Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 46
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Les jeux sont faits!
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 14/7/2009 à 18:43
Œuvre lue 80881 fois Dernière édition le : 2/3/2012 à 12:35
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 46

Les jeux sont faits!

Sylvain : Infirmière comment va Miaouss ?
Joëlle : Vu l’aspect de son poil il a été en sous-alimentation depuis longtemps... Je lui ai donné une potion et j’ai soigné ses blessures mais il faudra lui faire quelques vaccins. Je vais aussi vous donner des flacons de vitamines et dans quelques semaines ce sera un nouveau Miaouss.
Greg : Infirmière vous ne pourriez pas lui faire prendre un bain s’il vous plaît ?
Florine : Roh Greg arrête avec ton obsession pour les bains !
Greg : Grégoire ! Ce n’est pas une obsession c’est de l’hygiène de base. Ce miaouss est sale et il sent mauvais, or il existe une solution miracle : le bain.
Joëlle : Je crois qu’il serait plus rassuré s’il dormait avec vous cette nuit.
Greg : Pas dans mon lit en tout cas et uniquement lorsqu’il aura prit un BAIN !
(Ils récupérèrent Miaouss et Greg harcela Florine jusqu’à ce qu’elle accepte de le laver. Ils mangèrent tous les cinq à la cafétéria du centre où Miaouss se goinfra comme un ronflex. Le soir venu, Sylvain inspecta ses pokéballs.)
Sylvain : Après demain je pourrais enfin affronter Erika !
Miaouss : Toi aussi tu veux le badge prisme ? C’est dingue le nombre de dresseurs qui viennent dans cette ville uniquement pour ça.
Sylvain : Ouais et après j’irais jusqu’à la ligue pokémon ! Je suivrais le chemin de mon père !
Miaouss : (il se mit les pattes sur les oreilles) Miaw ne me parle pas de ton père !
Seb : (chaleureux) Tu es drôlement bavard comme pokémon.
Miaouss : Si j’ai appris à parler comme les humains c’est bien pour m’en servir !
Florine : Bon aller, on ferait mieux de se coucher. Au fait Miaouss, l’infirmière a dit que ce serait mieux si tu restais te reposer au centre demain. Et tu auras tes trois repas gratuits.
Miaouss : (il croisa les pattes derrière sa tête et s’allongea sur le sac de couchage de Seb) Ah ! Ca c’est la belle vie, foi de Miaouss.
(Le lendemain, les quatre dresseurs sortirent du centre pokémon à l’aube et laissèrent leur nouvel ami entre les douces mains de l’infirmière Joëlle).
Sylvain : (débordant d’énergie) Dans 20 heures je serais face à Erika !
Florine : Parlons en, quelle est ta stratégie ?
Sylvain : Hein ?
Florine : Réfléchis un petit peu : tu as dardargnan ok et à part lui ? Ike est trop jeune pour les pokémon d’une dresseuse aussi expérimentée qu’Erika. Tylton ne t’obéit qu’une fois sur deux, Pikachu sera inefficace et pour Marill, un pokémon eau, ce serait du suicide.
Seb : Il lui reste Draby ! Il avait l’air en forme au cinéma l’autre jour.
(Florine regarda Sylvain avec un air soupçonneux et ce dernier parut gêné.)
Florine : Tu as osé sortir ton pokémon dans un cinéma pour affronter Kévin ? Tu n’as vraiment aucun savoir vivre !
Greg : Laisse tomber Florine, c’est du passé et nous n’étions pas là.
Seb : Allons au Sud de la ville, il y a un espace boisé.
(C’est ainsi que nos quatre compères passèrent la journée à s’entraîner parmi les arbres. Céladopole était une ville très hétérogène, certaines rues étaient dégoûtantes, polluées, remplies de tadmorv ; d’autres au contraire sentaient bon les fleurs, on pouvait entendre le chant des roucools nichés dans les platanes et les marronniers grâce à l’influence d’Erika, c’était le cas du quartier dans lequel s’entraînaient les quatre dresseurs.
Dardargnan était au top de sa forme, le combat contre Morgane, la sorcière de Safrania, l’avait beaucoup endurci. Marill était lui aussi très dynamique, on sentait qu’il avait très envie d’aller combattre pour se défouler, malheureusement Sylvain savait avec amertume que Florine avait raison : il ne pourrait pas compter sur lui pour le match contre Erika. Sylvain prit donc la décision d’entraîner en priorité Tylton et Draby. Pour une fois Tylton obéissait à tous les ordres de Sylvain, il était fort et ne semblait pas sentir la fatigue mais ses mouvements étaient toujours aussi mécaniques. A chaque fois que Sylvain le voyait il avait l’impression d’avoir affaire à un robot pokémon. Pourtant Florine avait déjà vérifiée qu’il s’agissait bien d’un tylton de chair et de sang. Le mystère restait entier et Sylvain, plutôt simple d’esprit, se contentait d’apprécier la puissance de Tylton sans se poser de question. C’était Draby qui posait problème. Il était pour Sylvain ce que Dracaufeu était à Sacha, le pokémon estimait qu’il n’avait pas un dresseur à la hauteur son potentiel, il déniait obéir à Sylvain pour les premiers ordres ensuite, lassé, il cessait de se battre ou faisait ce qui lui semblait le mieux sans prendre en compte les ordres de Sylvain. Agacé, en milieu d’après midi Sylvain entra dans une colère noire contre Draby qui lui répondit en lui crachant une draco-rage au visage. Sylvain se roula par terre pour éteindre les flammes sous les yeux désespérés de ses amis. Après cette pause forcée, Sylvain laissa tomber l’entraînement de Draby et se concentra à nouveau sur Tylton aussi docile qu’une machine à laver et vers 18h ils reprirent le chemin du centre tandis que le soleil se couchait.)
Sylvain : J’aurais pu m’entraîner encore un peu…
Florine : Tylton est au point et Draby boude toujours, je crois qu’on a fini pour aujourd’hui.
Greg : (en baillant avec élégance) En plus ça nous laissera un peu de temps pour nous distraire, cet entraînement était d’un ennui…
Seb : Eh regardez, c’est le fameux casino de Céladopole ! Si on allait y faire un tour ? Il paraît qu’on peut gagner des pokémon rares en jouant !
Florine : Moi je trouve ça honteux, donner un pokémon en récompense dans un casino où la dernière des ordures peut jouer… On ne sait pas chez qui ces pauvres bêtes vont atterrir.
Seb : Bah raison de plus pour que toi, moi, Sylvain et Greg on aille y jouer, on n’est pas n’importe qui nous. En plus mon père serait heureux que je lui ramène un pokémon rare pour sa collection.
Florine: (exaspérée) Bon sang Seb réfléchis un peu avant de parler ! Sylvain et moi on n’a même pas onze ans et vous êtes à peine plus vieux, comment veux tu qu'on entre dans un casino interdit aux mineurs ?
Seb : (avec un sourire) Et ben en fait... (Greg se plaça devant lui et regarda Florine avec un air supérieur.)
Greg : Tu oublies avec qui tu voyages. Alors admires fillette et retiens.
(Il se dirigea vers la porte du casino, Florine poussa un soupir d'agacement avant de le suivre. A l'intérieur un videur grand comme un mackogneur dans un costume hors de prix les vit et vint les voir.)
Garde: (avec une voix désagréable) Dites les enfants on ne vous à jamais dit que les casinos étaient faits pour les grands ? Dehors !
Greg: (avec un ton arrogant) Vous savez qui je suis?
Videur: Non et je m'en fous. Au cas où tu n'aurais pas bien compris petit tu sors de ce casino ! Ce n'est pas un jardin d'enfants ici ! (Florine tapait par terre avec la pointe du pied mais Greg gardait son sourire confiant.)
Videur: Vous sortez d'ici ou je m'en occupe personnellement avec un bon coup de pied dans le ...
