Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 4
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Grégoire
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 14/5/2005 à 21:12
Œuvre lue 83340 fois Dernière édition le : 17/10/2012 à 23:05
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 4

Grégoire.

(Nos trois amis Sylvain, Seb et Florine étaient sortis de la forêt de Jade et se dirigeaient désormais vers la ville grise d’Argenta. Sylvain, avec un air satisfait, jouait avec une pokéball qu’il lançait dans les airs.)
Sylvain : Au moins cette traversée de forêt n’aura pas été inutile. J’ai un pokémon en plus maintenant.
Seb : T’as eu de la chance de trouver ce Dardagnan tout seul, ils se déplacent en essaim d’habitude.
Florine : Il a surtout eu de la chance que Marill soit un fin tireur avec son pistolet à o. Sinon, même tout seul, cette grosse guêpe t’aurais piqué jusqu’à ce que tu sois enflé comme un Qwilfish.
Sylvain : Merci pour le scénario catastrophe…
(Seb qui marchait devant eux s’arrêta et regarda dans la petite vallée en agrandissant un peu son sourire.)
Seb : Nous voilà arrivé, Argenta « la ville de pierre ».
Florine : (elle étira ses bras) Moui, en attendant ce n’est plus Pierre le champion, c’est son petit frère.
Sylvain : (il lui lança un regard en biais) Très mauvais jeu de mot Flo.
(Sur ces mots il entra sur le sentier rocheux qui descendait vers la vallée, les deux autres lui emboîtèrent le pas. Seb admirait le paysage lorsqu’il remarqua un tas de ruines en plein milieu du centre ville ; le commissariat avait explosé ici aussi. La mine plus sombre, les trois enfants continuèrent leur chemin vers la ville. La cité d’Argenta était entourée de montagnes, il y avait très peu de végétation. Les maisons étaient pittoresques et le décor rappelait bien qu’il s’agissait d’une petite ville de campagne. Posté à l’entrée de la ville, un vieux vendeur barbu, attifé d’un bonnet et de lunettes noires leur adressa la parole.)
Vieil-homme : Eh eh bonjour jeunes gens ! Voudriez vous m’acheter quelques marchandises ?
Sylvain : Ah euh, et qu’est ce que vous vendez ?
Homme : Des pierres et des roches.
(Florine fit une drôle de tête.)
Florine : Des pierres d’évolution ?
Homme : Non mais des pierres rares, précieuses et uniques ! Ce sont des roches locales, en provenance directe du mont Sélenite.
Seb : (il tapota du doigt un gros rocher) Celle là ressemble aux cailloux que l’on trouve sur le bord des routes.
Sylvain : (avec son pied, il frotta une pierre) Vous êtes sûr qu’elles sont uniques ?
Homme : Bien sûr qu’elles le sont ! Elles ont aussi des bienfaits qui…
(Une voix féminine, assez aigue et stressante s’éleva derrière eux.)
Voix : Clint, qu’est ce que tu fais encore là ?
Clint : (avec un air idiot) Chérie, je euh, rien, je ne fais rien.
(Une femme aux cheveux blancs et aux grands yeux marron surgit derrière le marchand.)
Femme : C’est ça, tu es encore en train de vendre tes vieux cailloux poussiéreux, avoues le !
Clint : (péteux) Mais non mon skitty en sucre, que vas-tu t’imaginer ?
Femme : Et la vaisselle à la maison, hein ? Qui va la faire si tu es ici à vendre tes horreurs ? Tu vas rentrer rapidement à la cuisine vieil imbécile !
Clint : Mais mon Lumivole adoré, ce matin j’ai déjà passé l’aspirateur et tu sais comme mon arthrose me fait mal… (La femme l’attrapa par une oreille et le traîna loin de son étalage.)
Femme : Oui et bien ton arthrose ne t’empêche visiblement pas de dire des âneries aux gens, aller oust à la maison !
Clint : Aïe, ouïlle ! Tout… Tout de suite mon Charmillon des îles…
(Seb avait un sourire jusqu’aux oreilles tandis que Florine et Sylvain regardait la vieille femme, tous deux perplexes.)
Seb : C’est beau de voir l’amour durer jusqu’à cet âge là.
Sylvain : Le pauvre homme…
Florine : Moi je la trouve sympathique cette femme.
Sylvain : (il grimaça) Ca m’étonne pas. Voilà une bonne raison pour que je ne t’épouse jamais.
(Florine rougit brusquement tandis que Sylvain reprenait la route.)
Seb : (avec un air coquin) Moi tu sais ça ne me dérange pas de me faire diriger par une femme…
Florine : Tant mieux pour toi, comme ça quand on prendra le pouvoir tu aimeras souffrir !
(D’un pas raide, elle partit à la suite de Sylvain, Seb amusé sur ses talons. Ils traversèrent la ville, cherchant un panneau pouvant leur indiquer la direction du centre pokémon. Ils allèrent si loin qu’ils rejoignirent la sortie nord de la ville.)
Sylvain : Zut on est allé trop loin…
Seb : Eh regardez, qu’est ce qu’il y a là bas ?
(Sylvain et Florine suivirent le doigt de Seb et virent l’agent Jenny en compagnie d’un caninos, d’un galifeu et d’un policier. Ils étaient face à deux dresseurs à peine plus âgés que Florine et Sylvain. Seb l’air interrogateur regarda ses amis qui haussèrent les épaules.)
Seb : Venez on va voir.
Florine : (en bougonnant) T’es trop curieux.
Seb : Et toi trop grincheuse.
(Sylvain et Seb se dirigèrent vers l’endroit où était postée la police. Florine les suivit, les bras croisés affichant toujours un air fâché.)
Dresseur : Quoi ?!? Pourquoi on ne peut pas partir ?
Jenny : Mesures de sécurité. Tant que le Conseil des Quatre n’a pas pris de décision pour rendre les environs sûrs, je ne peux pas me permettre de risquer la vie de mes concitoyens en les laissant s’aventurer seuls dans la montagne.
Dresseuse : Mais on doit continuer notre voyage !
Jenny : Pas pour l’instant. On dit que des drôles de types occupent le Mont Sélénite. Tant que mon équipe n’est pas de nouveau sur pieds je ne peux pas aller sécuriser les alentours donc vous restez ici.
Dresseuse : Mais enfin c’est n’importe quoi ! (Elle porta la main sur ses pokéballs. Galifeu et Caninos le virent et tous les deux se mirent à grogner pour la menacer.)
Dresseur : (il retint son amie par le bras) Laisse tomber Oly. On va attendre, on peut retourner au sud, on trouvera bien une autre route à prendre.
(Il ne fit pas attention et en reculant tout en tenant Oly il bouscula Sylvain.)
Dresseur : Oh pardon je ne t’avais pas vu.
Sylvain : Y’a pas de mal…
Oly : (furieuse) Matthew enfin ! Tu ne te rends pas compte des détours qu’on va devoir faire si on veut aller à Azuria ?!?
Matthew : Je sais Olympe, mais tu n’allais tout de même pas attaquer une agent de police ?
Oly : Si ça pouvait lui faire changer d’avis si ! On peut se débrouiller seuls dans la nature, rockets ou pas rockets !
(Inquiet, Sylvain se retourna vers l’agent Jenny.)
Sylvain : Excusez moi. Vous êtes sérieuse quand vous dites que vous barrez la route vers Azuria ?
Jenny : Ai-je l’air de plaisanter jeune homme ?
Florine : (étonnée) Vraiment personne n’a le droit de passer ?
Jenny : A part si vous êtes maîtres pokémon ou champions d’arène, non. Sinon, vous prenez la grande route en voiture ou en bus avec passage obligé par la douane.
Sylvain : Mais on n’a pas assez d’argent pour prendre le bus et je ne pourrais pas m’entraîner…
Jenny : Navrée mais je ne reviendrai pas sur ma décision.
Policier : Allez les enfants, circulez maintenant !
Sylvain : Dites monsieur, c’est par où le centre pokémon ?
