Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 47
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Le chasseur de primes
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 12/10/2009 à 20:05
Œuvre lue 83339 fois Dernière édition le : 2/3/2012 à 15:35
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 47

Un chasseur sachant chassé.

Miaouss : Miaw, mais qu’est ce qui se passe ?!?
(Miaouss était inquiet, des inconnus l’avaient embarqué de force dans un autocar en fin de soirée pour ne pas dire en pleine nuit, sans prononcer un mot.)
Florine : (elle tapotait nerveusement son portable) Pourquoi personne ne répond à la maison… Sylvain : (en marmonnant) Mon badge…
(Greg lui lança un regard assassin et Florine murmura à l’oreille de Sylvain.)
Florine : Ce n’est pas le moment !
Miaouss : Qu’est ce que vous fuyez exactement ? Expliquez moi !
(Le pokémon de l’ex Team Rocket, une fois soigné et le ventre bien rempli, avait vite retrouvé son sale caractère d’autrefois. Il ne supportait pas d’être considéré comme un pokémon ordinaire qu’on balade de ville en ville en lui donnant des croquettes. Seb le regarda et essaya de lui expliquer.)
Seb : Euh… On va devoir rester à l’écart de Céladopole quelques temps.
Miaouss : (avec un œil méfiant) Pourquoi ?
Seb : Eh bien…
(Il se frotta la nuque, l’air embarrassé. Il parlait assez bas pour que les quelques voyageurs du bus ne les entendent pas.)
Seb : On est tombé sur des rockets au casino et ils nous en veulent.
Miaouss : (dans un sursaut) La Team Rocket ?!?
(Des gens se retournèrent intrigués, certains avec des yeux perçants. Seb fit signe à Miaouss de parler moins fort.)
Miaouss : (estomaqué) Alors c’est vrai ce qu’on raconte ? La Team est vraiment de retour ?
Seb : Tu ne le savais pas ?
Miaouss : Je vis dans les poubelles et mes seuls potes depuis dix ans sont des pokémon errants à la recherche de nourriture miaw, tu crois qu’on lit souvent les journaux ?
Seb : Tout le monde en parle depuis des mois, comme tu vivais en ville je croyais que tu étais au courant…
(Miaouss se mit à réfléchir rapidement. La Team était de nouveau sur pieds, et si James et Jessy y étaient entrés à nouveau ? Il regarda les quatre gamins et se rappela que leurs visages étaient trop pâles pour signifier de bonnes nouvelles.)
Miaouss : Qu’est ce que vous avez fait à la Team Rocket ?
Sylvain : Le casino était leur repère. On est tombé dessus par hasard et on a libéré tous les pokémon qui s’y trouvaient.
Florine : Ils volent des pokémon pour les donner à leurs nouveaux membres.
(Miaouss se dit qu’apparemment il n’y avait pas grand-chose de changé dans la Team : ils volaient des pokémon et se planquaient toujours dans des endroits peu conventionnels. Bien qu’ancien membre, Miaouss ignorait tout des grands projets de la Team et ce qu’il voyait de la Néo Team Rocket c’était la partie immergée de l’iceberg. Florine, Seb et Sylvain en revanche se doutaient qu’il se passerait des choses bien plus graves très bientôt, lorsque les rockets seraient assez forts et assez nombreux. Le souci était de savoir quand. Grégoire quant à lui était terrorisé. Il pensait à ses parents à Hoenn, la Team Rocket pouvait très bien essayer de les faire disparaître s’ils apprenaient que le casino appartenant à leur famille était infesté de rockets. Puis Grégoire fut en proie à des doutes affreux au sujet de son oncle : était il un rocket ? Après tout, c’était lui le propriétaire du casino. Et ses parents, étaient-ils en danger ou au contraire dans la confidence ? Ces questions l’obsédaient et à cause d’elles il se murait dans le silence.)
Florine : Dans une heure on sera au relais des bus. Mais après la route est encore longue jusqu'à Parmanie et il n’y aura plus de bus.
Seb : S’ils ont des contacts à Parmanie on va être cueillis dès notre arrivée...
Florine : (l’air très sombre) A mon avis on sera rattrapé bien avant.
(Alors que le bus avançait à la lueur des lampadaires, une moto le suivait d’assez près. Le motard portait un gros blouson de cuir noir et c’était une chance pour lui car il commençait à pleuvoir abondamment. Il finit par dépasser l’autobus et continua sa route. Il s’arrêta à côté de relais de bus ; depuis les toilettes publiques il regarda le bus se garer. Les passagers descendirent, Sylvain et ses amis en dernier, tous vêtus d’un imperméable. Sylvain qui avait acheté un petit anorak jaune pour son pikachu le prêta gentiment à Miaouss. L’homme au blouson de cuir sortit son téléphone portable et appuya sur la touche raccourcie.)
Homme : C’est moi. Je les ai repéré, ils descendent du bus. Je suppose qu’ils vont à Parmanie.
Voix : Ne les perdez pas de vue ! Il faut s’en débarrasser au plus vite, trouvez le bon moment et le bon moyen.
Homme : Ne vous inquiétez pas pour ça. Je vous rappelle plus tard.
(L’homme sortit des toilettes et s’acheta un journal à la boutique de la pompe à essence. Il s’installa sur une table devant les distributeurs de café et dissimula son visage derrière le journal. A chaque fois qu’il entendait la clochette de la porte d’entrée il regardait qui venait d’arriver. Il attendit mais aucun des quatre gamins n’entra dans la boutique. L’homme qui tenait la caisse enregistreuse vint le voir.)
Caissier : Désolé m’sieur mais ça va fermer.
Homme : Hum… D’accord.
(L’homme grommela, déçu que ces « cibles » ne se soient pas arrêtés dans la boutique. Il jeta son journal et sortit du bâtiment. Le caissier ferma la porte derrière lui. L’homme en blouson de cuir se rendit jusqu’au bord de la passerelle et sortit une paire de jumelles infrarouges, permettant de voir dans l’obscurité. Il scruta l’horizon et finit par repérer quatre silhouettes humaines et une de pokémon qui marchaient côte à côte sur un chemin de terre. Il rangea ses jumelles et baissa la main au niveau de sa ceinture de pokéballs.)
Homme : Noarfang à toi.
(Un noarfang au plumage noir sortit de la ball que l’homme avait en main. Ce noarfang était moins grand que la moyenne, en revanche il semblait être dans une forme olympique : son plumage était impeccable et la forme de ses plumes devait lui donner beaucoup d’aérodynamisme.)
Homme : A l’est il y a quatre gamins. Suis les le temps que je les rattrape.
(Dans un hululement affirmatif, le noarfang prit son envol en direction de l’Est. Dès qu’il fut parti l’homme retourna à sa moto. Il la conduisit au hangar-consigne de la piste cyclable. Il partit ensuite dans la même direction que nos amis en tapotant une protubérance dans son blouson comme pour vérifier qu’elle était bien là.
Nerveux, les quatre enfants marchaient très vite, de peur d’être poursuivis. Miaouss avait du mal à suivre avec ses petites pattes, sa mauvaise alimentation des dix dernières années ne l’avait pas aidé à se maintenir en forme. Le noarfang les avait repéré. Il volait très haut et son plumage noir empêchait les quatre gamins de le voir même s’ils levaient les yeux. Le chemin boueux n’était pas éclairé et aucun des quatre dresseurs n’avait sorti sa lampe de poche, si bien que la plupart d’entre eux trébuchaient régulièrement. Miaouss qui avait des yeux de félin et voyait excessivement bien la nuit essayait de les prévenir lorsque le sentier était accidenté. Ils marchèrent pendant des heures, la nuit était déjà bien avancée et la fatigue les gagna. Elle les fit ralentir la cadence et finalement l’homme qui les suivait les avait presque rattrapés. Noarfang tourna son cou à 180° et repéra son maître. Il vira de bord pour faire demi-tour et rejoignit son dresseur en hululant de satisfaction. L’homme regarda son noarfang en souriant et le rappela.)
