Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 34
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : La fausse ville fantome: du Nord au Sud.
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 23/4/2007 à 21:21
Œuvre lue 80747 fois Dernière édition le : 24/4/2012 à 22:36
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 34

La fausse ville fantôme.

Partie II : Du Nord au Sud.

(Un bruit résonnait dans les oreilles du petit Gary, c’était comme des bruits de pas très pressés.)
Gary : Quelqu’un arrive. Zut. (Le garçon se mit à courir vers la montagne, bien décidé à aller se dissimuler quelque part pendant qu’on découvrait les quatre ados évanouis. Quelques secondes après que Gary soit suffisamment loin de ses victimes pour ne plus être vu, Sylvain et Grégoire arrivèrent en courant.)
Sylvain : Ils sont là ! Oh non !
Greg : Quoi ? Qu’y a-t-il ?
(Comme Sylvain il vit que ses compagnons étaient allongés sur le sol.)
Greg : Rah on arrive trop tard.
(Sylvain qui se jeta à genoux au près de ses amis.)
Sylvain : Florine ! Seb ! Vous m’entendez ?!?
(Il se rapprocha du visage de Seb pour voir dans quel état il se trouvait, il sentit le souffle de sa respiration et fut en partie soulagé. Il regarda Florine puis rapidement les deux autres.)
Sylvain : Ils sont en vie…
Greg : Sont ils blessés ?
Sylvain : Je n’en ai pas l’impression, c’est bizarre… (Il regarda les quatre dresseurs à tour de rôle avec un air perplexe.)
Greg : On dirait qu’ils dorment simplement.
Sylvain : Oui. Aller Flo debout, aller réveilles toi. Flo tu m’entends ? (Il la bougea un peu mais comme elle ne réagissait pas il s’occupa de Seb.)
Sylvain : Seb oh, tu m’entends ? Seb lèves toi, aller steu’plait.
(Lui non plus ne bougea pas d’un pouce, l’inquiétude qui avait quitté Sylvain après qu’il aie vu ses amis respirer encore revint rapidement. Greg regarda ses deux amis allongés, Absol puis la belle Natacha et son copain. Il fronça les sourcils en réalisant qu’il manquait une pièce au décor : le gamin aux cheveux blancs.)
Greg : (en marmonnant) Je savais que ce gamin n’était pas normal…
Sylvain : Ils veulent pas se réveiller… Greg…
(Greg semblait beaucoup réfléchir, il avait sur son visage quelques traits tirés, signes de l’inquiétude qui commençait à le gagner lui aussi.)
Greg : Allons Sylvain restons calmes, ils vont bien finir par se… Par se réveiller.
Sylvain : T’en es sûr ?
Voix : Non. (Les deux jeunes garçons se retournèrent et virent un homme qui avait l’air particulièrement âgé. Il était plié en deux et avançait d’un pas très lent en s’appuyant sur sa canne dont le pommeau représentait une tête de psykokwak.)
Sylvain : Qui êtes vous monsieur ?
Homme : Je m’appelle Monsieur Fugi.
Sylvain : (surpris) Monsieur Fugi ? Le Professeur D.Fugi ? C’est vous qui avez fondé la SPP ?
Fugi : Oui c’est moi kof kof… Vos amis, ils ont été hypnotisés ?
Sylvain : Oui je pense… Par un pokémon spectre.
Fugi : Alors ils ne se réveilleront pas avant un moment, voir même jamais.
Sylvain : (dans un sursaut) Quoi ?!?
Greg : Si c’est de l’humour, ce n’est pas très drôle monsieur Fugi.
Fugi : Malheureusement je ne plaisante pas jeune homme.
Greg : L’attaque hypnose est une technique pokémon, elle est utilisée très souvent que ce soit en concours, en combat ou dans les séances de spiritisme.
Sylvain : (il lui lança un regard en biais) Comment tu sais ça toi ?
Greg : (ignorant la réflexion de son ami) Je n’ai jamais entendu parlé de personnes plongées dans un sommeil éternel.
Fugi : Alors tu connais mal cette technique mon garçon. (Il s’approcha des quatre autres évanouis et passa devant Greg les joues légèrement rosées : il était trop susceptible pour entendre un vieil homme critiquer ses connaissances en matière de pokémon.)
Sylvain : Monsieur Fugi je suis d’accord avec Greg, comment un pokémon peut il faire une telle chose ?
Fugi : Les ectoplasma très puissants sont les seuls qui peuvent provoquer ce genre de chose. Kof, kof, ils ne doivent pas utiliser cette technique contre les humains, c’est trop intense, les rêves que font les personnes plongées dans le sommeil hypnotique…
Sylvain : Oui ? Et bien ?
Fugi : Kof kof, ils ne font pas des rêves ordinaires, ils mènent une autre vie, ailleurs… C’est assez étrange comme phénomène personne jusqu’à aujourd’hui n’a pu l’expliquer et d’ailleurs beaucoup ont très peur de cette technique d’hypnose.
Sylvain : Mais qu’est ce qu’on peut faire pour les aider ?
Fugi : Il faudrait une pokéflûte… Autrefois j’en possédais une mais kof kof cela fait longtemps qu’elle est cassée et inutilisable, vous devrez chercher cette flûte ailleurs.
Greg : Ils ne se réveilleront pas sinon ?
Fugi : Vous avez un peu moins d’une semaine si on ne les conduit pas à l’hôpital. S’ils ne se réveillent pas durant cette période ils mourront. À kof kof, à l’hôpital ils seront plongés dans le coma artificiellement et ce sera plus difficile de les réveiller même avec une pokéflûte.
Sylvain : Ne les emmenez pas à l’hôpital !
Fugi : Kof, kof, je ne comptais pas le faire, kof. Emmenez les à mon refuge en attendant de commencer vos recherches.
[…]
(Sébastien chevauchant son galopa depuis plusieurs kilomètres déjà arriva près d’une petite chaumière de paysan. Devant la porte en bois se trouvait une jeune femme en train d’étendre son linge sur une corde accrochée entre deux arbres. Elle n’était vêtue que d’une robe marron usée dans le bas et avait un tablier blanc recouvert de taches d’eau autour de la taille. Sébastien et ses quatre pokémon s’approchèrent de la jeune femme. À côté de la porte se trouvait un caninos au poil sale mais qui avait l’air en pleine forme. En sentant l’homme arriver il releva la tête et grogna. La jeune femme qui s’en aperçut se retourna vers le cavalier qui pu alors voir son visage. La jeune femme était très jolie : une rousse avec des yeux verts et quelques tâches de rousseurs qui n’était autre qu’une Florine âgée d’une bonne dizaine années de plus.)
Sébastien : Oh là Tornade. Bonjour damoiselle, pourriez vous m’indiquer la direction de Lavandia ?
(La jeune fille leva la tête et regarda l’homme qui lui souriait. Elle paraissait un peu surprise et s’approcha du sentier.)
Florine : Euh… Oui. Vous continuez de suivre la route vers le Sud et au prochain croisement prenez vers l’Est. Vous apercevrez la tour pokémon au loin.
Sébastien : (en inclinant la tête) Je vous remercie b…
Voix : Eh fille de rien ! Toujours à essayer de laver ton linge ? Tu ne voudrais pas laver ton âme non ?
(Le cavalier se retourna surpris et vit deux garçons au loin en train de pointer du doigt Florine. Ils la huaient et Florine les regardait d’un œil très noir en serrant entre ses mains un tablier propre.)
Garçon2 : Retournes en Enfer ! Sorcière !
Florine : (le bras tendu vers eux) Heart attaque morsure ! (Un medhyena jaillit de derrière la chaumière et s’élança sur le sentier en hurlant après les deux garçons, la bave au coin de la gueule. Ils sursautèrent en apercevant le pokémon courir vers eux et prirent leurs jambes à leur cou.)
Garçon : Fille du diable !
