourit du coin de la bouche avec un air malicieux et Seb le lui rendit. Sylvain ronchonna en lançant des regards noirs dans le dos de ses amis.)
Florine : Jusqu’à je dirais leurs huit ans ils étaient les meilleurs amis du monde, inséparables. Et puis quand Kévin a grandi il est devenu comme l’a dit Sylvain…
(Sylvain toujours derrière Florine recommençait à sourire mais comme si Florine l’avait deviné elle se rattrapa rapidement, trop contente de pouvoir taquiner son camarade.)
Florine : Et Sylvain est devenu têtu, emporté, trop sûr de lui aussi …
Sylvain : (il perdit son sourire) Oui oh ça va, toi t’es pas mieux.
(Sylvain regardait son Pikachu jouer avec les deux Evoli qui étaient de sortie, se concentrant sur eux pour ne pas être tenté d’insulter Florine.)
Florine : C’est arrivé à peu près à l’époque où on a commencé les matchs pokémon à l’école, et à partir de là les amis ont eu des disputes. Ils étaient tous les deux forts en combat pokémon et ils se bagarraient pour la première place. Voilà comment ces deux là sont devenus rivaux. Ca leur sert de bonne leçon à ces deux là…
(Sylvain poussa un grognement et c’est alors qu’il eut un déclic, la dernière phrase de Florine avait ravivé les souvenirs puis une idée lumineuse lui traversa l’esprit. Il se tourna vers Seb qui regardait Florine en buvant ses paroles.)
Seb : Pourquoi ça une bonne leçon ?
(Le visage de Florine tressaillit, elle avait dit le mot de trop mais il était trop tard pour revenir en arrière, Sylvain jubilait comme un leuphorie.)
Sylvain : (avec un sourire) Ca c’est parce qu’à l’époque où Kévin et moi étions AMIS, Flo nous suivait déjà à la trace comme un gentil petit caninos bien dressé…
(Florine se retourna brusquement et lança un regard noir à Sylvain. Ce dernier, satisfait de son effet, continua sur sa lancée tandis que Seb, passionné, revenait à côté de lui pour l’écouter à son tour.)
Sylvain : Oui je me souviens de ça… Tu voulais toujours être avec nous, toi aussi on te connaissait depuis la naissance mais toi, eh eh… T’étais une fille ! (Il souriait comme un Spectrum et semblait voler sur un petit nuage de bons souvenirs.)
Seb : (avide de ragots) Et alors ?!? Pourquoi tu dis ça ? Aller racontes !
Florine : Sylvain si tu…
Sylvain : Et bien comme c’était une fille on ne voulait pas d’elle dans notre groupe de mecs, c’est pas qu’on ne l’aimait pas mais on voulait pas de fillette dans notre bande. Surtout une aussi têtue, emportée, arrogante, sûre d’elle, provocante… En fait le caractère de Florine c’était Kévin et moi réunis ! Eh eh…
(Il appuya son regard sur Florine comme s’il savourait la colère de son amie.)
Seb : (riant) Je te crois sur parole, ah ah ! En fait vous êtes rivaux tous les trois en gros. Ah ah !
(Le regard assassin de Florine réussit à calmer son rire, il laissa Sylvain parler à sa place, car le jeune Ketchum avait l’habitude de l’air menaçant de Florine.)
Sylvain : En fait à l’école primaire Kévin n’était pas mon rival mais le sien. Ils se battaient toujours pour être le premier de la classe, c’étaient de vrais rivaux eux aussi, c’étaient miss et mister « je sais tout ». Eh d’ailleurs je me rappelle d’autre chose, toi et Kévin vous vous êtes emb…
(Florine était sur le point d’exploser mais quand Sylvain recommença à parler elle fut prise d’une convulsion et elle mit à crier vivement.)
Florine : Et l’histoire s’arrête ici ! Ok, c’est bon Sylvain, t’as gagné cette fois. Je l’avoue : je n’aime pas plus Kévin que toi, d’accord ! Je ne t’embêterais plus avec ça mais crois moi, tu as gagné cette bataille mais pas la guerre…
Seb : (il haussa les sourcils et rit à moitié) La guerre de quoi ?