Homme : Parfait noarfang, on les a rattrapé. Tu peux aller te reposer.
(Malgré l’obscurité, il avait réussi à repérer les traces de pas des quatre jeunes sur le sentier et il n’avait plus besoin de noarfang pour les pister. L’homme accéléra le pas, ils les auraient bientôt à sa portée. En effet, à moins d’un kilomètre de là, Sylvain et ses amis marchaient comme de vrais zombies.)
Sylvain : J’en peux plus ! J’uis crevé !
Greg : Moi aussi… Je veux qu’on s’arrête pour la nuit.
Florine : (elle soupira énervée) Mais quelle bande de chiffes molles. Où est ce qu’on va dormir, à la belle étoile ? Il fait un froid de cadoizo !
Seb : Non Flo ils ont raison, on ne sait pas où se trouve le prochain centre pokémon, on pourrait marcher des jours sans rien trouver. (Il sortit une pokéball et quitta le sentier pour s’aventurer dans les fourrés. Les deux autres garçons le suivirent sans poser de question et Miaouss regarda Florine.)
Miaouss : Moi aussi je veux dormir miaw !
(Miaouss s’élança à son tour dans les hautes herbes et Florine se décida enfin à les suivre pour ne pas rester toute seule au milieu du chemin. Seb finit par découvrir une petite baie dans laquelle il pouvait descendre en suivant une paroi d'une falaise. En observant bien la zone rocheuse il trouva l’endroit idéal et décida de sortir Kangourex de sa pokéball.)
Seb : Force cachée Kangourex !
(Grâce à sa technique secrète, Kangourex ouvrit une brèche suffisamment grande dans la roche pour permettre à Seb et ses amis d’entrer dans la petite grotte.)
Seb : L'eau de mer ne devrait pas monter jusqu'ici. C’est étroit mais au moins on sera à l’abri.
Sylvain : Moi ça me va !
(Sylvain entra dans la grotte et se blottit au fond contre la paroi. Il enleva son sac à dos, posa sa tête dessus et s’endormit aussitôt.)
Miaouss : (perplexe) Miaw… C’est vrai qu’il était fatigué.
Seb : Moui... Bwaaaaah !
(Seb bailla à s’en décrocher la mâchoire. Miaouss entra dans la grotte et se roula en boule à côté de Sylvain. Greg regardait l’antre d’un air sceptique.)
Greg : Ca à l’air sale et trop étroit.
Seb : Au moins on se tiendra chaud, aller rentres là dedans que je puisse camoufler l’entrée. Toi aussi Flo.
(Greg et Flo entrèrent à contre cœur dans la petite grotte. Grégoire sortit son sac de couchage et s’installa devant Sylvain au lieu d’aller à côté de lui au fond de la grotte, de peur de se salir contre le sol ou la paroi. Florine bouscula Grégoire, elle n’avait plus la place pour sortir son sac de couchage et se contenta de s’allonger le long de la paroi, la tête près de l’entrée. Elle regarda Seb aligner des cailloux et des branchages devant la grotte. Il se glissa à son tour à l’intérieur avant d’empiler les dernières pierres. Maladroitement, il donna un léger coup de pied à Grégoire qui grommela quelque chose, ses paroles recouvertes par les ronflements de Sylvain. Seb s’allongea devant l’entrée de la grotte, la tête à côté de celle de Florine et les pieds devant celle de Grégoire. Greg renifla avec une grimace de dégoût avant de se tourner de l’autre côté. Il se trouva nez à nez avec Miaouss roulé en boule et renifla à nouveau. Agacé par toutes ces mauvaises odeurs il finit par se mettre sur le dos.)
Florine : Greg arrête de bouger !
Greg : Désolé mais ce n’est pas de ma faute si on est à l’étroit !
Seb : (d’une voix ferme) Silence on dort maintenant !
(Florine se retourna avec une moue boudeuse. Seb la regarda frissonner et, après avoir jeter un bref regard à Sylvain qui dormait et à sa veste posée sur lui, il enleva son pull et le jeta sur les jambes de Florine.)
Florine : (à peine audible) Merci Seb.
Seb : (il sourit) De rien… Bonne nuit Florine.
(Tout le monde s’endormit vite, épuisés par leur longue et difficile journée. Pendant ce temps, l’homme qui les suivait depuis leur sortie de l’autobus remarqua que leurs traces sur le chemin s’arrêtaient. Après avoir examiné les environs avec minutie, il remarqua que les fourrés avaient été écartés et que des herbes étaient pliées sur le bord du sentier. Il s’aventura alors dans les hautes herbes comme les enfants avant lui. Il arriva dans la baie et les traces s’arrêtèrent. Il descendit sur la plage et examina le sol.)
Homme : Pas de trace… Ils ne sont pas descendus.
(Il regarda en l’air et remonta le long de la paroi rocheuse. Il passa deux fois devant la cachette de nos jeunes amis sans la remarquer. Une fois remonté, il battit la campagne environnante sans rien trouver.)
Homme : Bor*** où sont ils passés ? Ils se sont planqués quelque part pour la nuit à tous les coups.
(Il soupira et décida de faire demi tour. Il s’installa à proximité du chemin pour les espionner dès leur réveil car il était persuadé qu’ils reprendraient le même chemin, en direction de Parmanie. Le lendemain, les rayons du soleil réussirent à percer à travers la colonne de cailloux placée à l’entrée de la grotte où dormaient les quatre ados. Le jour caressa la figure de Seb dont les paupières s’agitèrent, trop fines pour protéger ses yeux de cette soudaine luminosité. Pour ne plus être gêné, il se retourna et réveilla de ce fait Florine et Greg qui se prit un coup de pied dans la figure. Grégoire grommela avec mauvaise humeur et réveilla Miaouss en se redressant. Alors qu’il se massait douloureusement le nez il se cogna la tête contre la paroi trop basse et étouffa un juron.)
Greg : Nom d’un caninos…
(Sylvain qui avait dormi comme un ronflex se réveilla à son tour.)
Sylvain : Quelle heure il est ?
Florine : L’heure de reprendre la route.
(Elle aida Seb à dégager l’entrée de la grotte. Au même moment, plus haut au bord du chemin, l’homme qui les suivait depuis la veille était en train de téléphoner. Il avait dormi difficilement à cause du froid, même avec son feunard pour lui tenir chaud.)
Homme : J’ai perdu leur trace hier mais je pense qu’ils sont cachés quelque part, maintenant qu’il fait jour je… (La voix dans le téléphone semblait très agacée mais aussi un peu nerveuse.)
Voix : Ouais ben grouillez vous, c’est votre boulot ! Vous êtes chasseur de primes oui ou m***e ? Ce ne sont que des gosses !
(L’homme fronça les sourcils mais essaya de se contenir.)
Homme : Des gamins oui, mais ils ont quand même réussi à entrer dans une de vos bases secrètes alors ne me mettez pas la pression ok ? Ce coin est désert mais je ne peux pas me permettre d’en liquider un et de laisser filer les autres, sinon je suis fini.
Voix : Nous aussi nous sommes fini s’ils ont le temps de prévenir qui que se soit ! C’est parce qu’il n’y a plus de commissariat à Céladopole qu’on n’a pas encore les flics au cul !
Homme : Attendez ! (Il dressa l’oreille et entendit des voix, jeunes, aiguës, des voix de petits garçons et de fillettes.)
Homme : Les revoilà… Je vous laisse.