Garçon2 : On te brûlera !
Graw ! Graw !
(Sébastien regarda les deux garçons s’enfuir poursuivis par le pokémon ténèbre. Il se tourna vers la jeune femme, celle-ci était déjà retournée au près de sa bassine de linge. Sébastien hésita il avait recommencé à avancer mais il arrêta de nouveau son galopa.)
Sébastien : Excusez moi mais…
Florine : (très sèche) Quoi ?
(Il la regarda perplexe puis celle-ci inclina la tête en s’efforçant d’avoir l’air polie.)
Florine : Pardonnez moi mon seigneur, que vouliez vous dire ?
Sébastien : Je voulais juste savoir qui étaient ces importuns et de quel droit vous traitaient t’ils ainsi.
Florine : Je n’y prends plus garde. (Au même instant, le medhyena revint auprès de la paysanne, un morceau de tissu dans la gueule, il devait provenir de la culotte d’un des deux garçons.)
Sébastien : Je n’en suis pas convaincu.
Florine : (elle soupira) Vous savez quant on naît avec les cheveux rouge ce n’est pas toujours facile… En fait ce n’est jamais facile.
Sébastien : Je ne vois pas en quoi cela est affligeant.
Florine : C’est la couleur du malin. Pour eux je suis sois une sorcière sois une fille de… (Elle claqua le drap dans l’eau avec rage et le cavalier finit par descendre de son cheval de feu.)
Sébastien : Quel est votre nom ? Si ce n’est pas indélicat de ma part de vous le demander.
Florine : Je m’appelle Fleur O’Connor. (Sébastien se rapprocha de la jeune fille mais s’arrêta à l’entrée du jardin de la jeune femme car il n’avait pas été invité à rentrer. Il vit à la fenêtre de la chaumière une tête apparaître derrière le rideau gris. Il s’agissait d’une autre femme qui se dépêcha de s’éloigner de la fenêtre en apercevant Sébastien.)
Fleur : Et vous Monseigneur ? Je ne pense pas vous avoir déjà vu dans la région.
Sébastien : Comte Sébastien De Woincourt, pour vous servir mademoiselle. Le roi m’a fait quérir, je ne sais pas pourquoi. Je suis le plus jeune seigneur de la région, c’est la première fois que je sors de ma lointaine contrée.
Fleur : Vous devez voir le roi ? Vous ne devez pas aller à Lavandia alors, il vous faut aller jusqu’au Château Safran au Sud Ouest, c’est beaucoup plus loin.
Sébastien : Oserai-je vous demander de m’accompagner jeune paysanne ?
Fleur : (un peu étonnée) En quel honneur Monseigneur ?
Sébastien : (avec un sourire) Parce que j’ai besoin d’un guide et que vous m’êtes sympathique.
Fleur : Navrée de refuser Seigneur mais… Je vous l’ai dit, avoir les cheveux rouge ne simplifie pas les choses, j’évite d’aller au village ou au château sauf en cas d’extrême nécessité, pour les commissions urgentes… Comprenez que je ne suis pas la bienvenue, ni à Lavandia, ni au château.
Sébastien : (amusé.) Je comprends mais j’ai cru remarquer que vous n’étiez pas du genre à apprécier d’être traitée de la sorte. Avouez le : vous aimeriez pouvoir affronter de face ces mauvais juges.
Fleur : (elle réfléchissait les yeux rivés sur sa bassine de linge) Il me coûterait de… Oui, oui après tout… (Elle leva les yeux vers Sébastien.) D’accord mon Seigneur, je vous mènerai au château Safran.
Sébastien : J’en suis ravi. Voulez vous un instant pour vous préparer ?
Fleur : Accordez moi quelques minutes messire De Woincourt.
Sébastien : (toujours avec le même sourire) Je vous les accorde.
(Elle reposa le linge et entra dans la chaumière où un goupix dormait près du feu de la cheminée. Une autre femme se tenait près du sellier et rangeait des poissons séchés. Elle avait l’air très nerveuse et tordait la queue d’un des poissons.)
Fleur : Alisson je vais en ville.
Alisson : (dans un sursaut) Quoi ?!? Fl… Fleur ça ne va pas ? Tu n’as rien à faire en ville aujourd’hui et… Et… Qui est cet homme dehors ?
Fleur : (dans un haussement d’épaules) Le seigneur d’un canton voisin.
Alisson : C’est avec lui que tu comptes partir ? Mais… Mais enfin c’est peut être un barbare ! Ou même si c’est un seigneur que crois tu qu’il veuille faire de toi ?
(Fleur lui lança un regard perçant qui inquiéta d’avantage sa sœur.)
Fleur : Merci je sais me défendre mais il a l’air de bonne foi.
Alisson : Fleur tu sais que nous ne sommes pas comme…
Fleur : Oui nous sommes les filles du diable je sais ! Tout à l’heure deux bâtards me l’ont encore rappelé et c’était la dernière fois!
(Elle enleva son tablier, sa robe marron et enfila une autre robe, plus clair, plus propre et moins usée puis attacha ses cheveux avec un vieux ruban vert.)
Fleur : Je te laisse Caninos et j’emmène Heart et Lord. Lord ? Debout.
Goupix ? Gouuuu, pix.
Alisson : (en tremblant) Mais… Mais… Et… Et… Et la lessive qui va…
Fleur : Toi pardi !
Alisson : Quoi ?!? Mais je ne veux pas sortir ! Fleur !
(Fleur sortit de nouveau dans le jardin sous l’air ahuri de sa sœur et se dirigea vers le cavalier toujours pied à terre.)
Sébastien : Voulez vous monter sur mon galopa ?
Fleur : Non merci, j’ai l’habitude de marcher messire.
Sébastien : A votre guise. Vous seule savez si la route est longue ou non.
[…]
(Seb et Florine continuaient de rêver tandis que Greg et Sylvain les conduisaient au refuge de Fugi. Sylvain, l’absol de Seb entre les bras, s’essoufflait vite, plus vite en tout cas que Grégoire qui portait Florine dans ses bras. Natacha était allongée sur le dos de Gradhyena, Remus était porté par Braségali et les deux pokémon de Greg suivait de près le vieux bonhomme de la SPP. Seb pour finir était porté par son propre Kangourex qui fermait la marche. Ils arrivèrent au bout d’un bon quart d’heure au refuge de Fugi situé juste en face de la maison mortuaire de Lavanville, le nouvel emplacement des tombes pokémon.
Ils déposèrent Florine, Seb et Natacha sur un vieux canapé, Remus dans un fauteuil et Absol sur un tapis par terre. Quelques petits pokémon : un togépi, un teddiursa et un pikachu vinrent renifler le pokémon assoupi et Fugi les fit doucement reculer en agitant un peu sa canne.)
Greg : Et maintenant ? La pokéflûte ? Comment la trouver ?
Fugi : C’est un, kof, objet rare. Les principaux possesseurs de ce type d’instrument sont des collectionneurs et quelques dresseurs. C’est kof kof, plus courant chez les dresseurs de pokémon spectres et psychiques.
Sylvain: Léo du cap d’Azuria n’avait pas ça dans sa collection d’objets pokémon?
Greg : Non je ne me rappelle pas avoir vu cela. Et les Léon ils n’auraient pas cette flûte ?
Sylvain : (avec un air dépité) La pokéflûte de Al est cassée aussi. Je me souviens qu’Izzy a été puni quinze jours pour l’avoir fait tombé sur le carrelage, elle s’est complètement brisée…
Fugi : Le seul dresseur à ma connaissance qui soit à coup sûr en possession kof kof d’une pokéflûte c’est Mortimer.
Greg : Mortimer ? C’est qui ça Mortimer ?
Sylvain : (en claquant des doigts) Je me souviens : c’est un ancien champion d’arène, mon père le connaît.
Greg : Jamais entendu parlé.