Sylvain : (avec un sourire amusé) De celui qui mettra le plus en colère l’autre … Pour l’instant c’est elle qui mène mais là je crois que je viens de gagner pas mal de points… eh eh…
Florine : Ma vengeance sera terrible retiens bien ça : elle sera terrible…
Evo ? (L’évoli de Seb regarda étonné les deux humains, il se tourna vers Loyal.)
Vovo…
(L’évoli fit signe qu’il ne comprenait pas non plus mais qu’il ne fallait pas s’en inquiéter et il continua d’avancer avec Pikachu toujours aussi joyeux.)
Pika !
Seb : (avec un sourire) Vous êtes vraiment hilarants vous deux. C’est super de voir des gens qui s’adorent se bouffer la trogne comme vous le faites.
Sylvain : (il regarda Seb de travers) On ne s’adore pas…
Seb : Vous faites une belle paire d’amis. Et je suis sûr qu’avec Kévin ça doit être encore mieux.
Sylvain/ Florine : (d’une même voix) Ah ça non !
(Seb éclata de rire et continua d’avancer manquant de peu de marcher sur la queue de Pikachu.)
Florine : (un peu énervée) Mais il a fini de rire pour rien celui là ?
Seb : Ah ah, ih ih, Je sens que, ah ah, je ne vais pas m’ennuyer avec vous deux, oh, pas m’ennuyer du tout…
Pika ?
(Pikachu regarda son dresseur sans comprendre la réaction de ce grand garçon blond. Sylvain, avec le même air perplexe que son pokémon, haussa les épaules et laissa pikachu monter sur son dos. Florine soupira d’agacement et s’approcha de Seb.)
Florine : Je t’avais demandé d’être plus discret qu’une feuille morte alors essaye d’obéir au lieu de rire comme un dément !
Seb : Et sinon tu feras quoi hein ? Tu m’abandonneras sur le bord du chemin comme un vieux Miaouss miteux ? Tu ne te débarrasseras pas de moi comme ça tu sais.
Florine : Oh non mais je peux te rendre la vie tellement épouvantable que tu ne voudras plus jamais me revoir.
Sylvain : (il chuchota d’une voix presque angoissante) Tu n’imagines pas à quel point c’est vrai… (Seb regarda Sylvain et haussa les épaules, un sourire charmant sur le visage il se tourna à nouveau vers Florine.)
Seb : Ca ça m’étonnerait… Quand une fille me plaît je peux la supporter quoi qu’elle fasse et quoi qu’elle dise pendant longtemps, très longtemps… (Florine lui lança un regard perçant et Seb soutint son regard en souriant de plus belle. La jeune fille en eut un frisson d’appréhension mais elle garda son air arrogant.)
Seb : D’ailleurs, ton caractère de granbull ça fait aussi parti de ton charme.
(Sylvain haussa un sourcil sceptique et regarda Seb comme s’il était fou. Florine quant à elle redressa les épaules.)
Florine : Et bien méfies-toi, parce que le charme du caractère de granbull il va se transformer en charmant coup de pied bien situé…
(Sylvain se rapprocha de Seb.)
Sylvain : (sur un ton tout ce qu’il y avait de plus sérieux) Tu ne dois pas prendre ses paroles à la légère tu sais… Elle n’est pas vraiment méchante mais elle a horreur d’être draguée.
Seb : Et moi non plus je ne parlais pas à la légère, quand une fille me plaît vraiment je peux être patient, très patient…
(Il sourit à Sylvain qui le regarda avec un air naïf. Il n’avait pas l’air de comprendre ce genre de choses, un peu comme son père d’ailleurs, enfin avant qu’il n’embrasse Ondine pour la première fois...
Les trois enfants, Pikachu et les deux évoli en direction de la forêt de Jade. Il s’agissait d’une forêt avec des arbres immenses, plusieurs fois centenaires. Ils passèrent plusieurs nuits dehors, au bord du chemin puis une nuit dans un relais, une sorte d’auberge qui faisait aussi office de base douanière, avant de s’aventurer dans la forêt à l’aube. Après une bonne journée de marche dans les bois, ils s’installèrent pour camper.)
Seb : (il s’étira) Vive le camping sauvage…
(Il dépliait son sac de couchage en s’assurant qu’il n’allait pas le poser sur un nid de chenipan ou d’aspicot. L’herbe, les feuilles et les brindilles qui jonchaient le sol ne permettaient pas de reconnaître le chemin des coins où nichaient des pokémon sauvages.)
