Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 57
Nom de l'œuvre : Nouvelle Génération Tome II : Les trois héritiers Nom du chapitre : Prise d'otages
Écrit par Tracy Chapitre publié le : 13/1/2012 à 12:48
Œuvre lue 80769 fois Dernière édition le : 21/1/2012 à 13:13
[ Retour - Bas de page ]
Chapitre 57

Prise d’otages

(Nos quatre amis se dirigeaient vers la plage, dans l’intention de traverser la mer en direction de Cramois’île. Le vent marin soufflait sur eux et ébouriffaient leurs cheveux, à part ceux de Greg qui étaient toujours plaqués sur son crâne par une épaisse couche de gel coiffant.)
Greg : (en resserrant les bras) Il fait quand même très froid… Et ça ne s’arrangera pas en pleine mer croyez moi.
Florine : Arrêtes un peu de te plaindre Greg. C’est l’hiver, normal qu’il fasse froid !
Sylvain : Et toi comment tu fais pour continuer de porter une jupe par ce temps ?
Florine : (avec une sorte de fierté dans la voix) Je suis peut-être une fille mais je suis moins chochotte que vous. Je résiste très bien au froid moi !
(Grégoire et Sylvain échangèrent un regard blasé.)
Sylvain : (il marmonna entre ses dents) Mouais, et c’est pour ça qu’elle est toujours enrhumée…
(Le portable de Florine se mit à sonner tandis que Seb et Sylvain regardaient la mer en se demandant s’ils pouvaient se risquer à naviguer, la tempête de la veille était tout juste calmée.)
Florine : Mais qu’est ce que...
Greg : Ton portable Florine !
Sylvain : Décroches !
Florine : Deux minutes ! (Elle grommela en cherchant dans son sac en bandoulière)
Florine : Voilà...Allo ?
Voix : Al...Allo, Florine ?
(Dans le téléphone, la voix féminine, tremblante, était à peine audible. L’interlocutrice de Florine semblait terrorisée et la jeune fille eut du mal à identifier la voix.)
Florine : Natacha ? C’est toi ?
Natacha : Oh Florine ! Je t’en prie viens nous aider... La Team Rocket est là ! Ils... Oh ! Ah !!!
Florine : Natacha ?!? Tu es encore là ?!?
Natacha : (elle sanglotait au bout du fil et, alors qu’au début de la communication elle parlait d’une voix étouffée, elle s’était désormais mise à hurler) Je t’en supplie ! A l’aide ! Quelqu’un ! Nous sommes enfermés ! Han ! Vite vous autres !
(A l'autre bout du combiné la voix de Natacha qui parlait pourtant de plus en plus fort était presque recouverte par un brouhaha de fond. D'autres gens s'agitaient et criaient tandis que des gros "boum" résonnaient.)
Florine : (inquiète) Natacha ! Dis moi ce qui se passe !
(Les trois garçons silencieux regardaient Florine dont le visage pâlissait à vu d’oeil.)
Natacha : Je n’ai pas le temps ! Vite, venez nous délivrer ! Allez chercher de l’aide ! Nous sommes dans la tour radio, les roc...
CRAC !
Natacha : Ah ! Iiih !!!
Voix : Donnes moi ça !
Brush, brouff ! Biiiiiip ! Tut. Tut. tut...
Florine : Natacha ? Natacha ! ! !
Sylvain : Qu’est ce qu’il y a ?
Florine : (en refermant son téléphone) Je... Je ne sais pas exactement. Elle dit que les Rockets ont envahi la Tour Radio. Elle nous appelle à l’aide...
Sylvain : (déterminé) Alors on y va !
Seb : Attends Sylvain... Que veux tu que l’on fasse tous les quatre face à une tour remplie de rockets ? On n'est pas assez fort il faut... Il faut qu’on trouve de l’aide.
(Florine se tourna vers lui, elle serra le poing et le plaça sur sa poitrine avec un air aussi déterminé que celui de Sylvain.)
Florine : Pour ça pas besoin d’aller très loin... (Elle commença à courir en retournant vers le centre pokémon.) Venez ! Dépêchez vous !
Greg : Ce ne serait pas plus prudent d’appeler la police ? Et où on va exactement ?
Seb : Poses pas de question et viens ! (Sylvain et lui étaient déjà en train de courir derrière Florine.)
Greg : J’aimerais juste savoir où l’on va !
(Florine courait de plus en plus vite, ses trois amis sur les talons. Elle prit la même direction que celle qu’avaient suivi Félix et Aline. Au bout d’un moment Florine aperçut deux silhouettes à l'horizon.)
Florine : Félix ! ! ! Aline ! ! !
Sylvain : Félix ! Aline !
(Les deux silhouettes se stoppèrent. Nos quatre amis se rapprochèrent rapidement. Les deux autres dresseurs s’étaient retournés, Félix et Aline regardaient leur sœur avec perplexité.)
Aline : (surprise) Florine ? Mais qu’est ce qui t’arrive ? Tu as oublié de nous dire quelque chose ?
Florine : (essoufflée) Non...ouf, c’est...
Sylvain : (il arriva derrière elle) Une de nos amies a besoin d’aide... pouf !
Félix : Qui ?
Florine : Une fille de Lavanville... Elle...elle travaille à la tour Radio.
Sylvain : Elle s’appelle Natacha et elle vient de nous appeler pour qu’on vienne l’aider...
Félix : Natacha vous avez dit ?
Sylvain : Oui pourquoi ?
Félix : (il regarda Aline comme s’il voulait qu’elle se rappelle elle aussi) Janynce nous a parler d’une Natacha. Elle m’a dit que c’était sa meilleure amie à Lavanville.
Seb : C’est possible que ce soit la même...
Aline : Mais pourquoi êtes vous venus nous rattraper ?
Florine : (comme si cela coulait de source) Parce qu’on arrivera à rien tout seul voyons !
Seb : Quatre contre vingt, cinquante, cent ou plus encore... On n’a pas l’ombre d’une chance.
Félix : Et à six vous croyez qu’on a plus de chance ?
(Sylvain, Seb et Florine le fixaient, pris de court.)
Greg : (avec un air agaçant) Je vous l’avais bien dit !
(Aline regarda alternativement son frère et Grégoire et d’une voix plus grave qu’à son habitude, ce qui lui donnait un air sage et plus âgé, elle donna son point de vue.)
Aline : Peut être pas mais tu serais prêt à avoir sur la conscience le fait d’avoir laissé ces rockets prendre en otages tous les employés de la Tour ? Sachant qu’ils vont sans doute les blesser ou même pire, les tuer ?
Félix : (il soupira) Très bien… Mais je pense que c’est encore trop dangereux pour seulement six dresseurs... Surtout qu’on n’est pas le Conseil des Quatre non plus.
Florine/ Aline : (à l’unisson) Arrêtes d’être pessimiste !