Sylvain : Je devais avoir deux ans maximum lorsqu’il a abandonné son titre. C’était un dresseur de pokémon de type spectre et ténèbre.
Fugi : Oui kof kof il était le champion de Rosalia.
Greg : Rosalia ? Mais c’est loin, c’est à Johto !
Sylvain : Je ne sais pas s’il y vit encore tu sais… Mais c’est vrai que je ne vois pas comment on peut aller aussi loin en si peu de temps.
Greg : Le professeur Léon.
Sylvain : Hein ? Qu’est ce que Jacky viens faire là dedans ?
Greg : (avec un rire nerveux) C’est le réflexe de Florine : dès qu’elle a un problème elle appelle son père, ou sa mère quand cela concerne les rockets mais là le professeur Léon est peut être plus approprié.
Sylvain : J’en sais rien parce que les champions c’est plutôt l’affaire de Al… Mais qu’est que j’ai à me prendre la tête avec des détails pareils ?!? J’appelle au labo tout de suite !
(Sylvain prit le portable de Florine et composa le numéro du laboratoire du Bourg Palette.)
Jacky : Allo Florine ?
Sylvain : Euh non c’est Sylvain.
Jacky : Salut Sylvain, alors comment ça se passe ?
Sylvain : (mal à l’aise) Et bien… En fait là je t’appelle pour un renseignement. (Greg lui donna un coup de coude pour qu’il mette le haut parleur sur le téléphone.)
Jacky : Oui ?
Greg : Bonjour professeur c’est Grégoire, nous voudrions savoir où trouver l’ex champion d’arène de Rosalia : Mortimer.
Jacky : Mortimer ? Je vois qui c’est mais personne ne sait où il se trouve aujourd’hui.
Sylvain : Quoi ?
Jacky : Il est parti en voyage tout seul et maintenant on raconte qu’il vit en ermite quelque part, malheureusement… Personne ne sait où il est.
Greg : Vous en êtes sûr ? Il n’y a vraiment personne ? Il n’avait pas de famille ou d’amis ?
Sylvain : Les autres champions ils ne savent pas non plus ?
Jacky : (pensif) Non…À moins que Sakura sache quelque chose, après tout c’est elle qui a repris son arène.
Sylvain : Jacky c’est urgent.
Jacky : Pourquoi ?
Sylvain : Euh… En fait Seb et Florine ils…
Jacky : (dans un léger sursaut) Florine ? Il est arrivé quelque chose à Florine ?
(Greg lança un regard très vif vers Sylvain.)
Jacky : Quoi ? Dites moi, qu’est ce que vous me cachez ?
Greg : (mal à l’aise) Ah-hem… Florine… Et Sébastien, ont été hypnotisés.
Jacky : Pardon ? Hypnotisés, comment ça ?
Greg : Par un pokémon spectre.
Sylvain : Le vieux Fuji nous a dit qu’il fallait une pokéflûte pour les réveiller.
Jacky : Hypnotisés ? Vous ne pouviez pas me le dire plus tôt ?!? Je vais vous trouver une pokéflûte !
Sylvain : Mortimer Jacky, Mortimer en a une.
Jacky : Oui j’ai compris. Je file à Rosalia, je vous rappelle tout à l’heure !
[…]
(Lorsque Fleur, Sébastien et leurs pokémon arrivèrent au village Safran tous les regards accusateurs, dénonciateurs, méchants, se posèrent sur Fleur, sur son visage trop malicieux et sur sa chevelure vive. D’autres moins craintifs des forces démoniaques se tournaient vers le chevalier qu’ils n’avaient jamais vu auparavant dans la ville. Ses armoiries n’étaient d’ailleurs pas connues.
Ils passèrent près d’une porcherie où des cochignon et des marcacrin se roulaient joyeusement dans la boue. Lorsque l’éleveur vit la jeune femme il se racla la gorge et cracha un immonde glaviot de dégoût dans la fosse des pokémon porcs, et quand ils passèrent à côté de la fontaine les femmes qui venaient puiser de l’eau s’enfuirent en voyant Fleur. L’un des paysans qui gardait un troupeau d’écremeuh courut jusqu’à l’église prévenir le prêtre du village de l’arrivée de la jeune femme. Fleur frissonna à la fois de crainte et de haine pour tous ses détracteurs. Sébastien toujours sur le dos de son galopa poussa son pokémon à se rapprocher de Fleur, de peur que quelqu’un s’attaque à elle s’il n’assurait pas assez sa protection. Le curé aperçut le chevalier près de Fleur et ne fit que le signe de croix pour protéger sa paroisse et ce comte inconscient. Le paysan s’en retourna auprès de ses pokémon tandis que l’étrange cortège continuait sa route vers le château.)
Fleur : (en marmonnant) Je savais que je n’aurais pas dû venir ici.
Sébastien : Personne ne vous attaquera, vous êtes sous ma protection et personne n’est assez croyant ou téméraire pour défier un comte. Qui plus est un comte bien épaulé.
(Il fit un clin d’œil à Herbizarre, Evoli et Tétarte et les trois pokémon crièrent à l’unisson une sorte de devise pokémon du style : « Un pour tous, tous pour un ! ». Fleur détourna légèrement la tête pour leur jeter un coup d’œil mais ne dit rien. Elle et Sébastien avaient un peu parler sur le chemin tant qu’ils n’étaient que tous les deux. Elle savait d’où il venait, qu’il était comte, que son père était mort, et lui savait qu’elle n’avait plus que sa sœur ainée, craintive et aussi rousse qu’elle et que si elles s’hasardaient trop aux villages elles risquaient le bucher de l’inquisition.
Les pokémon reflètent souvent l’âme de leurs maîtres de par la manière dont ils sont dressés. Pour Fleur il était indéniable que Lancelot, Herbizarre et Perceval étaient de bons pokémon, tout comme Tornade, donc en toute logique le chevalier De Woincourt devait être lui aussi quelqu’un de bon.)
Vieille femme : Sorcière !
Fleur : (entre les dents) Oh la ferme.
Sébastien : Les gens sont un peu trop méfiants ici… Ou trop influençables.
Fleur : J’aurais dû emmener une cape, ils nous auraient laisser tranquille.
Sébastien : Vous auriez eu trop chaud avec une capuche Miss. De toute façon ne faites pas attention, ils sont très bien vos cheveux.
(Elle le regarda blasée mais il lui sourit quand même très gentiment. Ils étaient finalement arrivés jusqu’à un autre rempart de fortification autour d’un très beau donjon richement décoré.)
Sébastien : J’ai l’impression que nous arrivons au château non ?
Fleur : Oui. Ce n’est pas une grande idée que j’y entre mais je ne peux pas retraverser la ville seule, même avec Heart et Lord les villageois m’attraperaient…
Sébastien : Alors restez avec moi.
(Au-delà du pont-levis se trouvait la cour intérieure du château. Si les archers des tours n’avaient vu que le chevalier et n’avait pas remarqué la couleur des cheveux de Fleur, ce détail n’échappa pas aux deux gardes et à leurs quatre caninos qui surveillaient l’entrée depuis le sol. Ils se placèrent sur le passage de la petite troupe et stoppèrent ainsi la progression du chevalier qui marchait à côté de Fleur. Leurs pokémon restèrent bien tranquillement derrière Galopa alors que les caninos s’étaient assis aux côtés des deux gardes. Fleur, Sébastien et leurs compagnons étaient bloqués sous l’arche d’entrée du château fortifié, juste après le pont-levis, les deux soldats eux gardaient le passage vers l’intérieur de l’enceinte.)
Sébastien : Oh là Tornade. Le roi m’a fait quérir.
Garde : (les yeux rivés sur Fleur) Dehors ! Fille du malin !
Sébastien : Cette jeune femme est avec moi.
Garde2 : Alors vous aussi vous n’êtes pas le bienvenu !
