Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 54
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Retrouvailles de vieilles fripouilles
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 24/12/2009 à 12:34
Œuvre lue 83306 fois Dernière édition le : 21/12/2010 à 15:26
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 53

Retrouvailles de vieilles fripouilles [Orthographe à vérifier !]

(Le lendemain, James s’était changé et avait fait son sac de voyage. Il était prêt à partir à l’aventure avec nos quatre amis qui lui avait promis de l’amener jusqu’à ses deux anciens compères. Sylvain, Seb, Florine et surtout Greg avaient passé une excellente nuit dans des lits ultra-confortables et avaient pu prendre des bains parfumés. Le repas de la veille était digne d’un roi, James qui n’avait pas souvent d’invités et encore moins des invités qui apportaient d’aussi bonnes nouvelles, avait exigé que le dîner soit un vrai festin. James aussi avait passé une bonne nuit : il n’était pas sorti en pleine nuit pour creuser des trous dans la route avant de les camoufler en piège. A l’heure du départ, tous les domestiques se retrouvèrent à la grille du manoir.)
James : Edmunt… Merci de vous être occupé de moi pendant tout ce temps, je vous confie Caninou.
Edmunt : Alors vous vous en allez vraiment maître ? Encore une fois ?
Wah wah…
James : Ne soit pas triste Caninou… (Il caressa son pokémon avec affection.) Tu veilleras sur Edmunt et les autres d’accord ? (Il se tourna ensuite vers Edmunt avec un grand sourire.)
James : Je reviendrais bientôt Edmunt, promis. Je dois d’abord retrouvé mes amis et ensuite…
Edmunt : Ensuite maître James ?
James : Ensuite je verrais bien ce que la vie nous réservera !
(Il s’éloigna sur la route en faisant de grands signes à ses domestiques en compagnie de Sylvain, Florine, Seb et Grégoire.)
Greg : Je ne savais pas que l’ami dont nous parlait Miaouss était un riche héritier…
Florine : (sur un ton de net reproche) Parce que tu n’aimais pas Miaouss et que tu n’écoutais jamais ce qu’il disait, sinon tu le saurais !
Seb : Dis James… Pourquoi creuses tu des trous la nuit ?
James : (un peu gêné en regardant Sylvain) Euh c’est une… Une vieille habitude de l’époque où Jessie, Miaouss et moi on faisait équipe.
(Sylvain le regarda en se demandant qui pouvait bien être la cible de piège aussi grotesques. Sylvain se sentait plus mal à l’aise avec James qu’avec Miaouss et c’était réciproque, après tout James et Jessie avaient poursuivi Sacha pendant des années, ils voulaient à tout pris capturer son Pikachu qui est lui-même le père du Pikachu de Sylvain. Greg en revanche était ravi de rencontrer quelqu’un du même « monde » que lui. Seb aussi avait l’air de bien s’entendre avec James.
Le manoir de James n’était pas très éloigné de Céladopole, ils marchèrent toute la journée et après une nuit très fraîche à la belle étoile, ils reprirent la route vers la ville. Désormais, ils n’étaient plus qu’à une demi-douzaine de kilomètres de Céladopole. Florine ne pouvait s’empêcher de penser que Miaouss, Jessie et James étaient finalement restés très proches géographiquement, Miaouss et Jessie étaient même dans la même ville et pourtant ils étaient restés dix ans sans se voir, elle trouvait cela incroyable. Alors qu’elle marchait derrière les quatre garçons, elle se demandait si eux aussi un jour ils se perdraient de vue, au point de ne même plus savoir qu’ils habitent à deux pas les uns des autres. Elle croisa les doigts en cachette, priant pour que ce jour n’arrive jamais. Les garçons eux étaient de bien meilleure humeur, Grégoire discutait avec James et Seb avec Sylvain. Soudain, Sylvain se mit à éternuer bruyamment, une morve lui coula du nez et Grégoire s’empressa de lui donner un mouchoir, dégoûté par cette vision.)
Sylvain : Berci Greg.
Greg : (en détournant les yeux) Grégoire, pas Greg.
James : Fais attention de ne pas t’enrhumer, on est en Décembre maintenant.
Seb : Puisqu’on retourne à Céladopole on ferait bien d’en profiter pour s’acheter des vêtements d’hiver, on commence à se les cailler vraiment... T’as pas froid toi en jupe ?
Florine : Un peu, mais avec quel argent veux tu qu’on s’achète des fringues ? On a plus un rond.
Greg : C’est bon, c’est bon j’ai compris, Grégoire va encore ouvrir le porte-monnaie.
Florine : On ne te demande pas la charité Grégoire !
James : Oh mais si vous avez besoin d’argent je peux vous aider.
(Il sortit un portefeuille contenant une vingtaine de carte différentes, il en sortit une et la tendit à Florine.)
James : C’est une de mes cartes de crédit, vous pourrez acheter tout ce que vous voulez avec ça.
Florine : (rouge comme une écrapince) Non non, James pas la peine de nous donner de l’argent ! On n’est pas des miséreux non plus…
James : C’est la moindre des choses que je puisse faire pour vous. Quand j’étais dans la Team Rocket avec Jessie et Miaouss, on avait pas d’argent, on avait faim et froid l’hiver… Je sais ce que sait, mais maintenant je roule sur l’or alors s’il vous plaît acceptez cette carte.
Florine : Mais…
Greg : (en attrapant la carte de James) Merci beaucoup !