Greg : Une minute vous tous, il a raison. Vous vous prenez pour des agents secrets ? Vous n’avez pas d’hélicoptère ou d’avion que je sache, alors comment comptez vous vous rendre à Lavanville ? Il nous faudrait au moins deux semaines pour y arriver à pieds ! Et encore si on marche vite.
(Aline sembla réfléchir très sérieusement à la question)
Aline : Hum… à vol de Roucarnage il nous faut même pas six heures.
Greg : (il passa une main dans ses cheveux et ajouta sur un ton sarcastique) Et tu penses nous faire tenir tous les six sur ton Roucarnage ?
Aline : Oui à six c’est faisable, sur mon Roucarnage ET sur mon Dracolosse !
Seb : (il réfléchit à son tour) Il nous faudrait quand même un pokémon vol de plus... Trois personnes sur chaque pokémon ça risque de faire beaucoup, ils ne tiendront jamais le coup.
Sylvain : (une étincelle dans les yeux) Greg, Heledelle !
Florine : Mais oui ce sera parfait !
Greg : (outré) Heledelle est un pokémon de concours ! Aucunement un pokémon de... de... Un moyen de transport lowcost ! Heledelle ne transportera personne sur son dos ! Et mon nom est Grégoire, pas Greg ! Allez vous enfin vous enfoncer ça dans le crâne ?
Seb : (soudainement très agacé) Oh tu ne vas pas nous ressortir un de tes discours de nunuche sur les pokémon de concours qu’il faut préserver et pomponner !
Greg : Non, j’ai dit non. Heledelle est...
(Florine s’avança rapidement vers Grégoire et le gifla avec une violence sans pareil.)
Florine : (en hurlant) Non mais t’as les pieds sur terre ou quoi ?!? C’est de la vie de plusieurs personnes qui sont en jeu, dont celle Natacha, notre amie !
(La rage lui avait fait monté les larmes aux yeux, elle avait la voix cassée.)
Florine : Quand arrêteras tu de te comporter en sale égoïste hein ?!?
Seb : Aller Flo, calmes toi.
(Florine lança un regard noir et rancunier à Grégoire puis elle se retourna brusquement.)
Florine : Ce n’est pas grave, on n’a qu’à partir sans Grégoire, il ne serait pas d’une grande utilité de toute façon. Deux sur roucarnage et trois sur Dracolosse ça devrait aller.
(Grégoire, que la réflexion de Florine avait blessé soupira et sortit sa luxeball.)
Greg : C’est bon Florine, vous avez gagné, je vous accompagne sur Heledelle. Il ne se laissera pas monter par qui que se soit d’autre de toute façon.
(A contre cœur Greg laissa sortir Heledelle. Il s’installa sur son pokémon qui fut très surpris de se faire monter dessus par un humain, chose qui ne lui était jamais arrivée. Aline sortit ses propres pokémon.)
Félix : Bon je vais monter Dracolosse. Qui vient avec moi ?
Seb : (un sourire était apparu sur son visage) Aline va avec ton frère, Florine et moi on va s’installer sur Roucarnage.
(Cette remarque n’aida pas Florine à retrouver sa bonne humeur, bien au contraire.)
Florine : Certainement pas : tu grimpes avec Félix et Sylvain, d’ailleurs Seb ce n’est vraiment pas le moment !
(Seb s’installa derrière Félix, résigné et un peu mal à l’aise, Florine et Aline s’installèrent sur Roucarnage et Sylvain rejoignit les deux autres garçons.)
Aline : On y va, Dracolosse, Roucarnage on décolle !
Greg : Heledelle suit les.
Aline : Cap au Nord-Est, vers la montagne de Lavanville.
(Les pokémon prirent leur envol en direction de Lavanville. Heureusement pour eux ils volaient dans le sens du vent ce qui accéléra leur voyage. En moins de quatre heures sans faire d'escale, ils arrivèrent en vue de la ville endeuillée comme on la surnommait depuis la construction de la Tour Pokémon. Même après la démolition de cette tour pour bâtir la Tour Radio le surnom de la ville était resté. Les rues de la ville étaient désertes et Aline, Félix et Greg n’eurent aucun mal à faire atterrir leurs pokémon au cœur de Lavanville, dans le quartier le plus ancien, près du siège social de l’association de Fugi la SPP : la Société Protectrice des Pokémon. Les décorations de Noël étaient éteintes et l'absence d'activité dans les rues donnait à Lavanville une allure de ville abandonnée, comme si un drame terrible s'était abattu sur la cité.)
Aline : (en sautant du dos de son roucarnage épuisé après un si long voyage) Cette ville est encore plus triste que dans mes souvenirs.
Seb : Ce n’est pas normal. C’est une ville très calme mais à ce point ça en devient inquiétant…
Greg : (dans un frisson) Pour une fois elle mérite vraiment bien son surnom de ville fantôme.
Sylvain : Eh regardez là bas ! C’est le gamin de la dernière fois.
Florine : (elle fronça les sourcils) Le petit morveux, Gary Brown… Il ne m’aura pas deux fois avec son ectoplasma.
(Le gamin s’approcha d’eux doucement, au premier coup d’œil il ne les avait pas reconnu mais ce qui lui paraissait sûr c’est qu’ils ne ressemblaient pas à des rockets et cela le rassurait.)
Gary : Dites vous êtes venus aider le professeur Fugi n’est ce pas ?
(La douceur de sa voix et ses yeux inquiets surprirent Sylvain, Florine, Seb et Greg : il ne ressemblait plus du tout au gamin morbide et sournois de la dernière fois.)
Sylvain : Pourquoi ? Fugi a besoin d’aide ?
Gary : Venez avec moi.
(Il se dirigea vers le siège de la SPP. Florine se méfiait de Gary, la dernière fois qu’elle l’avait suivi elle avait passé sa journée à dormir dans la montagne au Nord de la ville, hypnotisée par un pokémon spectre. Mais cette fois ci Gary ne leur tendit aucun piège, il les amena auprès du vieux professeur Fugi, président de l’association SPP et bienfaiteur de la cité de Lavanville.)
Gary : Monsieur Fugi, des gens sont venus nous aider !
(Le vieil homme était en train de prier devant son autel domestique au milieu de bâtons d'encens. Il se retourna vers les six jeunes dresseurs en entendant la voix pleine d'espoir du petit Gary. Malgré son âge avancé et sa maladie, il ne perdait pas la mémoire et il reconnut immédiatement Sylvain et ses amis.)
Fugi : Kof kof, vous ? Par quel miracle avez-vous, kof kof, été avertis de notre situation ?
Florine : C'est Natacha ! Natacha nous a appelé, où est elle ?
Fugi : Kof kof, je ne puis vous le dire avec exactitude. Je suppose qu’elle est toujours kof kof, enfermée dans la Tour Radio, prisonnière des rockets kof, comme les autres employés.
Seb : (avec un air absent) Prisonnière comme une princesse dans son donjon… C’est étrange cette histoire me rappelle quelque chose…
Florine : Pas le temps pour les fantaisies Seb ! Monsieur Fugi, nous sommes venus pour la délivrer ! Il faut qu’on entre dans la Tour Radio !