Policier : (il pointa son doigt vers l’ouest) Vous êtes allés trop loin, faites demi-tour dans cette direction, puis allez vers le sud de la ville, vous prenez la route au sud de l’arène et vous y serez.
Sylvain : Merci.
(Ils s’éloignèrent tous les trois, Sylvain avait l’air préoccupé.)
Sylvain : Ca par contre c’était pas prévu et c’est super embêtant.
Seb : Ce n’est pas la seule route pour Azuria.
Florine : Peut être mais souviens toi de ce qu’a dit cette « Oly », tu imagines le détour que ça ferait ? Il nous faudrait un mois pour aller là bas, ou lieu d’une petite semaine. (Elle se mit une main sur le menton et commença à réfléchir.) Non il faut qu’on réussisse à passer par là…
Seb : Sans que Jenny nous voit ?
Sylvain : En cachette, la nuit par exemple !
Seb : Ouais, mais à mon avis elle a dû y penser.
Florine : (l’air ennuyée) Seb a raison. Il doit y avoir un tour de garde la nuit.
Sylvain : C’est vrai mais dans l’obscurité ce sera peut être plus facile de filer en douce.
(Ils passèrent devant une maison où se trouvait un troupeau de filles en train s’égosiller au bord des fenêtres. Les trois enfants échangèrent un regard curieux puis s’approchèrent pour voir de quoi il retournait. Une jolie blonde agitait frénétiquement les bras.)
Fille : Forrest ouh ouh Forrest !
(Les trois dresseurs arrivèrent à côté d’elle pour la voir s’agiter sous les fenêtres de la maison. Une seconde fille avec un tee-shirt marqué : « I love the Champion » criait elle aussi à ses côtés.)
Fille 2 : Forrest on t’aime !
Fille 3 : Forreeeeessssst !!!
Fille : Forrest écoutes moi : je t’aime !
Fille 4 : Oh Forrest prends moi !
(Seb haussa un sourcil et regarda de travers la quatrième fille.)
Fille 3 : Iiiiihhhh, Forreeeessst !!!
(Son cri fit sursauter Sylvain.)
Sylvain : (effaré) Mais c’est quoi ces hystériques ?!?
Seb : Euh… Je crois qu’elles veulent voir un certain Forrest.
Fille 2 : Oh Forrest, on t’aime Forrest !
Fille 5 : Forrest je suis à toi mon Forrest !
Florine : Pitoyable…
Voix : Certes, je ne vous le fais pas dire.
(Florine se retourna pour voir d’où venait cette voix. Un garçon de la même taille que Seb mais qui paraissait un peu plus âgé se trouvait juste derrière eux. Il avait les cheveux noirs, brillants et bien coiffés, plaqués en arrière, ses yeux étaient d’un bleu océan magnifique et il regardait les filles hystériques avec un air encore plus méprisant que celui de Florine.)
Seb : (un peu surpris) Euh, salut. Mais dites, quelqu’un sait qui est ce Forrest ?
Sylvain : Forrest Slate, le petit frère de Pierre Slate.
Seb : Ah c’est le champion, ok.
Garçon : (il passa une main sur ses cheveux avec élégance) Franchement je ne sais pas ce qu’elles lui trouvent. Il n’est vraiment pas terrible et il n’a aucune classe, c’est ridicule pour un champion d’arène.
Florine : Oh là, c’est pas sympa ce que tu dis sur lui…
(Sylvain derrière elle leva les yeux au ciel, c’était l’hôpital qui se foutait de la charité : Florine était la première à critiquer tout le monde, elle s’abstenait pour Forrest et le défendait uniquement parce que Pierre était un ami de leurs parents Sacha, Ondine et Jacky.)
Garçon : Je me contente de dire ce qui est. Je ne vais pas m’amuser à lancer des fleurs à ce dresseur de province.
(Florine haussa les sourcils tandis que Seb et Sylvain échangeaient un regard perplexe.)
Garçon : Oh excusez moi, je ne me suis pas présenté : Grégoire Alexandre Pierre-Antoine de Richemont, et à qui ai-je euh… (Il regarda les trois dresseurs de la tête aux pieds, son sourcil trembla, il devait se retenir de le hausser.)
Garçon : Hem, l’honneur ?
Sylvain : Bah euh… Voici Florine, Seb, enfin Sébastien, et moi c’est Sylvain.
Greg : (il leur lança un regard supérieur mais son ton était très poli) Ravi.
(Sylvain regarda avec insistance Grégoire avec un air idiot semblable à celui de Sacha lorsqu’il était surpris.)
Sylvain : Dis il faut qu’on t’appelle Grégoire Alexandre Antoine, euh non Pierre, de Richemen… Richemont ? Ou tu as quelque chose de plus court ?
(Seb et Florine regardaient le garçon avec intérêt, curieux de connaître la réponse du snobinard. Il y eut un moment de silence durant lequel Grégoire, toujours avec un léger air supérieur, observa Sylvain avec un regard fixe et perçant.)
Greg : Oui il y a plus court. Grégoire, si cela est assez « court » pour vous.
Sylvain : (perplexe, il répondit néanmoins avec sympathie) Oui, c’est assez court je crois.
Fille 6 : Forreeessst !
Florine : (agacée) Oh la ferme !
Greg : Je n’aurais pas dit mieux, enfin si, peut être avec plus de diplomatie...
Sylvain : (il se mit un doigt dans l’oreille comme pour la déboucher) Dis Grégoire, vu que Forrest est le champion il devrait être à l’arène, alors pourquoi est ce que ces folles hurlent devant cette maison ?
Greg : Question judicieuse mais dont la réponse est simple. Forrest s’enferme chez lui pour être tranquille. Il a peur d’affronter ces… Demoiselles, s’il sort pour se rendre à l’arène. Il va attendre qu’elles s’éloignent pour sortir.
Florine : (elle jeta un regard en biais à la meute de persianne en chaleur) Forcément elles sont collées à son mur, je suis sûre que même s’il essayait il ne pourrait pas pousser sa porte.
Greg : (il soupira) Probablement. Le plus désolant c’est que ces belles jeunes filles perdent leur temps avec un garçon aussi quelconque, alors qu’il y a des célibataires tels que moi avec de la classe et du charisme…
(Seb eut un petit fou rire qu’il essaya de contenir, Sylvain regarda le jeune garçon avec un air de plus en plus hébété et Florine, qui jusque là le regardait elle-même avec un regard intéressé et fasciné, poussa un soupir de désolation.)
Florine : (blasée) Je me disais aussi… Les hommes sont vraiment tous les mêmes, ils se croient les plus beaux, les plus forts et sont persuadés que toutes les filles devraient leur tomber dans les bras.
Greg : (surpris et vexé) Hum ? Mais bien sûr qu’elles devraient, j’ai plus de charme que n’importe qui ! Et surtout plus que ce champion de pacotille.
(Florine regarda Greg passer devant elle la tête haute. Elle écarquilla les yeux comme si elle venait de voir la chose la plus surprenante de sa vie puis elle se tourna vers Seb et Sylvain.)
Florine : C’est quoi cette espèce de Narcisse ?
Sylvain : Euh… (Il ne savait pas quoi répondre à Florine, essentiellement parce qu’il ne savait pas à quoi correspondait la référence de « Narcisse » mais Seb au contraire souriait et il se rapprocha de Grégoire.)
Seb : Eh euh, Greg.
Greg : (il le regarda de haut) Grégoire.
Seb : Oui Grégoire, désolé. Tu viens d’où comme ça ?
Greg : Je viens d’Hoenn, de Lavandia plus précisément.
Seb : C’est amusant ça, moi je viens du nord de Lavanville. Dis moi tu ne saurais pas par hasard où est le centre pokémon ?
Greg : Oui, justement je m’y rendais.
Seb : Tu peux nous montrer le chemin Greg…oire ?
Greg : Si vous voulez. Je n’ai pas vraiment l’habitude de servir de guide mais puisque vous êtes perdus…
Sylvain : On n’était pas vraiment perdu !
Greg : (il se retourna vers Sylvain) Vous êtes dresseurs n’est ce pas ? Je suppose que vous comptez aller faire soigner vos pokémon ?