Warf warf ! Grrrr… (Les caninos royaux restaient en position d’attaque face aux deux adultes qui tentaient de rentrer dans l’enceinte du château.)
Garde : Partez ou affrontez les gardes royaux ! Caninos prêts à charger !
Warf !
Sébastien : (les sourcils légèrement froncés) S’il faut forcer le passage ce ne sera pas un problème, alors écartez vous mes amis.
Fleur : (énervée) Laissez messire je m’en charge, Heart, Lord, en avant !
Goupi !
Graw !
Garde : Ces créatures sont démoniaques… (Il voulut tirer son épée dans l’intention de frapper l’un des deux compagnons de Fleur mais quand il l’extirpa du fourreau Goupix lança un formidable lance flamme qui brûla la main du garde et le força à lâcher son arme.)
Garde : Sorcière ! Caninos à l’attaque ! Débarrassez nous de ces deux pokémon diaboliques !
(L’un des quatre caninos se jeta sur medhyena la gueule ouverte, probablement dans l’intention de le mordre au niveau du cou. Medhyena fit un saut de côté pour éviter que son adversaire l’atteigne. Il se retourna en grognant, essayant de faire marcher son intimidation sur caninos. Le deuxième pokémon chien se précipita sur Goupix qui utilisa sa vive attaque pour le contourner et le frapper par derrière. Le troisième caninos sauta sur goupix qui avait eu le dessus sur le premier chien. Les deux pokémon commencèrent un corps à corps, crocs sortis. Ils se mordaient tous les deux en se roulant sur le sol. Pendant ce temps, les deux autres caninos encerclaient le medhyena courroucé qui avait son poil redressé. Il grognait plus fort que les deux caninos réunis, les deux chiens semblaient impressionnés mais ils étaient suffisamment bien dressés pour ne pas se laisser paralyser par la peur. Ils attaquèrent malgré tout leur adversaire bien décidé à ne pas se laisser faire.)
Garde2 : Vos créatures malignes ne viendront pas à bout des gardes royaux !
(Fleur crispait ses mains, se retenant de vociférer les pires insultes et de serrer le poing. Elle avait une totale confiance en ses pokémon mais à quatre contre deux c’était déloyal. Sébastien à côté d’elle fronçait de plus en plus les sourcils, outré par l’attitude des deux gardes.)
Sébastien : Quatre contre deux, ce n’est pas équitable. Lancelot avances toi !
Fleur : (sur un ton ferme en lui jetant un rapide coup d’œil) Laissez moi régler ça messire, je peux me débrouiller seule.
Sébastien : Il ne sera pas dit qu’un chevalier laissera une damoiselle se battre seule face à deux guerriers. Lancelot jet d’o !
(Le tétarte qui s’était avancé sur ordre de Sébastien expédia un jet d’eau puissant sur l’un des deux caninos qui se rapprochaient de Medhyena. Il l’expédia contre le mur de pierres et l’autre caninos se retourna pétrifié vers ce pokémon aquatique. Medhyena profita de cette baisse d’attention pour se jeter sur l’autre caninos et utiliser son attaque morsure contre lui. Goupix se fatiguait rapidement, il regardait alternativement le pokémon feu qui lui avait ouvert la patte droite avec ses crocs et le second qui lui avait arraché tellement de poils dans la bataille qu’une partie de son dos était nu. Il était essoufflé et sa patte saignait mais il n’en restait pas moins décidé à se battre. La température montait dans sa gorge, il n’allait pas pouvoir retenir les flammèches qui venaient inconsciemment pour brûler ces deux pokémon canins.)
Sébastien : Lancelot va aider goupix !
(Le tétarte se retourna pour regarder les deux caninos face à goupix. Il se mit à courir vers eux et cogna l’un des deux avec un coup de poing magistral.)
Fleur : Flammèches !
(Ce ne fut pas la peine de se répéter, Goupix lança immédiatement les flammes qui le démangeaient au fond de sa gorge sur l’un des caninos. Après l’avoir brûlé il sauta sur lui dans quelque chose qui ressemblait à une technique façade. Medhyena, plus hargneux que son camarade goupix, ne laissait pas de répit à caninos. Le pokémon avait beau essayer de le mordre la mâchouille de medhyena était plus puissante et impossible à contrer. L’autre caninos avait estimé que le Tétarte était plus gros, plus imposant que medhyena et que son adversaire avait plus besoin d’aide que celui qui affrontait le medhyena. Tétarte était peut être plus impressionnant que medhyena, mais il était clair, pour un observateur extérieur, que le caninos en train d’affronter medhyena avait beaucoup plus besoin d’aide, que celui qui combattait le pokémon eau. Pourtant le caninos, prêt à attaquer, fonça sur Lancelot et c’est ainsi que deux des caninos se mirent sur tétarte, un contre goupix et le dernier mal en point face à medhyena.)
Garde : Ils ne s’en sortiront pas… Quels diables, il faut appeler de l’aide.
Garde2 : (les yeux plissés) Oui… À nous la garde !
Fleur : Mais fermez là ! Heart tu peux l’avoir continues tes morsures ! Lord vive attaque !
(Le goupix courut entre les quatre caninos et les deux soldats, frappa le caninos qui luttait contre Lancelot puis chargea son propre adversaire. Ce dernier se releva rapidement en grognant et rattrapa goupix en le mordant à l’une de ses pattes qui n’était pas encore blessée. Tétarte prit Caninos entre ses mains le souleva, sauta et le claqua sur le sol dans une technique frappe atlas. Il voulut sur ordre de Sébastien enchaîner avec un plaquage mais le caninos ouvrit la gueule et libéra un lance flamme qui brûla les pattes du tétarte. À côté de lui Heart dominait totalement son adversaire, enchaînant les attaques charges et morsures, Fleur n’avait pas de mal à le diriger tellement ses enchaînements lui venaient vite et naturellement. En revanche Goupix était en mauvaise passe. Ses flammèches brûlantes n’avaient pas beaucoup d’effets sur d’autres pokémon feu et le caninos royal finit par le projeter violemment en arrière dans une attaque bélier.)
Fleur : Lord ! Lord tu vas bien ? (Elle se rapprocha de son pokémon pour le ramasser, il avait l’air un peu sonné et sa blessure à la patte saignait encore. Le caninos voulut alors se jeter sur elle. Il prit son élan, bondit mais Sébastien fut plus rapide que lui. Il sauta de sa monture et pointa son doigt sur le caninos avant même qu’il finisse de prendre son élan.)
Sébastien : Tornade lance flamme !
(Le galopa envoya un jet de flamme qui carbonisa littéralement le poil du caninos ennemi. Le pokémon tomba sur le sol et se mit à tourner sur lui-même en criant de douleur.)
Key key key!
Garde: Caninos!
(De son côté, Heart en avait fini avec l’un des caninos. Le pokémon feu était étalé sur le flanc. Tétarte pour finir donnait de furieux coups de poings qui tenaient à distance les deux derniers caninos. Fleur se releva, son goupix entre les bras et regarda Lancelot continuer à se battre.)
Garde3 : Arrêtez !
(Au son de cette voix les soldats se mirent au garde-à-vous et leurs caninos s’arrêtèrent d’attaquer. Ils s’écartèrent pour laisser passer un autre soldat qui, aux vues de sa tenue, était sûrement plus gradé que les deux autres. Il s’avança vers Sébastien et Fleur en lançant à la jeune fille un regard vraiment hautain. Frustrée, elle crispa ses doigts, prête à lancer un nouvel ordre pour son pokémon encore valide mais le garde ne fit rien contre elle, il tourna les yeux vers le chevalier blond.)
Garde3 : Etes vous Sire Sébastien Pierre Godefroy De Woincourt ?
Sébastien : Lui-même.
Garde : Sa majesté vous attend.