Fugi : Hélas…
Félix : Attendez j’aimerais aussi comprendre, pourquoi les rockets ont-ils envahi la Tour Radio ?
Greg : (les bras croisés, légèrement stressé) Pourquoi n’avez-vous pas appelé la police ?
Aline : Quelqu’un a-t-il déjà tenté quelque chose pour les délivrer ?!?
Sylvain : Où sont passés tous les habitants ? On a vu que Gary depuis notre arrivée.
Fugi : S’il vous, kof kof, plaît, pas tous à la fois.
Félix : Excusez nous…
Fugi : Je vais, kof kof, vous expliquer... Nous n’avons qu’un tout petit commissariat ici à Lavanville et l’agent Jenny a été faite prisonnière dans la Tour Radio quand kof kof, les employés ont donné l'alerte. Nous avons essayé nous, kof kof, nous même d’aller les secourir mais malheureusement il n’y a pas de dresseur assez fort dans cette ville pour vaincre tous ces rockets, une partie des habitants a été capturée, les autres sont enfermés chez eux terro-kof ! risés. Nous avons également essayer de kof, contacter la ligue pokémon pour qu'ils nous envoient de l’aide mais à cause des fêtes personne ne répond : le Conseil des Quatre est dispersé et on ne sait pas quand kof, ils seront de retour... Kof kof, plusieurs dresseurs de la ville sont entrés une nouvelle fois dans la Tour hier mais ils ne sont toujours pas ressortis kof. Rémus, était parmi eux... Je crois qu’ils sont prisonniers eux aussi.
Félix : Excusez moi mais qui est Rémus ?
Florine : Le compagnon de Natacha, continuez Mr Fugi, je vous en pris !
Fugi : J’ai interdit au jeune Gary ici présent de, kof, d’y aller tout seul, je ne veux pas que ces bandits lui, kof kof, fasse du mal, ce n’est qu’un enfant. Quant à la raison qui a poussé les rockets à vouloir s’emparer de la Tour… Je crois que c’est pour mener une expérience sur les ondes kof kof, radio.
Félix : Des expériences de quel genre ?
Fugi : Je ne kof kof, sais pas exactement mais lorsque l’on allume la radio…
(Gary se dirigea vers un poste de radio et l’alluma. Il était réglé sur « Lavande.fm » la station locale. On n’entendit rien pendant une minute puis des grésillements se firent entendre, suivis de sons très légers, à peine perceptibles à l’oreille humaine. Un Miaouss blessé qui dormait dans une cage près du fauteuil de Fugi se redressa brusquement. Il tourna sur lui-même puis se mit au garde à vous comme un caninos de police, prêt à obéir au premier ordre. Lorsque les sons cessèrent le miaouss se rassit subitement, l’air hagard puis tout naturellement il se mit à se lécher en ronronnant.)
Seb : Ca alors…
Fugi : Le plus étrange c’est que sur les autres stations, kof, les émissions sont retransmises normalement. Montres, kof kof, leur Gary.
(Gary leur fit écouter les musiques de Pijako-station, les blagues de Bill Capumain, l’humoriste qui a toujours le sourire et les mains baladeuses sur Poké-rire.fm ainsi que la station qui diffuse des informations toute la journée.)
Sylvain : Mais alors les employés de la tour font encore leur travail ?
Fugi : Oui, kof kof, je pense que les rockets font ça pour que personne à Kanto ne se doute de rien. Ils retransmettent les stations étrangères comme d’habitude kof kof et enregistrent même certaines émissions locales.
Florine : (une main sur le menton) Ce qui veut dire qu’ils ont des gens équipés et formés avec eux… La tâche ne va pas être facile, même si on arrive à rentrer, battre les rockets c’est déjà quelque chose mais en plus on ne sait pas comment faire pour arrêter leur bidule.
(Greg leva les yeux au ciel. Le fait d’employer le mot « bidule » illustrait bien l’incompétence de Florine comme la sienne et celle de leurs amis pour régler un problème aussi technique d’ondes radios. Greg ne fit pourtant aucune remarque, Florine et lui étaient toujours fâchés depuis qu’elle l’avait traité d’égoïste et d’inutile, sans parler de l'épisode du pari encore vivace dans leurs esprits.)
Sylvain : La réaction de Miaouss, elle est normale ? Enfin je veux dire tous les pokémon font ça en entendant la radio ?
Fugi : Kof kof, pas tous, j'ai remarqué que seuls les po-kof ! kémon sauvages étaient sensibles à ces ondes, mon osselait n'a eu aucune réaction. Apparemment les pokémon fan, kof ! fantômes, même sauvages, ne réagissent pas de la même façon. (Il regarda le jeune Gary qui continua l'explication.)
Gary : Ils ont l’air très contrarié mais pas hypnotisé.
Aline : Félix, j’ai l’impression d’avoir déjà vu ça quelque part…
Félix : Oui moi aussi.
Aline : Je sais ! A Ebenelle !
Félix : Mais oui… Ils ont fait des tests localement, ils essayent maintenant sur une échelle un peu plus grande.
Sylvain : Mais pourquoi faire ça ici et pas à Doublonville ?
Félix : Parce que Doublonville est immense… Impossible de passer inaperçu dans la capitale de Johto lorsque l’on fait des expériences de ce genre.
Florine : Sans oublier les différences de moyens entre les forces de police de Doublonville et le commissariat miniature de Lavanville.
(Félix était appuyé sur la table, il semblait en pleine réflexion.)
Félix : (il se retourna brusquement) Il nous faut un plan d’attaque !
Florine : Tout a fait d’accord.
(L’âme de leader de Félix semblait ressortir peu à peu, Sylvain qui était encore trop faible pour prendre le dessus laissa Florine discuter avec son frère, sans trop savoir où était sa place. Le jeune Ketchum commençait à en avoir marre d'être considéré comme un gosse et de passer au second plan. Il était toujours en train d’obéir à Florine ou à Greg, Seb le soutenait certes mais il agissait comme un grand frère et donc comme quelqu’un à suivre et non à guider. Sylvain était frustré, bientôt il faudrait passer à l’action et il ne savait pas si on lui laisserait une chose de prouver de quoi il était capable. Après tout en un an de voyage initiatique il avait quand même dû s’améliorer.)
Sylvain : Je…
Félix : Nous sommes six, le plus prudent serait de faire deux équipes de trois…
Seb : Il ne vaudrait pas mieux rester groupés ? Comme tu l’as dit tout à l’heure nous ne sommes pas le Conseil des Quatre…
Félix : Non car l’un des deux groupes pourrait faire diversion. Le mieux serait de trouver deux entrées différentes pour avoir un effet de surprise et une fois à l’intérieur l'autre groupe pourrait se charger de libérer un maximum d’otage. Je pense que le plus urgent c’est de libérer les prisonniers. Comme leurs bidouilleries sur les ondes ne sont que des tests, il n’y a pas de danger imminent. Mais d’abord il nous faut un plan assez précis de la Tour Radio.