(L’homme rangea précipitamment son portable et s’éloigna rapidement du sentier. Il sortit sa paire de jumelles et caché entre un rocher et un buisson feuillu il observa. Il vit les quatre ados et Miaouss remonter de la petite crique. Il continua de suivre leurs mouvements et vit qu’ils reprenaient la route vers Parmanie. La rouquine avait l’air particulièrement énervée, alors que les garçons eux faisaient une tête d’enterrement, à part le grand blond qui essayait de rester serein. Le miaouss lui aussi avait l’air bizarre, il ne marchait que sur ses pattes arrières. Enfin, ce n’était pas important aux yeux du chasseur de primes, il n’avait pas l’air très puissant, ce serait facile de s’en débarrasser. Il tâta à nouveau son blouson au niveau de la protubérance puis approcha sa main de sa ceinture de pokéballs tandis que les gamins s’éloignaient.)
Homme : Même si ce ne sont que des gamins je vais avoir besoin d’un coup de pouce pour en butter quatre en même temps. (Il lança sa pokéball sur la terre battue du sentier. Un férosinge musclé mais de petite taille en sortit.)
Homme : Tu vas m’aider une fois de plus férosinge.
Ik ik iiiikkkk !
Homme : (il plaqua un doigt contre sa bouche) Chut ! Un peu de discrétion. Allons y.
(L’homme les suivit toute la matinée accompagné de son férosinge, le téléphone éteint pour éviter d’être dérangé par la Team Rocket. Il les gardait toujours en vue et attendait qu’ils fassent une halte pour se reposer ou pour manger. Finalement comme le chemin devenait de plus en plus tortueux ils avaient décidé de sortir une carte. Les quatre enfants s’arrêtèrent pour choisir un chemin et le chasseur de primes vit là une magnifique occasion de les avoir. Il se rapprocha lentement du petit groupe en rampant, accompagné de son férosinge. Il farfouilla dans son blouson, là où se trouvait la protubérance étrange et en sortit un énorme révolver qu’il chargea tandis qu’il se trouvait à plat ventre derrière les buissons qui bordaient la route.)
Homme : Ca y’est… Je les ai dans ma ligne de mire.
(Allongé sur le sol, immobile, les yeux rivés sur le viseur, il posa son doigt sur la gâchette du révolver, son férosinge couché à ses côtés, prêt à bondir au second coup de feu pour immobiliser la troisième victime. Une fois que l’homme aurait descendu le grand brun, il était persuadé que ses amis allaient se précipiter sur lui sans réaliser qu’un tireur embusqué allait les assassiner un à un. Alors là il aurait le temps d’en abattre un deuxième, sans doute le blond qui avait l'air d'être le plus costaud. Le troisième immobilisé par férosinge, il pourra poursuivre le quatrième et enfin il reviendra pour finir le travail sur celui que férosinge maintiendra prisonnier. Il se mit à sourire, sûr de lui et pointa son arme en direction de la tête de Grégoire qui lisait la carte de la région.)
Greg : Je n’y comprends rien, d’après cette carte on aurait déjà du dépasser le centre pokémon depuis plusieurs kilomètres.
Florine : Grégoire on ne va pas y passer la journée !
Greg : Laisse-moi tranquille, j’essaye de lire cette maudite carte.
Florine : Elle est trop vieille ta carte !
Greg : Ce n’est pas de ma faute, celle de Seb qu’on utilise d’habitude ne couvre pas cette partie de la région et toi et Sylvain vous n’êtes pas fichus d’avoir la moindre petite carte sur vous quand vous voyagez.
Florine : Eh j’en avais une mais je l’ai perdue. Non en fait c’est Sylvain qui l’a perdu !
Sylvain : Ca va encore être de ma faute…
Greg : (ironique) Oui tu as perdu ta seule carte de Kanto mais les trucs inutiles comme tes collants usés, le badge d’Hoenn que Seb t’as donné, la photo de Sylvain et de toi enfants ou la trousse de maquillage que tu n’utilise pas, tu ne les perds pas.
(Florine rougit gênée et en colère, tandis que le chasseur de primes fléchissait son index sur la gâchette.)
Florine : Mais comment tu sais tout ce qu’il y a dans mon sac ?!?
Greg : (énervé à cause de sa carte illisible et des cris de Florine) Parce que c’est moi qui lave votre linge et le range. Maintenant fiches moi la paix gamine stupide !
(Enragée, Florine se jeta sur Greg pour le gifler mais il s’écarta au bon moment et se dissimula derrière Seb. L’assassin se retint de tirer juste à temps, il aurait raté sa cible et les jeunes dresseurs auraient été alertés par le coup de feu. Florine frappa dans le vide et perdit l’équilibre. Elle entraîna dans sa chute Sylvain qui n’avait pas eu le réflexe de s’écarter et tous les deux firent un roulé-boulé jusqu’en bas du talus où ils atterrirent dans un champ d’orties.)
Florine/ Sylvain : Gy-aaaaaahhhh aaaïiiiiieee !
(L’homme qui visait de nouveau Greg hésita tandis que ce dernier se rapprochait du fossé où étaient tombés ses amis. Il releva son révolver, agacé.)
Homme : Merde…
(Alors que Greg et Seb se tenaient au bord du talus un bras sortit brusquement des orties, agrippa la jambe de Greg et le fit tomber. Greg se retrouva assis au milieu des orties entre Sylvain et Florine qui lui tenait la jambe. Tous les trois étaient rouges comme des écrapince et grimaçaient de douleur mais en plus de cela, Greg et Florine continuaient de se disputer.)
Greg : Ca ne va pas la tête ?!? Tu vas me le payer Florine Léon !
Florine : Connard c’est de ta faute si je suis tombée !
Sylvain : Aiiiiyyeeeuh ça brûle !
(Seb était resté sur le côté, Miaouss sur ses épaules. Ils regardaient sans savoir quoi faire leurs trois amis étalés dans les orties. L’homme qui les avait pris en filature les regarda avec un sourire tordu : changement de tactique. C’était le moment où jamais d’attaquer par surprise, la discorde et les blessures causées par les orties déstabiliseraient ses adversaires. D’abord il fallait se débarrasser rapidement du blondinet, ensuite… Mais il entendit des bruits de pas sur le sentier et se ravisa, il rangea son révolver et posa sa main sur la ball de férosinge. Dans un soupir de mécontentement, il recula dans les fourrés après avoir rappeler en silence son férosinge perplexe. Seb qui regardait toujours ses amis sur le point de s’étriper entendit le cri d’une femme derrière lui et se retourna.)
Seb : Infirmière Joëlle ?
Infirmière : (les bras chargés d’herbes médicinales) Oh là là, est ce que ça va ?
Florine : Egoïste !
Greg : Malade mentale !
Sylvain : Mais taisez vous ! Taisez vous !!!
Miaouss : Miaw ils ont un sacré tempérament ces trois là…
Infirmière : (tournée vers Seb) Si vous arrivez à les calmer je les emmènerais au centre pokémon pour leur appliquer une pommade avant que les brûlures ne soient suffisamment graves pour les empêcher de se disputer.
Seb : (avec un sourire tordu) Si vous voulez mon avis elles ne le seront jamais assez…
(Après bien des déboires, les quatre jeunes arrivèrent au petit centre pokémon de l’infirmière Joëlle. C’était un minuscule bâtiment, il n’y avait même pas de hall d’entrée, on arrivait directement dans une sorte de salle d’attente avec le bureau de l’infirmière Joëlle dans un coin et une armoire remplie de remèdes dans l’autre. Il y avait un tout petit couloir qui menait aux autres pièces : une cuisine qui faisait également office de réfectoire, une salle de soin pour les pokémon, une petite salle de repos et les toilettes. Au bout du couloir il y avait un escalier qui menait à l’étage où se trouvait le dortoir et une salle de bain.)
Infirmière : Voilà et ne vous grattez plus.
Seb : (avec un sourire) Tu l’as entendu Sylvain ?
Sylvain : Aïe, oui mais ça pique c’est une horreur…
(Il était toujours en train de gesticuler comme un ouisticram et il commençait à se gratter les bras badigeonnés de crème apaisante.)