Sylvain : Eh ! Regardez on arrive ! Voici l’entrée de Céladopole !
James : Oh… Je suis nerveux, je n’ai pas revu Jessie et Miaouss depuis dix ans…
Florine : (bas à l’oreille de Greg) Tu exagères ! Je n’aime pas qu’on me fasse la charité.
Greg : James essaye de se racheter une conduite, ne refuses pas son argent. En plus pour une fois que ce n’est pas moi qui vais devoir payer nos courses.
(Florine n’osa pas répondre quoi que ce soit. Après tout, elle clâmait haut et fort qu’elle ne voulait pas de la charité des autres mais depuis qu’ils voyageaient avec Grégoire, ce dernier leur avait acheté des tas d’accessoires, de nourriture et de médicaments sans qu’elle dise quoi que ce soit.
Une fois dans Céladopole, il se dirigèrent machinalement vers le quartier commercial.)
James : Alors il est où ce restaurant ?
Sylvain : Euh…
Seb : Bah…
Florine : Me dites pas que vous ne vous en souvenez plus ?
Sylvain : (les sourcils froncés) Parce que tu t’en rappelles toi ?
Florine : Eh bien, euh… C'est-à-dire que…
Sylvain : Ha-ah !
Florine : (boudeuse) Oh ça va…
Seb : (il regarda James, gêné) Désolé, on avait prévu ça… Mais t’inquiètes pas ça va nous revenir !
Florine : C’est Grégoire qui nous avait emmené !
Greg : (dans un soupire) Oui oui, le restaurant s’appelle le Nido-rétro. On va le retrouver, ne vous inquiétez pas. On ferait mieux d’aller au centre commercial, en profiter pour faire nos courses d’hiver et acheter un plan de Céladopole, les bons restaurants y seront marqués.
(Tandis que Florine, Grégoire et Seb achetaient des vêtements d’hiver avec la carte Gold de James, Sylvain et l’ancien rocket était parti acheter un guide de la ville et recherchait le restaurant où travaillait Jessie.)
Sylvain : (en observant la carte générale de la ville) Alors nous sommes ici, l’arène est là, donc d’après mes souvenirs le restaurant était dans ce quartier.
James : (mal à l’aise) Sylvain… J’ai une question à te poser.
Sylvain : Oui ?
James : Pourquoi tu fais tout ça pour nous ? Tes parents, euh… Ils ne t’ont jamais raconté ce que Jessie, Miaouss et moi on…
Sylvain : Si, très souvent. Ma mère me racontait des histoires pour m’endormir et celles où vous finissiez électrocuté par le pikachu de papa étaient mes préférées.
James : (en se retenant de froncer les sourcils) Ah…
Sylvain : Mais quand j’ai rencontré Miaouss… Il m’a fait de la peine.
(James et Sylvain se regardèrent en silence et finalement Sylvain se mit à sourire.)
Sylvain : Quand le cousin de Greg nous a kidnappé, Miaouss m’a sauvé la vie, il a préféré se ranger de notre côté plutôt que de celui de la Team Rocket. Si dans le passé il a fait du mal à mes parents, il s’est rattrapé en me sauvant la vie, alors moi aussi je veux l’aider à son tour en lui ramenant ses deux amis.
(James qui était toujours aussi sensible et efféminé qu’autrefois en avait presque les larmes aux yeux.)
James : Miaouss a eu beaucoup de chance de tomber sur vous et moi aussi… Attends un peu, c’est quoi cette histoire de kidnapping ?
Sylvain : Oh rien, laisses tombé et puis Greg m’en voudra si je reparle encore de…
Voix : GREGOIRE, pas Greg.
Sylvain : Ah vous revoilà !
Seb : On a tout ce qui nous faut ça y’est.
Florine : On t’a pris des vêtements chauds pour toi aussi.
(Elle donna un des sacs remplis de vêtements neufs à Sylvain tandis que Grégoire s’approchait du guide que James tenait dans les mains.)
Greg : C’est là ! Le Nido-rétro : le restaurant familial le plus rétro de Céladopole. Il n’est pas très loin de l’arène en fait.
Sylvain : Tant mieux !
Grégoire : C’est étrange, je voyais ça plus à l’Ouest.
Florine : C’est pour ça qu’à chaque fois que c’est toi qui nous guide, on se perd.
(Alors que Greg commençait à répliquer, Seb et Sylvain se tournèrent vers James.)
Seb : Tu te sens prêt à y aller ?
James : (les poings serrés) Plus que jamais !
Sylvain : Puisqu’on va dans le quartier voisin de l’arène, je pourrais en profiter pour y aller.
Florine : Sylvain…
Sylvain : Flo tu as vu ce qui s’est passé à l’arène de Parmanie ? Je ne veux pas que ça recommence ici ! Et puis James préfère sans doute aller voir Jessie tout seul.
(James passa nerveusement une main dans ses cheveux, il semblait mal à l’aise et chercher ses mots.)
James : En fait non, je suis trop nerveux… Par contre c’est vrai que je ne pense pas que ce soit une bonne idée que tu te montres devant Jessie. Tu ressembles trop à ton père, ça va peut être lui rappeler des mauvais souvenirs…
Seb : En effet, c’est peut être plus prudent que Sylvain et Florine ne t’accompagnes pas.
Florine : (dans un soupire) Bon ok, j’accompagnes Sylvain à l’arène. Seb et Grégoire t’emmèneront au resto où nous avons croisé Jessie la dernière fois.