Fugi : Excusez moi de vous, kof kof, interrompre jeune homme mais je ne suis pas d'accord avec vous. Je pense kof, qu'il vous faut stopper les agissements des rockets au plus tôt, j'ai un mauvais pressentiment concernant ces kof kof KOF ! Ces ondes mystérieuses. Il faudrait bloquer le système informatique de la Tour, en plus kof kof, cela permettrait de donner l'alerte à l'échelle régionale. L’idéal kof kof, serait même de passer un message directe-kof-ment sur les ondes.
Florine : Mais... Arrêtez moi si je me trompe, s'il nous faut bloquer leur émission cela risque d'être assez complexe. Nous sommes des dresseurs pokémon, des jeunes dresseurs, et nous n'y connaissons rien en machines.
Fugi : Kof kof en effet. En temps qu’… Kof kof ancien professeur en biotechnologie j’aurais pu vous être utile mais kof kof kof, je ne pourrais jamais arriver jusque là même avec votre kof, aide. Je suis trop vieux et trop faible. Il vous faudrait un professionnel plus jeune, un informaticien ou un ingénieur...
Gary : Monsieur Fugi il n’y a personne de la sorte ici !
(Il se tourna et posa son regard froid vers les six dresseurs.)
Gary : Pas la peine de chercher, c’est un village un peu... arriéré.
Fugi : Allons kof kof, Gary soit poli…
Félix : Et si on détruisait l’antenne directement ? On pourrait l’atteindre en volant et…
Fugi : Impossible, kof kof, elle est surveillée et elle est tellement solide que, kof kof, même un léviator n’y arriverait pas.
Greg : Et on n’est pas dans un film de super-héros, un bâtiment détruit coûtera une fortune à la ville et à la région, je pense qu’on aurait de sérieux ennuis.
Florine : (agressive) La vie de plusieurs dizaines de personnes et la sécurité des pokémon de la région est en jeu Grégoire et toi tu ne penses qu’au fric !
Greg : Ce n’est pas moi qui pense à l’argent, je te dis simplement ce qui se passera dans la REALITE si on détruit la plus grosse antenne relais de Kanto !
Aline : Mais dans la tour il y a bien des personnes capables de couper la trans...
Seb : Oui mais n’oublies pas qu’ils sont tous prisonniers. On ne pourra peut être pas les libérer avant d’atteindre les panneaux de contrôle.
Greg : Mais où voulez vous qu’on trouve un...un... un ingénieur informaticien ou je ne sais quel autre professionnel de la radio?
Aline / Félix : (ils se regardèrent et parlèrent à l’unisson) Le cousin de Larry !
Sylvain : Le cousin de qui ?
Aline : Larry, le fils du spéléologue qui s’occupe des ruines Alpha à Johto. Son cousin vit ici, à Kanto.
Greg : (avec un ton sarcastique) Oh laissez moi deviner, il habite, hum... à Jadielle ? Non à Cramois’île, quitte à faire plus loin encore.
Florine : Tu pourrais la boucler une fois dans ta vie Grégoire ?
Aline : (en gardant son calme) Non il habite à Safrania.
Sylvain : (positif) Ce n’est pas si loin que ça... On doit aller le chercher !
Félix : (Il hocha la tête) Oui.
Seb : Vous le connaissez ce garçon ? Etes vous sûrs qu’il voudra nous aider ?
Florine : Et qu’il POURRA nous aider. Qui c'est ce type exactement ?
Félix : (il haussa les épaules) On l’a rencontré une fois, Larry nous a assuré que si nous avions besoin d’aide, nous n’avions qu’à lui préciser que Larry était notre ami et qu’il nous aiderait. Il nous a assuré qu’il était brillant dans toutes les matières scientifiques, y compris la mécanique, l’informatique et je suppose les ondes radios.
Aline : J’espère qu’il n’est pas aussi froussard que Larry : pénétrer dans cette tour ne va pas être de tout repos.
Félix : Certes non...
Florine : De toutes façons on n'a pas le choix. Félix, il faut se dépêcher s’il te plaît... Les secondes comptent, on ne sait pas ce qui peut arriver à Natacha !
Félix : D’accord, je prends le roucarnage d’Aline et je vais chercher Alex. Je reviens très vite, la route ne sera pas longue à vol de pokémon.
Aline : Euh Félix...
Félix : Quoi ?
Aline : Roucarnage est épuisé. Dracolosse aussi, ils ont volé pendant quatre heures sans s'arrêter, tu ne peux pas partir maintenant.
Florine : Quoi ?!? Mais on ne peut pas attendre !
Félix : (contrarié) Florine on n'a pas le choix, alors calmes toi un peu. J'irais chercher Alex ce soir, le temps que nos pokémon vol se repose.
Florine : Mais...
Félix : En attendant, on va préparer en détails notre plan. Professeur Fugi, savez vous où nous pouvons trouver un plan de l'intérieur de la tour ?
Fugi : Dans mon bureau, kof kof... J'en ai confié une à Rémus mais il doit en rester une autre.
Félix : Parfait.
(Le vieillard se rendit dans son bureau à l'aide de sa canne. Pendant son absence, le silence régna dans le salon. Le jeune Gary était dévisagé par Sylvain, Seb, Greg mais surtout Florine qui décidément n'arrivait pas à lui pardonner son traquenard avec ectoplasma. Quand le vieux Fugi revint dans la pièce Gary bondit vers la porte.)
Gary : Je peux y aller professeur ?
Fugi : Si tu veux Gary, kof kof. Mais sois très prudent mon garçon, rentres te mettre à l'abri chez toi.
Gary : Oui professeur.
(Gary sortit de la maison de Fugi, accolée d'un côté au siège de la SPP et à la maison mortuaire pour pokémon de l'autre. Le ciel était en train de se couvrir rapidement ; de gros nuages gris chargés de pluie s'amoncelaient au dessus de la ville. Le gamin se mit à courir en direction du Sud de Lavanville en sentant les premières gouttes lui tomber sur la tête. Rapidement un fantominus apparut à ses côtés, il tenta de sourire mais le résultat ne fut qu'une grimace repoussante. Gary échangea un regard avec son ami pokémon.)
Gary : Encore ces ondes Fantom ?
Gnii...
Gary : Des dresseurs viennent d'arriver en ville. Avec un peu de chance, ceux là réussiront à arrêter les rockets et tu n'auras plus de migraine et ectoplasma non plus.
Gniii...
(Alors que le gamin avait atteint le sentier qui sortait de la ville et s'enfonçait vers la campagne, là où se trouvait la ferme de ses parents, il bouscula un inconnu au détour d'un chemin. Il ne l'avait pas entendu venir. Gary recula rapidement avant de regarder le visage du nouvel arrivant, s'il s'agissait d'un rocket il était vraiment mal barré. L'enfant fronça les sourcils lorsqu'il croisa le regard peu accueillant de l'inconnu. Fantominus tourna autour de Gary, comme s'il voulait le protéger mais l'inquiétude du gamin se tassa peu à peu lorsqu'il comprit que le visiteur n'était lui aussi qu'un enfant.)