Florine : (étonnée) Ne m’dis pas que ça te dérange de dormir à la belle étoile ?
Seb : Non tu l’as bien vu les nuits précédentes. En revanche j’ai quelque chose contre les forêts. Surtout celle-ci.
Florine : (elle s’assit) Ah bon ? Pourquoi ?
Seb : Parce que c’est truffé de pokémon sauvages qui, quand tu dors, viennent te tisser une toile dessus, te piquent avec leur dard et tu te réveilles tout boursouflé ou pire encore : en casse-croûte pour migalos.
Florine : Je suis peut-être plus jeune que toi mais tu ne me feras pas peur avec tes histoires à deux pokédollars…
Seb : (il haussa les épaules) Libre à toi de ne pas me croire. Au fait, si je vois encore clair tu es adossée à un coconfort.
(Florine eut un sursaut, elle se releva brusquement et se retourna pour constater qu’elle était bien adossée à un tronc d’arbre. Seb afficha un sourire malicieux.)
Florine : Abruti ! (Elle lui lança une bouteille d’eau vide à la figure.)
(Pendant ce temps, Sylvain, Marill et Pikachu faisaient une balade. Sylvain et Pikachu regardaient les pokémon sauvages s’endormir ou se réveiller selon les espèces, tout autour deux.)
Sylvain : Regardes Pikachu, tu vois là-haut ? C’est un Hoothoot. Il nous observe… Je crois qu’il vient de se réveiller.
Pika.
(Le Hoothoot hululait tout doucement, suivant Sylvain et Pikachu du regard.)
Sylvain : (sur un ton paternel) Ne faites pas trop de bruits, il ne faut pas réveiller les pokémon insectes.
(Il se retourna et vit quelques coconfort endormis. Ils étaient accrochés à un arbre énorme, avec un gros trou dans la souche. De légers bourdonnements lents et peu nombreux en sortaient.)
Sylvain : C’est un nid de Dardagnan… Ils commencent à s’endormir, c’est pour ça qu’ils ne font pas beaucoup de bruit.
(Ils passèrent devant un arbre qui scintillait, deux lumières provenaient du centre.)
Sylvain : (il s’arrêta devant l’arbre) Eh il doit y avoir un couple de Muciole et Lumivole dedans. C’est rare dans la région. La plupart vivent à Hoenn. Et ces paillettes… Qu’est ce que ça peut être ?
Piiiii.
Sylvain : (il sourit) Ah des papilusion. Je devrais le dire à Florine, elle aimerait peut être trouver des amis à son papilusion. (Il fronça légèrement les sourcils.) Enfin à celui de sa sœur. C’est magnifique n’est ce pas ?
Pika !
Marrrril !
Sylvain : Aller on continue.
(Ils marchèrent encore un peu tranquillement, détendus mais joyeux quand soudain Marill se stoppa, ses oreilles s’agitant légèrement.)
Marill. Marill ?
(Sylvain et Pikachu s’arrêtèrent à leur tour quand ils remarquèrent l’absence de leur ami. Sylvain se retourna vers Marill.)
Sylvain : Marill ? Qu’est ce qu’il y a ?
Ma, ma.
(Ses oreilles s’agitaient toujours. Visiblement il entendait quelque chose et au bout d’un moment il se retourna à droite et à gauche cherchant l’origine des sons qu’il entendait.)
Sylvain : Marill… Marill tu entends quelque chose ?
Marill.
(Il se dirigea vers un chemin sur leur droite. Sylvain perplexe se mit à le suivre, Pikachu fit de même avec un air insouciant et même joyeux. Quelques minutes plus tard Sylvain et Pikachu étaient eux aussi en mesure d’entendre les mêmes sons que marill.)
Sylvain : (surpris) Mais mais… On dirait des voix.
(Il suivait toujours son pokémon, la partie de la forêt où ils s’aventuraient été plus sombre, plus noire que le reste. Sylvain du râlentir son pas de marche et prendre pikachu dans ses bras pour éviter qu’il n’aille trop loin sans lui.)
Sylvain : Marill doucement s’il te plaît.
Ma ? Marill.