Seb : Vous avez de la chance qu’on était plus très loin du centre pokémon.
Florine : De la chance ? On a perdu notre chance le jour où ce type s’est mit à voyager avec nous ! (Elle pointa son bras recouvert de crème vers Greg. Le coordinateur décoiffé était lui aussi recouvert de plaques rouges et de pommade. Il avait le regard noir et ses bras tremblaient encore.)
Greg : Rum… Ca va maintenant Florine, je souffre le martyr, je suis sale et gluant à cause de la crème alors tais-toi, ne rajoute pas ton horrible voix à mes souffrances.
Florine : (incapable de se calmer) Tu l’as cherché ! Et puis si tu en as marre de moi tu peux t’en aller !
Greg : Je ne risque pas d’aller bien loin dans cet état !
Miaouss : (il miaula d’agacement) Ils sont encore plus pénibles que Jessy et James…
Florine : Egocentrique ! Gros bourgeois !
Greg : Chimère ! Colchique !
(Sylvain très agacé voulut se boucher les oreilles mais à peine avait il frôler son visage que ses brûlures le relancèrent.)
Sylvain : Aïe ! Mais quelle mer…
Greg : (il avait totalement perdu son sang froid) Mais fous moi la paix à la fin sale…
Voix : Quel vocabulaire. Ca m’étonne de toi Grégoire.
(Les quatre ados se retournèrent pour savoir qui venait de parler, mais Greg avait très bien reconnu cette voix et il leva les yeux au ciel avec un air implorant. Une seconde lui suffit pour savoir que ses ennuis allaient continuer car derrière lui se tenait son cousin Jacob Mells.)
Florine : Oh c’est pas vrai, voilà le deuxième…
Greg : (de très mauvaise humeur) Qu’est ce que tu fais là toi ?
Jacob : (les bras croisés) Grégoire est-ce une façon de saluer son cousin ? Pour répondre à ta question malpolie : je voyage, tout simplement.
Greg : Dans le trou le plus perdu de tout Kanto… Eh bien, ce n’est pas ma journée... Non en fait ce n’est pas ma semaine.
Jacob : (les sourcils froncés) Que ma présence t’incommode ou pas je m’en fiche comme de ma première pokéball. Ce n’est pas parce que Sir Richemont de Lavandia se promène avec ses valets que je vais changer de destination.
Florine : On n’est pas ses valets ! Espèce d’aristocrate manqué !
Seb : Florine calme-toi !
Florine : Mais je suis calme !
Sylvain : (en lui jetant un regard en biais) C’est clair, ça saute aux yeux…
(La pauvre infirmière Joëlle soupirait de fatigue, elle n’avait jamais eu de patients aussi bruyants. Pendant ce temps, le chasseur de primes observait le centre pokémon depuis l’extérieur, très mécontent. En temps normal rentrer dans un centre pokémon, se faire passer pour un dresseur ordinaire et en profiter pour aller supprimer quelqu’un dans une des chambres en toute discrétion était tout à fait faisable. Mais ici le centre était bien trop petit et il y'avait l’infirmière Joëlle et le brun maigrelet qui venait de rentrer. Il ne pouvait donc pas passer inaperçu et il ne pouvait décemment pas tuer ces deux personnes sous prétexte d’éliminer tous les témoins, ce n’était pas un monstre sans cœur tout de même. Il n’avait qu’une seule devise, pas très élaborée mais très galante : « Je ne rate jamais ma cible mais si c’est une infirmière, oubliez moi ! ». Il poussa un gros soupir.)
Homme : Fais ch***, je vais devoir attendre je ne sais combien de temps ici avant qu’ils ne repartent. Les rockets vont me harceler…
(Effectivement, il dut attendre plusieurs jours que les gamins soient remis de leurs brûlures et de leurs frayeurs avant de les voir sortir du centre. Florine et Greg ne s’étaient pas parlé durant leur séjour au centre pokémon, en revanche Florine avait eu tout le temps de prévenir ses parents au sujet du casino grâce au téléphone fixe du centre. Al avait immédiatement contacté le Conseil des Quatre, ce n’était plus qu’une question d'heures pour que ces derniers investissent le casino et délogent les rockets. Sylvain, Florine et Seb se détendirent un peu après cela, ils étaient presque sortis d’affaire et aucun rocket ne les avaient rattrapés, c’est du moins ce qu’ils croyaient. Seul Grégoire restait inquiet, il n’avait pas osé appeler ses parents, il ne savait pas comment leurs annoncer que le casino de son oncle était infesté de rockets et rempli de pokémon volés. Au fond de lui, il commençait à douter de l’honnêteté de sa famille, avec ce vagabond de Jacob, son horrible et cruelle cousine Cunégonde et son oncle qui faisait fortune grâce aux jeux d’argent…)
Voix : … Y va.
Greg : Quoi ?
(Grégoire cligna des yeux et releva la tête comme s’il sortait d’un rêve. Il se retourna pour voir qui lui avait parlé.)
Seb : J’ai dit : ça y’est on y va. Sylvain en à marre de traîner ici. Il veut qu’on reparte pour Parmanie.
Greg : (il se releva lentement) Je ne vois pas pourquoi il est aussi pressé…
Seb : Bah moi aussi j’en ai marre d’être enfermé ici. La route pour Parmanie est encore longue, alors plus tôt on partira et mieux se sera.
(Greg se donna un dernier coup de peigne puis les deux garçons prirent leurs sacs à dos et rejoignirent dans le hall d’entrée Florine, Sylvain et Miaouss qui avait encore pris du poids en se goinfrant des bons petits plats de l’infirmière Joëlle. Jacob lui était parti la veille. L’infirmière était soulagée de voir partir cette folle équipe qui lui avait fait prendre dix ans en quelques jours… Les quatre gamins et Miaouss passèrent la porte du centre pokémon alors que le soleil n’était pas encore levé. Alors qu’ils s’engageaient sur la route de Parmanie, un Noarfang noir s’envola de sa branche de chêne. En quelques battements d’ailes, il vola jusqu'au petit bois à côté du centre pokémon. Son regard balayant le sol en dessous de lui, il repéra une masse inerte près d’une souche d’arbre. Il se posa à côté d’elle en hululant et donna des coups de becs dans le cuir de l’homme endormi.)
Homme : Humm… Quoi ?
Hou ! Hou-hou-hou !
Homme : Tu les as vu ? Ils sont sortis ?
Hou ! (Le hululement positif de noarfang fut le plus efficace des réveils matins et l’homme bondit pour se mettre debout et ramassa ses affaires en vitesse.)
Homme : Parfait ! Merci noarfang, tu vas les suivre. Je compte sur toi !
Hou hou !
(Aussitôt le noarfang s’envola vers l'est, à la recherche des quatre dresseurs et de Miaouss. Cette fois le chasseur les rattrapa rapidement car, croyant avoir échappés aux rockets, ils avaient ralenti la marche. L’homme les suivait de près, il n’osait pas les attaquer tant qu’ils étaient à proximité du centre, au cas où l’un d’eux réussirait à s’échapper et à rejoindre l’infirmière. Peu avant midi, les quatre jeunes dresseurs arrivèrent à la lisière d’une forêt assez dense. Certains qu’il s’agissait du seul chemin vers Parmanie, ils pénétrèrent dans les bois.)
Homme : C’est le moment où jamais, s’ils atteignent Parmanie je risque d’avoir des problèmes pour les liquider là bas.
(Il vérifia que son pistolet était chargé puis il sortit son feunard de sa pokéball. Ensuite il s’enfonça dans le petit bois en compagnie du pokémon. Quand il eut retrouvé la traces des quatre jeunes dresseurs, il se tourna vers Feunard.)
Homme : Attaque brouillard feunard, on va les forcer à s’arrêter.