(Il fit signe aux deux autres gardes de s’écarter, ce qu’ils firent promptement. Lui-même s’inclina légèrement en indiquant le passage menant à l’intérieur du château. Sébastien le remercia et commença à s’avancer, suivi de près par Fleur qui était observée par un œil sombre et mauvais venant du troisième garde, elle tenait toujours son goupix entre les bras. A l’entrée du château il confia son galopa Tornade à l’un des deux nouveaux gardes de la grande porte.)
Garde : Halte femme. Où comptez vous aller ?
Sébastien : Laissez, elle est avec moi.
Garde : Mais… Comment ça Sire ?
Sébastien : C’est ma… Servante. Je n’ai plus d’écuyer alors cette jeune femme le remplace, y voyez vous quelque inconvénient soldat ?
Garde : (il s’inclina très humblement) Aucun, messire… C’est tout droit pour accéder à la salle du trone.
(Lorsqu’ils furent hors de vue et surtout hors d’oreilles des trois gardes du roi, Sébastien se remit à parler à sa jeune amie, avec une voix très amicale beaucoup moins noble que celle qu’il avait pris pour adresser la parole aux soldats.)
Sébastien : Excusez moi de vous avoir qualifié de « servante », mais sans vous offenser je me voyait mal prétendre que vous étiez ma promise, avec vos hem, guenilles, et surtout ils n’auraient pas compris que je puisse vous emmener avec moi lors d’une quête.
Fleur : Oh je ne l’avais pas mal pris Sire. Je ne suis qu’une servante de ce royaume en revanche mes « guenilles » sont les seuls vêtements que je peux m’offrir et j’en prends grand soin, alors s’il vous plaît ne les dénigrez pas.
Sébastien : Je double mes excuses…
(Ils avançaient dans le long couloir de l’entrée et arrivèrent au grand hall. Un homme à l’air coincé s’avança et Sébastien se présenta. L’homme ne dit rien et se contenta d’acquiescer de la tête et de s’éloigner pour joindre une immense porte qui s’entrouvrit à peine pour laisser passer l’homme.)
Sébastien : Vous ne semblez pas avoir peur de dire ce que vous pensez, cette audace vous vaudrez plus d’ennuis que vous en avez déjà. Comprenez que ce que je viens de vous dire est un compliment.
Fleur : (essayant de cacher son amusement) J’ai cru comprendre Sire… Je sais que je ne devrais pas vous parler ainsi mais vous êtes si compréhensif.
Sébastien : Non, c’est moi qui vous aie blessé injustement, vos « guenilles » pardonnez moi, vous vont très bien et valent, juste parce qu’elles sont sur votre peau, autant qu’une robe de duchesse.
Fleur : Merci Messire…
Sébastien : Je… (Il fut interrompu par le son des trompettes qui résonnaient dans le grand hall. Deux arcanin et deux soldats gardaient l’entrée de la salle du trone et au son des trompettes ils ouvrirent les grandes portes. Ils laissèrent entrer le conseiller royal et son nirondelle suivis de près par Sébastien et Fleur. Les deux soldats jetèrent un regard de biais à Fleur dont la chevelure flamboyante ressemblait encore plus à un feu sous l’éclairage de la pièce. Un grand homme mince avec une canne se tenait devant le double trone seulement occupé par un Remus barbu, du double de l’âge de celui que Sylvain et les autres avaient rencontré. Il était vêtu comme un vrai monarque et coiffé d’une couronne en or. Le grand homme debout à l’air coincé s’avéra être l’homme qui devait annoncer l’identité des nouveaux venus et présenter le roi à ses sujets.)
Annonceur : Sa majesté Romulus IV, fils de Romulus III, roi de Kanto.
(L’annonceur avança aux côtés du premier conseiller et s’inclina devant le roi avant de remettre a parler haut et fort.)
Annonceur : Comte Sébastien Pierre Godefroy De Woincourt, du Plateau Indigo.
Sébastien : (il s’inclina) Mes hommages majesté. (Fleur s’inclina beaucoup plus humblement et plus longtemps que son ami et resta en retrait derrière Sébastien avec tous leurs pokémon. Elle avait reposé Lord sur ses pattes et le goupix léchait sa patte blessée en attendant d’être mieux soigné.)
Roi : Vous pouvez vous relever comte.
Sébastien : Vous m’avez fait demander alors je suis venu de ma lointaine contrée pour vous rencontrer majesté.
Roi : Et je vous en rend grâce. Chevalier, on m’a rapporté que vos pokémon étaient les mieux dressés de toute la région et royaumes voisins, est-ce exact ?
Sébastien : C’est ce que les gens disent et je crois que c’est ce qu’ils pensent réellement.
Roi : Votre modestie montre bien votre noblesse d’âme mais je souhaiterais une réponse claire. Etes-vous bien capable de vaincre n’importe quel pokémon avec l’aide des vôtres ?
Sébastien : Sire… J’ai vaincu tous ceux que j’ai eu à affronter jusqu’à présent, des plus faibles jusqu’aux plus forts des forts, ceux que l’on disait imbattables.
(Fleur qui se faisait vraiment très discrète, son medhyena et son goupix cachés derrière elle, tourna la tête vers le chevalier pour le regarder comme si elle espérait voir sur son visage la preuve qu’il était réellement un dresseur de pokémon hors du commun. Elle ne vit que les quelques traces de poussières de son voyage, il était beau, noble et quand même bien plus propre qu’elle.)
Roi : Bien. Alors Comte de Woincourt j’ai un nouveau défi à te soumettre. Si tu réussis la quête que je te demande, je t’offrirais des terres dans mon royaume ainsi que le titre de Duc.
Sébastien : (un peu étonné) Vous… Vous m’offrez un duché ? Dans votre royaume ? Mais je ne suis… Je suis bien un chevalier et un comte mais je reste un étranger.
Roi : Pas si vous réussissez à ramener dame Natalia.
Fleur : (dans un murmure) La princesse ?
(Elle se tourna pour regarder le roi cette fois ci. Elle restait le dos vouté derrière Sébastien pour ne pas trop se faire remarquer et n’osa pas regarder le roi dans les yeux. Si elle le faisait elle craignait de se faire enfermer dans les geoles du château sous prétexte d’avoir voulu l’ensorceler avec son regard de sorcière. Mais elle voulait être sure de bien entendre.)
Roi : Ma jeune promise a été enlevé par un dément, il l’a emmené pour quelques obscures raisons dans la montagne au Nord de la citée, dans un lieu que l’on nomme la Tour Pokémon.
(Les yeux de Fleur s’écarquillèrent même si personne ne le remarqua. Sébastien entendit très nettement un bourdonnement provenant des chuchotements des gens présents dans la grande salle : soldats, conseillers, serfs et servantes tous confondus parlaient et on sentait l’anxiété ambiante.)
Sébastien : D’accord majesté, je veux bien aller chercher votre reine mais c’est un homme qui l’a enlevé, pourquoi me faire quérir pour mes pokémon alors que votre armée devrait faire l’affaire ?
Roi : Hélas non. La montagne du Nord est infestée de pokémon sauvages, la tour également. Mais surtout le fou qui l’a emmené reste inaccessible pour les simples soldats non accompagnés de pokémon. Cet… Cet homme possède lui aussi certaines de ces créatures.
Sébastien : Très bien majesté, j’accepte de mener cette quête pour vous et votre reine.
Fleur : Sire. (Cette fois elle passa devant Sébastien et se mit à genoux devant le roi en faisant très attention de garder la tête baissée.)
Fleur : Majesté il ne faut pas envoyer un homme seul à la tour pokémon. Tout le monde dans ce royaume sait bien que c’est un lieu dangereux et mau…
Roi : Silence !
Fleur : (elle releva la tête, bien décidée à ne pas s’arrêter de parler.) Même un chevalier avec des pokémon ! Il ne faut pas envoyer seul le comte De Woincourt, ses pokémon ne suffiront pas.