(Le marill regarda son dresseur et fit un signe de tête pour lui montrer qu’il avait compris. Sylvain s’approcha encore un peu avec Marill. Il se glissa derrière le tronc d’un arbre quand il aperçut la lueur d’un feu de camp. Ce n’était pas dans ses habitudes d’être aussi prudent mais l’obscurité de la nuit le rendait méfiant, comme un enfant qui aurait encore peur du noir.)
Voix1 : Le plan a marché comme prévu. Le code un pour « réussite » est passé.
Voix2 : C'est-à-dire ? L’annonce…
Voix3 : J’étais à Jadielle et j’ai vu les infos, la tulipe noire est passée à la télé.
Voix2 : Ca veut dire que tout est ok.
Voix4 : Mais oui ça veut dire que tout est ok. On t’a pas mis au courant des codes ou quoi ?
Voix2 : Si si, je voulais être sûr c’est tout.
Voix1 : Et bien maintenant tu l’es. Maintenant va prendre ton tour de garde, l’agent 86 a besoin d’être relevé. P… euh 005 va avec lui.
Voix2 : Euh 86 c’est bien Ted n’est ce pas ?
Voix3 : ( il ricana) Oh la tarte… oh oh, t’es vraiment coucouille toi pas vrai ?
Voix1 : La ferme Ri, hem 121. Oui c’est Ted, et maintenant va prendre ce tour de garde non de non !
(Sylvain vit passer les deux ombres qui correspondaient aux deux types à quelques mètres de lui.)
Sylvain : Viens Marill on ne doit pas traîner…
Pi…
Sylvain : (il plaqua sa main sur le museau de pikachu) Chut. Il faut rester discret. Amènes-toi Marill.
Voix2 : T’as entendu ? On aurait dit un pikachu.
Agent005 : Et puis ? Il y en a des sauvages partout dans cette forêt…
(Sylvain s’était arrêté juste un plus loin. Il s’était retourné et regardait en direction du camp des rockets. Il hésitait à agir et commençait déjà à parler tout seul.)
Sylvain : Je ne vais pas m’enfuir comme un lâche non …
(Il posa la main sur une pokéball, puis il réalisa seulement : il n’avait que deux pokémon. Il se tourna, regarda d’abord Marill puis Pikachu. La voix de son père résonnait souvent dans sa tête, comme une conscience qui lui disait quoi faire mais cette fois ci c’était le visage de sa mère Ondine qui apparaissait.)
Sylvain : (la bouche tordue) On retourne chercher les autres vous deux. Dépêchez vous.
(Il posa à terre pikachu pour le laisser courir à ses côtés avec Marill. Ils furent rapidement de retour au campement de ses amis.)
Seb : Ah te revoilà. On se demandait où tu étais pass…
Sylvain : Levez le camp on s’en va !
Florine : Quoi ?
Seb : Hein ? Mais pourquoi ?
Sylvain : Marill éteint le feu. Faut pas traîner ici, j’ai pas le temps de vous expliquer, aller !
Florine : T’es pas bien ? On ne va pas marcher en pleine nuit, on est fatigué ! On s’est tapé la route toute la journée !
Sylvain : (pressé, il ramassa le sac de Florine) On n’peut pas rester ici cette nuit c’est trop risqué. Ramassez vos affaires, dépêchez vous !
(Seb avait commencé à ranger ses affaires en silence mais Florine s’était levée, en colère.)
Florine : Mais bon sang vas-tu nous dire pourquoi tu…
(Sylvain lui plaqua la main sur la bouche pour l’empêcher de crier.)
Sylvain : Chut ! S’il te plaît ne crie pas, range tes affaires je t’expliquerais en route mais je te jure que c’est urgent. On ne peut pas rester là ou on aura des ennuis.
(Il retira sa main et roula son sac de couchage, Florine restait debout à le regarder.)
Sylvain : Tout est ramassé ? Bon on y va alors. Florine aller…
Florine : (elle finit par prendre son sac) Oui oui, c’est bon.
(Seb et Florine suivirent Sylvain sans poser de questions, Marill toujours à leur côté tandis que Pikachu était retourné dans sa copain-ball. Sylvain marchait assez vite et ses deux compagnons avaient du mal à suivre la cadence.)