Greg: (il lui coupa la parole d’une voix mielleuse) Maintenant que vous avez suffisamment fait votre gros lourdaud je vais vous dire qui je suis…
(Le videur écarquilla les yeux et prit un air terrifiant. Seb et Sylvain reculèrent lentement vers la porte de plus en plus inquiets. Greg restait imperturbable.)
Greg: Mon nom est Grégoire Alexandre Pierre-Antoine de Richemensueur.
Videur : De... De Richemensueur ?
Greg: Oui, comme Monsieur Marc-Antoine De Richemensueur, mon oncle, propriétaire de ce casino.
Videur: Euh, oui...
(Sa voix avait changé de timbre pour adopter un ton plus doux mais il restait méfiant.)
Videur : Qu'est ce qui me prouve que vous êtes bien son neveu ?
(Greg sortit d’un geste théâtral sa carte d'identité accompagnée d’une photo de son père, son oncle et lui. Le videur regarda le nom puis la photographie.)
Videur : (avec une petite voix) Ah, euh oui en effet...
Greg : (avec un air arrogant) Vous voulez aussi une copie de mon arbre généalogique ou vérifier mon livret de famille?
Videur : (il commençait à rougir) Ahem non Monsieur.
Sylvain: (dans un cri de surprise) Monsieur ?
Greg : Donc nous pouvons rentrer ?
Videur : Monsieur… Comprenez qu’un casino… C’est dans le règlement : les mineurs ne peuvent pas y rentrer. Je ne sais pas si Monsieur votre oncle apprécierait de vous savoir ici avec vos amis...
Greg: (avec une voix ironique mais ferme) Je pense mieux connaître "Monsieur mon oncle" que vous. Alors maintenant pour notre limite d'âge, je peux très bien revenir avec "Monsieur mon oncle" dès qu'il sera libre et vous en discuterez avec lui.
(Le videur eut une sueur froide. Seb avait ouvert la bouche, ébahi. Sylvain cligna des yeux avec un air surpris et Florine quant à elle était littéralement sciée en deux.)
Videur: Inutile monsieur, vous pouvez entrer.
Greg: Merci.
(Quand ils furent suffisamment éloignés, Greg afficha un sourire satisfait, plus taquin et moins prétentieux qu'à l'ordinaire.)
Greg: Alors c'est pas beau ça ?
Seb: (il se mit à rire, radieux) Incroyable ! Quand j'ai vu ce type à l'entrée j'ai eu des doutes sur ce que tu m'avais dit mais là... Ah ah !
Sylvain: C'est vraiment ton oncle le proprio ou c'est un hasard ?
Greg: Bien sûr que c'est mon oncle, qu'est ce que tu crois ?
Sylvain: (le souffle coupé) Waouh...
Greg: (il reprit avec un sourire malicieux) En revanche ce que cet idiot de videur ignore, c'est que je n'ai quasiment aucun contact avec mon oncle. Cette photo est la seule que je possède.
(Il ne put s'empêcher de laisser échapper un petit rire puis il regarda du coin de l'oeil Florine restée silencieuse.)
Greg: Alors tu ne dis rien ?
Florine: (en haussant les épaules) Bah ... Pour une fois que tu sers à quelque chose.
(Greg la regarda d’un œil mauvais mais Seb lui donna une tape amicale dans le dos.)
Seb: Ne te vexes pas je crois que c'était un compliment !
(Les quatre jeunes dresseurs firent le tour du casino qui transpirait le luxe. Tout était somptueux et il y avait de grandes baies vitrées qui donnaient sur la rue pour que les passants admirent l’intérieur du casino et soient pris d’un désir ardent de venir jouer. Greg se pavanait avec élégance au milieu des joueurs. Il regarda un portrait de son oncle accroché au mur, à la place où vingt ans plus tôt, se trouvait le tableau du fondateur de l’établissement : Giovanni, chef de la Team Rocket. A la dissolution de la Team, Marc Antoine de Richemensueur racheta alors l’établissement pour une bouchée de pain, l’intégrant ainsi dans sa chaîne de casinos.)
Seb : (en regardait la liste des gains) Minidraco 2800 jetons… Un minidraco ce serait cool ça. Insecateur 5500 jetons. Wah un Porygon ! Pour… 9999 jetons ?!? Combien doit-on dépenser pour avoir autant de jetons ?!?
Florine : (les bras croisés) Une fortune.
Greg : (d’un air désinvolte) Il suffit d’avoir de la chance…
Florine : La chance d’avoir un gros compte en banque.
Sylvain : Oh regarde Flo, c’est quoi ce truc ? Et ça ? Viens Florine allons voir !
(Sylvain tirait sur le bras de Florine comme un enfant curieux et surexcité. Seb regarda Greg.)
Seb : Ma mère dit que les jeux d’argent ce n’est pas bien, mais j’essayerais bien une machine à sous pour voir. Où achète t’on des jetons ?
Greg : Tiens. (Il donna une poignée de jetons à Sébastien qui le regarda étonné. Greg lui répondit avec un sourire suffisant.)
Greg : Profites en, après on retournera au centre pokémon.
Seb : Merci Grégoire, on se retrouve tout à l’heure !
(Seb s’éloigna dans la même direction que Sylvain et Florine. Entraînée par Sylvain à travers les rangées de machines à sous, elle était arrivée au fond de la salle, là où se trouvait les plus vieilles mais aussi les plus belles machines à sous, ornées de sculptures de pokémon rares.)
Sylvain : Trop belle cette statue ! Y’a Artikodin, Electhor, Sulfura et Lugia au sommet !
Florine : Bof, toutes ces dorures ça fait rococo.
(Florine se retourna vers le mur derrière les machines à sous et posa les yeux sur un vieux poster. Désintéressée de la statue, elle s’approcha du poster, les sourcils froncés. Elle connaissait le passé du casino. Pour l’endormir le soir, Jacky et Al racontaient toujours des histoires à leurs enfants, l’une de ses histoires préférée était justement celle dans laquelle Al s’était infiltrée dans le casino de la Team Rocket quand Giovanni en avait fait son QG.)
Florine : Non ce serait trop… Pourtant qui sait…
(Elle tendit la main vers le poster, le frôla et sentit quelque chose derrière. Un frisson lui parcourut le dos, elle souleva brutalement le poster, dessous il y avait un bouton. Florine respirait fort, elle voulut appuyer sur le bouton mais celui-ci était cassé, personne ne semblait y avoir touché depuis des dizaines d’années. Florine poussa un gros soupir soulagé ce qui attira l’attention de Sylvain.)
Sylvain : Qu’est ce qu’il y a ?
Florine : Oh rien, ma mère m’avait parlé d’une entrée secrète dans le casino.
Sylvain : Ouais je me souviens et alors ?
Florine : Ma mère m’a dit que le bouton pour ouvrir le passage secret était dissimulé sous ce poster.
Sylvain : (avec un air amusé) Et tu croyais qu’il marchait encore ? Ah ah ! Flo, tu sais bien que l’ARCU a fait le vide ici il y a longtemps. C’est idiot de penser que la Team Rocket se réinstallerait au même endroit.
Florine : (rougissant légèrement, elle prit un ton bourru) Oui bon, ça ne coûte rien de vérifier.
(Derrière eux, Greg et Seb étaient très occupés sur les machines à sous. Greg restait concentré sur la même machine depuis le début, tandis que Seb regardait toutes les machines et les essayait les unes après les autres. Il tourna la tête pour regarder autour de lui, un peu à l’écart il vit une machine à sous étrange. Il s’agissait d’une machine plus ancienne que les autres, il s’approcha pour voir les motifs : des pokémon légendaires. Seb la trouvait plus jolie que les autres machines. Il s’approcha d’elle sans se rendre compte qu’il marchait sur le panneau « hors service » qui s’était détaché. Il inséra un jeton dans la vieille machine. Il essaya de tirer le levier mais celui-ci semblait bloqué. Seb força un peu et il finit par s’abaisser. Les roulettes tournèrent au ralenti, la première s’arrêta sur un Ho-oh, la seconde sur un autre Ho-oh et la dernière se stoppa aussi sur le même pokémon.)