Garçon : Tu es de Lavanville ?
(Gary hocha positivement la tête.)
Garçon : Tu peux m'expliquer ce qui se passe ici ?
(Pendant ce temps, dans la vieille demeure du professeur Fugi, Félix était assis à table entre Fugi et Florine. Félix et Florine étaient sans aucun doute les plus intelligents de la bande, c'était donc eux qui élaboraient le plan d'attaque avec les conseils du vieux Fugi. Aline, Sylvain, Seb et Greg restaient assis dans le canapé, alignés et bien sages, ils regardaient et écoutaient leurs deux compagnons en train de se creuser les méninges.)
Félix : Ca ne va pas être évident, on ne sait pas combien ils sont là dedans, c'est risqué.
Florine : Il faut s'infiltrer en cachette un point c'est tout. On l'a déjà fait au casino de Céladopole avec Sylvain et Seb, on peut très bien le refaire.
Seb : (il leva la main pour parler, comme à l'école) Euh... Si je peux me permettre on a eu beaucoup de chance ce coup là.
Félix : (sans faire vraiment attention à l'intervention de Seb) Professeur, à votre avis la sortie de secours qui donne vers la montagne elle sera bien gardée ou pas ? Par là on peut tenter une infiltration. Par la grande porte à mon avis c'est peine perdue, ils nous verrons arriver de loin.
Greg : (il marmonnait les bras croisés) Seb je pense que James Bond et Lara Croft n'en on rien à faire de notre avis. Nous, nous ne sommes que de la chair à canon.
Seb : Arrêtes Grégoire ce n'est pas vrai, ils essayent juste de réfléchir dans le calme c'est tout.
Greg : Ils jouent surtout aux super-héros sans savoir dans quoi ils s'embarquent, pardon NOUS embarquent. Si tu veux savoir le fond de ma pensée c'est que même avec un plan bien préparé nous ne sommes que six et on va se casser les reins voire bien plus... Nous avons échappé à la mort deux fois le mois dernier et nous allons tenter la faucheuse une troisième fois, c'est de la folie.
(Aline écoutait attentivement les paroles de Grégoire, elles la faisaient réfléchir. Sa conscience ou plutôt son inconscience l'aurait fait foncer tête baissée dans cette tour, elle en avait par dessus la tête des rockets et de leurs fourberies, elle était prête à toutes les folies pour les stopper définitivement. Sylvain quant à lui ruminait mais soudain, la porte de la maison s'ouvrit. Sylvain et Seb se levèrent d'un bond, main sur leurs ceintures de pokéballs, prêts à se défendre. Tout le monde se détendit en voyant entrer dans la pièce Gary, trempé jusqu'aux os par la pluie qui tombait drue désormais. Chose incroyable, pour une fois, le garçon souriait.)
Gary : Professeur ! Un autre dresseur vient d'arriver ! Il va nous aider !
(Le gamin entra dans la pièce et laissa le visiteur pénétré dans la maison à son tour. Il portait un long imperméable noir avec une capuche pour se protéger de la pluie. Sur le seuil de la porte il ôta sa capuche et Sylvain eut un haut-le-coeur.)
Florine : (elle sursauta sur sa chaise) Kévin ?!?
Kévin : (apparemment surpris lui aussi) Florine ? Sylvain ? Que faites vous ici ?
Sylvain : C'est plutôt à nous de te poser la question ! Nos parents nous ont dit que tu étais rentré à Jadielle pour Noël.
Kévin : C'est le cas. Mais à la télé ce matin ils ont déclaré qu'un troupeau de leveinard avait été aperçu au sud de Lavanville. J'ai aussitôt enfourché Rapasdepic mais quand je suis arrivé les pokémon sauvages ont eu de drôles de réactions et en écoutant la radio sur mon pokématos j'ai compris pourquoi.
Aline : Tu as prévenu ton père ?
Kévin : Oui, il m'a dit d'aller jeter un coup d'oeil à la tour radio de Lavanville mais j'ai trouvé porte close avec un écriteau "fermé pour les fêtes". Alors j'ai voulu me renseigner auprès du centre pokémon mais ils m'ont fermé la porte au nez. Ils m'ont pris pour un rocket vous vous rendez compte ? Quels crétins !
(Sylvain ricanait en imaginant Kévin se tenant penaud devant la porte du centre fermée à double tour, mais Seb lui donna un coup de coude.)
Kévin : Alors c’est quoi cette histoire de rockets ? Le gosse m'a dit que c'étaient eux qui foutaient le brin.
Félix : (en se levant, l’air grave) C’est plutôt bien résumé. Tu veux vraiment nous aider à les chasser de cette ville ?
(Kévin regarda Félix dans les yeux, puis il regarda la brochette de dresseurs assis sur le canapé, s’attarda un peu sur Sylvain avant de tourner la tête vers Fugi puis Florine. Il jeta un rapide coup d’œil à Gary qui le regardait non pas avec ses yeux glacés habituels mais avec un regard brillant d’espoir comme ceux d’un lamantine. Tout le monde le fixait intensément, même s’il débarquait à l’improviste, il avait l’impression d’être comme le messie ce qui flatta énormément son ego. Il reposa son attention sur Félix.)
Kévin : Et comment que je veux leur botter le train à ces enfoirés.
Félix : (il ne put s’empêcher de sourire) Parfait ! Viens t’asseoir, on va t’expliquer le plan, tu vas nous dire ce que t’en pense.
Sylvain : Eh ! Pourquoi il peut donner son avis et pas nous ?
Félix : Qu’est ce que tu racon…
Florine : (en aboyant plus qu’en parlant) Sylvain ça suffit ! C’est pas le moment !
(Sylvain se renfonça dans le canapé en bougonnant, ça c’était fort : on consultait Kévin pour le plan d’attaque mais pas lui, il se sentait humilié et terriblement frustré. Seb lui tapota les épaules mais ça n’eut pour effet que d’énerver d’avantage Sylvain qui se sentit materné. Aline au contraire se mit à sourire.)
Aline : Cool maintenant on est sept et avec Alex ça fera huit ! Il ne manque plus que Kyle et on serait tous au complet !
(Félix et Kévin lui lancèrent le même regard assassin mais ne firent aucune remarque, ils se contentèrent de discuter du plan encore et encore jusqu’à ce que roucarnage soit à nouveau en état de voler quelques heures plus tard. Heureusement pour le pokémon et pour Félix qui devaient voler jusqu’à Safrania, la pluie avait cessé.)
Aline : Tu as bien retrouvé le papier avec son adresse ?
Félix : Oui il est dans ma poche, bien à l’abri.
Aline : Le pokématos est chargé ?