Seb : (un peu essoufflé) Tu ne peux pas ralentir un peu ? En temps normal j’uis assez sportif mais là je suis crevé donc si tu pouvais diminuer d’allure ce ne serait pas plus mal, pouf…
Florine : (sourcils froncés) Il a raison Sylvain. Nous faire marcher à ce rythme en pleine nuit… T’as le diable aux fesses ou quoi ?
Sylvain : Le diable je’sais pas mais une bonne dizaine de rockets planqués dans la forêt ça oui !
(Florine et Seb s’arrêtèrent net et d’une même voix ils s’écrièrent.)
Florine/ Seb : Des rockets ?!?
Sylvain : (il se retourna avec un air impatient) Ouiiii. Vous comprenez maintenant pourquoi il faut qu’on se barre d’ici au plus vite ?
Florine : (elle recommença à marcher) Ils t’ont vu ?
Sylvain : Non mais si vous continuez de parler aussi fort ils vont nous entendre.
Seb : Allons, on est loin maintenant.
Sylvain : Loin de ceux que j’ai vu, mais peut être qu’il y en a d’autres.
(Seb regarda autour de lui, une sueur froide coulant sur son front, puis il commença à hâter le pas. Florine perplexe fixa Sylvain tout en marchant.)
Florine : Une dizaine ? T’es sûr ?
Sylvain : Traites moi d’aveugle tant que t’y es.
Florine : C’est pas ce que je voulais dire : pourquoi tu paniques s’ils ne t’ont pas repéré ?
Seb : C’est vrai ça. Tu stresses trop. Et puis je n’vois pas pourquoi ils s’attaqueraient à des gosses comme nous.
Florine : (elle grommela) Des gosses…
Sylvain : (avec une espèce de grimace) Justement. On est des « proies faciles » n’oubliez pas. Tu n’peux pas savoir comme ils peuvent être tenaces. Certains d’entre eux ont poursuivi mon père pendant des années juste pour avoir son pikachu... Et même s’ils ne m’ont pas vu ils étaient à peine à 500m du campement. Si l’un d’entre eux venait par hasard nous voir pendant notre sommeil comme moi je l’ai fait pour eux…
Florine : (le regard durci par le stress) Il a raison… Vaut mieux qu’on marche jusqu’à se trouver une cachette où on sera en sécurité.
(Au bout de quelques minutes, Seb eut un éclair de génie. Il s’arrêta l’air rayonnant et claqua des doigts.)
Seb : Une cachette ? Fallait le demander tout de suite !
(Florine et Sylvain se retournèrent en même temps, perplexes, sans comprendre pourquoi leur ami s’était arrêté de courir.)
Seb : Je sais où passer la nuit ! Trouvez moi un arbre assez gros.
Florine : (elle le regarda de travers) Un arbre ? Pourquoi un arbre ?
Sylvain : (il siffla entre ses dents) D’accord on va te trouver un arbre, mais par pitié arrêtez de crier tout les deux…
(Florine et Sylvain sortirent rapidement du chemin pour regarder la taille des arbres. Seb très énergique se mit à examiner tous les troncs lui aussi. Au bout d’un moment, Florine appela Sébastien)
Florine : Et celui là il est assez gros ?
(Seb se retourna et vit un arbre qui devait être au minimum tricentenaire devant Florine.)
Seb : Parfait. Aller Kangourex sors de ta pokéball j’ai besoin de toi.
Sylvain : (perplexe) Mais qu’est ce que tu comptes faire ?
Seb : (avec un sourire) Admires. Kangourex, force cachée sur cet arbre.
Kang…
(Entre ses pattes le Kangourex rassembla ce qui apparaissait comme un concentré de force lumineuse. Soudain il fonça sur l’arbre et ouvrit le tronc en le fendant en deux. Il pénétra dans l’arbre dans un craquement monstrueux qui fit sursauter Sylvain, Florine et Marill. La brèche dans l’arbre était assez grande pour permettre aux enfants de passer.)
Sylvain : (il avait les yeux exorbités) Mais… mais… Mais t’es malade ?!?
(Florine regardait frénétiquement autour d’elle.)
Florine : Là c’est sûr même de loin ils nous ont entendu. On est dans le pétrin maintenant. Bon sang, Sylvain t’avais bien dit de ne pas faire de bruit !
Sylvain : (il s’énerva à son tour) Mais chut !!! Pas la peine d’en rajouter !