Seb : (excité) Eh ! Eh ! E...
Florine : (énervée) Oh et puis taies toi Sylvain ! Tu te crois malin toi qui…
(Brusquement un bruit de glissade se fit entendre sur le mur à droite de Sylvain et Florine. Ils sursautèrent en voyant le mur s’ouvrir. Ils clignèrent des yeux en regardant l’ouverture. Au bout d’un moment ils se retournèrent vers Seb qui pointait son doigt vers le mur avec un sourire idiot.)
Seb : (complètement hébété) Bah ça…
Florine : (à Sylvain) Tu disais quoi ?
Sylvain : Ca… Ca alors. Attends Flo, qu’est ce qu’on en sait, ce ne sont peut être pas les rockets qui…
Florine : (sans lui laisser le temps de finir sa phrase) Ca c’est facile à vérifier.
(Elle s’engouffra dans le trou tandis que Seb venait vers eux.)
Seb : Dites vous avez vu ? C’est moi qui ai fait ça !
(En voyant ses deux amis passer par l’ouverture il entra lui aussi, laissant Greg seul, complètement absorbé par le jeu. Les trois dresseurs descendirent par un escalier sombre mais au bout duquel ils distinguaient une faible lueur. En bas des marches, ils s’aperçurent que la lumière provenait des veilleuses sur les murs. Elles devaient être reliées au réseau électrique du casino. Grâce à elles, ils pouvaient s’orienter et voir le sol sous leurs pieds. Ils arrivèrent dans un grand couloir désert et plus silencieux qu’un tombeau.)
Sylvain : Ca m’a l’air désert.
Florine : Tu avais peut être raison Sylvain quand tu disais que plus personne…
Seb : Chut ! Ecoutez. (Les enfants se turent et se retournèrent vers leur ami qui tendait l’oreille. Au bout de quelques secondes un écho léger de bruits de pas leur parvint.)
Sylvain : Ca vient peut être de l’étage ?
Seb : Avec un écho pareil ça m’étonnerait.
(Machinalement Sylvain toucha ses pokéball pour vérifier qu’elles étaient bien là, prêtes à être dégainées comme des révolvers.)
Florine : Les pas se rapprochent, il faut se cacher !
Sylvain : Là ! (Sylvain pointa son doigt vers un hall sombre décoré de quelques fausses plantes de grandes tailles. Il n’y avait rien d’autre pour se cacher dans cet immense couloir, alors nos trois amis se ruèrent chacun derrière une plante en plastique et s’accroupirent. Un homme élégant en costume noir passa dans le couloir d’un pas tranquille et remonta par l’escalier secret que nos amis avaient découvert.)
Sylvain : Il est parti.
(Seb qui s’était retourné pour examiner le hall sursauta de surprise.)
Seb : Une machine à café ?
Florine : (en se relevant) Oui et ben ? Même les méchants doivent prendre une pause de temps en temps.
Sylvain : Le type venait de ce côté, allons voir ce qu’il y a.
Florine : Ok mais je passe devant.
Sylvain : Pourq…
Florine : (d’une voix sévère) Et arrêtes de parler sinon on va se faire repérer.
(Sylvain bougonna et suivit Florine dans le couloir tandis que Seb fermait la marche. Au bout du couloir, il y avait un autre hall carrelé. Florine glissa sa tête derrière le mur à l’extrémité du couloir pour examiner les lieux.)
Florine : Il y a un ascenseur… Juste un ascenseur et un type devant qui monte la garde.
Sylvain : Alors à l’attaque ! (Seb retint Sylvain prêt à surgir de la cachette.)
Florine : C’est exactement pour ça que je ne t’ai pas laissé passer devant.
Seb : Je suis de l’avis de Florine, on ferait mieux de l’endormir.
Florine : (en sortant une pokéball) Tu lis dans mes pensées Seb.
Seb : Si ça pouvait m’arriver plus souvent.
Florine : (toujours à voix basse) Vas y Myrtille.
(L’ortide sortit de sa pokéball et Florine fit un signe de tête en lui montrant l’endroit où se tenait le garde.)
Florine : Vas y ma belle : asperge le de poudre dodo, une bonne dose surtout.
Ooortide… (Le pokémon plante se dirigea vers le garde en se dandinant.)
Florine : Préparez vos mouchoirs, il ne faut pas respirer ses spores.
(Tandis que les trois ados se couvraient la bouche et le nez, Ortide arriva au niveau du garde qui se retourna, ayant sentit une présence.)
Garde : Qui va… Un pokémon ? Mais qu’est ce que tu fais là tout seul ?
Ortide !
Garde : Arg c’est un piège !
(Le garde voulut courir vers l’ascenseur mais déjà la poudre dodo qui se répandait dans l’air faisait son effet. L'homme s’effondra sur le sol.)
Florine : Parfait, on devrait être tranquille une bonne heure.
Seb : A condition que d’autres n’arrivent pas entre temps…
Sylvain : Il est bizarre cet ascenseur : y’a qu’un bouton et il ne marche pas.
(Le jeune Ketchum appuyait frénétiquement sur le bouton et Florine lui arracha le bras, énervée)
Florine : Arrêtes ! Si ça se trouve c’est une alarme ou je ne sais quoi !
Sylvain : Arrêtes de me traiter comme un gamin !
Florine : T’es un gamin !
Sylvain : T’as le même âge que moi !
Seb : Oh ça suffit, du calme ! Ce n’est pas le moment de s’énerver. Apparemment il faut une clé pour utiliser cet ascenseur.
Florine : Mouais, donc dans tous les cas sans clé on ne peut rien faire.
Sylvain : (ironique) Elle était courte notre aventure…
Seb : (dans un éclair de génie) La machine à café !
Florine/Sylvain : Quoi ?
(Seb fit demi tour en courant dans le couloir désert. Florine et Sylvain qui ne comprenaient pas lui emboîtèrent le pas. Ils retournèrent dans le hall aux plantes artificielles et Seb s’approcha de la machine.)
Seb : Un distributeur de café dans une planque de terroristes… On aura tout vu.
(Il appuya son épaule contre la machine et la fit glisser sur le côté. Derrière se trouvait une porte en contreplaqué flambant neuve et qui par chance n’était pas verrouillée.)
Seb : (avec un air triomphant) Je savais bien qu’elle avait drôle d’air cette machine.
Florine : (elle entrebâillât la porte) Il y a un autre escalier et de la lumière en bas.
Seb : Je vais bloquer la porte pour qu’on n’ait pas de problème pour remonter. Je ne veux pas être piégé comme un rattata.
(Les trois dresseurs descendirent prudemment l’escalier menant au deuxième sous-sol. Ils atteignirent un nouveau couloir, encombré par des caisses de tout gabarits. Un passage restait néanmoins dégagé qui permettait d’accéder à une grande pièce bien éclairée.)
Florine : (chuchotant) Je vais ramper jusqu’aux caisses là bas et j’en profiterais pour regarder ce qu’il y’a dans la salle.
Sylvain : Laisse moi y aller !
Florine : Pas question, tu serais capable de te faire remarquer. Je suis plus discrète que toi.
(Florine se glissa derrière les caisses situées à l’entrée de la salle. Seb l’observait, avec inquiétude de peur qu’elle se fasse repérer, mais aussi avec une certaine excitation à la voir se frotter ainsi sur le carrelage, la jupe un peu relevée. Sylvain lui la regardait jalousement jouer les aventurière à sa place. Florine plaça sa tête derrière deux caisses séparées de quelques centimètres, laissant une fente suffisement large pour permettre à la fillette de voir la moitié de la pièce. Surprise, Florine poussa une exclamation et se plaqua une main sur la bouche. Ni une ni deux : Sylvain rampa à son tour derrière les boîtes et arriva à la hauteur de Florine.)
Sylvain : Pousses toi et laisses moi voir !
(Il bouscula un peu Florine, toujours estomaquée, pour regarder à son tour.)
Sylvain : Oh c’est pas vrai !