Félix : Oui, je…
Aline : Tu as ta carte ? Ton k-way ? Tes pokéballs ?
Félix : C’est bon Aline j’ai tout ce qu’il faut, ne t’inquiètes pas… Je fais juste l’aller-retour et je reviens le plus vite possible.
(Alors que les deux frère et sœur discutaient devant la maison, tous les autres les observaient depuis le seuil de la porte, le vieux Fugi devant eux.)
Aline : (elle confia la pokéball de roucarnage à Félix avec un regard tendre) Sois prudent grand frère.
Fugi : Surtout kof kof qu’à ce qu’il paraît les rockets sont de plus en plus nombreux à Safrania.
Félix : Ok je ferai attention. A tout à l’heure.
(Il enfourcha roucarnage, le pokémon n’était pas au top de sa forme mais il avait quand même eu le temps de récupérer pas mal de forces.)
Félix : Je fais vite promis ! Aller roucarnage, direction Safrania !
Rou rou !
(En deux battements d’ailes violents et rapides le pokémon prit son envol sous les yeux de sa dresseuse et de ses amis. Florine s’avança auprès de sa sœur, comme Aline elle fixait le ciel, observant Félix qui s’éloignait.)
Florine : Il faut encore attendre… C’est insupportable.
Aline : Peut être mais on n’a pas le choix.
Fugi : Rentrez jeunes, kof kof, filles, avant que les rockets ne vous voient. Kof…
(Félix et sa monture fonçaient à travers les cieux, le froid de l’hiver lui mordait les mollets car tout comme ses frères, ses sœurs et son père il ne supportait pas les pantalons et restait en short même durant la mauvaise saison. Le soleil était déjà bas sur l’horizon, il allait sans doute faire les deux trajets de nuit, heureusement Safrania n’était pas très éloignée de Lavanville. Très vite, les lumières de la plus grande ville du continent apparurent devant ces yeux et pourtant il était encore loin de la "city". Alors qu’il était encore en vol, Félix sortit le plan de la ville, il avait mémorisé l’adresse du jeune Koffman et cherchait son quartier sur la carte.)
Félix : Il habite dans le quartier résidentiel au Sud-Est de la ville, ok… Par là bas roucarnage !
Rouca ! Rou !
(Le pokémon vira de bord et commença à descendre, il perdait progressivement de l’altitude. Il finit par se poser dans un square du quartier, entre une balançoire et un toboggan en forme de sabelette. Un tourbillon de poussière s’éleva du bac à sable quand roucarnage se posa dans le parc de jeux. Félix descendit du dos de roucarnage et se mit à examiner les maisons autour du square, le quartier avait l’air très paisible et les maisons, sans être particulièrement luxueuses étaient plutôt grandes, certaines avaient même de très beaux jardins et des vérandas.)
Félix : Je crois que c’est par là. Attends moi ici roucarnage, reposes toi un peu et détends toi les ailes, je reviens dans peu de temps. On va devoir retourner très vite à Lavanville.
Rou !
(Le pokémon poussa un cri pour faire comprendre au jeune homme qu’il avait compris puis Félix partit à la recherche de la demeure des Koffman. Quand il arriva devant la maison il n’y avait qu’une petite lueur qui s’échappait par la fenêtre du 1er étage mais la maison avait l’air déserte.)
Félix : Merd… C’est vrai que c’est Noël, si ça se trouve il n’est pas là. Il ne manquerait plus que ça.
(Sans grande conviction, Félix sonna à la porte du pavillon et attendit. Il sembla entendre de l’agitation à l’intérieur et il leva les yeux vers la fenêtre légèrement éclairée. Il ne voyait pas bien mais il avait l’impression que quelqu’un l’observait. Une minute s’écoula avant qu’il n’entende un peu de bruits derrière la porte d’entrée, quelqu’un déverrouilla la porte et l’ouvrit en grand.)
Félix : (en regardant attentivement la personne qui venait de lui ouvrir) Euh, bonjour, enfin bonsoir…
(Le garçon qui venait de lui ouvrir était du même âge que Larry, il lui ressemblait beaucoup et tout comme Larry il était à peine plus grand que Félix. L’adolescent était néanmoins plus frêle que son cousin de Johto, ses cheveux étaient courts, noirs comme le charbon et il portait des lunettes aux verres épais.)
Alex : Salut… Félix c’est ça ?
Félix : Oui, tu te souviens de moi ?
Alex : (très surpris par son visiteur) Oui, bien sûr, je me souviens très bien de ton dernier match à la conférence argenté. Et Larry m’a beaucoup parlé de toi, par contre je ne… Enfin pourquoi tu viens me voir ?
Félix : On n’a quelques soucis à Lavanville, quelqu’un à pirater le système de la Tour Radio.
Alex : C A D ?
Félix : Pardon ?
Alex : C'est-à-dire ?
Félix : Ah, euh, écoutes c’est compliqué mais on a besoin d’une aide urgente ! La Team Rocket contrôle la Tour et…
Alex : (dans un sursaut) La Team Rocket ?!? Je ne peux rien pour toi, tchao !
(Il voulut refermer la porte mais Félix dans un excellent réflexe enfila son pied dans la porte entrouverte. La porte buta violemment contre son pied mais le jeune Léon ignora la douleur. Les sourcils froncés il s’adressa à Alex.)
Félix : Eh ! C’est une question de vie ou de mort ! Larry nous a promis que si on avait besoin de toi tu nous aiderais !
Alex : (ultra-nerveux) Ca ne me dérange pas de rendre service mais quand il s’agit de rockets c’est non non et non ! Tu ne sais pas à quel point ces types là sont dangereux !
Félix : Bien sûr que si, ils ont essayé de me tuer au moins cinq fois…
(Lorsqu’il entendit ça Alex força sur la porte, il tentait désespérément de la fermer et de laisser Félix dehors. Enervé, Félix tira sur la porte et l’ouvrit en grand. Alex avait beau faire dix centimètres de plus que Félix il était maigrelet et avait beaucoup moins de force.)
Félix : Je t’en pris, on a absolument besoin de toi et de tes talents ! Tu ne crains pas grand-chose on sera là pour te protéger mes sœurs, mes amis et moi, n’ais pas peur.
Alex : C’est ça, des gamins comme gardes du corps non merci ! Et puis vu comment tu as perdu à la ligue pokémon je ne sais pas si je peux vraiment faire confiance en tes capacités de dresseurs.
Félix : (vexé et encore plus en colère) Eh oh ! T’es bouché ou quoi ? Les rockets ont plusieurs fois tenté de nous tuer moi et ma sœur et je suis toujours là ! Et je te rassures que ma sœur va très bien elle aussi, elle est à Lavanville. Tu vois bien qu’on est pas si nuls que ça. Et puis au cas où tu ne le saurais pas on a sauvé la vie de ton oncle il n’y a pas si longtemps et celle de ton cousin également il y a deux ans, tu ne le considères pas comme ton propre frère ?