(Les gens chuchotèrent d’avantage et s’agitèrent. Les mailles et les casques des soldats cliquetaient, ils s’apprêtaient à se précipiter sur la femme.)
Roi : Pour qui te prends-tu pour parler aussi impunément à ton roi ? Sans permission, sans y avoir été invitée ? Tu n’as rien à faire dans cette salle et tu n’as pas à ouvrir la bouche femelle.
Fleur : Mais… Majesté il ne faut…
Roi : Silence ! Ou je te fais jeter aux cachots ! Gardes !
(Alors que les soldats commencèrent à se presser vers Fleur. Goupix et Medhyena se dressèrent devant elle, le poil hérissé, en grognant, pour menacer les hommes qui s’avançaient vers elle. Sébastien quant à lui se plaça devant Fleur et étendit son bras sur le côté pour les empêcher d’approcher la jeune femme. Il fit signe à ses pokémon de se relever et de se tenir autour d’elle pour la protéger. Il garda son visage tourné vers le roi.)
Sébastien : Pardonnez moi majesté, cette jeune femme est avec moi, c’est une de mes servantes, excusez la pour tant d’impudence, elle a juste peur pour son maître.
(Le roi leva la main pour faire signe à ses soldats et à leurs caninos et arcanin de s’arrêter. Sébastien abaissa son bras mais resta devant Fleur qui ne le quittait pas des yeux.)
Roi : Soit, mais qu’elle ne remette plus les pieds dans ce château sans y avoir été conviée, qu’elle vous appartienne ou non. Laissez là avec votre monture dehors. J’ai besoin de vous comte.
Fleur : (à voix plus basse) Messire…
Sébastien : Je vous en pris taisez vous jusqu’à ce que nous soyons sortis. Nous parlerons ensuite. (Il parla ensuite à voix haute et intelligible pour le roi.) Comptez sur moi majesté. Je vous jure sur mon honneur d’aller chercher votre promise et de la ramener saine et sauve. J’épuiserai mes forces et celles de mes pokémon pour ne pas faillir à ma tâche.
Roi : Qu’il en soit ainsi mon cher comte… Que le ciel vous garde.
Sébastien : Merci majesté. (Il s’inclina.) Je pars de suite.
(Le roi le laissa s’en aller d’un mouvement de la main et Sébastien tourna le dos en tirant discrètement sur le bras droit de Fleur, avec toute la délicatesse qu’il pouvait pour ne pas lui faire mal ou l’offenser par sa brusquerie.
Ils repartirent ensemble avec leurs pokémon sous les yeux perçants des membres de la cour, des soldats et des serviteurs. Les pokémon qui se sentaient observés n’avaient pas l’air de beaucoup apprécier. Medhyena découvrit les crocs et Fleur dû lui donner un léger coup de pied en lui marmonnant de rester sage. L’évoli du chevalier s’agitait en marchant, sentant tous les regards fixés sur ses mouvements.
Ils sortirent de la salle et Sébastien lâcha Fleur, sentant bien qu’elle n’appréciait pas qu’il la colle de si près. Il descendirent les marches et Sébastien récupéra son galopa.)
Sébastien : Je ne sais pas ce que vous vouliez dire mais le roi n’avait pas l’air de vouloir l’entendre.
Fleur : (sur un ton sec) Parce que je ne suis qu’une gueuse possédée par le démon, je n’avais pas à rentrer dans sa demeure ni à ouvrir la bouche.
Sébastien : (avec un sourire) Pourtant vous l’avez fait, sachant quels risques vous preniez, la preuve en est votre déclaration de l’instant. Moi je veux entendre ce que vous vouliez dire.
Fleur : Il est trop tard maintenant que vous lui avez promis allégeance mais je tiens à vous prévenir : la Tour Pokémon est maudite. C’est un cimetière où l’on enterre les hommes et les pokémon. Selon les étages, il y a différentes classes sociales et différentes régions. C’est un lieu infesté de fantômes, de pokémon sauvages, de sorciers et de mauvais esprits. Un homme seul, même vaillant et bien épaulé de ses pokémon… (Elle lança un regard plus doux à l’évoli, au tétarte et à l’herbizarre.)
Fleur : …N’a pas la moindre chance de pouvoir traverser toute la tour en restant en vie et sain d’esprit.
Sébastien : C’était donc cela… Vous vouliez que le roi me donne une escorte.
Fleur : Oui… Il doit avoir peur, personne ne sait que la princesse a disparu. Ca m’a fait un choc en l’apprenant.
Sébastien : Votre manque de sang froid a bien failli vous coûter la vie, ou du moins la liberté.
Fleur : (l’air sombre) Je sais… Heart et Lord n’auraient pas suffi à me défendre cette fois.
(Sébastien et Fleur étaient sortis de l’enceinte du château et s’en allaient maintenant dans le village. Le chevalier s’était finalement remis sur sa monture après avoir hésiter à rester à la hauteur de Fleur pour continuer à lui parler d’égal à égal.)
Sébastien : Effectivement cette erreur aurait pu être fatale. Mais je dois reconnaître qu’avec toute la patience et le contrôle que vous devez garder face à toutes ces injures et injustices une telle erreur est compréhensible.
Fleur : (elle soupira puis reprit d’une voix sincère et douce) Merci… De m’avoir défendue, depuis le départ de ma maison jusqu’à la salle du trone. Vous êtes un homme très honorable Sire.
Sébastien : Je vous en prie, je n’ai fait que défendre une femme qui mérite d’être défendue. Maintenant je vais vous ramener chez vous avant de repartir pour la tour pokémon.
Fleur : Quoi ? Vous ne voulez pas que je vous emmène à Lavanville ?
Sébastien : Je ne voudrais pas abuser de votre générosité et puis faire cavalier seul ne me fait pas peur.
Fleur : Mais vous avez besoin d’un guide pour vous conduire au moins par delà les montagnes. Si vous le souhaitez je vous conduirai là bas.
Sébastien : (très surpris) Miss… C’est très courageux de votre part, votre reconnaissance me flatte mais je ne peux me permettre de vous laisser risquer votre vie ainsi… Vous dites vous-même que c’est un lieu dangereux, moi aussi je prends des risques mais c’est mon devoir.
Fleur : (sur un ton ferme et fier) C’est le mien aussi.
Sébastien : Je n’en sais trop rien.
Fleur : Si je vous assure.
Sébastien : Pourquoi une telle dévotion?
Fleur : La princesse Natalia a toujours été bonne et généreuse avec notre peuple, je ferai tout ce que je peux pour la sauver.
Sébastien : Alors je vous prend avec moi Fleur… Excusez moi, je voulais dire Miss O’Connor.
Fleur : (elle s’inclina poliment) Appelez moi comme bon vous semble Messire, vous êtes de sang noble, peu de gens de votre rang m’accorderaient autant de considération.
Sébastien : J’en suis navré.
Fleur : Ne le soyez pas, le monde est ainsi fait.
Sébastien : Vous êtes bien amère pour votre âge. Je vous en pris prenez mon galopa, vous me peinée à marcher constamment.
Fleur : (agacée) Ce n’est vraiment pas la peine Sire, gardez votre monture.
Uuuuuh.
Sébastien : Alors montez avec moi. J’avoue que ce n’est pas fort convenable mais je ne continuerais pas ce chemin avec Tornade sans que vous ayez de monture vous aussi.
(Fleur soupira et regarda Sébastien en essayant de garder le respect qu’elle devait à son rang.)
Fleur : Entendu monseigneur puisque vous insistez.
(Sébastien s’arrêta et fit monter Fleur sur la croupe de son galopa. Les deux humains en selle ils répartirent en direction de la sortie du village.)