(Trop curieux, Seb les rejoignit, les bouscula à son tour et vit ce qui avait tant étonné ses deux amis.)
Seb : Incroyable…
(La grande salle était remplie de cages, de toutes les tailles et formes : carrées, rectangulaires, arrondies comme des cages à pokémon oiseaux… Mais ce qui était vraiment impressionnant c’était que toutes ces cages sans exception étaient remplies de pokémon. Il y avait sous leur yeux une collection aussi diversifiée que celle du laboratoire du Bourg Palette. Presque toutes les espèces présentes à Kanto se trouvaient dans la salle, il y’avait également des pokémon de Johto, des spécimens venus d’Hoenn et même quelques pokémon originaires de Shinnoh. Depuis leur point d’observation, Sylvain, Florine et Seb ne voyaient même pas la totalité des cages. Non loin d’un ordinateur gigantesque se tenaient deux hommes en noirs qui discutaient vivement, ils ne remarquèrent pas la présence des trois enfants.)
Homme1 : Il y a deux minidraco dans le lot qu’on a reçu la semaine dernière, on les emmènera à la boutique de change du casino, ça libérera de la place pour les nouveaux.
Homme2 : Ce serait surtout plus simple si on pouvait envoyer ces pokémon aux nouveaux membres. Ca, ça libèrerait vraiment de la place !
Homme1 : Désolé D, il faut encore attendre. Depuis que plusieurs de nos planques ont été saccagées, le boss veut qu’on soit plus prudents.
(A l’écart, il y’avait une dizaine de cages moins sophistiquées, en métal, fermées par des cadenas. Bizarrement ces cages contenaient des pokémon encore plus rares que les autres, venus de régions exotiques : un ptivari, un galekid, un pijako et d’autres tout aussi rares. Seb et Sylvain n’en croyaient pas leurs yeux. Florine de son côté observait attentivement ces pokémon et soudain elle eut un déclic.)
Florine : Bon sang ces pokémon…
Sylvain : Qu’est ce qu’il y’a Flo?
Florine : Ces pokémon dans le coin sont sûrement ceux qui ont été volé au centre commercial ! Et ces deux types là, je n’ai pas vu leur visage la dernière fois mais je parierai ma jupe que ce sont ceux qui traînaient près du magasin de pokémon.
Seb : (avec un air malicieux) Vu que tu as parié ta jupe, j’aimerais beaucoup que tu es tort.
Florine : Tu crois que c’est le moment de faire des blagues salaces ? Il faut sortir d’ici et prévenir la police.
(Alors qu’ils s’éloignaient à pas feutrés, leurs neurones fonctionnaient à plein régime. Ils discutaient à voix basse de ce qu’ils venaient de voir.)
Sylvain : Si les pokémon mis à l’écart sont ceux volés au centre commercial d’où viennent tous les autres ? Y’en a au moins une centaine !
Florine : Ca ne te paraît pas évident ? Des pokémon ont été enlevés partout dans Kanto, je pense qu’il y’en a une grosse partie dans la salle qu’on vient de voir.
Seb : Vous avez remarqué qu’il y avait une autre porte au fond de la salle ? Si ça se trouve il y’a d’autres pokémon prisonniers ici.
Sylvain : Dans tout Kanto… Comment ont-ils pu les emmener ici en secret ? Même de nuit les citadins auraient du les voir.
Florine : Il doit y avoir d’autres entrées dans le quartier, peut être à la boutique de change...
Seb : J’entends des voix !
(Les trois enfants firent silence. Ils se trouvaient dans l’escalier qui remontait vers le faux distributeur.)
Voix1 : Alors qu’est ce qu’il a dit le chef ?
Voix2 : D’attendre encore deux semaines.
Voix1 : D et Jerry ne vont pas être contents, les salles sont pleines...
Florine : Zut ils sont dans le hall… On ne peut pas rester là, on va se cacher en attendant qu’ils s’éloignent.
(Ils trouvèrent un renfoncement en bas de l’escalier. De là où ils étaient ils pouvaient encore entendre les voix des mafieux. Lorsque les deux types seraient partis, ils remonteraient jusqu’au casino. Florine et Seb parlaient en murmurant, seul Sylvain se murait dans un silence digne d’un moine.)
Florine : Ils en mettent un temps pour s’en aller.
Seb : Si ça se trouve ils sirotent un café...
Florine : Tu ne peux vraiment pas te passer de faire de l’humour même dans les pires situations !
Seb : Ca détend l’atmosphère, en plus tu aimes ça.
(Florine ne répondit pas mais un sourire se dessina sur son visage, malgré elle. Satisfait, Seb balança sa tête en arrière, il fixait le plafond à peine éclairé par une veilleuse et remarqua un truc bizarre accroché au mur. Il eut une descente de mine en identifiant l’objet.)
Seb : Oh oh.
Florine : Quoi « oh oh » ?
Seb : Regardes en haut du mur.
(Florine leva les yeux et vit une caméra noire fixée au plafond, rivée sur eux.)
Florine : Merde, merde, merde, on est repéré !
Seb : Si on reste calme et si on réfléchit tranquillement on trouvera un moyen de s’enfuir. Et puis Greg est toujours là haut, il verra bien qu’on a disparu, il s’inquiètera…
[Pendant ce temps, à l’étage…]
Greg : (en insérant un autre jeton) Je la sens bien cette machine, encore un coup ou deux et je gagne. Aucun membre de la gente féminine ne me résiste, toi aussi sublime machine tu succomberas à mon charme. (Il caressa le levier comme si c’était la main d’une fille puis le tira vers lui pour lancer le jeu.)
[Au sous-sol…]
Florine : Mouais, je ne suis pas convaincue. De toute façon, Greg ne sachant pas où on est, il faudra quand même qu’on se débrouille seuls...
Seb : Eh, où est Sylvain ?
Florine : Il n’est quand même pas parti délivrer les pokémon tout seul ?!?
Seb : Vu qu’on ne l’a pas vu passé je suppose que si !
Florine : L’imbécile ! (Florine se mit à courir dans le couloir en direction de la salle aux pokémon, Seb sur les talons. Ils finirent par trouver Sylvain dans la salle remplie de cages, face à face avec les deux rockets.)
D : Tu as du cran gamin de venir ici tout seul. Tu aurais sans doute fait un bon flic mais on va se débarrasser de toi aujourd’hui.
Sylvain : Faut pas rêver ! Dardargnan à toi !
D : Scorplane en avant !
Jerry : Hariyama à l’attaque !
Sylvain : Zut, Marill vas l’aider !
(Les deux rockets ne lui laissèrent pas une seconde de répit, immédiatement D ordonna à Scorplane de lancer une taillade sur Dardargnan. Jerry demanda à son hariyama une attaque Sabotage. Marill bondit sur le côté, évitant de justesse le poing d’hariyama. Sylvain avait du mal à se concentrer sur deux fronts différents.)
Sylvain : Pics toxik !
(Dardargnan qui venait de se faire blesser par la taillade riposta avec ses deux bras dards imbibés de poison. Le poison n’avait presque aucun effet sur scorplane, seule la blessure physique causée par les dards pointus fit souffrir le pokémon ennemi. Dans l’ombre du couloir, Seb et Florine assistaient à la scène.)
Seb : Il faut aller l’aider !
Florine : (elle le retint par le bras) Non ! Ces deux types ne savent pas qu’on est là, on doit garder l’effet de surprise, en plus on peut garder le couloir pendant que Sylvain mène son combat, ça évitera de se faire encercler.
Seb : Bonne idée, je vais surveiller le couloir, toi veilles sur Sylvain !
Sylvain : Marill attaque pistolet à o, Dardargnan direct toxik !
(Marill obéit et dardargnan fonça sur scorplane qu’il frappa violemment avec son dard droit. Scorplane riposta avec une attaque tranche et repoussa dardargnan après l’avoir blessé à l’abdomen.)
Jerry : Hariyama corps perdu !