Sylvain : (avec un air jovial) Exact ! Et toi alors tu vas faire quoi au centre ?
Greg : Récupérer mes propres pokémon.
Sylvain : Toi aussi tu es dresseur ?
Greg : Pas exactement non.
(Ils passèrent devant trois adolescentes accompagnées d’un joli négapi avec un mouchoir bleu noué autour de son cou. Elles se retournèrent sur le passage des quatre dresseurs et celle du milieu chuchota à l’oreille de son amie brune qui rit discrètement. Toutes les trois dévoraient Greg des yeux. En passant leur chemin, nos amis les entendirent glousser de joie en s’éloignant.)
Sylvain : (surpris, il regarda Florine) Qu’est ce qu’elles ont ?
Florine : (elle plissa les yeux et regarda les trois filles s’éloigner) J’aimerais bien le savoir...
Greg : (il s’arrêta) Voici le centre pokémon d’Argenta.
Seb : Ah, génial. Alors dis moi Greg, euh pardon Grégoire, si tu n’es pas vraiment un dresseur, tu es quoi ?
(Greg et Seb marchèrent vers la porte d’entrée, une jolie fille d’une quinzaine d’années avec une fouinette dans les bras s’avança vers la porte elle aussi. Greg ouvrit la porte et la laissa passer devant lui en s’inclinant et en lui adressant un beau sourire.)
Fille : Merci beaucoup.
Greg : Je suis spécialiste des concours pokémon, ce que l’on appelle dans ma région un coordinateur.
Seb : (il réfléchit) Concours pokémon… Ca me dit quelque chose ça… Mais je ne connais pas bien.
Florine : (comme si elle récitait une leçon pour l’école) Les concours pokémon, divisés en cinq catégories et quatre niveaux, sont une compétition officielle parallèle à la ligue pokémon classique de Hoenn. Le but est de développer les autres qualités des pokémon, en dehors de leurs capacités pour le combat physique. Les concours sont une branche plus artistique du combat pokémon.
Greg : En résumé oui c’est à peu près ça.
(Devant le bureau de Joëlle ils retrouvèrent la jeune fille à la fouinette.)
Sylvain : Bonjour infirmière Joëlle.
Joëlle : Bonjour. Vous voulez me confier vos pokémon ?
Sylvain : Oui, tenez. (Il sortit ses trois pokéballs, puis Florine et Seb firent de même.)
Greg : Je viens récupérer les miennes infirmière.
Joëlle : (elle afficha un large sourire) Oui je me souviens bien de toi, je te les apporte tout de suite !
Greg : Je vous remercie.
(Il se retourna vers la fille qui tenait toujours son pokémon entre les bras, elle lui sourit avec douceur.)
Greg : (avec un sourire charmeur, pire encore que celui de Seb) Elle est très mignonne cette fouinette. Dans un concours de Grâce elle aurait ses chances.
Fille : Oh tu crois ? Tu t’y connais en concours ? Tu viens d’Hoenn ?
Greg : (il s’inclina devant elle avec beaucoup d’élégance) Grégoire de Richemont, champion de concours pokémon de la ville de Lavandia, pour vous servir.
Fille : Ih ih… (Elle rit d’un air timide en le regardant lui faire tendrement un baisemain. Florine et Sylvain étaient si ébahis que leurs visages se tordaient en une grimace ridicule.)
Seb : Sacrée classe…
Sylvain : Moi je trouve qu’il ressemble à un de ces types qui tournent dans les séries à l’eau de rose que regarde ma grand-mère Délia…
Florine : (avec un sourire blasé) C’est vrai qu’à côté de lui Stéphano de « Amour Gloire et pokémon » ressemble à un vieux pecno.
Joëlle : Je m’occupe de vos pokémon les enfants. Grégoire tes pokémon sont prêts.
Greg : Vous êtes merveilleuse infirmière Joëlle.
(Joëlle lui sourit une dernière fois avant de s’éloigner. Les trois dresseurs toujours intrigués par ce garçon venu d’Hoenn restèrent derrière lui à l’écouter.)
Greg : …Et j’ai réussi de cette manière à remporter le ruban vert en catégorie hyper.
Fille : (les yeux pétillants) Wouaaaaa… C’est impressionnant. Tu as fait d’autres compétitions comme celle là ?
Greg : Bien entendu, des tonnes.
Fille : Oh raconte moi s’il te plaît Grégoire.
Greg : Si tu y tiens. Veux tu manger un morceau ? Je t’invite.
Fille : Oh oui, ih ih, avec plaisir !
(Il lui offrit son bras et elle rougit avant de le prendre. Il l’emmena vers la cantine du centre tandis que les trois autres, babas, le regardaient s’éloigner.)
Seb : (avec un sourire jusqu’aux oreilles, il se retenait de rire) Ce type est excellent !
Sylvain : (son ventre gargouillait bruyamment) Dites il a une bonne idée Greg : et si on allait manger ?
Florine : (elle soupira) Toi et ton estomac c’est…
(Le sien se mit à gargouiller encore plus fort et plusieurs personnes autour d’elle se retournèrent. Florine devint plus rouge qu’un écrapince et Seb se tordit de rire en s’écroulant à moitié sur le bureau d’accueil.)
Florine : (gênée et en colère) Oui bon ça va !
Sylvain : (qui souriait) Aller viens on va à la cafet’.
Seb : (excité) Oh oui et on se met à leur table ! Je veux continuer à le voir à l’œuvre !
Sylvain : Hein ? (Il regarda son ami partir en trombes vers la cafétéria du centre.)
Florine : (elle hocha la tête de droite à gauche) Complètement fêlé...
(Ils suivirent Seb dans le restaurant où ils retrouvèrent Grégoire et sa copine. Après avoir pris commande auprès d’un Leveinard ils s’avancèrent vers la table de Greg.)
Seb : Dis Greg, on peut, ah oui pardon Grégoire, on peut se mettre avec vous ?
(La fille le regarda sourire en clignant des yeux, étonnée. Greg légèrement surpris les déviseagea les uns après les autres.)
Greg : (hésitant) Si vous y tenez…
(Il se retourna aussi sec vers son amie qui semblait boire ses paroles. Seb ne quittait pas le couple des yeux, il semblait fasciné par la drague de Greg. Florine elle murmurait à l’oreille de Sylvain.)
Florine : Qu’est ce qu’il a à nous regarder comme des pokémon de foire à chaque fois qu’on lui parle ?
Sylvain : (avec un sourire malin) ‘Sais pas. Quoi que quand on voit ta tête y a de quoi te regarder de travers, eh eh…
(Florine lui lança un regard noir et lui tira la langue, Sylvain semblait satisfait et rit silencieusement.
Après le repas, Seb connaissait au moins la moitié de la vie de Greg qui n’avait parler que de lui à la jeune fille pendant plus d’une demi heure. Sylvain et Florine se donnaient des coups de pieds sous la table pour s’enquiquiner mutuellement, ils avaient même fini par renverser le vers de jus d’orange de Sylvain. Ils se levèrent de table tous les cinq en même temps et sortirent de la cafétéria, Greg avait réussi à prendre le numéro de téléphone de la fille qui s’excusa de devoir les quitter pour aller voir une de ses amies à l’autre bout de la ville.)
Seb : (admiratif) Franchement chapeau Greg !
Greg : Grégoire.
Seb : En moins d’une heure tu l’as rendu dingue de toi.
Sylvain : (naïf, à l’oreille de Florine) C’est quoi l’intérêt ?
(Florine ne lui répondit pas car elle ne l’écoutait pas. Elle se contentait de regarder Seb et Greg d’un œil critique.)
Greg : (avec un petit sourire de satisfaction) C’est un jeu d’enfant, vraiment je t’assure. Quand on a du charme on arrive à tout.
Seb : Tu sais j’ai moi-même un certain succès mais à ce point là c’est fascinant ! En plus cette fille était super jolie.
Greg : (avec un air désinvolte) Oh, moi je la trouvais un peu plate cette fille.