[…]
(Al venait de nourrir les pokémon plantes dans son potager. Elle avait récupéré au passage les quelques feuilles tombées, les surplus de poudres toxik et autres para-spores qui encombraient les pétales des pokémon ainsi que quelques graines qui pourraient être utilisées comme grain miracle après avoir été séchées. Elle emmena sa collecte biodégradable au laboratoire. Elle posa ses affaires sur la paillasse et rangea les flacons de poudres avec les autres sur une étagère.)
Al : Jacky j’ai fini avec les pokémon plante. Tu as besoin d’un coup de main pour autre chose ? Jacky ?
(Elle traversa le laboratoire, monta à l’étage, vérifia chaque chambre, le bureau et la bibliothèque : personne.)
Al : Mais où est il passé ?
(Elle refit le tour du labo en cherchant un mot et finit par en trouver un sur le transfert de pokéballs. « Je suis parti pour Rosalia. Appelles-moi sur mon pokématos pour les détails. Bisous. »)
Al : (en haussant un sourcil) Rosalia ?
(Al sortit de sa poche son portable et récupéra le numéro de pokématos de Jacky dans son répertoire. Elle s’approcha de la fenêtre pour regarder les pokémon jouer dehors, un girafarig s’amusait avec un ponyta tandis que le Kraboss de Sacha claquait sa pince dans l’eau pour tenter d’attraper un serpang qui avait l’air de bien se moquer de lui.
Jacky sur le dos de Fluffy, le roucarnage que Al laissait toujours à sa disposition, volait en direction du Nord Est vers la région de Johto.)
Jacky : Al ?
Al : Jacky où es tu ? C’est quoi ce message comme quoi tu vas à Rosalia ?
Jacky : Je dois parler à Sakura.
Al : (elle sursauta et haussa les sourcils) Hein ?!? Voir Sakura comme ça sur un coup de tête ? Mais enfin qu’est ce que…
Jacky : Al ce n’est pas le moment de faire une crise de jalousie s’il te plaît.
Al : Mais je ne fais pas une…
Jacky : Je te jure de tout te raconter plus tard mais pour l’instant il faut se dépêcher. Pendant que je suis à Johto, cherche des infos sur Mortimer, l’ancien champion de Rosalia.
Al : (perplexe) D’accord…
Jacky : Si tu sais où il est, vas le chercher s’il te plaît.
(Elle raccrocha, regardant un sabelette poursuivi par un gros granbull sortir en trombe du laboratoire avec un air pensif.)
Al : Mortimer… Je ne sais pas où il est mais je connais quelqu’un qui devrait savoir.
[…]
(Une fois sortis du village Safran Sébastien et Fleur s’arrêtèrent au bord de la route et s’assirent dans l’herbe d’une prairie bordant le chemin. Sébastien en profita pour déjeuner car il n’avait pas manger depuis longtemps, mais s’ils s’étaient arrêtés s’était surtout pour que Fleur puisse s’occuper des blessures de son goupix. Perceval et Heart s’étaient aventurés dans les hautes herbes et s’amusaient à chasser les miaouss et les roucool sauvages qui peuplaient la verte prairie. Le medhyena et l’évoli semblaient vraiment sur la même longueur d’onde, ils couraient à la même vitesse et avaient mis au point une technique de rabattage pour faire s’envoler par nuée les pokémon oiseaux. Ils poursuivaient deux par deux les miaouss sans leur faire de mal, juste pour les agacer un peu et leur donner la frousse. Sébastien était très amusé de les voir faire mais Fleur était elle trop occupée à soigner Lord.)
Fleur : J’aurais dû prévoir des remèdes pour mes pokémon…
Sébastien : Les miens ne suffisent pas ?
Fleur : Pour l’instant ça va mais s’il se refait blesser je crains le pire.
Goupiiiix…
Fleur : Doucement Lord, j’essaye d’y aller délicatement mais il ne faut pas que tu bouges ta patte.
Sébastien : Besoin d’aide ?
Fleur : Euh… Oui, pouvez vous me tenir ce bout de tissu sous sa patte. Je vais nettoyer la plaie, ne le touchez pas de trop il pourrait avoir peur.
(Avec la gourde d’eau de Sébastien, elle rinça la marque de la morsure sur la patte avant de goupix tandis que le chevalier essayait de nouer le bout de tissu. Fleur maintint le tissu en place tandis que Sébastien faisait un nœud avec les bouts. Une fois le bandage en place ils relevèrent la tête et leurs regards se croisèrent. Fleur rougit la première et recula vivement. Sébastien s’éloigna plus doucement, le rose gagnant aussi ses joues. Lord gémit puis essaya de mordiller le bout de tissu.)
Fleur : Laisses ça tranquille Lord, tu le garderas tant qu’il sera propre. C’est pour ton bien.
Sébastien : Si vous le voulez bien Miss, repartons. Perceval ! Ici mon ami !
[…]
(Greg, les bras croisés, regardait Seb dormir plus paisiblement que jamais, sans son ronflement habituel.)
Greg : Ils en mettent du temps à rappeler… Tu crois que le professeur peut retrouver Mortimer ?
(Il regarda Sylvain en train de tourner en rond dans la pièce, jetant quelques fois des regards inquiets à Seb, et surtout à Florine.)
Sylvain : Je sais que Al et Jacky sont exceptionnels, mon père et ma mère ont toujours eu une confiance totale en eux. Et avec toutes leurs relations… Ils le retrouveront.
Greg : Optimiste…
Fugi : Kof kof un enfant se doit toujours d’être optimiste, toi aussi tu devrais l’être encore tant que tu le peux.
(Pendant ce temps, à Rosalia, un roucarnage picorait devant l’auberge - école de danse, alors qu’à l’intérieur l’actuelle championne de la ville Sakura prenait le thé avec l’une de ses sœurs et Jacky Léon.)
Sakura : Donc tu cherches Mortimer pour récupérer sa pokéflûte…
Jacky : Oui c’est ça.
Sakura : Je suis vraiment désolée Jacky, je n’ai plus de nouvelle depuis des années. Depuis que je suis devenue championne d’arène à sa place.
(Elle versait du thé dans une tasse rose pâle décorée d’un évoli. Jacky regardait la boisson couler dans sa tasse avec un air déprimé, il était terriblement inquiet pour sa fille. Sakura l’avait bien vu et elle était tout aussi peinée de savoir qu’elle ne pouvait pas l’aider.)
Sakura : J’ai juste entendu dire qu’il était parti vivre en ermite dans la montagne. Je ne sais pas laquelle malheureusement. Sans doute à Johto, mais il y a tellement de montagnes ici…
(Elle arrêta de verser le thé, une sonnerie de téléphone résonnait dans la pièce et Jacky sursauta quand il reconnu sa propre sonnerie provenant de sa poche.)
Jacky : Allo ? Al ? Qu’est ce qu’il y a ? Sylvain a rappelé ? Florine ? Comment va-t-elle ?
Al : Du calme Jacky, je crois savoir comment on peut retrouver Mortimer.
Jacky : Ah oui, comment ? Sakura est avec moi. (Il lui jeta un rapide coup d’œil.) Elle ne sait pas où il est.
Al : Je m’en doutais, par contre...
Jacky : Qui ça ? Tu veux dire celle du Conseil des quatre ? Ok Al j’y vais tout de suite, à tout à l’heure.
Sakura : Qu’a-t-elle dit ?
Jacky : Je dois aller à Oliville.
Sakura : Pourquoi faire ?
Jacky : Voir la seule personne qui peut savoir où est Mortimer…
[…]
(Fleur et Sébastien avaient fait une longue route ensemble. Goupix s’était remis de ses émotions et Fleur avait pu le laisser marcher de nouveau après l’avoir longtemps garder sur les genoux sur le dos de Galopa. Le silence régnait depuis quelques temps, les gens qu’ils avaient rencontrés sur le chemin avaient continué de lancer des « gentillesses » à Fleur et malgré sa bonne compagnie, l’oppressante atmosphère de la tour hantée se ressentait à des kilomètres à la ronde. Dans l’absence de conversation Fleur avait eu le temps de réfléchir. Alors qu’ils arrivaient en vue de la Tour Pokémon, Sébastien questionna de nouveau son amie.)