(Marill eut tout juste le temps de se rouler en boul’armure avant de recevoir l’attaque d’hariyama. Sa position défensive limita les dommages causés par le corps-perdu. Sylvain ne s’occupait pas de marill pour l’instant, il avait confiance en son pokémon qui avait déjà montré qu’il était assez fort et rusé pour combattre en autonomie. Sylvain vit scorplane se mettre en position défensive près du sol, ce qui obligeait dardargnan à manœuvrer avec prudence s’il voulait attaquer sans s’écraser au sol. Scorplane se tenait juste devant son dresseur.)
Sylvain : Dardargnan attaque poursuite !
(Dardargnan descendit en piqué. Il toucha son adversaire puis dans une mauvaise manoeuvre en essayant de reprendre de l’altitude, il s’encastra dans le rocket qui tomba sur le sol.)
Jerry : D ! Eh D ça va ? (D était évanoui et Jerry devint fou de rage.) Sale gamin… Tu ne perds rien pour attendre ! (Il attrapa une autre pokéball et la lança. Florine pesta : trois pokémon contre deux c’était déloyal. Mais en y réfléchissant, elle se dit que le rocket ne pourrait pas gérer trois pokémon tout seul. En effet, alors que Sylvain commençait à s’habituer au combat en duo, le rocket se retrouva subitement avec trois pokémon sur les bras.)
Jerry : Scorplane arrêtes de regarder D ! C’est moi qui dirige ce combat maintenant !
Scor…
Jerry : Scorplane tranche ! Hariyama frappe atlas sur Marill et toi kicklee pied saute !
(Le scorplane s’élança, contrarié de voir son dresseur dans les vaps. Kicklee, rapide comme l’éclair sauta sur l’adversaire, le problème c’est que l’adversaire en question était dardargnan, la même cible que scorplane. Dardargnan, très rapide lui aussi, échappa de justesse à l’attaque de kicklee. Scorplane en revanche, surpris par l’action de kicklee lui rentra dedans au lieu d’attaquer dardargnan.)
Sylvain : Marill attention à hariyama ! Boul’armure !
Maaarill !
(Le pokémon se roula en boule dans l’intention de se protéger, Hariyama l’attrapa comme s’il s’agissait d’un simple ballon de basket et le lança dans les airs avant de le projeter contre le sol. Pendant ce temps Sylvain supervisait la riposte de dardargnan.)
Sylvain : Dardargnan dard nuée sur kicklee !
(Il remarqua Scorplane en train de préparer une attaque plaie croix et il réagit au quart de tour.)
Sylvain : Attention au Scorplane !
(Dardargnan détourna ses yeux d’insecte de kicklee. Il stoppa sa dard nuée et s’envola rapidement pour éviter l’attaque de scorplane.)
Sylvain : Utilise la technique effort !
(Dardargnan fit demi-tour et fonça sur scorplane. Il le frappa une première fois puis fit demi-tour avant que son adversaire ne puisse réagir et ré-attaqua. Sylvain n’attendit pas de voir Dardargnan effectuer sa manœuvre et reposa son attention sur Marill. Il le vit rebondir sur le sol suite à la frappe atlas, sa boul’armure lui avait permis une bonne réception. Il déplia ses membres tout en effectuant un salto arrière et Sylvain donna son prochain ordre.)
Sylvain : Hydroqueue !
(L’attaque de marill fut rapide et efficace. Il sauta de façon très impressionnante pour un pokémon de son espèce, balança sa queue comme une lame de fond en pleine tempête et frappa hariyama à la tête. Le pokémon vacilla sous le choc. Sylvain profita de ce moment de répit pour demander à marill de se recouvrir d’un anneau-hydro puis il regarda comment se débrouillait dardargnan. Il avait du mal à affronter deux adversaires en même temps.)
Sylvain : (confiant) Tiens bon dardargnan ! Marill va venir te prêter main forte !
(Dardargnan bourdonna bruyamment pour faire comprendre à Sylvain qu’il avait entendu ses encouragements. Il prit de l’altitude pour échapper aux jambes élastiques de kicklee et scorplane fit de même pour se mettre à sa hauteur. Sylvain se retourna vers Marill pendant que dardargnan tenait ses adversaires à distance à coup de dard-nuée.)
Jerry : Hariyama secoues toi ! Forte-paume !
(Hariyama s’était ressaisi et il prépara son attaque. Il fonça sur le pokémon aquatique tandis que Sylvain réfléchissait à une parade.)
Sylvain : Damoclès !
(Marill se mit à tourner très vite sur lui-même. Lorsqu’hariyama arriva pour le frapper, marill balança la boule de sa queue dans la figure d’hariyama. Il assomma son adversaire au moment où celui-ci le heurtait. Sous le choc, marill fut projeté en arrière. Son anneau hydro lui fit récupérer des pv’s et, tandis que Jerry rappelait son hariyama en vociférant, marill se mit à briller.)
Sylvain : Marill ?
Jerry : Changement de tactique : kicklee viens par là, tu vas t’occuper du marill. Toi scorplane passes à l’offensive : feinte sur dardargnan ! Kicklee pied voltige !
Bzzzz !
(Sur ses gardes, dardargnan surveillait les alentours, cherchant de quel côté Scorplane allait surgir. Malgré sa vigilance dardargnan fut surpris de l’apparition de scorplane qui l’attaqua par derrière. Les deux pokémon se heurtèrent en plein vol. Marill qui avait à peine fini sa transformation en Azumarill se prit le coup de pied fulgurant de Kicklee en pleine face.)
Sylvain : Azumarill ! Dardagnan armure ! Tiens le coup !
Jerry : (avec un sourire tordu) Tu veux gagner du temps ou quoi ? Plus tu traîneras et plus j’aurais de chance de voir débarquer un de mes camarades et ce sera la fin pour toi…
Sylvain : Azumarill bulles d’o !
Jerry : Kicklee saute et esquive ! Scorplane vive-attaque !
(Florine regardait le combat avec attention. Si les deux pokémon insectes commençaient à fatiguer, Kikclee et Azumarill semblaient suffisamment en forme pour combattre encore longtemps. Elle repensa à ce que le rocket avait dit au sujet des renforts qui allaient arriver et elle se dit qu’attendre la fin du combat de Sylvain serait une très mauvaise tactique.)
Florine : Bon, je crois qu’un petit coup de pouce ne lui fera pas de mal. (Elle ressortit la ball de Myrtille.)
Sylvain : Azumarill pistolet à o, dardargnan double dard !
(Dardargnan se dirigea vers scorplane les dards en avant. La sueur commençait à perler sur le corps de scorplane, ce qui était rare pour un pokémon sol et signe de grande fatigue.)
Jerry : Kicklee prépare une vendetta.
(Le kicklee laissa azumarill l’arroser avec son pistolet à o, les pieds et les bras en position d’attaque. Alors que Sylvain serrait les poings en regardant alternativement Dardargnan et Azumarill, il aperçut Ortide marcher dans sa direction avec enthousiasme. Complètement déstabilisé, Jerry remarqua son air ahuri, il comprit vite qu’il se passait quelque chose mais lorsqu’il voulut se retourner un gros nuage de poudre bleue lui arriva dans la figure. Son nez le picota et il fut pris de vertiges. Il s’écroula sur le sol et la dernière chose qu’il vit avant de s’endormir fut dardargnan et scorplane tomber lourdement sur le sol. Sylvain eut le réflexe de se pincer le nez avant que le nuage de poudre dodo ne l’atteigne. Il secoua ses cheveux et ses vêtements couverts de spores avant de reprendre sa respiration. Florine et Seb sortirent de leur cachette.)
Sylvain : (sur un ton de reproche) T’as endormi mes pokémon !
Florine : Tu t’éternisais. Tiens, vas réveiller tes pokémon avec ces baies marron.
(Florine examina les lieux pendant que Sylvain soignait ses pokémon.)
Florine : Seb, les deux autres sont toujours là haut ?
Seb : Malheureusement oui…
Florine : Alors il faut trouver un autre moyen de s’enfuir.