Florine : Qu’est ce que t’entends par « plate » ???
Greg : (il bailla d’ennui) Ca veut dire, dans mon langage je précise, qu’elle est sans intérêt, sans charme particulier, superficielle si tu préfères. Une fille digne de moi doit être plus que belle, elle doit faire son impression dans un groupe, montrer son caractère.
Florine : (le ton cinglant) En même temps si tu ne la laisses pas parler tu ne risques pas de découvrir son caractère. (Greg lui lança un regard de travers.)
Greg : De toute façon je cherche à expliquer quelque chose qui ne s’explique pas.
(Il se retourna brusquement et s’éloigna vers le hall du centre.)
Florine : Je commence à me demander comment il peut trouver des chaussettes à sa taille avec ses chevilles qui enflent constamment.
Sylvain : (il se gratta la tête) Mais c’est quoi cette histoire de fille euh « plate » et tout, et tout ?
Seb : (il le regarda avec un sourire fraternel) Si tu ne t’intéresses pas encore aux filles c’est normal que tu ne comprennes pas. Quand tu auras grandi tu verras que tout ce qu’on raconte te paraîtra clair.
Sylvain : (il fronça les sourcils en regardant Seb partir à la suite de Greg.) Comment ça quand j’aurais grandi ? Mais qu’il me traite de gamin tant qu’il y est !
Florine : (avec un sourire en coin) C’est ce qu’il vient de faire Sylvain…
(Florine lui passa aussi devant et Sylvain marmonna quelque chose avec un air boudeur avant de les suivre. Il passa devant le bureau de Joëlle pour récupérer ses pokémon avec Florine puis ils rejoignirent Seb et Greg en train de parler devant la porte du centre.)
Sylvain : (toujours ronchon) Dites on pourrait peut être aller à l’arène d’Argenta, pour mon badge.
Greg : Ne te fatigues pas, le champion ne sera sûrement pas là.
Sylvain : Tu penses qu’il est encore cloîtré chez lui ?
Greg : J’en mettrais ma main à couper.
Sylvain : (agacé) Mais ces filles ne le laisseront jamais tranquille ?!? Un champion s’est fait pour combattre pas pour s’enfermer chez lui parce qu’une horde de Lippoutou l’attend à sa porte !
Greg : Tout à fait d’accord avec toi.
Florine : (sourcils froncés) Arrêtes d’appeler les filles des Lippoutou.
Sylvain : Pourquoi ? C’est ton surnom préféré et tu es jalouse que je l’utilise pour quelqu’un d’autre ?
(Florine leva la main pour le gifler mais Seb la lui attrapa juste à temps et retint son geste.)
Sylvain : Ouf, merci.
Florine : Lâches moi !
Seb : (traversé par une idée) Eh mais Greg tu pourrais peut être t’en débarrasser toi de ces filles !
Greg : (il cligna des yeux sans perdre de sa prestance) Pardon ?
Florine : Lâches moi Seb !
Seb : Vu la facilité avec laquelle tu as dragué cette fille tout à l’heure, tu devrais pouvoir faire la même chose avec les fans de Forrest.
Florine : Lâches moi !
Greg : (l’air supérieur) Je n’y vois pas mon intérêt. Ces filles sont mignonnes mais elles sont dingues, je n’en ai rien à faire d’elles…
Seb : (rusé) Ah bon, je pensais que tu étais un assez bon charmeur pour réussir à toutes les éloigner de ce type mais si tu ne t’en sens pas capable c’est normal après tout, je ne vois pas qui pourrait faire une telle prouesse.
Florine : Pour la dernière fois lâche ma main Seb !
Sylvain : (inquiet, l jeta un regard en biais à Florine) Euh Seb, tu ferais bien de la lâcher maintenant…
Greg : (il monta sur ses grands galopa) Incapable de faire ça ? Tu te moques de moi ? Je n’ai peut être que quatorze ans et demi mais je suis le plus grand séducteur de tout Hoenn. Elles peuvent avoir plusieurs années de plus ou être des gamines elles ne me résisteront pas je peux te le garantir.
Seb : (avec un air sceptique) Si tu le dis.
Greg : (sur un ton défi) Oh que oui.
Seb : Aïe ! Mais mais… (il regarda sa main) Tu m’as mordue ?!?
Florine : (en colère) Tu n’avais qu’à me lâcher espèce d’abruti, ça fait une heure que je te le demande !
Seb : (énervé lui aussi) Fallait le demander plus fort espèce de gradhyena enragée !
Florine : Je te hurlais dans les oreilles, vieux sourd ! T’es plus lent à la détente qu’un ramoloss !
Sylvain : (il se mit les mains sur les oreilles, catastrophé) Je lui avais dit de la lâcher, je le savais…
Greg : (sur un ton sec et sévère) On se calme ! Venez, vous allez voir si je ne suis pas capable de me débarrasser de ces filles.
Florine : Qu’est ce qu’il veut encore l’autre ? Nous montrer son image dans le miroir ?
(Sylvain sursauta brusquement, il venait de comprendre la manipulation de Seb. Il s’interposa devant Florine pour l’empêcher de commettre un meurtre sur Seb ou Greg.)
Sylvain : Du calme Florine, il va nous aider.
Florine : Et comment ?
Seb : (il retrouva son calme beaucoup plus vite que Florine) Il va éloigner les hystériques, on va pouvoir aller chercher Forrest !
(Greg était parti le premier, il se dirigeait d’un pas fier et décidé vers la maison de Forrest. Les trois autres se hatèrent pour le rattraper. Arrivés là bas, ils restèrent un peu en arrière pour observer Greg qui s’approchait des filles. Il y en avait un peu moins qu’au moment de leur arrivée mais il devait en rester au moins six ou sept.
Greg s’approcha de celle la plus éloignée de la demeure. Il lui parlait mais nos amis n’entendaient pas ce qu’il disait. Grégoire passa une main dans ses cheveux, il avait un air assuré et décontracté. La fille s’était totalement retournée et avait arrêté de crier avec les autres. Une seconde fille, plus jeune, s’était retournée aussi, visiblement ce que disait Greg l’avait soit intéressé soit intrigué.
Le beau brun continua de parler et les deux filles lui répondaient. Au bout d’un moment, une troisième se retourna. Greg recula un instant et lança une pokéball, un braségali en sortit. Sylvain fit un « wouah » impressionné et on pouvait lire le même mot sur les lèvres des trois filles. Une quatrième et une cinquième se retournèrent alors, fascinées par le pokémon feu. Greg leur dit encore quelques mots et leur fit signe de le suivre. Les cinq filles s’empressèrent de partir derrière lui. Les deux filles qui étaient restées à crier se retournèrent en se rendant probablement compte qu’elles étaient les deux dernières à hurler. L’une d’elles cligna des yeux en voyant braségali et la seconde chuchota à son oreille, la première hocha la tête. Toutes les deux trottinèrent pour rattraper Greg et les autres groupies.
Florine avait ouvert la bouche, elle était complètement hébétée.)
Florine : Alors là…
Sylvain : (il leva le poing en l’air en signe de victoire) Ah ah, il a réussi ! Ce mec est génialissime !
Seb : (impressionné et rayonnant) J’étais sûr qu’il en était capable. Alors elle n’était pas bonne mon idée ?
(Florine bouche bée continuait de regarder Greg, son pokémon et les filles s’éloigner on ne sait où.)
Sylvain : (bondissant littéralement de joie) Génial génial ! Aller dépêchez vous ! On va aller chercher le champion avant que d’autres folles rappliquent !
(Les trois dresseurs coururent vers la maison et Sylvain se mit à hurler à la fenêtre.)
Sylvain : Eh Forrest elles sont parties, tu peux sortir !
Seb : Cries pas trop fort, ses fans peuvent encore t’entendre.
Florine : Oui mais si on ne se grouille pas il peut avoir de nouvelles visites...
Sylvain : (il criait toujours) Tu peux sortir, je suis un dresseur ! Tout ce que je veux c’est un combat en arène pour le badge roche !