(Ils se séparèrent en deux groupes et partirent dans deux directions différentes. Alors que Sylvain, bien décidé à écraser Erika, s’en allait vers l’arène accompagné de Florine, beaucoup moins confiante que lui sur l’issue du combat, Seb et Grégoire escortèrent James jusqu’au Nido-rétro.
A l’entrée du restaurant, James ne tenait plus en place, il était plus survolté qu’un élektek et il n’arrêtait pas de parler. Ses propos étaient d’ailleurs un peu incohérents, il parlait de « furie vengeresse », « diable rousse » et « dictateur en jupons », Seb se demandait si James avait vraiment envie de revoir Jessie. Une fois dans le resto, James regarda frénétiquement dans tous les coins en espérant apercevoir son ancienne amie. Il n’arrivait pas à la trouver et Greg, aidé de la puissance musculaire de Seb, força James à s’asseoir à une table.)
James : Mais où est elle ?!?
Seb : On va bien finir par la voir… Mais si ça se trouve elle n’est pas de service aujourd’hui.
James : Oh non…
Greg : Calmez vous, on demandera au serveur s’il connaît une Jessie et si elle peut venir nous servir.
Voix : B’jour. C’est pour déjeuner ?
Seb : Euh non, on voudrait juste boire quelque…
(Seb ne put terminer sa phrase, ils s’étaient tous les trois tournés vers la serveuse : c’était elle, Jessie, toujours aussi svelte, avec ses longs cheveux, ses yeux bleus perçants et sa bouche fine et pincée.)
James: (la voix aïgue et stressée) Jess...Jessie.
(Jessie leva les yeux de son calepin et regarda autour de la table. Ses yeux se posèrent sur James, elle n'eut aucune autre réaction. Elle se remit à parler avec une voix étrangement froide et indifférente.)
Jessie : Oui c'est mon prénom. Votre commande ?
James: (il parlait fort mais sa voix restait suraïgue) Mais enfin Jessie c'est moi c'est James ! Tu me reconnais quand même, je n'ai pas changé tant que ça !
Jessie: (elle était concentrée sur son calepin et prenais le soin de ne pas relever le nez) Vous devez vous tromper, je ne vous connais pas monsieur. Puis-je prendre votre commande ou je reviens plus tard ?
(Seb et Greg se regardèrent, ils échangèrent des regards intrigués.)
James: (il n'en croyait vraisemblablement pas ses oreilles) Mais Jessie tu dois me reconnaître ! Je sais qu’on ne s’est pas vu depuis notre sortie de prison…
(Jessie se mit à rougir, paniquée, et certains clients se retournèrent vers eux)
James : Mais tu dois bien te rappeler de moi ! Et de Miaouss ! Du Boss et de ces morveux que l'on poursuivait avec acharnement !
Jessie: (avec un calme extrême) Je passerais prendre votre commande plus tard, lorsque vous aurez choisi...
(Elle tourna les talons et retourna au pas course dans les cuisines.)
James : Jessie attends !
(Il se leva brutalement mais Greg et Seb l’attrapèrent chacun par un côté de sa veste et le forcèrent à se rasseoir.)
Greg : Allons du calme, tu ne vois pas qu’on l’a gênée ?
(Une fois dans le fond de la cuisine, à l'abri des regards indiscrets, Jessie se laissa tomber contre un mur, la respiration haletante : le choc avait été violent.)
Jessie: (d’une voix forte) Joe je prends ma journée !
Joe: (il grommela) Non mais c'est quoi ces manières ? Tu ne m'as jamais fait ça Jessie et c’est surtout pas le jour pour commencer : la salle est blindée de monde ! Qu'est ce qui te prends?
(Le gros patron se secoua la tête pour s'assurer qu'il n’avait pas la berlue.)
Joe : Jessie ? Mais où tu vas ?
(Jessie avait vite détaché son tablier et l’avait lâché sur un élément de la cuisine, elle avait jeté sa casquette de serveuse sur une casserole remplie de pâtes et avait attrapé son manteau accroché près de la porte de service. Elle sortit dans la rue en marchant très vite, ignorant les cris de son patron.)
(Pendant ce temps, dans la salle de restauration.)
James: (abasourdi) Je n'y crois pas... Elle ne m'a pas reconnu.
(Greg et Seb se regardèrent une nouvelle fois, leur expression était très éloquente.)
Greg : Oh si elle t'as reconnue.
Seb : C'est vrai, le regard qu'elle a eu était assez parlant...
James : Mais pourquoi ferait elle semblant de ne pas me reconnaître alors ?
Seb: (Avec un plus grand des sérieux) En fait je pense qu'elle a honte que tu la voies dans cette situation.
James: (il sembla choqué) Jessie avoir honte ?!? Vous ne la connaissez pas.
Greg: (avec toute la maturité dont il est capable) Détrompes toi, sa réaction était prévisible. Elle est très fière d'après ce que tu nous as dit, donc c'est normal que devant toi : un riche héritier qui est resté son ami pendant des années, elle soit gênée, puisqu'elle tout ce qu'elle trouver pour vivre c’est de travailler dans un bouiboui minable.
(En entendant ses mots, un serveur qui passait à côté d'eux lui lança un regard noir.)
James : Bah… Alors qu’est ce qu’on fait maintenant ?
Seb : On attend qu’elle revienne ?
Greg : (il se leva de table) Non, elle ne reviendra pas à notre table et on ne va l’importuner alors qu’elle sert d’autres clients.