Sylvain : (énervé) Et les pokémon alors, on en fait quoi ?!?
Seb : (il se tourna vers Florine) Maintenant que les rockets savent qu’on est entré, si on arrive à sortir, ils auront le temps de mettre les voiles et d’emmener les pokémon avant que la police rapplique !
Florine : Y’a peut être un moyen de le libérer. Les cages sont verrouillées par un mécanisme automatique contrôlé par ce truc.
(Elle montra du doigt le gros ordinateur qui ressemblait plus à une table de contrôle comme on en trouve dans les aéroports qu’à un ordinateur.)
Florine : Si on arrive à libérer tous les pokémon en même temps la pagaille sera telle qu’on pourra s’enfuir rapidement d’ici.
Seb : Oui mais faut faire vite. Et comment ça marche ce truc ?
Sylvain : Pas le temps de réfléchir, je vais faire un court-circuit ! Azumarill pistolet à o sur ce machin !
Florine : Quoi mais t’es malade ?!?
(Florine réagit trop tard, le fidèle Azumarill de Sylvain inonda le tableau de contrôle, des étincelles jaillirent d’entre les touches, l’écran s’éteignit dans un grésillement peu rassurant et un concert de « Clics ! Clics ! » se fit entendre. La salle fut plongée dans le noir, désormais seules les veilleuses rougeoyantes de secours éclairaient la pièce. Au rythme des « clics ! » les portes des cages automatiques se déverrouillèrent et s’entrouvrirent. Les pokémon les plus malins comprirent vite que c’était leur seule chance de Salut et bondirent hors de leurs cages. D’autres pokémon, plus craintifs, les observèrent puis se risquèrent à pousser la porte de leurs cages. Très vite ils furent submergés par les pokémon.)
Sylvain : (fier de lui) Tu vois Flo ça a marché.
Florine : Tu es fou !
Seb : Les vieilles cages ! Il faut les ouvrir aussi !
Sylvain : Occupez vous en, moi je vais voir dans la salle d’à côté s’il n’y en a pas d’autres.
Florine : Ok mais dépêches toi !
(Sylvain slaloma entre les pokémon et se dirigea vers la porte qui n’était pas verrouillée, il l’ouvrit et des pokémon s’engouffrèrent dans l’ouverture en renversant Sylvain. Dans cette salle la plupart des cages étaient fermées avec des cadenas ou des crochets.)
Sylvain : Oh non… Flo ! Seb ! Y’en a plein ici !
(Florine et Seb entendirent à peine Sylvain parmi les cris des pokémon. Ils s’acharnaient sur les vieilles cages.)
Florine : (stressée) On aura jamais fini à temps pour s’enfuir.
Seb : Je crois que les deux types de la machine à café s’amènent Flo ! Je les entends dans l’escalier !
Florine : C’est pas vrai ! Sylvain, on a de la compagnie !
(Les rockets accoururent pour voir comment des pokémon avaient fait pour s’échapper. Ils furent bousculés dans l’escalier par les pokémon fuyards et tombèrent nez à nez avec Florine et Seb qui continuaient d’ouvrir les cages.)
Rocket : Des gamins !
Rocket 2 : Vous croyez que vous allez pouvoir vous enfuir ?
Florine : Bien sûr que oui ! Myrtille j’ai encore besoin de ton aide !
Rocket : Tritosor !
Rocket 2 : Cochignon !
Florine : Poudre dodo !
(Ortide émit un drôle de bruit avant de se tourner vers sa dresseuse avec un air honteux.)
Florine : Oh non… Tu n’es pas en train de me dire que tu n’as plus de poudre dodo ?
Oortide…
Seb : Je crois que là tu vas avoir besoin d’un coup de main, en avant Absol !
Rocket 2 : Bélier sur cet ortide ridicule !
Seb : Attention Myrtille ! Absol coup bas !
(Le pokémon de Seb s’interposa entre cochignon et sa cible et le fit trébucher alors que l’autre rocket s’apprêtait à attaquer à son tour.)
Rocket : Boue-bombe !
(La grosse boule de terre alla s’écraser sur le bulbe d’ortide. Le pokémon se frotta la tête douloureusement.)
Florine : Acide !
(L’ortide de Florine cracha un jet d’acide sur tricosor qui cria de douleur. Le cochignon de l’autre rocket était de méchante humeur, il soufflait bruyamment avec son groin à la manière d’un tauros qui s’apprête à charger. Heureusement absol était très agile et ses grandes pattes lui permettaient de faire de grands sauts. Le cochignon fonça tête baissée sur absol qui esquiva la charge brutale du pokémon glace.)
C-gronh c-gronh !
Seb : Utilise la technique reflet !
(Tout autour du cochignon apparurent une douzaine d’absol, tous très réalistes. Le pokémon colérique ne savait pas où donner de la tête et il se mit à foncer au hasard. Le propriétaire du cochignon semblait très agacé par la tournure que prenait ce combat, Seb au contraire commençait à se sentir maître de la situation.)
Seb : Très bien prépare une attaque coupe-vent
(Tous les clones d’absol se mirent à préparer leur technique mais le rocket n’avait aucun moyen d’identifier le vrai absol. De son côté Florine avait réussi à paralyser son adversaire avec du para-spore.)
Florine : Parfait, maintenant mégasangsue !
(Le tricosor de type sol n’allait pas faire long feu face à Myrtille, le rocket tripotait nerveusement ses pokéballs, à la recherche d’un pokémon plus efficace face à ortide.
Pendant ce temps dans l’autre pièce, Sylvain avait constaté que les cages à verrouillage automatique s’étaient ouvertes en même temps que celles de la pièce voisine mais il y avait encore une soixantaine de cages en fer verrouillées par un cadenas, des cages en verre en forme de cloche et même de simples caisses en bois pour les pokémon les plus inoffensifs.)
Sylvain : Comment faire pour ouvrir toutes ces cages ?!?
(Sylvain semblait prit de court mais, au prix d’un gros effort de concentration, il se mit à réfléchir calmement.)
Sylvain : J’ai pas le choix, je dois me faire aider… Pourvu qu’ils comprennent ce que je leur demande.
(Il sortit deux pokéballs et les dégoupilla.)
Sylvain : Draby, Tylton sortez de vos pokéball !
(Le pokémon dragon sortit de sa pokéball avec une tête affreuse, apparemment il était toujours fâché. Tylton lui avait le regard vide comme d’habitude.)
Sylvain : Écoutez moi bien tous les deux, j’ai besoin de votre aide pour…
Grawh-bab !
(En colère, le jeune draby cracha aux pieds de Sylvain quelques flammes bleues de draco-rage. Sylvain se mit à piétiner vivement pour éteindre sa chaussure droite en feu. Il regarda le pokémon dragon avec des yeux noirs et hurla de rage.)
Sylvain : T’as vraiment sale caractère ! Et tu n’es qu’un dragon égoïste ! Tous ces pokémon ont besoin de notre aide et toi tu ne trouve rien de mieux à faire que de me cramer les pieds ?!? T’es vraiment bon à rien.
(Draby se retourna, énervé, il n’avait pas tout compris de ces gargarismes d’humains mais il comprenait très bien les insultes. Alors qu’il allait cracher une draco-rage sur Sylvain, il vit son dresseur, les nerfs à vif, s’emparer d’une grosse pince coupante qui traînait là et commencer à entailler le cadenas qui fermait la cage d’un pauvre otaria. Draby regarda le pokémon à l’air mélancolique, il devait être enfermé là depuis un moment. Il leva la tête et vit un canarticho prisonnier d’une cage minuscule suspendue au milieu d’une vingtaine d’autres. Tout le long des murs des pokémon se trouvaient pris au piège dans des cages souvent trop petites pour eux. Draby vit alors un autre pokémon dragon enfermé à l’écart, il s’agissait d’un minidraco. Le dragon poussait de longs gémissements et draby entendait ces pleurs de pokémon. Draby prit alors de l’élan, avec rage il fonça sur la cage du minidraco et lacéra le cadenas avec une attaque dracogriffe. Libéré, minidraco sortit en rampant de sa prison et cria avec reconnaissance. Draby avait mal aux pattes, il n’avait pas encore un niveau assez élevé pour maîtriser la dracogriffe. Il changea de tactique pour ouvrir la cage suivante et utilisa son dracosouffle pour faire fondre le métal. Sylvain le regarda un instant et sourit avec soulagement. Après avoir libéré Otaria, il expliqua à tylton ce qu’il devait faire.)