(Il vit à la fenêtre de l’étage un rideau bouger. Quelqu’un regardait les environs avec prudence. Quelques minutes après, la porte du bas s’ouvrit et un jeune homme en sortit, il s’afférait sur la serrure pour fermer la porte à clef. Les trois enfants n’eurent même pas le temps de voir son visage car l’homme se mit à courir, il leur cria de loin.)
Homme : Vite venez, je ne dois pas traîner dans la rue sinon elles vont me tomber dessus !
(Les trois enfants se regardèrent, perplexes, puis se mirent à courir vers l’arène derrière le jeune homme. Ils arrivèrent dans le bâtiment, essoufflés. Ils entrèrent et le jeune homme referma la porte aussi sec derrière eux.)
Homme : (appuyé sur la porte) Ouf !
Florine : Dites… Pouf, c’est pas un peu excessif ? Poufff…
(Le jeune homme, ressemblant étrangement à Pierre mais avec des tâches de rousseurs, se retourna vers les trois dresseurs. Malgré le fait qu’il soit essoufflé, il paraissait beaucoup plus décontracté que Pierre et plus sûr de lui, ce qui lui donnait plus de charme que son frère.)
Forrest : Oufff…Vous avez croisés ces furies non ? Vous devez…pouf, savoir ce que je dois affronter.
Sylvain : (effaré) Mais vous ne pouvez rien faire contre ça ? Ca doit être l’Enfer !
Forrest : (il soupira) Hélas non… Je ne vais pas les attaquer avec mes pokémon tout de même. Dire que mon frère aurait rêvé d’avoir une horde de filles à ses pieds… Il ne sait pas quel cauchemar c’est. Au fait soyez les bienvenus dans l’arène roche d’Argenta.
Sylvain : (avec un sourire assuré) Je m’appelle Sylvain Ketchum, je suis venu pour le badge roche.
Forrest : (il lui serra la main) Ah… Ketchum. Comme Sacha, un vieil ami de mon frère. Ravi de te rencontrer. Toi et tes amis bien sûr.
(Florine et Seb lui sourirent avec gentillesse.)
Forrest : Alors comme ça tu veux le badge hein ? Bon et bien j’espère que tu ne t’es pas casser la tête pour me débarrasser de ces cinglées pour rien. (Forrest attrapa une de ses pokéball et Sylvain prit alors un sourire confiant.)
Sylvain : Ne vous inquiétez pas m’sieur, je vais très bien me débrouiller.
Forrest : Très bien alors bonne chance, et une dernière chose. (Il lança la pokéball en même temps.) Appelles moi Forrest ! (Un Onix sortit de sa pokéball.)
Sylvain : Ok ! Alors à toi Marill !
Seb : Ca va être facile, pokémon eau contre pokémon roche.
Florine : Mouais, trop classique, ça risque d’être ennuyeux.
Forrest : Un deux contre deux, c’est ok ?
Sylvain : Pas de problème ! Marill attaque pistolet o !
(Le pokémon de Sylvain commença avec un vigoureux jet d’eau en plein dans la figure de Onix.)
Forrest : Onix riposte avec ton attaque jet de pierre.
(Avec un énergique coup de queue il frappa le mur rocailleux de l’arène pour faire tomber des roches sur le crâne de Marill. Le pokémon eau sauta et ressauta sur les côtés, évitant quasiment toutes les chutes de pierres.)
Sylvain : (avec entrain) Ouais vas y Marill ! Continue !
Forrest : Changement de stratégie, utilise ta charge !
(Onix plongea droit sur Marill et le renversa. Marill passa par-dessus le crâne d’Onix et roula jusqu’au sol. Il se releva rapidement, à nouveau tourné vers son adversaire.)
Sylvain : Maintenant bulle d’o !
(Marill envoya sur Onix un nuage de bulles scintillantes qui lui explosaient sur le dos. Onix se retourna vers Marill, prêt à l’attaquer de nouveau.)
Forrest : Etreinte !
(Onix balaya le sol avec sa queue en pierre et attrapa Marill au passage. Il resserra sa queue autour du Marill. Il compressait son petit corps bleu qui prenait peu à peu une couleur violette.)
Sylvain : Marill utilise ton pistolet à o, envoies lui droit sur la tête.
(Avec le peu de souffle qui lui restait Marill envoya sur Onix un pistolet à o, juste entre les deux yeux. Onix perturbé par cette action relâcha suffisamment son étreinte pour que Marill retombe au sol.)
Sylvain : Ca va Marill ?
Marill !
Sylvain : Génial, alors attaque bulle d’o !
(Marill se retourna vers le pokémon roche et recommença à lui envoyer une multitude de petites bulles légèrement colorées. Elles éclataient toutes dans la figure du pokémon de Forrest qui s’affaiblissait à vue d’œil.)
Grrrrrowwww.
Forrest : Onix il faut lui résister, utilise grincement !
(Onix produisit un son extrêmement désagréable qui gênait autant Sylvain, Seb et Florine que Marill.)
Sylvain : (les mains plaquées sur les oreilles) Raaaah, marill !
Seb : (les yeux fermés et les oreilles bouchées, il grimaçait) Le pauvre marill il doit souffrir avec ses oreilles hyper sensibles !
Sylvain : (fort) Marill il n’est plus en forme, dépêches toi d’en finir avant que ce son nous rende dingues, pistolet à o !!!
Maaaarrriilllll !
(Et Marill très stressé envoya un formidable jet d’eau dans la gueule d’Onix. La force de l’attaque du petit pokémon était suffisante, Onix tangua légèrement avant de s’écrouler par terre, faisant trembler toute l’arène.)
Sylvain : Ouais ! Génial Marill !
Forrest : (il parlait bas pour lui-même) Si ces hystériques n’ont pas entendu ça j’aurais vraiment une chance d’enfer… Aller Onix reviens. On va essayer autre chose. (Il sortit une deuxième pokéball.) C’est pas mal du tout pour un dresseur débutant, mais il te reste un pokémon à vaincre. Cochignon à toi !
Sylvain : (avec sourire) Pas d’inquiétude Forrest je vais très bien me débrouiller. Tu as entendu Marill ? Plus qu’un.
Marill.
(Le marill était un peu fatigué mais avait suffisamment d’énergie pour refaire un combat. Il avait répondu à son dresseur avec autant de confiance et de détermination que lui.)
Seb : Vas y Sylvain tu es le meilleur !
Sylvain : Marill commences avec une attaque bulles d’o !
(Le pokémon aquatique lança un nouveau nuage de grosse écume et Cochignon n’eut pas le temps de réagir pour se protéger. L’attaque lui touchait le groin et les flans, même s’il n’avait pas l’air d’apprécier l’éclatement des bulles sur lui, l’attaque de type eau était beaucoup moins efficace sur lui que sur Onix.)
Florine : (elle regardait le combat avec attention.) Ca va être plus corsé que le premier round…
(Elle se gratta la tête puis se mit à fixer le sol en même temps qu’elle réfléchissait.)
Forrest : Cochignon riposte avec une attaque bélier.
(Le cochignon n’attendit pas que Marill finisse son attaque, il se mit à courir droit vers lui tandis que les bulles continuaient de lui exploser dans la figure. Il heurta Marill de plein fouet et le fit rouler à terre.)
Forrest : (il regardait Marill se relever) Charge maintenant.
Sylvain : (il réagit rapidement) Boule armure !
(Marill se roula en boule et quand Cochignon vint le cogner celui-ci le fit rouler comme un ballon de foot sur le sol de l’arène. Une vingtaine de mètres plus loin Marill se redressa sans nouveau dommage. Sylvain semblait plus tendu mais gardait son regard déterminé.)
Sylvain : Pistolet à o !
(Marill prit une profonde inspiration et visa le Cochignon.)
Forrest : Furie !
(Cochignon recommença à courir vers Marill, le pokémon était rusé il ne conservait pas une trajectoire droite mais zigzaguait : Marill n’arrivait plus à le toucher.)
Sylvain : Stoppe Marill, concentres toi pour tirer.