Seb : Où tu vas ?
Greg : Demander au patron si je peux parler cinq minutes à Jessie et la convaincre de venir voir James.
James : (avec une grimace de pas convaincu) Tu es sûr que ça va marcher ?
Greg : (avec un sourire charmeur dont il avait le secret) Oui… Je sais parler aux femmes.
(Greg s’éloigna en direction des cuisines et dit à un serveur qu’il voulait parler au patron. Le serveur le fit entrer dans une pièce portant l’inscription « réservé personnel » et James et Seb attendirent. Au bout des deux minutes à peine, Greg revint en courant jusqu’à leur table, ses deux amis le regardèrent, perplexes.)
Greg : Il y’a un problème, elle est partie !
Seb : Quoi ?!?
James : (déprimé) Non…
Greg : (il brandit un bout de papier) J’ai demandé son adresse au patron, allons y.
(Ils sortirent du restaurant sans avoir commandé et cherchèrent l’immeuble où vivait Jessie mais elle n’était pas chez elle. Toujours perturbée par la venue de James, Jessie errait sans but dans les rues de Céladopole. Elle était plongée dans ses pensées ou plutôt dans ses souvenirs…
Alors que James, Greg et Seb tambourinaient à sa porte, sans réponse, Jessie était entrée dans le quartier des plantes comme on l’appelait, là où se trouvait l’arène pokémon de la ville. Elle marchait comme une âme en peine, une cigarette à la bouche depuis plus d’une demi-heure déjà.
« Toutes ces années... Toutes ces années de galère, passées à essayer d’oublier cette époque et ce crétin se pointe comme ça. Qu’est ce qui lui ait passé par la tête ? Qu’est ce qu’il me veut ? Quelle merde… Tout ça c’est de la faute de ce sale morveux et de ses amis… Oui… Ce morveux et son maudit pikachu. Si un jour je le croise, je vais le… Je vais le… » Jessie avait serré le poing, son bras tremblait de tout son long et des larmes de colère s’étaient formé au coin de ses yeux. Elle ne faisait même plus attention à la direction qu’elle prenait dans les ruelles de Céladopole.
Pendant ce temps, Sylvain et Florine sortaient de l’arène d’Erika.)
Florine : Franchement c’était ric-rac ton combat. T’as bien failli le perdre.
Sylvain : (grincheux) Ouais ouais, c’est bon j’ai vu pas la peine de me le rabâcher. L’important c’est que je l’ai eu ce badge prisme.
Florine : Parce que tu avais l’avantage du type avec Dardargnan et Ike et que Tylton est une machine à combattre mais ça ne suffira pas face à Jeannine !
Sylvain : Arrêtes tu me saoules !
Florine : Je dis ça pour t’aider ! Si tu ne t’améliores pas tu ne pourras pas remporter les trois derniers badges.
Sylvain : Je m’améliore !
Florine : Pas assez vite !
(Alors que Jessie marchait d’un pas décidé dans la rue, les cris de la dispute entre Florine et Sylvain attirèrent son attention. Quand ses yeux se posèrent sur Sylvain, elle ressentit comme une décharge électrique dans tout le corps, comme si Pikachu était encore là pour l’envoyer vers d’autres cieux. Ce n’était pas possible, ces yeux devaient la tromper. Après avoir vu James avec dix ans et dix kilos de plus, elle voyait le morveux, là au beau milieu de la rue et lui n’avait pas changé d’un pouce. Elle était tellement abasourdie et perturbée qu’elle ne remarqua même pas que les yeux et les cheveux de Sylvain étaient très différents de ceux de son père. L’image se déformait sous ses yeux, elle ne voyait que Sacha. A cause de lui elle avait été en prison, à cause de lui ses pokémon avaient été confisqué, à cause de lui l Team Rocket avait été dissoute, à cause de lui elle n’était plus qu’une vieille fille aigrie avec un boulot de merde. Intérieurement elle bouillonnait et lorsque Sylvain et Florine s’aperçurent que quelqu’un se tenait devant eux et qu’ils levèrent les yeux vers elle, elle explosa comme un volcan en irruption.)
Florine : Ca alors, mais c’est…
Jessie : (folle de rage) Toi ! Tout est de ta faute ! Grrrrr sale morveux !!!
(Dans une colère digne d’un léviator elle agrippa une poubelle et la balança sur Sylvain qui ne s’y attendait pas du tout. Florine n’en revenait pas, comment une femme aussi svelte pouvait elle porter une charge aussi grosse ? Sylvain fut renverser par la poubelle et Florine se précipita vers lui pour l’aider à se relever.)
Florine : Sylvain ! Tu n’es pas blessé !
Jessie : (des larmes de rages au coin des yeux) Tout est de ta faute ! Tu as gâché ma vie ! Espèce de sale morveux !
(Elle attrapa une pokéball à sa ceinture.)
Jessie : Arbok réduits le en miettes !
Florine : Mais elle est complètement folle !
(Alors qu’il était avachi au milieu des ordures, Sylvain réussit quand même à attraper une pokéball et à la lancer.)
Sylvain : Pikachu aides moi…
Pika !
Arbok ! Ksss-ksss !
(Alors qu’il sortait à peine de sa ball, pikachu se retrouva face à la gueule grande ouverte d’arbok et hurla de terreur.)
Pikaaaa !!!
Sylvain : Ah, Attaque éclair.