Sylvain : Tylton, tu vois ces cages au dessus de nous ? Tu vas les ouvrir il te suffit de soulever les crochets comme ça. (Sylvain fit une démonstration sur la seule cage qui était à sa portée et laissa s’échapper un nirondelle.)
Sylvain : Tu as compris ? Alors mimique.
(Comme un automate, tylton obéit à son dresseur. Il s’envola auprès des cages et se mit à soulever avec le bec les crochets qui fermaient les cages.)
Sylvain : Excellent tylton !
(Sylvain retourna à sa pince, tandis que dans l’autre salle le combat faisait rage.)
Rocket : Tricosor reviens, à toi smogo !
(Florine avait profité du changement de pokémon pour lancer Ortide contre cochignon. A l’aide de sa mégasangsue elle avait absorbé une grosse partie de ses pv’s, ce qui facilitait la tâche d’absol.)
Seb : Absol, utilise tranche-nuit !
(Absol s’élança sur son ennemi et le coup fut critique. Cochignon épuisé s’étala sur le flan. De son côté, ortide avait perdu l’avantage face à smogo, un pokémon poison.)
Rocket: Smogo bomb-beurk !
(Une grosse boule violette nauséabonde sortit de la bouche de Smogo et s’écrasa sur la tête d’ortide. Malgré son immunité face aux toxines naturelles, Ortide fut empoissonnée par la bombe polluante de Smogo. Florine s’inquiétait pour Myrtille, le sous-sol n’était pas assez lumineux pour qu’elle puisse attaquer avec un lance-soleil et le poison de smogo l’affaiblissait rapidement.
Des pokémon vol libérés par Sylvain tournaient en rond au dessus de leurs têtes, cherchant désespérément une issue.)
Rocket2 : Coxyclaque prends le relais !
Seb : Absol prépare une nouvelle fois coupe-vent !
(Après avoir donné son ordre, Seb s’adressa à Florine en murmurant pour éviter que les deux membres de la Team Rocket ne les entendent.)
Seb : Flo il faut qu’on trouve un moyen de leur fausser compagnie avant que des renforts n’arrivent.
Florine : Je le sais bien, j’y réfléchis. Il faut d’abord que Sylvain ait libéré tous les pokémon.
Seb : Coxyclaque a l’air gêné par les pokémon vol, je crois que j’ai une ouverture.
(Effectivement la présence de tous ces pokémon vol empèchait coxyclaque d’esquiver les attaques d’absol en prenant de l’altitude. Le coupe-vent le toucha de plein fouet et lui causa pas mal de dégâts.)
Seb : Absol coup bas !
(L’absol bondit sur coxyclaque alors que ce dernier était trop occupé à éviter les pokémon vol qui zigzaguaient dans les airs.)
Rocket2 : (énervé) Mais qu’est ce qu’ils font tous ces pokémon ?!?
Rocket : Je me demande surtout pourquoi personne ne vient nous aider ! Smogo, gyroballes !
(Le pokémon poison cribla Ortide de billes d’acier. Florine regardait son pokémon avec impuissance pourtant son cerveau fonctionnait à deux cents à l’heure. Elle aussi se demandait pourquoi les rockets n’avaient toujours pas reçu de renforts. Outre les pokémon vol qui s’agitaient au dessus de leurs têtes, d’autres pokémon terrestres fuyaient et leur couraient entre les jambes. Le premier sous-sol devait déjà être envahi de pokémon tout comme le casino. A force de réfléchir elle trouva subitement l’explication : les portes étaient verrouillées à l’étage, il n’y avait que l’ascenseur et la sortie vers le casino, si cette dernière s’était refermée...)
Seb : Florine ! Myrtille est à terre !
(Florine fut brutalement sortie de ses réflexions par le cri de Seb. Ortide gisait, inanimée, sur le sol. Florine sortit deux pokéballs : celle de Myrtille et celle de Spyke.)
Florine : Spyke en avant !
(Dans l’autre salle, la tension de Sylvain grimpait en flèche. Tylton avait fini de libérer tous les pokémon vol, mais au sol Draby et Sylvain éprouvaient des difficultés avec toutes ces cages en fer. Le front de Sylvain brillait de sueur à la lueur des néons.)
Sylvain : Il faut aller plus vite !
(Il sortit une nouvelle pokéball.)
Sylvain : Ike à toi !
Wirf wirf !
Sylvain : Ike ces pokémon ont besoin de nous, tu comprends ?
Wirf !
Sylvain : Ca, ces serrures. (Il prit un cadenas entre les mains) Tu dois les faire fondre : lance-flamme pleine puissance.
Wirf ?
Sylvain : Eh merde, c’est vrai ! Tu ne connais pas encore cette technique.
(Il regarda avec inquiétude la troisième porte : et s’il y’avait des pokémon aussi derrière celle là ? Mais il n’avait pas le temps d’aller vérifier. Draby, fatigué, s’esquintait à faire fondre les serrures des dernières cages. Alors que Sylvain ouvrait une autre cage un cri de colère retentit depuis la salle voisine.)
Florine : Sylvain !!!
Sylvain : J’ai presque fini !
(Il se retourna vers les dernières cages en verre et lança une autre pokéball.)
Sylvain : Aller pikachu à toi !
Pika !
Sylvain : Pikachu fatal-foudre sur ces prisons de verre ! Fais les exploser toutes en même temps !
Pikaa….chuuu !
(Le verre se brisa en mille morceaux sous la puissance de la foudre. Les pokémon enfermés dans les cages en verre étaient libérés mais il y avait encore une trentaine de cages en fer verrouillées et draby était épuisé. Sylvain cherchait désespérément une solution et son regard se posa par hasard sur l’un des pokémon sorti affaibli d’une cage en verre. Il s’agissait d’un pokémon originaire d’Hoenn, bleu, de forme bizarroïde. Sylvain ne se rappelait plus de son nom en revanche il se souvenait de son type. Dans un éclair de génie il comprit comment étaient répartis les pokémon. Les cages en verre étaient réservées aux pokémon émettant en champ magnétique. Sylvain, dans un « tenter le tout pour le tout » attrapa une pokéball vierge et la lança sur le pokémon difforme. Il croisa les doigts et par miracle elle resta verrouillée, le pokémon était trop fragilisé par sa captivité pour se défendre. Sylvain poussa un gros soupir d’espoir et rouvrit la ball.)
Sylvain : Viens m’aider euh… Truc !
(Le pokémon sortit de sa ball. Il regarda son tout nouveau dresseur avec un air fatigué. Au même moment draby s’effondra sur le sol. Dans l’autre salle, Florine essayait de gagner du temps, son plan pour s’enfuir de la pièce ne pouvait marcher que si smogo et reptincel étaient toujours en état d’attaquer. Elle se mordait les lèvres en attendant Sylvain.)
Sylvain : C’est bon draby tu t’es conduit admirablement, vas te reposer maintenant, je m’occupe des derniers prisonniers.
Draww…(Le draby, essoufflé, lança un dernier regard à Sylvain. Une fois draby et Ike dans leurs balls, Sylvain ce tourna vers Truc.)
Sylvain : Je sais que tu es fatigué mais il va falloir m’aider à libérer tes amis. (Il montra les cages en fer encore verrouillées. Les pokémon prisonniers criaient, suppliant Sylvain de les libérer. Le pokémon bleu regarda les cages avec une lueur de pitié dans le regard.)