(Seb s’approcha du tronc et commença à y entrer. Une fois à l’intérieur il sortit sa tête et parla aux deux autres.)
Seb : Au lieu de m’engueuler, venez vous cacher à l’intérieur, ils vont rappliquer vite fait !
(Il rentra sa tête dans la pénombre du creux de l’arbre. Sylvain et Florine un peu pris de court se regardèrent un instant puis Sylvain se décida à s’approcher de l’arbre. Il passa sa tête puis son corps. Florine rentra juste derrière lui accompagnée de Marill.)
Sylvain : Et qu’est ce qu’on fait maintenant ?
Seb : (il chuchota) On fait comme tu as dit. On ne fait plus de bruit. Reviens Kangourex.
Florine : (elle parla bas à son tour) D’accord on est dans l’arbre, mais ils peuvent toujours nous trouver.
Seb : En pleine nuit ça m’étonnerait. Tu as vu ?
Florine : Non je vois rien là.
Seb : Bah justement, on ne se voit même pas entre nous et de dehors on voit encore moins. En plus il faudrait qu’ils aient l’idée de venir voir ici.
Florine : Bon d’accord, c’est vrai que je ne vois rien mais je sens encore très bien, alors tu enlèves ta main de là ou alors je te fous dehors et tu te débrouilles avec les rockets.
Seb : (un peu surpris) Quoi ? Mais je fais rien moi !
Sylvain : Oups désolé, je croyais que c’était le dos de Marill.
Florine : Alors toi…
Sylvain : Marill t’es où ?
Marill.
Sylvain : Ah d’accord reviens.
(Le sillon rouge lumineux de la pokéball de Marill illumina très brièvement leur tanière quand Sylvain rappela son pokémon. Quelques secondes plus tard, des bruits de pas se firent entendre sur le sentier.)
Seb : Chut, écoutez…
Voix2 : Tu crois que ça venait de par là ?
Voix5 : A mon avis oui.
Voix3 : On aurait vraiment dit un arbre en train de se casser. Mais c’est peut-être plus loin dans la forêt.
Voix2 : Vous savez on ne devrait pas rester sur le chemin comme ça.
Voix5 : Pourquoi ? On est trois, on n’a rien à craindre, il n’y a que des mômes qui traversent cette forêt la plupart du temps.
Voix3 : (blasé) Bon je commence à en avoir raz le bol. Ce n’était rien d’autre qu’un arbre qu’un scarhino a sûrement fait tombé, ils font ça tout le temps. En plus y’a jamais personne en forêt la nuit. Moi j’retourne au camp, j’aimerais bien aller roupiller !
Voix5 : (sur un ton de reproche) Oh oui on sait, de toute façon tu ne sais faire que ça dormir.
Voix3 : (grognon) Ouais bon ça va. Je ne te dis rien à toi le lèche-bottes.
Voix5 : Fais gaffe à comment tu me causes sinon tu vas tâter les griffes de mon farfuret…
Florine : (bas) On dirait qu’ils s’éloignent…
Sylvain : Ouf. Tant mieux…
Seb : Bon ben on va dormir ici. (Même dans le noir il sentait l’inquiétude de ses deux compagnons.) Je vous jure qu’on est en sécurité ici, vous pouvez dormir tranquillement.
(Les bruits indiquaient qu’il enlevait son sac à dos pour s’en servir comme oreiller.)
Sylvain : Tiens Flo.
Florine : (elle tâtonna dans le noir ce que Sylvain venait de lancer vers elle) Qu’est ce que c’est ?
Sylvain : (sur un ton maladroit) Bah ma veste. C’est pour tes jambes, vu que t’es en jupe tu vas peut être avoir froid.
Florine : (un peu surprise, elle répondit maladroitement elle aussi) Oh. Euh, merci. Bonne nuit Sylvain.
Sylvain : Bonne nuit Flo, bonne nuit Seb.
Seb : Merci, bonne nuit à toi aussi Sylvain. Bonne nuit Florine.