(Dans un réflexe plus que pour obéir à son dresseur, Pikachu envoya une violente décharge à Arbok. Le pokémon poison fut électrocuté avant de pouvoir refermer sa mâchoire sur pikachu. Profitant d’un instant d’inconscience d’Arbok, pikachu s’éloigna en vitesse de son agresseur. Florine aidait Sylvain à se relever, Arbok et Jessie les regardaient avec des yeux haineux.)
Jessie : Arbok dards nuée !
Ksss !
Florine : Attention !
(Alors que Sylvain était à peine relevé, Florine le poussa à nouveau dans les ordures. Elle se jeta à plat ventre elle aussi, pour éviter la nuée de dards empoisonnés de Jessie. Sylvain, allongés sur les sacs poubelles, Florine affalée sur lui, se mit à crier après pikachu.)
Sylvain : Pikachu protèges nous enfin ! C’est pour ça que je t’ai appelé !
Pika ?
(Le pokémon électrique se retourna. Il n’avait pas réalisé que le combat n’était pas comme d’habitude, au lieu de s’attaquer à lui, l’Arbok essayait de blesser Sylvain. Pikachu sentit la colère monter en lui, aucun pokémon n’avait le droit de faire du mal à son précieux dresseur. Il fonça tête baissée vers Arbok dans une vive-attaque. Alors que le pokémon poison ouvrait à nouveau la gueule pour cracher ses dards sur les deux enfants, Pikachu le heurta violemment et l’empêcha d’attaquer son dresseur. Jessie regardait le pikachu avec de grands yeux fous.)
Jessie : Ce… Ce pikachu… Maudit… Saloperie électrique !!! Arbok crocs givre !
Pika !!!
(Effrayé, Pikachu tenta d’échapper à l’arbok mais cette fois le pokémon de Jessie fut le plus rapide. Il referma sa gueule sur le corps du pokémon électrique qui hurla de douleur, la morsure du froid était encore plus douloureuse que la pointe des dents d’arbok. Sylvain qui s’était relevé, s’égosillait en encourageant Pikachu.)
Sylvain : Pikachu tonnerre ! Tonnerre !
(Les joues de pikachu grésillèrent bruyamment et dans un éclair violent et éblouissant, il électrocuta Arbok. Le pokémon tomba à la renverse, complètement sonné et Pikachu put s’extraire de la gueule de son ennemi. Il boitait légèrement, un croc d’arbok l’avait blessé à la patte inférieure droite. Jessie hurlait comme une folle après son arbok qui n’était de toute façon plus en état de combattre.)
Sylvain : On a eu chaud…
Jessie : (toujours enragée, elle attrapa une autre ball) Tu vas voir ! Séviper à toi !!! Fais lui mordre la poussière à ce sale gosse et sa maudite souris jaune !
Florine : Elle est vraiment cinglée !
Pika !
Jessie : Séviper queue poison !
Sééé, kssssaaaa !
(Séviper tenta d’enfoncer la pointe de sa queue empoissonnée dans la chair de pikachu qui esquiva de justesse, sa blessure à la patte le ralentissait énormément. Il criait pour appeler son dresseur à l’aide.)
Sylvain : Pikachu est à bout de force…
Florine : (stressée) Envoie un autre pokémon avant que ce monstre nous saute à la gorge !
Sylvain : Quel pokémon ? Ils sont tous épuisés, je viens d’affronter une championne d’arène j’te signale !
Florine : Imbécile, il te reste Azumarill !
(Sylvain se dépêcha d’attraper la ball d’Azumarill, sans prendre la peine de répondre à l’insulte de Florine.)
Sylvain : Azumarill vas y ! Pikachu viens te mettre à l’abri !
Pika pi !
(Le pikachu ne se fit pas prier, il se précipita entre les jambes de son dresseur. Azumarill de son côté, observait attentivement son adversaire Séviper et sa dresseuse enragée.)
Jessie : Tu vas payer pour ma vie de merde ! Et ta grosse barrique bleue ne m’impressionne pas ! Séviper crochetvenin !
Sylvain : Ah ! Azumarill boul’armure !
(Le pokémon se roula en boule pour se protéger de la morsure empoisonnée de Séviper. Le pokémon de Jessie tenta d’enfoncer ses crocs dans la chair d’Azumarill et il y arriva tant bien que mal. La prise n’était pas bonne, la blessure ne fut que superficielle mais le poison réussit à pénétrer l’organisme d’Azumarill. Le pokémon aquatique grimaça, il sentait déjà la fièvre commencer à monter.)
Sylvain : (il regardait son pokémon, un peu inquiet) Azumarill, utilise ta roulage pour le forcer à reculer !
(Malgré les effets du poison qui commençait à se faire sentir, Azumarill prit son élan et lança sa roulade contre le séviper. Grâce à sa boul’armure qui lui conférait la forme adaptée pour une roulade efficace, il renversa Séviper. Le pokémon poison cherchait à tout prix un moyen de se mettre à l’abri de la roulade. Jessie trouva la solution.)
Jessie : Creuse un tunnel Séviper !
(Le séviper s’enfouit sous la terre et Azumarill perdit sa cible de vue. Il déplia son corps et regarda autour de lui, essayant de deviner à quel endroit Séviper allait surgir. Le poison continuait de se répandre dans son corps et pendant quelques secondes il se replia légèrement sur lui-même, la douleur était trop intense.)
Jessie : Maintenant Séviper !
Skaaaa !
Sylvain : Azumarill derrière toi !