Alex : (il semblait hésiter) Dis tu sais que c’est Noël ? C’est vraiment pas sympa ce que tu m’fais là…
Félix : Justement, des gens passent Noël enfermés dans la tour radio, prisonniers des Rockets ! Tu n’as pas l’impression que ce serait la moindre des choses que de nous aider à sauver ces pauvres gens ? Larry lui le ferait !
(Alex regarda Félix fixement. Il avait le regard inquiet mais aussi réprobateur, il n’avait pas du tout envie d’aller se mêler aux affaires de la Team Rocket mais ce que Félix lui disait sur son cousin était la pure vérité et ça le dérangeait d’entendre tout cela à voix haute. Alex soupira puis tourna les talons sans fermer la porte.)
Alex : Très bien, d’accord. Je ramasse mes affaires et je viens. Mais je te préviens : c’est le premier et dernier service de ce genre que je vous rends à toi et à ta sœur. Et t’as de la chance que mes parents soient absents sinon ils ne m’auraient jamais laissé partir !
(Félix, agréablement surpris d’avoir réussi à le convaincre, rentra dans la maison et ferma la porte. Il suivit Alex à l’étage comme un wattouat qui suit son gardien de troupeau puis s’arrêta devant la porte de la chambre d’Alex. Il sembla se réveiller : pas besoin de le surveiller comme ça il n’allait pas s’enfuir de sa propre maison, il paraissait vraiment résigné à le suivre jusqu’à Lavanville.)
Alex : Tu peux entrer tu sais, il me faudra bien un quart d’heure pour tout préparer.
Félix : Euh ok, mais steu’plaît je sais que tu n’es pas concerné mais le temps presse.
Alex : (agacé) Oui oui c’est bon j’ai compris !
(Félix ne releva pas, même si Alex n’avait pas été particulièrement aimable. Il regarda chaque recoin de la chambre sans bouger le reste du corps. Tout était bleu dans sa chambre, ça lui rappelait un peu la chambre de sa sœur mais le décor faisait beaucoup moins fillette. Félix n’avait jamais vu un ordinateur aussi gros et l’écran plat était incroyablement propre, on l’aurait cru à peine sorti de son emballage. La chambre elle-même était très propre mais assez bordélique : il n’y avait pas un grain de poussière mais il y avait des vêtements, des outils et des gadgets partout. Même la table de l’ordinateur était recouverte entièrement, principalement d’accessoires multimédia, il y avait des prises et des rallonges électriques partout. La seule parcelle de la chambre qui était encore libre était un bureau lisse et brillant encadré par deux bibliothèques pleines à craquer de livres de sciences et d’informatique. En continuant son tour d’horizon Félix tomba sur trois pokéballs recroquevillées sur une étagère. Alex passa devant et rangea les trois balls dans sa poche. Félix détourna les yeux et regarda les murs parsemés de posters et de photos. Un morceau de papier situé entre le tableau périodique des éléments et le croquis anatomique d’un pikachu attira son attention, il s’agissait d’un certificat ou d’une sorte de diplôme dont le titre affichait :
« Prix du Meilleur génie en herbes, KANTO». Dans les commentaires plus petits Félix distingua un « Félicitations à Alex Koffman. » et dans un réflexe Félix regarda la date : le diplôme avait deux ans.)
Félix : (dans un murmure étonné) Celui qui a battu Ciléo… C’est lui.
Alex : Tu as dit quelque chose ?
Félix : Hein ? Ah non, rien, je regardais ton… Ton diplôme sur le mur. Le prix du meilleur génie en herbes c’est… Impressionnant.
Alex : (dans un soupir) Peut être… Bon je suis prêt, tu vois j’ai fait vite.
Félix : Parfait on y va alors.
(Félix hâta le pas pour retourner au square où l’attendait Roucarnage mais Alex traînait les pieds. Le message qu’il avait laissé à ses parents ressemblait presque au message d’adieu d’un condamné à mort ou d’un suicidé mais Félix ne fit aucune remarque là-dessus. Lorsqu’ils arrivèrent auprès du pokémon vol Alex fit une grimace.)
Alex : On… On ne va quand même pas aller jusqu’à Lavanville sur le dos de…
Félix : Désolé j’avais plus d’essence dans mon jet privé.
Alex : (lugubre) Ah. Ah… Très drôle vraiment.
Félix : S’il te plaît grimpes, on est pressé.
(Il tendit la main à Alex pour l’inciter à monter à son tour sur le pokémon et Alex s’en saisit avec répulsion et un grand stress. Le pokémon s’envola aussitôt et Alex poussa un cri suraigu de surprise et de peur, il s’accrochait tellement fort au pull de Félix qu’il était sur le point de le déchirer. Alors qu’ils survolaient la ville, Félix entendit des gémissements dans son dos, il sentit les doigts d’Alex s’enfoncer dans ses flancs.)
Félix : Mais qu’est ce que t’as ?
Alex : (en tremblant comme une feuille) Je, j’ai… J’ai le vertige. Je... Je crois que je vais vomir.
Félix : (dans un murmure) Oh c’est pas vrai…
(Alex s’agrippait à Félix comme un kokiyas à la queue d’un ramoloss, le jeune Léon se demanda même s’il ne l’étoufferait pas avant d’arriver à Lavanville. « Quelle idée j’ai eu d’aller chercher cet hurluberlu ! Ciléo aurait mieux fait l’affaire, même s’il fallait aller le chercher beaucoup plus loin ! » pensait-il très fort.)
Félix : Retiens toi ! Le vol ne sera pas très long.
Alex : On... On pourrait pas s'arrêter un peu quand même ?
Félix : (agacé) Plus tard ! Essayes de tenir ! Oh bon sang...
Alex : (il parlait tout seul) Larry je te hais...
(Félix eut l’impression que le voyage fut encore plus rapide qu’à l’allée, il parut au contraire interminable aux yeux d’Alex qui avait le visage complètement verdâtre depuis un bon moment. En réalité et aucun n’en su jamais rien, Roucarnage avait effectivement volé plus vite qu’à son habitude car il était très mal à l’aise avec Alex sur son dos qui convulsait de peur et serrait aussi fort les jambes sur le pokémon qu’il étreignait le thorax de Félix de peur de tomber.)
Alex : Enfin ! La terre ferme !
(Alex se jeta part terre aussitôt Roucarnage atterrit. Félix le regarda bizarrement avant de s’approcher pour vérifier qu’il allait bien. Alex, allongé à plat ventre sur le sol poussa un soupir de soulagement et se retourna sur le dos, ses yeux se posèrent alors sur l’enseigne au dessus de sa tête, il était écrit : « Pour l’éternité. Pompes funèbres de Lavanville ». Alex se releva brusquement et tourna la tête de l’autre côté et il aperçut la maison mortuaire. Il grimaça et eut la chair de gallifeu.)
Alex : C’est quoi ce décor de film d’horreur ?
Félix : Tu n’es jamais venu à Lavanville ?