(Feunard hocha la tête mais ne poussa pas le moindre cri. Il se tourna face à la forêt, prit une grande inspiration puis cracha une gros nuage grisâtre qui se dissipa dans l’air. Un brouillard épais apparut, il semblait s'accrocher aux troncs et zigzaguait entre les arbres. Sylvain et ses amis se retrouvèrent pris dans ce brouillard et Miaouss qui se trouvait au ras du sol ne voyait plus que les pieds de ses compagnons. Inversement, eux ne voyaient plus que les oreilles de Miaouss.)
Sylvain : Tiens du brouillard, il est arrivé vite.
Florine : Hum… J’ai l’impression que ce n’est pas un brouillard naturel...
(Un bruit abominable s’éleva dans la clairière où ils se trouvaient et résonna sinistrement dans la forêt. Florine et Greg se retournèrent vers Sylvain avec un air dédaigneux.)
Greg : Ton ventre…
Sylvain : (les joues rosies) Désolé mais j’ai faim.
Florine : C’est normal il est midi passé. On va s’arrêter dans cette clairière pour manger, on repartira quand le brouillard sera levé, ça ne devrait pas durer longtemps s'il est provoqué par un pokémon.
Seb : Ok, je vais chercher du bois pour faire du feu.
Greg : Je viens avec toi Sébastien.
(Alors que les deux garçons s’éloignaient, Seb regarda son ami avec un air curieux.)
Seb : Ce n’est pas ton genre d’habitude de venir ramasser du bois, tu dis toujours que ça salit tes vêtements.
Greg : Je ne veux pas rester en compagnie de Florine. M’avoir tiré comme ça dans les orties… Quelle garce. Et puis mon pull est déjà sale.
Miaouss : Miaw, moi je vais cueillir des baies. A toute à l’heure !
(Le chasseur de primes regarda les deux garçons s’éloigner dans le brouillard. « Ils se séparent… C’est le moment. » L’homme se mit à suivre Seb et Greg le plus discrètement possible. Les deux garçons ramassaient tranquillement du bois et sortirent du brouillard en débouchant sur une clairière bien plus grande. Le chasseur de primes estima qu’ils étaient suffisamment éloignés de l’endroit où se trouvaient les deux autres et sortit son révolver. Ses cibles sorties du brouillard, il pouvait les viser avec son arme.)
Greg : Le brouillard se dissipe… Cette peste de Florine avait raison pour une fois.
Seb : Tu as entendu ? (Il se retourna brusquement et fixa la végétation derrière eux. Il plissa les yeux et tendit l’oreille, il en était sûr, quelqu’un les suivait. Il lâcha le bois qu’il tenait dans ses bras et agrippa une de ses pokéballs.)
Seb : (la voix menaçante) Qui que vous soyez, sortez de là ! Je sais que vous nous suivez depuis qu’on a quitté le centre ! (Greg regarda son ami en haussant un sourcil puis se tourna vers les buissons. L’homme caché derrière les fourrés fut d’abord surpris, se faire repérer par un gamin c’était vraiment de la maladresse mais il s’agissait d’une occasion en or. Il glissa à nouveau son pistolet dans sa veste, accrocha un sourire sympathique sur son visage puis se releva tranquillement.)
Homme : Ok je sors.
(Greg eut un léger recul en constatant qu’il y avait effectivement quelqu’un en train de les épier.)
Greg : Mais qu’est ce que vous faisiez allongé dans les buissons ? Qui êtes vous ?
Homme : Moi ? (Il se frotta la tête avec un air gêné) Appelez moi Derek tout simplement.
(Il plongea nonchalamment sa main dans sa veste et ressortit son révolver. Il le pointa vers Seb. En une demi seconde le visage de Greg perdit la totalité de ses couleurs. De stupeur, Seb relâcha son bras et ne toucha plus à ses pokéballs. L’homme perdit son sourire sympathique et prit un air atrocement sérieux.)
Homme : Restez calmes les garçons.
(Greg voulut parler mais aucun son ne sortit de sa bouche. Seb quant à lui déglutit difficilement mais finit par prononcer une phrase, les sourcils froncés, la colère empiétant peu à peu sur la peur.)
Seb : Vous êtes un rockets c’est ça ? Vous nous avez suivi depuis Céladopole.
Derek : Moi un rocket ? Pas vraiment… Il m’arrive de travailler pour eux comme je le fais actuellement mais je suis un indépendant.
Seb : (très nerveux) Ca veut dire quoi un indépendant ?
Derek : Un chasseur de primes si tu préfères. On me demande de rapporter quelqu’un ou quelque chose et on me paye pour ça. (Greg, tremblant comme une feuille, surmonta comme il put sa terreur et s’adressa à son tour à Derek.)
Greg : Les rockets vous ont demandé de nous attraper ?
Derek : En fait ils m’ont demandé de vous éliminer. Ca aussi ça fait parti de mon boulot. Les membres de la Team ne sont pas tous des assassins efficaces, alors parfois ils ont besoin d’un coup de main. Mais j’avoue… Que je n’ai pas l’habitude de tuer des enfants. Ca ne m’enchante pas mais financièrement je ne peux pas me permettre de négliger mes relations avec la Team Rocket, vous me comprenez j’espère ?
Greg : (hystérique) Pas du tout ! Vous êtes un assassin et vous allez tuer des mineurs ! J’ai que quatorze ans, j’ai la vie devant moi !
(Greg et Seb ne savaient pas quoi faire, aucun d’eux n’avait jamais eu d’arme à feu pointée sur eux. Ils n’avaient même jamais vu de vrai révolver. Alors que l’homme armé ôtait la sécurité de son pistolet un craquement sonore retentit derrière lui. Il se retourna brusquement, sans baisser son arme. Le feuillage doré de l’arbre derrière lui s’agita dans un second craquement et une branche de l’arbre céda dans un « A-ouch ! ». Il y avait quelqu’un dans l’arbre. L’homme jeta un rapide coup d’œil aux deux garçons et les menaça de son canon de révolver puis il reporta son attention sur l’arbre. Il commença à se rapprocher de l’arbre avec prudence. De son autre main, il sortit un couteau.)
Seb : (il chuchota) C’est le moment ou jamais !
(Greg eut une sueur froide qui coula sur sa tempe. Il déplaça légèrement ses pieds, prêt à foncer vers les bois. Derek gardait son pistolet pointé vers les deux garçons mais ils ne les regardaient plus. Avec la main qui tenait le couteau il écarta brusquement le feuillage et tomba nez à nez avec Miaouss terrorisé. Il jeta un bref regard au couteau. Seb et Greg reculaient doucement mais sûrement pour se rapprocher de la lisière boisée sans faire de bruit. Derek fit une grimace et Miaouss finit par dire…)
Miaouss : Euh… Miaw ? (Il attendit un peu puis recommença, peu rassuré.)
Miaouss : Miaw.
Derek : (en relâchant les épaules) Ce n’est qu’un Miaouss.
Seb : Maintenant Greg !
(Les deux garçons foncèrent le plus vite possible vers le bois qui n’étaient plus qu’à quelques mètres. Le bruit de leurs pas pressés fit se retourner Derek.)
Derek : Merde !
(Il tira deux coups de feu qui atterrirent dans deux arbres différents, l’un d’eux affreusement près du bras de Seb. Les deux garçons étaient désormais enfoncés dans le bois et courraient à perdre haleine. Le chasseur de primes se lança à leur poursuite et Miaouss n’attendit pas une seconde pour filer dans la direction opposée et s’éloigner le plus vite possible de ce tueur. Plus loin dans le bois, Florine et Sylvain se redressèrent brutalement.)
Sylvain : C’était quoi ce bruit ?
Florine : (une sueur froide coula sur son front) Ca… Ca ressemblait à un coup de feu…
(Seb et Greg étaient talonnés par le chasseur de primes. Il essaya encore de tirer deux coups de feu mais les loupa, cette fois c’est Greg qui vit une balle se loger dans un arbre juste devant lui.)