(Azumarill se retourna, il vit Séviper sortir de terre et se jeter sur lui la gueule grande ouverte. Azumarill eut le réflexe d’utiliser une damocles se défendre. Le coup de poing donné à Séviper l’empêcha de le mordre et le pokémon s’éloigna en glissant sur le sol. Jessie était sur le point de s’arracher les cheveux.)
Jessie : Espèce… De… Sale morveux !!!
(Au même moment, quelques rues plus loin.)
James : (dépité) Elle n’a pas voulu m’ouvrir… A moi, son ami de jeunesse…
Seb : Euh… Tu sais je crois qu’elle n’était tout simplement pas là.
James : (sa voix efféminée à moitié étranglée) Mais elle est où alors ?!? Elle n’est pas sur son lieu de travail, elle est pas chez elle…
Seb : Elle s’est peut être isolée pour réfléchir. Elle doit être bouleversée.
James : Jessie bouleversée ?!?
Greg : Sébastien a sans doute vu juste. Faisons le tour du quartier, on la croisera peut être.
(Alors que les trois jeunes hommes s’engageaient dans une nouvelle rue, le combat entre Jessie et Sylvain faisait rage.)
Florine : (elle fronça les sourcils et murmura à l’adresse de Sylvain) Azumarill souffre du poison, il s’affaiblit à vue d’œil…
Sylvain : (le poing serré) Peut être mais je sais qu’il peut vaincre ce Séviper, son niveau est plus élevé. Azumarill ! Attaque bulles d’o !
(Azumarill cracha un nuage de bulles d’o qui éclatèrent sur Séviper. Le pokémon agita sa queue empoisonnée et réussit à faire éclater certaines bulles avant qu’elles ne l’atteignent.)
Jessie : Intimidation !
(Le séviper se mit à cracher avec un air menaçant, ses yeux étaient aussi très effrayants. Azumarill qui était déjà affaibli par le poison semblait impressionné par la technique de Séviper.)
Sylvain : Te laisses pas impressionné Azumarill ! Réagit, attaque pistolet à ô !
(Azumarill trouva le courage de riposter et il lança un puissant jet d’eau dans la tête de Séviper.)
Jessie : Grrrr… Attaque léchouille !
(La grande langue fourchue de Séviper se colla au corps d’Azumarill. Les muscles du pokémon aquatique se crispèrent, après le poison, la paralysie le guettait mais Azumarill rassembla ses forces pour riposter avec une nouvelle damocles.)
Azu… Marill !
(Le coup de poing d’Azumarill fut particulièrement violent et Séviper fut propulsé en arrière. Le pokémon poison était en piteux état mais Azumarill également. Il était tombé à genoux sur le sol, le poison qui l’avait infecté était sur le point de le terrasser.)
Pika… (Le pikachu regardait son ami Azumarill avec inquiétude, Sylvain aussi était stressé, Séviper allait s’évanouir mais Azumarill aussi et après il n’aurait plus de pokémon apte au combat car tous les autres étaient épuisés suite à leur bataille face à Erika. Florine, peu rassurée elle aussi, approchait la main de ses propres pokéballs. A l’autre bout de la rue, trois passants traversèrent le trottoir sans même les remarquer. Mais les hurlements de rage de Jessie finirent par attirer l’attention du troisième garçon.)
Seb : (il pointa son doigt vers la rue voisine) Ils sont là bas !
Greg : Comment ça « ils » ?
Seb : Jessie est en train de se battre avec Sylvain.
James : Oh non !
(James se mit à courir en direction de Jessie, Seb et Greg lui emboîtèrent le pas. Jessie était obligée de rappeler son pokémon, Sylvain également. Florine s’avança, prête à faire intervenir un de ses propres pokémon.)
Jessie : Vous allez me le payer cher…
Sylvain : Mais qu’est ce qu’on vous a fait à la fin ?!?
Pika pi ! (Le pikachu criait après Jessie comme son dresseur.)
Florine : Sylvain ! Tu ne la reconnais pas ? C’est Jessie ?
Sylvain : Quoi ? Celle qu’on recherche ? (Il regarda à nouveau la furie en face de lui et la ressemblance avec le portrait de Jezibel lui sauta aux yeux.)
Sylvain : Mince, je l’avais même pas remarquer !
Florine : James avait raison, il ne fallait pas qu’elle te voie, elle te prend pour ton père !
Sylvain : Mais c’est absurde ! Papa est aussi vieux qu’elle !
Florine : Attention ! Elle va remettre le couvert !
(Florine vit Jessie porter la main à sa ceinture de pokéball et elle-même attrapa la ball d’Obalie.)
James : Stop ! Jessie arrêtes ! Ce n’est pas Sacha ! Ce n’est pas le morveux ! Arrêtes, calmes toi !
(Dans une folie furieuse, Jessie avait attraper une nouvelle pokéball mais James se jeta sur elle par derrière. Il essayait tant bien que mal de lui bloquer les bras.)
Jessie : Grrr ! Lâches moi ! Laisses moi écraser ce sale petit aspicot !
James : Calmes toi ! Ce n’est pas le morveux ! Enfin ce n’est pas Sacha je veux dire ! Il lui ressemble mais ce n’est pas lui !
Jessie : Lâches moi James !
James : Mais enfin tu vois bien que ce gosse n’a que dix ans ! Ca ne peux pas être le morveux, c’est un adulte depuis longtemps ! Eh attends un peu, tu m’as appelé James ? Tu me reconnais alors !