(Il attendit une réponse mais Florine se tût et Seb s’allongea en posant sa tête sur son sac sans plus espérer. Sylvain se coucha lui aussi la tête sur son sac, il avait tourné le visage vers la sortie du tronc. Très peu de lumière pénétrait, la lueur de la lune et des étoiles était cachée par les arbres et les buissons. Tout doucement Sylvain s’endormit, il se réveilla le lendemain quand la lumière du jour vint frapper son visage. Dérangé par cette luminosité, il dû ouvrir les yeux. Il amena une main sur ses paupières pour se protéger de la lumière puis doucement il se retourna. Florine était dos à lui, sa veste sur les jambes, toujours endormie. Seb dans son coin avait le visage enfoncé dans le sac et commençait à s’agiter légèrement.)
Sylvain : (il s’étira et bailla) Wouaaaaaa. Debout vous deux. Le soleil s’est levé on va pouvoir repartir.
Seb : Mourf, groumf…
Sylvain : (il regarda Seb un instant puis se tourna vers Florine) Florine lèves toi. Seb.
Florine : (elle murmura dans son demi-sommeil) Encore cinq minutes papa… Je veux pas aller à l’école. Les gars ils font rien que de m’embêter avec ma jupe.
(Sylvain haussa un sourcil et Seb remua un peu plus, la figure toujours collé au creux de son sac.)
Seb : Murf, grumf murf ?
Florine: Ils veulent voir ma culotte, ce sont des gros bébés débiles…
Seb : (il leva la tête de son oreiller, l’air pas très réveillé) Qu…Qu’est ce qu’elle raconte ?
Sylvain : Des bêtises.
Florine : (elle commença à ouvrir les yeux) Et puis hier Sylvain a fini les fesses dans la poubelle…
(Sylvain rougit en fronçant les sourcils tandis que Seb commençait à sourire.)
Sylvain : C’est ce que je dis : elle raconte n’importe quoi… Florine réveilles-toi !
(Florine eut un petit sursaut et elle se tourna vers Sylvain l’air fâché.)
Florine : Mais ça va pas de hurler comme ça ?
Sylvain : Tu étais encore en train de délirer dans ton sommeil. Et puis il faut qu’on s’en aille : le jour est levé !
Florine : Parce que tu te lèves aux aurores toi, c’est nouveau… Je suis même sûre que tu es arrivé en pyjama chez mon père.
(Elle enleva la veste de Sylvain et prit son sac pour sortir une brosse à cheveux.)
Sylvain : (il rougit vexé) Non je ne suis pas arrivé en pyjama chez ton père.
Florine : (pas convaincue) Mouais…
Seb : (avec un sourire) Bravo Sylvain tu l’as fait lever du pied gauche. Elle va être pire que d’habitude…
Brrruuzzzzzzz…
(Les trois enfants regardèrent au-dessus d’eux en se demandant d’où venait ce bruit.)
Sylvain : (dans un murmure) J’espère qu’il n’y a qu’elle qui s’est levée du pied gauche…
Florine : Tu devrais dire de la patte gauche…
Seb : C’est un Dardargnan ?
Sylvain : Au bruit je dirais que oui. C’est mauvais signe.
(Il se leva et s’approcha tout doucement de la sortie.)
Florine : Pas forcément. Vu l’intensité du bourdonnement je dirais qu’il n’y en a qu’un.
Seb : Fais gaffe Sylvain.
Sylvain : T’inquiètes pas…
(Il sortit doucement la tête de leur cachette et il sût tout de suite d’où venait le bruit. Il tira un peu son corps hors du tronc et se tourna vers le sommet de l’arbre. Un gros Dardargnan se trouvait seul et tournait en rond autour d’une branche. Visiblement il était de mauvaise humeur mais il était bel et bien tout seul. Sylvain le regarda pendant un moment, jusqu’à ce que le pokémon insecte repère Sylvain et sans crier gare il se mit à foncer droit sur le dresseur, le dard sortit en avant. Rapidement, Sylvain sauta hors du tronc et se jeta à plat ventre dans l’herbe, évitant de justesse le gros dard de Dardargnan.)
Sylvain : (il lança une copain-ball) Pikachu sors de là maintenant !
Pika !
(Le Dardagnan qui avait repris de l’altitude se retourna et aperçut Pikachu, il décida alors de changer de cible et fonça sur Pikachu plutôt que sur Sylvain.)
Sylvain : Pikachu attaque éclair !
Pi ?
(Le pikachu se retourna vers son dresseur sans comprendre et fut heurté de plein fouet par Dardargnan. Pikachu roula sur le sol. Seb et Florine étaient à leur tour sortis du tronc et regardaient avec méfiance le Dardargnan.)