Seb : Il faut qu’on se sépare ! Il sera obligé de choisir l’un de nous deux !
Greg : Ah ouais et comment il va faire celui qu’il aura décidé de poursuivre ?!?
Seb : Il fuit ! L’autre doit retrouver Florine et Sylvain, appeler la police et se mettre à l'abri de ce cinglé !
Greg : Il est pourri ton plan !
Seb : T’en as un meilleur ?!?
(Greg et Seb continuaient de courir le plus vite possible, ils entendaient les craquements des branches et les herbes qui se froissaient sur le passage de leur poursuivant.)
Greg : (à contrecoeur) D’accord. Je pars au sud, toi au nord.
Seb : Ok. Tiens bon Greg !
(Ils échangèrent un dernier regard tout en courant et brusquement les deux garçons se retournèrent et filèrent dans deux directions différentes. Le chasseur de primes ne fut pas surpris de les voir se séparer mais cela l’obligeait à faire un choix. Greg courait moins vite que Seb, alors son choix fut vite fait. Derek partit lui aussi vers le sud. Il se disait que le blond allait rejoindre les deux autres gamins et qu’il n’aurait pas de mal à les retrouver avec l’aide de noarfang ou du flair de son feunard. Greg s’aperçut avec horreur que l’homme avait décidé de le prendre en chasse.)
Greg : Je m’en doutais !
(Il tenta d’accélérer tandis que Seb à grandes enjambées se dirigeait vers le campement. Il avait entendu un autre coup de feu plus éloigné et comprit que Derek avait choisi de poursuivre Grégoire. Florine et Sylvain, immobiles, essayaient de distinguer les sons étranges qui s’élevaient des bois. C’est alors que Seb sortit en trombes des bois.)
Florine : Seb ! Qu’est ce que vous fichiez ? On a cru entendre…
(Seb se jeta sur elle et la secoua comme un prunier, hurlant comme un fou.)
Seb : Y’a un tueur qui poursuit Greg ! Il veut nous tuer tous les quatre !
(Sylvain fonça tête baissée vers le petit bois, fou d’inquiétude pour Grégoire. Il s’élança à son secours sans attendre que Seb le mette en garde.)
Seb : Sylvain non ! Ce type est armé ! Il a un flingue !
Florine : Quoi ?!?
(Ce fut au tour de Florine de sursauter et de hurler. Elle faillit tomber en arrière sous la surprise mais Seb la retint et serra si fort le bras gauche de Florine qu’elle eut l’impression qu’il allait l’arracher.)
Seb : Appelles la police avec ton portable !
(Florine se ressaisit, elle regarda Seb un bref instant, une lueur de courage dans les yeux.)
Florine : J’capte pas dans ce coin paumé et ils arriveront trop tard pour Greg, il faut qu’on aille le secourir !
(Elle se mit à courir dans la même direction que Sylvain, ils suivaient les traces de Seb qui avait arraché la végétation dans sa fuite. Paniqué, Seb se rendit compte que ses amis allaient droit vers la mort. Lui aussi se remit à courir, il devait impérativement les rattraper. Il était conscient que les minutes, peut être même les secondes, étaient comptées pour Grégoire seul avec le tueur mais que pouvaient-ils faire eux seuls avec leurs pokémon face à un type armé jusqu'aux dents ? Seb pressentait au fond de son cœur que tout cela allait très mal finir.
Greg n’en pouvait plus, il réalisa que les bois se faisaient moins denses, il allait se retrouver à découvert et son poursuivant allait pouvoir le viser. Tant pis, il ne pouvait plus changer de direction maintenant. Il fonça tête baissée et sortit de la petite forêt. Le vent marin se mit à souffler sur son visage mais il était trop paniqué pour s’en rendre compte. A bout de souffle, Greg comprit trop tard qu'il arrivait au bord d'une falaise donnant sur la mer du sud. Lorsqu’il vit le rebord il s’arrêta de courir dans un dérapage et voulut faire demi-tour, mais c’était peine perdue, Derek l’avait rattrapé. Grégoire se figea face au chasseur, il avait enfin coincé sa proie. L’homme leva son bras armé d’un révolver et le pointa sur Grégoire. Essoufflé, le visage pourpre et une pointe de peur dans les yeux, Greg regardait fixement son agresseur. Le chasseur observa le rebord de la falaise derrière Greg et eut un rictus.)
Derek : Recule.
Greg : Mais…
Derek : J’ai dit recule !
(Greg avala sa salive et recula petit pas par petit pas, il sentait le vide derrière lui. Le chasseur de primes arborait un sourire tordu.)
Derek : Tu as le choix, ou tu sautes ou je te plombe.
(Greg se retourna lentement et se trouva face au gouffre. En bas de la falaise, les vagues allaient s’écraser contre la paroi crayeuse où seules quelques herbes sèches avaient le courage de pousser. Greg n’avait pas le vertige habituellement mais la perspective d’aller s’écraser en bas sur les récifs provoqua un énorme mal de ventre, ses jambes flageolèrent…)
Derek : Décide toi !
(Avec le peu de sang froid qui lui restait, Greg, les dents serrées, des larmes de colère et de peur au coin des yeux et les membres tremblants, fit un pas en avant dans le vide et tomba à pic.)
Derek : (il abaissa son arme) Parfait, ça m’arrange un suicide. Ca en fait un de moins…
(Sylvain, Florine et Seb qui étaient partis à la recherche du chasseur de primes dans l’espoir de protéger Grégoire l’avaient finalement rattrapé. Sylvain en tête de la troupe regardait l’homme pointer son arme sur Grégoire, immobile. C’est alors qu’il vit son ami se tourner face à la mer. Sylvain, le cœur battant plus fort qu’un tambour vit Grégoire sauter. Il hurla et s’élança vers le chasseur de primes.)
Sylvain : Noonnn !!!!!
(Le chasseur de primes qui avait relâché son attention en contemplant la place vide où se trouvait Grégoire deux secondes plus tôt, se retourna vers Sylvain qui fonçait sur lui. L’homme n’eut pas le temps de réagir, Sylvain se jeta sur le bras qui tenait l’arme et essaya de frapper le chasseur de primes.)
Florine : Non Sylvain !!! (Le chasseur de primes se débattait pour échapper à l’emprise de Sylvain. Dans son excitation il appuya plusieurs fois sur la gâchette et des balles perdues filèrent dans toutes les directions. Dès le premier coup de feu, Seb s’était jeté sur Florine pour la mettre à plat ventre sur le sol. Le visage dans l’herbe, un bras pour protéger Florine et l’autre pour protéger sa propre tête il priait pour échapper aux balles perdues. Sylvain enragé essaya de mordre le chasseur de prime mais avec son blouson de cuir l’homme ne sentait rien. Finalement Derek réussit avec son bras libre à filer un méchant coup de poing sur la tempe de Sylvain qui lâcha prise et s’étala sur le sol un peu sonné. Florine qui voyait la scène couina avec inquiétude d’une voix suraiguë.)
Florine : Sylvain…
(Désespéré, Seb essaya d’attraper une de ses pokéballs tandis que le chasseur de primes, le visage ruisselant de sang à cause des griffures de Sylvain qui avait littéralement essayé de lui arracher la peau, pointait son arme vers le jeune Ketchum.)
Derek : Adieu gamin.
(Il appuya sur la gâchette mais tout ce qui sortit de l’engin de mort fut un « clic ! ».)
Derek : Quoi ? Merde faut’ que je la recharge !