Jessie : Mais bien sûr que je te reconnais ! Un imbécile pareil ça ne s’oublie pas facilement ! Maintenant lâches moi !
James : Seu… Seulement si tu promets de ne plus t’attaquer à Sylvain.
Jessie : Lâches moi !!!
(Effrayé par la colère de son amie, James finit par la relâcher et heureusement pour Sylvain elle ne lança pas de nouvelle pokémon et ne se jeta pas sur lui pour l’étrangler. Le jeune Ketchum soupira de soulagement.)
Florine : Bon sang quelle furie…
Sylvain : Ouf ! C’est clair, elle est encore pire que toi.
(Florine jeta un regard assassin à Sylvain avant de rejoindre Greg et Seb qui était resté à l’écart. Les quatre enfants se mirent à regarder de loin la scène des « retrouvailles ».)
Jessie : (très désagréable) Qu’est ce que tu fous là James ?
James : (avec une voix efféminée et étranglée) Bah je suis venue te chercher.
Jessie : Quoi ?
James : J’en ai marre d’être tout seul dans mon manoir ! Vous me manquez toi et Miaouss.
Jessie : (avec un rictus nerveux) Ton manoir hein ? Tu réalises au bout de dix ans qu’on te manques… Pendant que tu étais bien au chaud dans ton manoir, moi j’ai galéré comme c’est pas possible dans cette maudite ville, obligée de faire des jobs pourris pour manger et me loger et toi tu te pointes comme ça en me disant que je te manques ? Tu t’es regardé ? Tes vêtements coûtent plus chers que ceux du Boss, tu es gras comme un ronflex et tout ce que tu trouves à dire c’est que je te manques ? Au bout de dix ans ?!? T’aurais pu t’inquiéter de moi avant !
James : Mais enfin je savais pas où t’étais.
Jessie : Je suis née ici ! On s’est rencontré ici ! Mes parents sont enterrés ici ! Où pensais tu que j’allais aller abruti ?!?
James : Mais je…
Jessie : Tu ne me feras pas croire que t’as mis dix ans à me retrouver ! T’étais bien tranquille dans ta famille pourrie de frics et tu t’en fichais complètement de moi !
James : (cette fois ci il réagit.) J’ai dû épouser cette folle de Jezibel ! Et j’ai dû dormir dans la même chambre qu’elle, tu te rends compte ?!? Mes parents m’ont obligé à faire tout ce qu’ils voulaient ! J’ai dû vivre avec eux trois pendant des années ! C’était l’Enfer, j’étais prisonnier d’une cage dorée !
Jessie : Et tu crois que mon sort est enviable au tien ?!?
(Elle brandit son badge de serveuse qu’elle gardait dans sa poche et James posa ses yeux dessus sans trouver de réponse convaincante. Finalement, au bout de plusieurs dizaines de secondes d’un silence gênant, James reprit la parole, sur un ton beaucoup plus calme.)
James : Les gosses, ils disent avoir retrouvé Miaouss.
Jessie : Et ?
James : Dans une poubelle de Céladopole.
Jessie : (sur un ton bourru) Oui bon, et qu’est ce que tu veux que je te dises ?
James : C’est peut être lui le plus mal loti de nous trois… Mais le fils du mor… Enfin Sylvain et ses amis l’ont aidé à s’en sortir. Ils l’ont confié à une éleveuse de pokémon près de Parmanie. C’est drôle hein ?
Jessie : (en crachant plus qu’en parlant) Qu’est ce que tu trouves drôle ?
James : Bah c’est ironique, c’est à cause des parents de Sylvain et Florine qu’on a été séparé et maintenant c’est grâce à eux que Miaouss est en vie et qu’on s’est retrouvé tous les deux.
Jessie : Et alors ? Tu veux qu’on lui décerne une médaille ?
(De loin, les quatre adolescents les observaient attentivement, mais ils n’entendaient pas très bien ce que les deux adultes se racontaient, ils sentaient juste la mauvaise humeur de Jessie et l’attitude soumise de James.)
Sylvain : Qu’est ce qu’ils disent à votre avis ?
Seb : Je crois qu’ils parlent de vous.
Sylvain : (surpris) De nous ?
Seb : De Flo et toi…
Florine : Moi j’ai cru entendre le nom de Miaouss.
James : (sur un ton hésitant) En fait je me disais… Puisqu’on est malheureux chacun de notre côté, on pourrait de nouveau se réunir.
(Le ton de Jessie changea, il était toujours désagréable mais on sentait une point d’hésitation dans sa voix.)
Jessie : Pour quoi faire ? On n’a plus vingt ans et on n’a plus de pokémon.
James : Tu viens de combattre le gamin, ces pokémon ne sont pas à toi ?
Jessie : Si mais ils sont loin d’avoir le niveau de l’Arbok et du Séviper que j’avais autrefois !
James : Et alors ? On repart de zéro, on trouvera de nouveaux pokémon et… (Il baissa le ton pour être sûr que les quatres enfants ne les entendent pas.) On pourrait peut être s’engager à nouveau dans la Team Rocket.
(Jessie le gifla violemment et James, avec un air de total incompréhension la regarda en sa massant la joue.)
Jessie : Mais t’es stupide ou quoi ? T’as pas compris la leçon ? Avant qu’on aille en prison la Team ne voulait plus entendre parler de nous, le Boss nous détestait et tu crois qu’aujourd’hui ils vont nous accueillir à bras ouverts ?