Sébastien : Parlez moi de cette Tour puisque c’est là que nous allons.
Fleur : (en soupirant) Bien sire… C’est un endroit maudit. Les seuls y entrer normalement sont le bourreau, sa famille, le fossoyeur, les proches d’un défunt récemment enterré et les sorcières. C’est un lieu hanté et surtout dangereux. À part les gens que je vous ai cité, personne n’en est jamais revenu vivant.
Sébastien : Je suis un chevalier et un noble, je me dois de n’avoir peur de rien.
Fleur : Mais enfin…
Sébastien : (avec un sourire goguenard) Je croyais que vous étiez vous aussi une sorcière ?
Fleur : (le regard mauvais) Je ne vous permets pas Sire !
Sébastien : Désolé Damoiselle. (Ils étaient enfin arrivés en bas de la montagne qui entourait Lavanville, ils se trouvaient au pied de la tour.)
Fleur : (mal à l’aise) Mais comprenez que si j’entre dans cette tour… Je n’ai pas peur au point de ne pas oser pénétrer dans la tour, mais cela confirmerait les soupçons des villageois qui me traitent de fille du démon à cause de mon horrible tignasse.
Sébastien : Je comprends. Je ne vous oblige à rien Miss O’Connor, vous m’avez déjà bien aidé, merci. Soyez libre de votre destin et de votre choix.
(Il s’inclina poliment comme s’il venait de parler à une dame de la cour.)
Fleur : (gênée) Sire...
Sébastien : Sachez néanmoins, et pardonnez mon audace, que votre chevelure n’a rien de maléfique, si ce n’est peut être le sortilège qu’elle a jeté à mon cœur. Adieu.
(Il s’avança vers la grande porte de la tour et l’ouvrit, tirant dans une main le mors de son galopa. Il ne voulait pas le laisser à l’extérieur même si un canasson n’avait rien à faire dans un sanctuaire c’était un atout de poids. Il fit signe à ses trois autres pokémon d’avancer avec lui et laissa Fleur O’Connor seule à l’entrée de la Tour, la jeune femme le regarda pénétrer dans le cimetière comme s’il passait les portes de l’Enfer.
Le chevalier s’avança lentement dans le grand hall de la tour. Il était presque vide, marbré sur le sol et les murs de pierres, grises à l’origine, étaient ornés de quelques fresques sur lesquels on voyait des pokémon rares. L’oiseau de feu, le grand serpent vert d’Hoenn et les trois antiques titans. A l’autre bout il y avait un escalier et Perceval se mit à courir vers celui-ci.)
Evo, évo !
Sébastien : Ralentis Perceval ! Tu es trop vaillant mon ami.
Evo !
Herbaw, baw.
Sébastien : Restons groupés, il y a quelque chose d’étrange ici j’ai l’impression, une… Non plusieurs présences.
(Ils arrivèrent auprès des escaliers et entreprirent de gravir les marches une à une, les sabots de son galopa claquant sur la pierre. A l’étage suivant, il y avait un véritable labyrinthe de tombes mais Sébastien voyait très distinctement de l’autre côté de la salle un autre escalier, il fallait néanmoins réussir à l’atteindre. Sébastien s’engagea entre les tombes, son évoli devant lui pour ouvrir la marche et son galopa pour la fermer. C’est au détour d’une pierre tombale tordue qu’il entendit des bruits de pas. Il s’arrêta et vit une vieille femme aux cheveux longs vêtue de vêtements amples et sombres marcher en face de lui tête baissée. Elle ricanait d’une façon particulièrement inquiétante et Sébastien repensa à tous ceux qui avaient traité Fleur de sorcière… « C’est qu’ils n’ont jamais vu celle là ces bougres ! ».
La vieille releva la tête pour le regarder, ses yeux agrandis par trop de jubilation.)
Sébastien : Ah-hem bonjour. Qui… Qui êtes vous ?
Sorcière : Jeune fou ! Mes spectres te feront regretter de t’être aventurer ici ! Je t’hypnotiserais et tu deviendras mon esclave chevalier ! Nia ah ah ah !
(Tandis que Sébastien dans un réflexe recula d’un pas deux spectrum apparurent de chaque côtés de la vieille. En voyant ces deux pokémon Sébastien serra le poing mais ne se sentit pas vraiment menacé, il savait que ses amis en viendraient rapidement à bout.)
Sébastien : Lancelot, Herbizarre à vous !
Sorcière : Abattez les ténèbres sur lui ! Ya ah !
(Les deux pokémon spectre en parfaite synchronisation abattirent une double technique ténèbre sur leurs adversaires. Avant que l’attaque ne les atteigne Lancelot contracta ses muscles, prêt à encaisser et à riposter.)
Braw ! Braw !!! (L’herbizarre poussa un rugissement pour effrayer les deux spectrum.)
Sébastien : Herbizarre prépares ton lance soleil, quant à toi Lancelot utilise ton écume !
(La vague noire se répandait autour d’eux, elle frappa Lancelot, Herbizarre et même Tornade qui était pourtant resté en retrait avec son maître ainsi que Perceval. De grosses bulles d’écumes s’envolèrent de la bouche de Tétarte et allèrent éclater sur les « corps » des deux spectrums. Ils grimaçèrent mais ça ne semblait pas les déranger outre mesure.)
Sorcière : Ah ! Regard noir ! Et Poing ombre !
Sébastien : Inutile, je ne comptais pas fuir !
(Les yeux d’un des spectrum changèrent du tout au tout, ils étaient désormais encore plus noirs que l’attaque ténèbre précédente. Sébastien et ses pokémon eurent l’impression d’être pris au piège par ce regard. Le poing ombre du deuxième frappa le tétarte en plein ventre.)
Sébastien : Aller remets toi, cognobidon.
(Le tétarte se frappa vigoureusement le ventre pour se redonner des forces sous le regard vicieux des deux pokémon spectres.)
Sorcière : Léchouuiille…
(Les deux spectrums sortirent leurs langues. Le premier lécha Lancelot, le pokémon frissonna de la tête aux pieds et se retrouva paralysé avant d’avoir pu riposter avec ce qui allait être un poing glace. Le deuxième se jeta sur herbizarre mais un rayon lumineux qui sortit de sa fleur dorsale perça les ténèbres, traversa le spectrum et le fit disparaître dans un hurlement.)
Sorcière : Yark maudit ! Je te maudis ! Spectrum malédiction !
Voix : Heart morsure ! Et à pleines dents surtout !
Graw graw !
(Une bête noire sortit de nulle part et se jeta sur le spectrum en enfonçant ses crocs pointus dans le corps astral du pokémon. Spectrum sentit une vague de ténèbres l’envahir puis la douleur. En quelques secondes, il disparut et medhyena retomba sur le sol. Il regarda frénétiquement de tous les côtés pour retrouver son adversaire mais le spectrum s’était déjà enfui. La sorcière s’inquiétait.)
Sorcière : Mais, mais…
Fleur : Vas t’en d’ici vieille folle !
Graw !
Sorcière : Aaaaah ! (Dans un cri hystérique, elle souleva ses haillons et s’enfuit à toutes jambes entre les tombes vers l’escalier principal. Sébastien se tourna vers la jeune paysanne.)
Sébastien : Alors finalement vous avez changé d’avis ?
(Fleur s’approcha du chevalier qui l’accueillit avec un grand sourire.)
Fleur : Vous risquez votre vie pour la reine, vous vous êtes confronté plusieurs fois pour moi, je crois que vous avez bien mérité une aide, aussi humble soit elle… Je vous offre la mienne.
Sébastien : Merci de votre loyauté, je crois que ce sera une bien grande aide. Venez miss O’Connor.

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]