(Il attendit que Cochignon soit de nouveau proche de lui pour relancer son attaque eau. Il lui tira un pistolet à o entre les deux yeux juste avant que celui-ci le frappe une première fois.)
Forrest : C’est ça Cochignon, continues comme ça !
(Il poussa Marill une seconde fois, puis une troisième fois.)
Florine : (les yeux plissés, elle pensait à voix haute en regardant Cochignon) Après tout ce serait une bonne stratégie… De toute façon j’ai peur qu’il n’ait pas le choix…
Forrest : Attaque charge !
(Cochignon fonça une nouvelle fois tête baissée vers son adversaire et l’expédia dans les airs avec violence. Marill tourna sur lui-même dans les airs avant de retomber sur le dos quelques mètres devant Sylvain.)
Sylvain : Rah Marill ça va ?!?
(Il courut vers son pokémon pour constater que ce dernier était sonné.)
Sylvain : Oh Marill mon pauvre vieux, ça va aller, tu t’es super bien débrouillé.
Forrest : Désolé si j’y suis allé un peu fort, mais ne t’en fais pas il s’en remettra.
Sylvain : (il hocha la tête pour se rassurer) Oui…
(Il ressortit la pokéball du pokémon aquatique.)
Sylvain : Reviens Marill.
(Sylvain réfléchissait très vite, il était en mauvaise posture : face un pokémon sol, ni dardargnan, ni pikachu n’étaient efficace. Seb et Florine quand à eux observaient attentivement leur ami.)
Florine : Eh Sylvain !
Sylvain : (il se retourna) Quoi ?
(Une pokéball lui atterrit dans les mains, Florine venait de la lui lancer)
Sylvain : (il cligna des yeux) Mais que…
Florine : C’est Spyke. Alors qu’est ce que t’attend ? Lance le.
Sylvain : (rouge coquelicot) Eh non non ! Je veux me battre avec mes pokémon !
Florine : Mais bien sûr, tu vas surtout te débrouiller avec ce que tu as sous la main, lance le je te dis !
(Sylvain se tourna vers Forrest, celui-ci les regardait en souriant, il n’avait pas l’air de s’opposer à ce qu’il utilise le pokémon de son amie.)
Sylvain : (bas) Très bien, mais ce sera à charge de revanche… Salamèche à toi !
Florine : Il a un nom Sylvain, appelles le Spyke !
Sylvain : (grincheux) Ouais ouais je sais.
Florine : (elle marmonna) Puf, aidez le et voyez comment vous êtes remercié.
(Sylvain fut traverser par un éclair : « Mais comment Spyke peut il m’être utile ? Face à un pokémon sol je n’ai pas une seule chance avec lui ! »)
Forrest : Attaque charge cochignon !
Sylvain : (il se concentra à nouveau) Spyke esquive son attaque, utilise brouillard !
(Au lieu de flammes, Salamèche cracha un nuage noir et épais. Cochignon ne le voyait plus dans cette fumée et au lieu de le charger il s’emplafonna dans un gros rocher. Sylvain avait recommencé à penser : « Pourquoi Florine m’a-t-elle donné ce pokémon, elle n’a pas pu faire d’erreur. » Il la regarde fixement, celle-ci était tournée vers les pokémon et observait le combat. Elle se retourna et le vit en train de l’observer. Bizarrement elle rougit en clignant des yeux de surprise mais Sylvain n’y fit pas attention.)
Forrest : Dégages moi ce nuage : poudreuse !
(Un vent glacial se leva dans l’arène tandis que Sylvain continuait de réfléchir. « Pourquoi Spyke ? Qu’est ce qu’elle voulait que je fasse avec lui ? »)
Florine : (elle cria fort) Sylvain bon sang réveille toi, il ré-attaque !
(Sylvain sortit brusquement de ses pensées. Il sentit quelques flocons se coller sur son visage, c’était vraiment très froid, il en frissonna.)
Forrest : Maintenant que tu le vois utilise ton bélier !
(Cochignon fonçait droit sur lui.)
Sylvain : Attaque griffe Spyke !
Sala !
(Au moment où Cochignon heurta Spyke ce dernier lui griffa violemment le groin. Avec la puissance de l’attaque du pokémon sol, Salamèche fut projeté en arrière, il était désormais à plat ventre devant Sylvain.)
Sylvain : Aller relèves toi Spyke !
Seb : (un peu inquiet) Sylvain ferait bien de se reprendre avant que Cochignon ait le temps d’utiliser tunnel ou je ne sais quoi d’autre comme attaque sol.
Florine : C’est vrai ça, qu’est ce qu’il a ? On dirait qu’il est complètement ailleurs.
(Sylvain sentait le froid de la poudreuse malgré sa veste sur le dos. Il frissonnait un peu et pensait qu’au moins Salamèche lui n’aurait pas froid avec sa flamme au bout de sa queue. A cet instant un éclair de génie lui traversa les yeux)
Sylvain : Mais oui ! C’est aussi un pokémon glace ! Ah ah !
Seb : (il sourit en regardant Sylvain de travers.) Qu’est ce qui lui prend ?
Forrest : Furie !
Sylvain : (assuré) Attaque flammèche !
(Le salamèche tourna sur lui-même éjectant sur Cochignon de petites flammes qui lui brûlèrent le crin.)
Sylvain : C’est ça bravo !
Crong, gronc !
(Cochignon fonçait toujours sur salamèche, au moment de l’impact ce dernier envoya sa queue dans la figure de Cochignon pour le brûler encore un peu. Salamèche recula après le choc de leur nouvelle rencontre.)
Sylvain : Et maintenant lance flamme !
(Salamèche prit une inspiration mais c’était en vain, il cracha quelques petites flammèches, rien de plus.)
Florine : Il n’est pas encore assez fort voyons ! Je l’ai depuis moins d’une semaine !
Sylvain : (il serra le poing) Rah oui c’est vrai… Bon alors continue avec tes flammèches !
(Le cochignon s’affaiblissait à vue d’œil, mais Forrest ne semblait pas perdre espoir. Avant que Salamèche n’est le temps d’attaquer encore une fois Forrest riposta.)
Forrest : Ténacité !
(Salamèche lança une grande quantité de flammèches sur son adversaire, mais ce dernier ne tombait toujours pas ko.)
Forrest : Blizzard !
(Un vent fort, glacé souffla brusquement. D’énormes flocons de neige se claquaient avec violence sur le pokémon de Florine, visiblement cette attaque puissante semblait efficace.)
Seb : (impressionné) Oh-là, même avec l’avantage du type Salamèche s’en prend plein la tête.
Florine : Merci j’ai vu.
Sylvain : (qui ne se démontait pas) Il est presque à terre Spyke, aller réessaye, lance flamme !
Florine : Mais tu es fou ? Je t’ai dit qu’il ne l’avait pas encore appris !
(Salamèche qui résistait depuis un moment à l’attaque de glace crispa tous les muscles de sa tête et de ses pattes, il prit une profonde inspiration et de toutes ses forces il envoya un lance flamme en plein sur Cochignon qui stoppa tout de suite son attaque et s’écroula sur le sol.)
Seb : Ouais bravo !
(Florine accourut auprès de son Salamèche essoufflé. Sylvain brandissait son poing en l’air avec un entrain sans pareil.)
Sylvain : C’était super Spyke, merci tu es génial comme pokémon !
Florine : (elle caressa le crâne de salamèche) C’est très bien Spyke. Tu peux retourner dans ta pokéball maintenant.
Sala !
Forrest : Beau combat, reviens Cochignon. Félicitations Sylvain, deux combats, deux victoires…. (Il sortit de sa poche un badge gris, assez mal taillé.)
Forrest : Ton badge roche, bien mérité.
Sylvain : (il souriait jusqu’aux oreilles) Super mon tout premier badge, yaouh !
Forrest : Savez vous si les filles sont revenues ?
Seb : Je ne crois pas sinon on les aurait entendu : « Forrest, oh Forrest nous sommes là à t’attendre, on veut ton autographe, ton tee-shirt, ton caleçon… »
Florine : (avec un sourire un peu gêné) C’est bon Seb on a compris.