Alex : (il se releva, peu rassuré) Non. Je croyais que c’était plus gai depuis la destruction de la Tour Pokémon…
Félix : (il rappela roucarnage et se rapprocha de la maison de Fugi) Dépêches toi de rentrer à l’intérieur, même de nuit les rockets pourraient nous voir.
(Encore une fois Alex poussa un petit cri aigu et se dépêcha de rejoindre Félix qui ouvrait la porte de chez Fugi. Félix était à peine entrer dans la pièce qu’Aline se jeta sur lui.)
Aline : Félix enfin !
(Elle manqua de l’étrangler mais Félix ne s’en rendit même pas compte, il avait toujours le souffle coupé à cause d’Alex qui l’avait serré avec des bras changés en pinces de scarabrute. Alex la dévisagea tandis qu’elle étreignait son frère.)
Alex : (en marmonnant) En voilà une qui n’a pas changé…
(Il détourna le regard et vit huit autres personnes dans la pièce : un vieillard malade, une fillette en jupe d’écolière, un petit garçon aux cheveux blancs à l’air maladif, un autre avec une casquette de gamin et encore un autre roux avec un air aussi aimable qu’une porte de prison, un grand blond avec un air idiot, un fils à papa avec un pull hors de prix et pour finir une jeune femme blonde aux yeux rougis et gonflés.)
Alex : (il grimaça) C’est avec « ça » que tu veux chasser les rockets de la ville ?
Kévin : (les bras croisés, il toisa Alex du regard) C’est avec « ça » qu’on va régler les problèmes de la tour radio ?
Florine : (elle donna un violent coup de coude à son ancien camarade de classe) Ca suffit Kévin, il vient à peine d’arriver.
Greg : Désolé de te décevoir, Alex c’est ça ? Mais il ne reste que nous comme combattants dans cette ville.
Alex : Bah ça promet.
Greg : Je ne te le fais pas dire. Vous avez vu ? Il est de mon avis.
Sylvain/Florine/Seb : (tous à l’unisson) La ferme Grégoire.
Félix : C’est bon Aline, tu peux me lâcher maintenant. Tiens je te rends ton roucarnage.
Aline : Merci.
(Félix se retourna pour regarder ses « troupes » qui se disputaient déjà apparemment quand ses yeux se posèrent sur un visage familier mais inattendu, son cœur fit un bond impressionnant dans sa poitrine.)
Félix : (il cligna des yeux, très surpris) Ja… Janynce ?
Janynce : (avec un sourire sans joie) Bonjour Félix.
Félix : Mais que fais tu ici ?!?
Janynce : Remus m’a appelé hier. Il m’a dit de venir parce que Natacha était en danger, je suis venue ici en catastrophe mais apparemment... Je n'ai pas été assez rapide.
Félix : Alors Natacha… C’est bien ta meilleure amie c’est ça ?
(Janynce hocha la tête, elle avait les larmes aux yeux.)
Félix : Je m’en doutais…
Janynce : (elle éclata en sanglots) Monsieur Fugi m'a dit que Rémus a été enlevé lui aussi ! C’est horrible !
(Elle avait enfui son visage dans ses mains. Félix avait la gorge nouée, il n’avait jamais vu Janynce pleurer comme ça, elle lui paraissait si fragile, si délicate, presque encore plus belle qu’à l’ordinaire. Il avait très envie de se rapprocher et de la prendre dans ses bras mais il hésitait terriblement, il y avait tellement de monde autour d’eux, ces deux sœurs pour commencer. Et puis que penserait Janynce ? Il se sentait rougir mais ne tenait plus, il s’approcha doucement d’elle et tendit les bras lorsqu’il aperçut deux bras arriver face à lui et prendre délicatement Janynce par les épaules. Le geste était doux mais également poli et parfaitement contrôlé pour paraître chaleureux mais pas familier. Avec beaucoup de tendresse Grégoire s’adressa à Janynce.)
Greg : Il ne faut pas pleurer comme ça mademoiselle… Nous sommes venus exprès pour les délivrer. C’est Natacha elle-même qui nous a téléphoné ce matin, elle avait peur mais elle allait bien lorsqu’elle nous appelé. Séchez vos larmes, elles ne changeront rien à la situation, ce qu’il faut maintenant c’est du courage.
(Félix regarda Grégoire avec un air de « Qu’est-ce-qu’y veut c’lui là ? ». Janynce sortit son visage de ses mains et se tourna pour voir qui lui avait parlé aussi gentiment. Elle posa les yeux sur le visage divin de Grégoire, elle qui avait les yeux de la même couleur que le ciel se perdit dans l’océan des iris de Greg. Le jeune Richemont lui souriait avec confiance pour essayer de la rassurer mais au moment où elle le regardait il n’y avait même plus besoin de la rassurer car toutes ses pensées étaient figées sur le visage angélique de Greg et sur ses paroles douces.)
Greg : (qui avait remarqué l’air perdu de Janynce) Euh… Vous allez bien mademoiselle ?
Janynce : (hésitante) Oui… Oui ça va…
Florine : Mais quel baratineur celui là. Du « courage » et puis quoi encore : il ne voulait pas venir ce matin !
Seb : Chut Florine, il essaye de la rassurer, ne casse pas son effet. Janynce a l’air assez stressée comme ça…
(Florine voulut répliquer mais Félix la devança).
Félix : La rassurer ? La draguer oui !
(Florine et Seb se retournèrent vers lui, étonnés, presque autant qu’Aline qui n’avait jamais entendu son frère prendre un ton aussi mauvais pour parler.)
Félix : Bon aller on ne va pas rester là à bavarder comme des pijako sinon les rockets n’auront bientôt plus besoin des employés de la Tour Radio !
(Il se dirigea d’un pas raide vers la sortie de la maison de Fugi et Janynce se précipita vers lui, plantant Greg sur place comme un simularbre trop âgé.)
Janynce : Quoi ? Qu’est ce que tu veux dire par « plus besoin » ?!?
Félix : Du calme Janynce, aller on y va tous. Alex ne traînes pas !
Alex : Mais… Mais il fait nuit !
Félix : Justement, c’est parfait !
(Le cousin de Larry avait l’air toujours aussi inquiet qu’à son départ de Safrania. Il regardait Félix d’un œil mauvais, il avait l’impression d’être un tauros qu’on emmène à l’abattoir et en regardant les dresseurs qui l’entouraient, surtout le m'as-tu-vu brun et la rouquine survoltée, il ne se sentait pas du tout rassuré. On lui avait dit que Janynce était la nouvelle championne d’Oliville mais en la voyant pleurnicher il n’était pas convaincu de sa puissance en combat pokémon. Félix lui avait l’air satisfait, Janynce avait cessé de regarder Grégoire et le suivait comme une ombre, certaine que Félix allait libérer Natacha. L’insouciance semblait désormais être le sentiment dominant de la petite troupe mais les inquiétudes d’Alex étaient peut être plus proches de la réalité de la situation…)

A suivre…
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 | Retour | Haut de page ]