Sylvain : Il faut les aider. Tu es de type acier et psy n’est ce pas ? Tu peux plier tous ces barreaux, je sais que tu peux le faire !
(Le pokémon rempli de courage et de détermination insufflés par les encouragements de Sylvain se concentra. Dans une lueur violette les barreaux de la première cage se mirent à grincer en se pliant.)
Sylvain : Oui ! Oui c’est ça ! Continue !
(En se concentrant d’avantage le pokémon réussi à plier plusieurs barreaux de plusieurs cages. Il utilisait tellement d’énergie que certaines cages se mirent à flotter dans les airs. Une fois les barreaux suffisamment écartés des dizaines de pokémon purent s’enfuir. Hélas, Truc épuisa toutes ses forces et s’évanouit brusquement. Les cages qui étaient en train de léviter tombèrent sur le sol et en se fracassant libérèrent les derniers pokémon prisonniers. Il était temps.)
Florine : (en hurlant) Sylvain Ketchum si tu ne viens pas immédiatement on part sans toi, je ne plaisante pas !
Seb : Flo…
Florine : Prépares toi Seb, Spyke lance-flamme sur smogo, concentre ton jet de flamme, qu’il soit le plus chaud possible.
(Le reptincel obéit à sa dresseuse et cracha les flammes les plus brûlantes possibles sur smogo.)
Seb : (inquiet) Que comptes tu faire ?
Florine : Rappelles absol et sors mentali, vite !
(Seb obéit et Florine lança une autre pokéball en continuant de donner les instructions à Seb.)
Florine : Demande à Mentali de faire une sphère protectrice qui englobera smogo et les rockets. (Seb regarda alternativement Florine et son racaillou qu’elle venait de laisser sortir. Il commençait à comprendre ce qu’elle voulait faire.)
Seb : Tu as entendu mentali ?
Menta !
Florine : Spyke maintient ton lance-flamme !
Rocket : (inquiet) Qu’est ce qu’ils mijotent ?
Smog… smogo !
Rocket2 : (il comprit avec terreur ce qui se passait) Non ! Le gaz !
Florine : (elle n’avait plus un instant à perdre) Jet de pierre sur smogo !
(Aux ordres de Florine, gravalanch lança trois grosses pierres sur smogo mais une seule suffirait. Seb cria après mentali.)
Seb : Maintenant Mentali ! Bouclier !
(La première roche qui heurta smogo le secoua brutalement et il implosa dans une attaque « explosion » involontaire et incontrôlée. Mentali commença sa technique un peu trop tard et Reptincel fut légèrement touché par le souffle de l’explosion. Le deuxième rocket se jeta sur son camarade pour le protéger de l’explosion. Sylvain qui était finalement revenu dans la pièce assista à la scène avec un air ébahi.)
Florine : Ah te voilà toi ! On y va maintenant !
(Elle lui attrapa le bras et le tira violemment en direction du couloir. Les pokémon en prenant la fuite avaient réduit en miettes les caisses qui encombraient le couloir. Perturbé par les évènements, coxyclaque n’essaya même pas de stopper ses adversaires. Nos trois amis se retrouvèrent au premier sous-sol où des pokémon affolés couraient dans tous les sens.)
Seb : Qu’est ce qu’ils font encore là ?
Florine : La porte de sortie doit être verrouillée.
(Soudain des gens surgirent de derrière eux. Cette fois les renforts de la Team étaient arrivés par l’ascenseur. Dans le groupe, Florine reconnut le videur du casino.)
Rocket : Ils sont là ! Les gamins de la vidéo-surveillance !
Videur : Je savais bien que je n’aurais pas dû les laisser entrer !
(Les trois ados se remirent à courir le plus vite possible dans le couloir plein de pokémon. Ils s’engagèrent dans l’escalier qui menait au casino mais s’était désormais un cul de sac.)
Florine : Je le savais : ils ont refermés le passage secret !
(Déterminé, Seb attrapa la pokéball de kangourex et la lança. Deux secondes plus tard le pokémon défonça le mur coulissant avec un ultimapoing. Les murs du casino tremblèrent. Les croupiers semblaient inquiets mais personne ne remarqua le trou béant dans le mur. Une rangée de machines à sous plus loin, Greg qui n’avait même pas senti le tremblement regardait les roues s’immobiliser en un alignement de 7.)
Greg : (il perdit brusquement son calme) Jackpot ! Jackpot ! Eh les amis regardez çaah !!!
(Sylvain, Florine, son reptincel et son racaillou passèrent en courant derrière lui. Seb l’agrippa par le col de son pull.)
Sylvain : Cours Greg !
Greg : Quoi ? Eh mais attendez, mes jetons !
(Il essayait de freiner mais Seb le tirait de force vers la sortie. Une femme accro à la roulette cria lorsqu’un germignon fila entre ses jambes à toute vitesse. Un teddiursa et un snubull empruntèrent le même chemin et la jeune femme finit par se recroqueviller dans un coin en tenant fermement sa jupe.)
Greg : Mais d’où sortent tous ces pokémon ?
Seb : Dépêches toi Greg !
Greg : C’est GREGOIRE !
(Ils sortirent en trombe du casino. Greg, toujours tiré par Seb, manqua de trébucher en descendant l’escalier de marbre du casino. Ils courraient en direction d'un carrefour tandis que des pokémon sortaient par vagues du bâtiment derrière eux. Certains clients du casino effrayés par ce remue-ménage s’enfuyaient également, leurs pots de jetons à la main. Sylvain et ses amis tournèrent au coin de la rue sans diminuer l’allure. Greg commençait à être essoufflé.)
Greg : Mais… Ouf vous allez comme ça ?!? Bande de malades !
Florine : Arrêtes de chouiner ! Il faut qu’on retourne au centre pokémon au plus vite !
Seb : Et qu’on quitte la ville ce soir !
Greg : Quitter la ville ? Mais qu’est ce que vous avez encore fait ?!?
(Quand Grégoire réalisa que la situation était grave. Il se mit à marcher plus vite, Seb n’avait plus besoin de le traîner.)
Greg : D’accord, que se passe t’il ?
Florine : Je crois que tu devrais prévenir ton oncle que son gérant magouille avec la Team Rocket.
Greg : Pardon ?!?
Sylvain : Il y’a un sous-sol secret sous le casino, rempli de pokémon volés.
Florine : Le pire c’est que le videur devant lequel tu frimais est l’un des leurs.
Seb : Grégoire ?
(Florine et Sylvain se retournèrent, intrigués par le silence de leur ami et s’aperçurent que Seb et Greg, blanc comme un lamantine, s’étaient arrêtés.)
Greg : (d’une voix caverneuse) Vous voulez dire… Qu’ils savent qui je suis ? Que les rockets vont connaître mon nom ?
Seb : Euh…
Greg : Ma famille est connue, et facile à trouver...
Florine : Ne panique pas Grégoire.
Greg : Ne pas paniquer ?!?
(Le stress avait toujours un effet étrange sur Grégoire, comme s’il dégageait des ondes négatives qui avaient le pouvoir de diluer son gel coiffant et ses cheveux impeccablement rangés se décollaient pour donner naissance à une dizaine d’épis éparpillés sur son crâne. Florine lui attrapa fermement le bras.)
Florine : Si on se dépêche de quitter la ville et que tu préviens tes parents et ton oncle tout ira bien !
(Elle tira Grégoire pour qu’il recommence à courir. Cinq minutes plus tard, ils rejoignirent le centre pokémon. Ils rassemblèrent leurs affaires en quatrième vitesse, ne prirent pas le temps d’expliquer à Miaouss ce qui se passait et repartirent vers l’Ouest de la ville. Pour plus de sécurité ils décidèrent de prendre le bus car la police contrôlait l’autoroute, de plus leurs pokémon n’étaient pas en état d’affronter les dresseurs et les zonards qui squattaient la piste cyclable. Alors qu’il faisait déjà nuit, nos quatre amis quittèrent Céladopole en catimini, assis au fond du dernier car en partance pour le canton de Parmanie.)

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]