(Forrest et Sylvain pouffèrent de rire, puis Forrest serra une nouvelle fois la main de Sylvain.)
Forrest : Je vais rester un peu ici, m’entraîner encore tant que je peux. J’ai été ravi de te rencontrer Sylvain, mon frère m’a si souvent parlé de ton père…
Sylvain : (très souriant) Oui, je connais Pierre, c’est un excellent éleveur et il est très sympa.
Florine : Aller viens Sylvain, on retourne au centre pokémon maintenant, soigner Spyke, tu l’as complètement crevé.
Sylvain : J’arrive. Au revoir Forrest.
Forrest : Eh gamine.
(Florine se retourna vers le champion.)
Florine : C’est à moi que tu…
(Forrest lui tendait quelque chose et Florine s’approcha curieuse. Il tenait dans sa main un autre badge roche.)
Florine : Mais pourquoi me donner ce badge ?
Forrest : (avec un grand sourire) Parce que c’était ton pokémon que j’ai combattu et je pense que si tu lui as prêté c’est parce que tu savais bien que Cochignon était du type glace. Avec ce salamèche, tu m’aurais largement battu toi aussi.
Florine : (avec modestie) Oh non, peut être cochignon mais je ne serais pas venue à bout de onix.
Forrest : Oui mais ton ami l’a fait avec son pokémon. Je ne peux malheureusement pas couper ce badge en deux mais je peux toujours vous en donner un chacun.
Seb : (il donna un petit coup de coude à Florine) Aller, un cadeau ça ne se refuse pas.
Florine : (elle sourit) Euh… alors merci.
Forrest : Et bonne chance… A tous les trois.
(Le trio sortit du bâtiment, se hâtant de s’éloigner pour qu’aucune fille ne voit que l’arène était ouverte.)
Sylvain : T’as quand même beaucoup de chance, tu as eu le droit à un badge sans avoir combattue !
Florine : (satisfaite) Et ouais. Comme quoi pas la peine d’être comme cette caricature de Greg pour avoir les faveurs de quelqu’un.
Sylvain : (boudeur) C’est toujours les mêmes qui ont de la chance… Mais moi au moins j’ai la fierté de m’être battu pour ma récompense, et toc.
Florine : (moqueuse) « Et toc ».
Seb : (il affichait un grand sourire dont il avait le secret) C’est vrai que t’as de ces combines ! Entre ce badge, l’évoli de tes parents et le papilusion de ta sœur…
Florine : Qui t’as parlé de ça ?
(Elle se tourna vers Sylvain qu’elle toisa du regard, mais celui-ci regarda en l’air en sifflotant avec un air faussement innocent.
Ils rentrèrent au centre pokémon pour dîner, dormir et soigner Marill et Salamèche. Le lendemain matin, ils retrouvèrent Grégoire dans le hall du centre. Le garçon parlait avec l’infirmière Joëlle, un sourire charmant accroché au visage, son sac de voyage à côté de lui. Il devait être prêt à partir.)
Seb : (très excité) Regardez les amis c’est Greg !
(Seb accéléra le pas et se dirigea droit vers Grégoire avec beaucoup d’entrain.)
Florine : (blasée) Je finirais par croire qu’il en est amoureux.
Sylvain : (dans un sursaut) Hein t’es sérieuse ?
Florine : Mais non, c’est de l’ironie… Tu me connais depuis assez longtemps pour le savoir non ?
Sylvain : J’sais pas… Avec toi on ne sait jamais si c’est du marcacrin ou du groret.
(Florine et Sylvain se rapprochèrent de Seb et Greg pour écouter leur conversation.)
Seb : Alors comment as-tu fait pour te débarrasser de ces filles ?
Greg : (il regarda le bout de ses doigts avec un air désinvolte) Rien de plus aisé j’en ai abordé une, en parlant de combats en arène pour partir sur la base de Forrest, puis j’ai parlé des concours. Les concours pokémon intéressent souvent les filles. Elles étaient fascinées, enfin avec mon charisme il n’y a rien d’étonnant... J’ai sorti mon Brasegali pour les impressionner, elles étaient accrochées à mes lèvres.
Sylvain : Beurk…
Seb : (il se mit à rire) Sylvain il veut dire en paroles !
Greg : (avec un sourire satisfait) Je suis un grand champion de concours, alors forcément quand je montre mes récompenses les filles sont impressionnées.
Florine : (elle soupira) Et je suppose que maintenant tu vas prétendre que tes pokémon sont les meilleurs combattants de tout Hoenn ?
Greg : (il la regarda comme si elle était stupide) M’as-tu vraiment écouté quand j’ai parlé de mes concours ? Je suis le meilleur, et être le meilleur signifie avoir des pokémon faits pour les concours. Laisse-moi t’apprendre quelque chose ma petite : un excellent pokémon de concours est un pokémon qui ne fait QUE des concours, on ne doit pas l’envoyer au combat, ce serait anéantir ses aptitudes.
Florine : (elle rougit légèrement mais garda son regard perçant) Tu ne vas pas me dire que tu te promènes sans pokémon de combat ? Ce serait de la folie de voyager sans pokémon capable de te défendre !
Greg : (désinvolte) Brasegali et Gradhyena me servent de pokémon de combats. En temps que champions en robustesse il leur faut effectivement un entraînement minimum. Oh je dis minimum mais en fait ils sont très bien dressés.
Florine : (elle leva les yeux au ciel) C’est bien ce que je disais, tu affirmes que tes pokémon sont les meilleurs…
Greg : Tu déformes mes propos, j’ai juste dit qu’ils étaient bons. Je suis réaliste, des maîtres tels que Peter ont des pokémon bien supérieurs aux miens.
(Il s’éloigna doucement, le dos toujours très droit.)
Florine : Franchement là c’est fort, ce gars se compare à Peter ! Nan mais quel prétentieux ! Comment ces filles peuvent être intéressé par ce type ?!?
Seb : (tourné vers Florine) Il faut avouer qu’il a … Un certain charme.
Florine : (effarée) Tu trouves du charme à un type qui a une montgolfière à la place de la tête ?!?
(Seb éclata de rire tandis que Sylvain, pensif, fut traversé par une idée.)
Sylvain : Dites vous pensez pas qu’il pourrait nous être utile ?
Florine : (ironique) Comment ? Tu veux te servir de l’air qu’il a dans la tête pour remplir notre réchaud à gaz ?
Sylvain : (agacé) Mais non… Sérieusement ! Il a assez de tchatche pour convaincre Jenny de nous laisser passer.
Florine : C’est l’idée la plus ridicule que…
Seb : Sylvain a raison, ça ne coûte rien d’essayer. Eh Greg !
Greg : Grégoire.
Seb : Ouais c’est ça. Où est ce que tu vas maintenant ?
Greg : Il y a un port à Carmin sur mer et un navire prêt à partir pour Hoenn. Et vous ?
Seb : Moi je vais au Cap d’Azuria et mes copains vont à Azuria-ville.
Florine : Tes « copains » ?
Seb : (avec sourire goguenard) Oui enfin mon copain et la jolie petite teigne qui l’accompagne.
Sylvain : On fait la même route, alors si tu veux venir avec nous…
Greg : (il semblait réfléchir) En général je ne voyage pas avec n’importe qui…
Sylvain : (il haussa un sourcil) N’importe qui ?
Florine : (vexée) Mais tu te prends pour qui espèce de gros c…
(Avant que cela ne dégénère, Seb prit Sylvain sous un bras, Florine sous l’autre et appuya fortement sur leurs épaules pour les forcer à s’incliner.)
Seb : Mais justement ils ne sont pas n’importe qui ! Il s’agit du fils du grand maître pokémon Sacha Ketchum du Bourg Palette. T’as forcement entendu parler de lui ! Et la demoiselle est la fille du professeur Jacky Léon, ancien assistant du fameux professeur Chen. Quant à moi je suis le fils d’un collectionneur réputé et de la meilleure amie de Marion du Conseil des Quatre.