James : Mais Jessie…
Jessie : (elle se retourna brusquement, les bras croisés) Y’a pas de mais !
(Il y eut un bref instant de silence avant que Jessie ne reprenne la parole, elle tournait toujours le dos à James mais elle semblait s’être calmée.)
Jessie : Non, si vraiment on se réunit à nouveau, on doit se mettre à notre compte. Ne plus dépendre de personne et avec ton héritage ça devrait être possible.
(Le sourire de James s’agrandit puis se rétrécie quand des petits détails commencèrent à se bousculer dans sa tête.)
James : Mais on ferait quoi alors ? On volerait des pokémon ? Comme avant ?
Jessie : (elle se retourna brutalement et jeta son badge par terre) Peu importe du moment que je n’ai plus à travailler dans ce buibui minable !
James : (il retrouva son sourire) Alors t’es d’accord ?
Jessie : Tu aurais assez d’argent pour nous construire un nouveau dirigeable ?
James : (avec un sourire radieux) Je pourrais acheter un hélicoptère si je voulais !
Jessie : Parfait ! Alors allons chercher Miaouss et ensemble repartons vers d’autres cieux !
James : Oh Jessie !
(Sans même s’en rendre compte les deux anciens compères s’étaient attrapés les mains et se les serraient forts, les yeux remplis de rêves. Puis James sembla se rappeler un détail.)
James : Euh…
Jessie : Quoi ?
James : Bah euh moi je ne sais pas où elle habite cette éleveuse. Ce sont les quatre gamins qui…
Jessie : (le regard assassin) Pas question qu’on voyage avec… (Elle jeta un coup d’œil à Sylvain et frissonna.)
Jessie : Demande leur son adresse et après on s’en va. Tu les aimes bien okay mais ils restent les enfants du morveux et de ses amis stupides.
James : Je sais Jessie, je sais…
(Sylvain, Florine et les deux autres garçons regardaient toujours dans la direction des anciens rockets.)
Greg : Je crois qu’ils ont fini de discuter.
Seb : James vient vers nous, il a l’air content.
James : (en souriant) Jessie est d’accord pour partir avec moi.
Sylvain : C’est génial James ! Tu ne serras plus tout seul maintenant !
James : Elle veut qu’on aille chercher Miaouss. Vous pourriez me donner l’adresse de l’éleveuse dont vous m’avez parlé, cette euh…
Sylvain : Eulalie. Oui bien sûr, Florine l’a noté quelque part.
Florine : Vous ne voulez pas qu’on vous accompagne ?
James : Oh non non, vous en avez déjà suffisement fait pour nous ! Et puis Jessie doit d’abord récupérer toutes ses affaires ici et après on va repasser au manoir alors je ne voudrais pas vous retarder. Je sais que Sylvain doit récupérer ses badges au plus vite.
Sylvain : C’est vrai ça.
James : (en serrant chaleureusement la main de Sylvain) En tout cas merci, merci du fond du cœur !
(Il serra les mains de Seb, Greg et Florine avec autant de reconnaissances puis il fila rejoindre Jessie et tous les deux s’éloignèrent dans les rues de Céladopole. James ne pu s’empêcher de se retourner une dernière fois et de les saluer.)
James : Merci encore !
Jessie : (agacée) Tu leur as assez dit au revoir, viens !
James : Mais Jessie on leur doit beaucoup quand même…
(Les quatre dresseurs les regardèrent s’éloigner sans bouger, Sylvain faisait de grands signes à James et Grégoire le saluait poliment.)
Sylvain : (rayonnant) Miaouss va bientôt retrouver ses amis ! Depuis le temps qu’il les attendait !
Greg : Je le trouve très sympathique ce James.
Seb : (avec un sourire malicieux) Tu dis ça parce qu’il est riche.
Greg : Sébastien pour quoi veux tu me faire passer ?
Florine : (pensive) Hum… Je ne sais pas pourquoi mais j’ai un drôle de pressentiment.
Seb : Quoi donc ?
Florine : Je ne sais pas trop. Je suis contente d’avoir fait plaisir à James et à Miaouss et pourtant… J’ai l’impression qu’on vient de faire quelque chose de mal.
Greg : (il leva les yeux au ciel) Qu’est ce que tu vas chercher comme idée saugrenue. On a fait une BA, en quoi est ce une mauvaise chose ?
Florine : Bah…
Sylvain : (il frappa dans ses mains avec beaucoup d’enthousiasme) Bon aller direction le centre pokémon ! Je vais faire soigner mes pokémon et demain on retourne à Parmanie !
Greg : Quoi déjà ? On ne pourrait pas se reposer un peu…
Sylvain : (d’une voix ferme pour une fois) Non. Je dois absolument afffronter Jeannine avant la fin du mois de Décembre sinon je peux faire une croix sur la ligue pokémon ! Aller en route.
(C’est ainsi que le petit groupe, Sylvain à sa tête, repartirent vers le centre pokémon de la ville. Sylvain était de très bonne humeur et plus déterminé que jamais à remporter les derniers badges qui lui manquaient. Grégoire en revanche n’était pas enchanté par cette décision, il en avait assez de voyager sans arrêt, contrairement à James qui rêvait d’aventure, lui voudrait à nouveau rester bien au chaud dans une grande demeure avec tout le confort nécessaire et son désir grandissait tandis que l’hiver avançait. Florine quant à elle, suivait les garçons en silence en se demandant toujours pourquoi elle avait cette drôle d’impression.)

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]