(Quand Seb comprit que l’homme n’avait plus de munition dans son pistolet il lança la pokéball qu’il tenait dans sa main, libérant Mangriff et se jeta sur le chasseur de primes comme Sylvain avant lui. Derek qui cherchait dans son blouson les cartouches pour son révolver eut tout juste le temps de mettre ses bras en croix devant son visage pour stopper le crochet du droit de Seb. Aussitôt le chasseur donna un coup de poing dans le ventre de Seb. Seb cracha mais très rapidement, comme si la douleur ne l’indisposait pas, il fonça tête baissée sur Derek et le fit tomber en arrière. Le chasseur de primes prit son révolver à l’envers et en se relevant il essaya de donner un coup de crosse sur la tête de Seb qui esquiva de justesse. Sébastien attrapa le bras armé du chasseur et commença à le tordre. Une nouvelle fois, de son bras gauche, le chasseur roua de coup le flan de Seb qui tenait bon. Le chasseur qui avait trop mal au bras finit par lâcher son arme et arrêta de rouer de coups Seb. Celui ci en profita, il serra le poing et l’abattit sur le visage de Derek. L’homme se mit à saigner abondamment du nez. Il saisit son nez avec sa main gauche en hurlant des insultes contre Sébastien. Dans une rage totale et aveugle, il lança son poing droit contre Seb qui esquiva et répondit avec son gauche dans les côtes du chasseur. Dans la mêlée l’un d’eux donna un coup de pied dans le révolver qui atterrit six mètres plus loin. Florine qui était agenouillée auprès de Sylvain se précipita vers l’arme, s’en saisit et la lança par-dessus le rebord de la falaise.)
Florine : Mangriff vas aider ton maître !
(Le chasseur avait fini par lâcher son nez cassé et ensanglanté et se battait à nouveau avec ses deux poings. Seb qui avait pris beaucoup de coups de poings dans le ventre n’arrivait plus à se battre aussi bien qu’au début, il avait trop mal. Le chasseur profita d’une ouverture pour attaquer Seb en traître et lui donna un coup de genou dans l’entrejambe. Seb poussa un cri qui vrilla les tympans de ses amis avant de rouler par terre en tenant ses parties génitales entre ses mains. Le chasseur parût satisfait de voir son adversaire au tapis mais ne souriait pas pour autant. Lorsque Mangriff aperçut son dresseur plié en deux, il devint fou de rage. Il s’élança sur Derek, toutes griffes sorties. Sa première attaque tranche lacéra le blouson en cuir du chasseur sur son flan gauche. L’homme trébucha et tomba une nouvelle fois sur les fesses. Alors que Mangriff sautait sur lui pour l’attaquer, l’homme leva la jambe et donna un gros coup de pied dans le ventre de mangriff qui stoppa son attaque. Le pokémon avait le souffle coupé, il posa ses pattes avant sur le sol pour essayer de respirer normalement et lança un regard assassin à Derek. Alors que le chasseur était en train de se relever il sentit des battements d’ailes dans son dos. Il vit un gros heledelle planer derrière lui, son regard accusateur fixé sur lui.)
Derek : D’où tu sors toi ?
Sylvain : C’est l’heledelle de Greg !
Florine : Sa pokéball a dû se fracasser en bas de la falaise et l’a libéré.
(L’heledelle fonça sur le chasseur de primes et lui donna de violents coups de becs sur le crâne et les épaules. Derek plaça ses bras au dessus de sa tête pour se protéger des attaques du volatile mais cela laissait son corps exposé aux coups de Mangriff. Le pokémon de Seb s’élança à nouveau vers le chasseur de primes et le lacéra au même endroit que la première fois avec une attaque tranche. Cette fois le blouson ne put servir de protection et les coups de griffes du pokémon ouvrirent des plaies sur le torse de Derek. Pendant que le chasseur de prime se débattait avec les deux pokémon, Florine se précipita vers Seb.)
Florine : Seb ! Seb ça va ?
Seb : (toujours plié en deux, la voix étouffée entre les sanglots) Aaaah mes c******s… Je ne pourrais pas te faire d’enfants après çaah… (Florine le regarda avec une moue perplexe et hocha la tête.)
Florine : Tu arrives encore à dire de bêtises, c’est que tu n’es pas si mal en point.
(Elle releva le pull et le tee-shirt de Seb pour voir la marque des coups de poing.)
Florine : Ce n’est pas joli-joli mais ça devrait aller.
Seb : Uuh, si tu le dis…
(Elle passa la main dans les cheveux de Seb avec douceur et lui caressa le visage avant de se tourner vers le chasseur de primes avec un air mauvais. Derek était toujours aux prises avec heledelle et mangriff. Il ne faisait pas le poids face à deux pokémon en même temps. L’homme tenta de prendre la fuite mais les deux pokémon ne semblaient pas prompts à le laisser s’échapper. Mangriff avait complètement déchiqueté le blouson de cuir et les objets de ses poches avaient fini par tomber. Florine se leva et cria après Mangriff car le groupe de combattants s’était éloigné.)
Florine : Mangriff sectionne sa ceinture de pokéball tu m’entends ! Attrapes ses pokéballs !
(Mangriff entendit la voix lointaine de Florine. Il profita d’une attaque de heledelle pour attraper la ceinture de Derek avec sa patte griffue, il réussit à la détacher et la ceinture tomba sur le sol. Avant que Derek ait pu la rattraper, Mangriff la prit dans sa gueule et l’apporta à Florine. En colère, Derek sortit de sa poche de pantalon un couteau qu’il déplia. Il donna quelques coups pour repousser heledelle et finit par blesser le pokémon oiseau à l’aile droite. Heledelle fut contraint de se poser sur le sol et le chasseur de primes en profita pour filer.)
Man, man !
Florine : Non Mangriff ce n’est pas la peine. (Le Mangriff se rapprocha de son dresseur qui avait finalement réussit à se remettre en position assise. Comme Florine l’avait prédit, maintenant que la douleur à l’entrejambe s’était un calmée, il ressentait une vive douleur dans les cotes. Sylvain ne disait rien, il fixait le bord de la falaise, les yeux brillants et la gorge nouée. Florine le regarda un instant avant de se tourner elle aussi vers le rebord.)
Florine : (la voix étouffée) Oh non… Greg…
(Florine et Sylvain se rapprochèrent de la falaise mais n’osèrent pas regarder en contrebas. Florine tomba à genoux et plongea son visage dans ses mains en pleurant. Seb qui avait trop mal pour bouger regarda ses deux amis, essayant de retenir ses propres larmes. Sylvain posa une main sur les épaules de Florine en regardant tristement le bord du gouffre. Heledelle qui en avait fini avec le chasseur de primes vint près des trois dresseurs en agitant devant eux son aile blessée. Sylvain et Seb le regardèrent.)
Hele ! Hele !
Sylvain : Qu’est ce qu’il veut ?
Seb : Je crois qu’il veut qu’on soigne son aile.
(Florine se tourna vers le volatile le visage en pleurs.)
Florine : Ton maître est mort et tout ce que tu souhaites c’est qu’on soigne ta ridicule égratignure ?!?
Hele hele ! (Le pokémon semblait en colère et faisait de grands signes en direction de la falaise, il agitait ses ailes comme s’il n’avait pas la moindre blessure. Seb le regardait, perplexe.)
Seb : On dirait qu’il veut nous dire quelque chose à propos de la falaise…
(Soudain une voix forte et rageuse s’éleva de nulle part.)
Voix : Bor*** de m***e ! P****n, quelqu’un va t’il enfin venir m’aider ?!? Nom d’un caninos !
(Les trois enfants regardèrent brusquement le bord du ravin. Ils entendaient très nettement des grappillements au milieu des jurons comme si quelque chose était en train de grimper à la paroi.)
Seb : (qui n’en croyait pas ses oreilles) Gr… Greg ?!?
Florine : Grégoire ?!?