(Puis il ajouta sur un ton flatteur assez convainquant.)
Seb : Et je suis, après toi bien entendu, le plus grand séducteur de la région.
Greg : (qui semblait un peu impressionné mais faisait tout pour le cacher) D’accord. Effectivement vous n’êtes pas « n’importe qui ». Je vais faire un effort puisque vous me semblez tous les trois sympas… (Il jeta un regard en biais à Florine.) Enfin presque tous.
(Alors qu’il s’était retourné, Seb relâcha ses deux amis. Sylvain affichait un air satisfait bien qu’un peu perplexe mais Florine très énervée agrippa le col du pull de Seb et le tira en avant pour que sa tête soit à la hauteur de la sienne.)
Florine : (qui grognait entre ses dents) Je ne veux pas voyager avec le nombril du monde : il ne vient pas avec nous !
Seb : (surpris sur le coup il retrouva vite son sourire enjoué) Tu plaisantes, avec lui au moins je sens qu’on va bien rigoler.
(Dans un élan de désespoir elle lâcha prise. Elle regarda les trois garçons s’éloigner en discutant et dans un long soupir se décida à les suivre.)
Sylvain : Greg, il faudrait réussir à passer le barrage de Jenny, elle ne laisse passer personne sur la route du Nord.
Greg : Appelles moi Grégoire s’il te plaît. Quoi elle bloque la route ? Pour tout le monde ?
Sylvain : Oui mais si tu pouvais faire ton, euh… ton « truc » sur elle comme pour les filles de l’autre jour on pourrait passer.
Greg : (hésitant) Moui mais c’est une agent Jenny…
(Il sembla réfléchir un moment mais finit par hausser les épaules.)
Greg : Ce n’est pas un problème. Venez, vous allez voir si elle ne laisse passer personne.
Seb : Chouette encore une démonstration de drague.
Florine : (sarcastique) Oh oui ça va être fascinant…
Sylvain : Aller Flo, grâce à Greg on va sortir de la ville et bientôt on sera à Azuria.
Florine : Entre rester ici et rester avec ce gars je crois qu’on a perdu au change…
Sylvain : (il perdit patience) Oh et puis tu m’énerves, arrêtes de te plaindre cinq minutes, quand c’est pas moi c’est Seb, quand c’est pas Seb c’est lui, et quand c’est pas lui c’est encore autre chose ! T’es vraiment pénible !
(Florine ne dit rien. Boudeuse, les bras croisés elle se mit à marcher en retrait derrière les trois garçons dans le mutisme le plus complet. Ils arrivèrent face à Jenny.)
Greg : Excusez moi, agent Jenny ?
Jenny : Qu’y a-t-il ?
Greg : J’ai appris que vous faisiez un barrage pour empêcher les gens de sortir de la ville ?
Jenny : C’est exact, et ça me permet de voir qui rentre dans ma ville.
Greg : Il est important pour moi de pouvoir sortir de la ville, s’il vous plaît.
Jenny : Non désolé jeune homme, c’est pour votre sécurité, la route est trop risquée en ce moment.
Greg : (il prit un air sérieux et un ton mimant la sincérité) Agent Jenny je viens d’Hoenn et je dois impérativement rentrer avant la fin du mois. Je suis maître-coordinateur et mes pokémon sont attendus pour une compétition importante.
Jenny : Non c’est non. Je ne vous laisserais pas sortir. Je fais ce qui me semble le plus sûr pour la ville, ses habitants et ses visiteurs.
Greg : Vous êtes admirable agent Jenny, mais avec tout le respect que je vous dois je ne pense pas que notre départ soit un danger pour la ville.
Jenny : Pour la ville non, mais pour vous si. Vous êtes trop jeunes pour…
Greg : J’ai quinze ans, c’est largement suffisant pour voyager d’une ville à l’autre. En plus, ces dresseurs que voici sont mes gardes du corps.
(Les trois autres eurent un mouvement de surprise mais réussirent à se contenir.)
Jenny : Ils me semblent bien jeunes pour être vos gardes du corps…
Greg : Ils sont dresseurs et très efficaces, ils se chargent des obstacles de la route. Vous qui pensiez à notre sécurité, ensemble nous sommes bien plus forts.
Jenny : Je regrette, c’est non.
Greg : (sa voix se fit plus tendre, plus sensible et même plus tragique) Je vous en prie agent Jenny ! Je risque de rater mon bateau à Carmin sur mer. Vous ne pouvez pas savoir ce que c’est pour moi. Je suis champion de Lavandia…
Florine : (entre les dents) Et nianiania, j’ai créé le monde en sept jours après avoir découvert la physique nucléaire… (Sylvain lui donna un violent coup de coude et lui siffla un « chut » énervé.)
Greg : Je dois me rendre aux compétitions masters, tout le monde m’attend moi et mon Heledelle. Cette compétition est très importante dans ma région, pire qu’une fête nationale. Mais elle ne se déroulera que s’il y a les quatre candidats et je suis l’un de ces quatre candidats attendus… Si je ne suis pas là bas dans trois semaines, le concours sera annulé. Je ne peux pas me permettre de rater cette compétition. S’il vous plaît agent Jenny…
(L’agent Jenny le regardait fixement, elle semblait hésiter. Greg avait adopté un regard innocent, ses beaux yeux bleu océan étaient très expressifs quand il laissait de côté son air prétentieux et supérieur. Avec une voix capable de prendre tous les timbres, il paraissait sincère.)
Jenny : Qui me dit que cette histoire n’est pas un monstrueux pipo ?
Greg : (avec une main sur la poitrine) Je vous le jure agent Jenny, regardez. (Il sortit une boite en bois et l’ouvrit, elle était remplie de rubans et de médailles, toutes présentées soigneusement sur du velours.)
Greg : Ce sont mes rubans. Vous voyez, je suis vraiment champion, je dois réellement me rendre à Nénucrique pour les masters. Ne vous inquiétez pas agent Jenny, tout ira bien pour nous, je vous en fais le serment.
(Sylvain, Seb et même Florine jetaient sur les rubans des regards impressionnés. A l’entendre parler, ça ressemblait à du vent, mais la vue de ces rubans constituait une preuve de son talent. Greg referma son coffret en regardant Jenny, un sourire charmant sur le visage.)
Jenny : (elle soupira) Bon… Je peux faire un écart pour cette fois. Mais c’est exceptionnel !
Greg : (reconnaissant) Merci mille fois agent Jenny ! En plus d’être charmante vous êtes compréhensive. Je ne vous remercierai jamais assez ! Je vous promet encore une fois que nous serons très prudents.
(Il lui s’inclina avec beaucoup de classe et de charme et passa son chemin.)
Sylvain : (plus que soulagé) A bientôt agent Jenny !
Seb : Merci agent Jenny et bonne chance à vous !
Florine : (d’une petite voix) Au revoir…
(Elle rattrapa les garçons, Seb et Sylvain étaient aux anges et Greg avait le visage triomphant, son air innocent s’était vite envolé.)
Seb : Alors toi t’es pas croyable, ah ah, bien joué Greg !
Greg : Grégoire.
Sylvain : (impressionné) Tous ces rubans sont vraiment à toi ?
Greg : (il parut vexé sur l’instant mais reprit aussitôt son air satisfait) Bien sûr qu’ils sont à moi ! Je suis vraiment un champion de concours pokémon.
Sylvain : Wouah… Tu dois être un éleveur formidable.
Greg : (avec un air plutôt rusé) Oui je crois… Par contre je ne suis pas vraiment aux masters. Parmi ces rubans il n’y a que trois catégories : normal, super et hyper.
Florine : (l’œil perçant) Tu l’as bluffé ?
Greg : (fier) Oui et sans problème. Je suis doué pas vrai ?
Seb : Et comment ! Un vrai baratineur !
Greg : (il sourit à Seb) Ah ah, merci mais tu finiras par me faire rougir.
Florine : N’importe quoi… A mon avis rien ne peut te faire rougir. (Greg lui adressa un regard fier et elle bougonna.) Et ça, c’est pas un compliment…

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]