Sylvain : Pikachu il faut que tu ripostes ! Tu m’entends ?
(Dardargnan revenait à la charge mais Pikachu n’avait pas encore eut le temps de se relever.)
Florine : Papilusion à toi ! Distrait le Dardargnan !
(Sylvain se jeta sur pikachu, il fit un roulé-boulé dans l’herbe avec son pokémon dans les bras pour éviter le dard de Dardargnan.)
Piiiiiiii.
(Le papilusion criait et battait des ailes, les faisant scintiller en reflétant la lumière du soleil pour attirer l’attention du Dardargnan.)
Florine : C’est ça, continues Papilusion !
(Le Dardargnan changea à nouveau de cible. Cette fois ci il paraissait intéressé par le pokémon insecte de Florine. Il fonça sur lui mais papilusion s’envola un peu plus haut pour éviter l’attaque. Il passa par-dessus le dos de Dardargnan déversant un peu de poudre para-spore sur son adversaire.)
Sylvain : (il regarda son pikachu avec un regard compatissant) C’est pas grave Pikachu, tu n’es pas encore bien réveillé, tu peux retourner dans ta pokéball. Marill vas aider Papilusion !
Marrilllll !
Florine : Papilusion éloignes-toi de Dardargnan.
(Le pokémon sauvage un peu ralenti par le para-spore avait du mal à poursuivre Papilusion.)
Sylvain : Pistolet à o !
(Avec un jet précis Marill toucha l’aile gauche de Dardargnan qui, en colère, se rua sur Marill.)
Sylvain : Marill roulade !
(Grâce à son attaque roulade Marill esquiva la charge de Dardargnan.)
Sylvain : Recommences ton pistolet à o !
(Pendant que Marill recommençait son attaque et touchait l’aile droite du pokémon insecte, Florine rappelait son pokémon.)
Seb : T’as de bons réflexes…
Florine : (sans quitter Marill et Dardargnan des yeux) Merci.
Sylvain : Super Marill tu te débrouilles très bien !
(Alors que Dardargnan avait fait demi-tour et s’apprêtait à lancer une attaque double-dard sur Marill ce dernier prit une profonde inspiration.)
Sylvain : Attention Marill !
(Au même moment Marill lançant un nuage de grosses bulles en direction de Dardargnan. Les bulles lui éclatèrent sur le corps, déstabilisant le pokémon dans sa descente en piquet.)
Sylvain : (surpris) Une attaque Bulle d’o ? La vache il a un niveau plus élevé que je ne pensais…
(Une bulle éclata dans la figure de Dardargnan et ce dernier s’écrasa lamentablement sur le sol. Sylvain sortit une pokéball et la lança sur le pokémon sauvage. Alors que Sylvain et Florine regardaient fixement la pokéball bouger sur le sol, Seb se retourna vers le bout du chemin qui s’enfonçait dans les arbres.)
Seb : Euh je crois qu’on va avoir de la compagnie…
Sylvain : (il serra les poings) Aller ça y est presque…
Florine : (elle se tourna vers Seb) Qu’est ce qu’il y a ?
Seb : (il hocha la tête pour désigner le chemin) J’entends des pas et des voix qui se rapprochent. On ferait mieux de décoller d’ici si c’est la Team Rocket…
Sylvain : Ouais !!! Dardargnan est capturé ! Bravo Marill !
(Il se jeta sur la pokéball et sauta de joie en la tenant en l’air.)
Sylvain : Et un troisième pokémon pour l’équipe de Sylvain, un !
Seb : Sylvain je t’assure il y a quelqu’un qui vient.
(Florine attrapa le bras de Sylvain et le tira dans la direction opposée. Sylvain rangea sa pokéball et sortit celle de Marill tout en se laissant traîner par Florine.)
Sylvain : Marill reviens. Eh doucement Flo !
Florine : Bien sûr et si c’est ta quinzaine de rockets tu feras comment hein? Tu enverras tes trois petits pokémon ?
(Sylvain fronça les sourcils mais ne répondit pas. Seb et Florine hâtèrent le pas et Sylvain qui se dégagea de l’emprise de Florine se dépêcha à son tour, tous les trois courant en direction de la sortie nord de la forêt de Jade.)

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]