(Florine se rapprocha du rebord de la falaise et une main surgit brusquement devant elle. Elle vint se poser sur le rebord du gouffre, les doigts se plantaient dans la terre avec acharnement, cherchant une prise où s’accrocher. Un coude à la manche déchirée suivi la main et nos trois amis virent Greg se hisser avec beaucoup d’efforts sur le rebord. Sylvain et Florine se relevèrent dans un bond pour porter secours à Grégoire. Ils le tirèrent de toutes leurs forces sur la terre ferme. Seb qui n’en croyait toujours pas ses yeux rampa jusqu’à ses amis.)
Florine : Bon sang Grégoire tu vas bien ?!?
Greg : Est-ce que j’ai l’air d’aller bien ?!? Nom d’un caninos cet enfoiré m’a forcé à sauter, j’ai bien cru que j’allais m’écraser sur les récifs ! Vous avez vu dans quel état je suis ?!?
(Greg qui était d’habitude impeccablement coiffé et propre comme un sous neuf était couvert de craie et de terre, ses cheveux totalement décoiffés à cause du vent et ses vêtements étaient déchirés. Il ne cessait de jurer comme un charretier, jamais ses amis ne l’avaient vu dans un état pareil, on aurait dit une tout autre personne. Seb rayonnant de bonheur ne put s’empêcher de le serrer contre lui malgré la douleur.)
Seb : Tu es en vie c’est un miracle !
Greg : Aïe ! Ne me serre pas comme ça tu me fais mal !
Seb : (ses yeux pétillant de joie) Désolé Greg, aïe ! En plus moi aussi j’ai mal…
Greg : Grégoire ! Mon nom est GREGOIRE !
Seb : (avec un rire nerveux) Oui, Grégoire…
Greg : Si je m’étais brisé le cou là en bas tu aurais mis Greg sur ma pierre tombale ? Non ! Y’aurait marqué Grégoire De Richemensueur !
Sylvain : On a eu drôlement peur, on croyait que tu étais vraiment tombé !
Greg : Mais je suis vraiment tombé, tu en as de drôles toi !
Sylvain : Je veux dire jusqu’en bas ! On a cru que tu étais mort...
Florine : (la voix coupée par des sanglots) Et qu’on ne te reverrait plus jamais ! Pardon pour tout ce que je t’ai dit !
(Florine se serra fort contre Grégoire comme s’il s’agissait d’une peluche et Sylvain lui sourit en séchant ses larmes. Greg qui avait des courbatures partout grimaçait dans l’étreinte. Mais il se rendit compte que ses amis l’avaient entouré, comme on se réunit autour d’un enfant malade pour le rassurer. Un peu perplexe au début il finit par sourire avec gratitude.)
Greg : Je… Merci. Je n’ai pas réalisé à quel point vous vous inquiétiez pour moi.
Sylvain : Mais comment tu as fait pour t’en sortir ? Je t’ai vu plonger…
Greg : La falaise n’était pas droite. J’ai croisé les doigts en sautant et hallelujah je suis tombé sur un ancien nid de bekipan. Au début j’ai attendu, la pokéball d’heledelle est tombée dans ma chute et quand je l’ai vu s’envoler. Je me suis dit qu’il allait voir si cet assassin était parti et qu’il serait venu me chercher ensuite. Comme il ne revenait pas et j'ai essayé remonter seul. Il est où ce chasseur de primes ?
Seb : Ce salopard s’est enfui.
Greg : Enfin une bonne nouvelle.
Florine : Il a perdu toutes ses affaires, Heledelle et Mangriff lui ont lacéré ses vêtements.
Greg : (il regarda son pokémon vol avec fierté) Beau travail Heledelle.
Hell !
Florine : Vous pouvez marcher les garçons ?
Seb : (en se relevant) Ouch ! Oui ça ira.
Florine : Alors on va retourner au campement.
Greg : Oui je dois me changer...
Florine : C’est surtout qu’à mon avis cette ordure va nous piquer nos affaires car il n’a plus les siennes.
Sylvain : Grouillons nous alors !
(Après avoir jetés toutes les affaires du chasseur de primes à la mer sauf ses pokéballs, les quatre dresseurs, Heledelle et Mangriff se dépêchèrent de retourner au campement. Quand ils arrivèrent à proximité, ils aperçurent Derek qui fouillait leurs affaires comme Florine l’avait prédit. Il les vit arriver et se dépêcha de mettre les voiles à son tour. Ils examinèrent chacun leur sac.)
Sylvain : Je crois qu’il n’a rien pris dans le mien.
Florine : Le mien n’est même pas ouvert.
Seb : Il a volé ma trousse à pharmacie ! Salaud ! Comment je vais me soigner ?
Florine : Il me reste la mienne et celle de Greg… Greg ?
Greg : (les sourcils légèrement froncés) Il a pris tout l’argent liquide qu’il y avait dans mon sac… Heureusement il n’a pas touché à mon shampoing, ni à mon gel coiffant.
(Sylvain le regarda bizarrement et Florine leva les yeux au ciel.)
Florine : Il faudrait revoir tes priorités…
Seb : (il regarda à l’horizon) Il n’est pas encore très loin.
(Il pointa son doigt vers un point allongé à l’horizon. L’excellente vue de Sylvain, qu’il avait hérité de son père Sacha, lui permit de distinguer un homme qui courait en direction de l’est.)
Sylvain : Qu’est ce qu’on fait, on le poursuit ?
Greg : (sur un ton catégorique) Non !
Florine : Moi je pense qu’on devrait. S'il y a un contrat sur nos têtes on va forcément le revoir... Autant s'en débarrasser tant qu'il est affaibli.
Seb : Je ne veux pas finir dans la liste noire des rockets, même si j’en aurais une certaine fierté je tiens à la vie !
Greg : D’accord, d’accord… On va le suivre. Mais laissez moi me changer d’abord.
Florine : Si tu veux. Pendant ce temps je vais soigner les blessures de Seb, occupez vous de Mangriff et Heledelle, ils pourront nous être utiles.
(Les buissons derrière leur campement s’agitèrent brusquement. Timidement, Miaouss sortit son museau de derrière les branchages.)
Miaouss : Miaw, il est parti le maniaque à la gâchette facile ?
Sylvain : Miaouss ! Où t’étais passé ?
(Greg qui était torse nu et se nettoyait la figure avec une serviette se retourna vers Miaouss.)
Greg : Tu n’es quand même pas resté planqué là tout le temps que ce malade nous a couru après ?
Miaouss : Bien sûr que si ! Qu’est ce que j’aurais pu faire d’autre ?
Greg : Nous aider !
Miaouss : Je ne suis qu’un petit pokémon, je n’aurais rien pu faire face à un type armé miaw…
Greg : Ah vraiment ? Ce n’est pourtant pas ce qui a arrêté mon heledelle et Mangriff ! Tu n’es qu’un lâche ! (Miaouss bondit en position d’attaque, les griffes ressorties.)
Miaouss : Répètes un peu pour voir et j’entaille ton joli torse imberbe ! Miaw !
Florine : Ca suffit tous les deux ! Miaouss va aider Sylvain, Grégoire donnes moi ta trousse à pharmacie s’il te plaît. Seb déshabilles-toi.
Seb : Oh oui maîtresse… (Florine lui donna une claque derrière la tête.)
Florine : Arrêtes de faire l’imbécile ou je demande à Sylvain de te soigner à ma place.
Seb : (amusé) D’accord je me tiens tranquille ouch ! Aïe ! Par contre fais attention, c’est plus sensible que ça en a l’air.
Florine : Je vais faire de mon mieux mais il faut qu’on se dépêche avant que l’autre type ne prenne trop d’avance.
(Une fois remis de leurs émotions, nos amis s’élancèrent à pieds dans une chasse à l’homme, accompagnés de Mangriff qui connaissait désormais l’odeur de Derek et de Heledelle qui survolait les environs pour repérer le fuyard. De proies ils étaient devenus chasseurs.)

A suivre...
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]