Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Tablature d'une œuvre

Voici la liste des chapitres d'une œuvre, ainsi que les informations qui y sont liées.
Pour visionner un chapitre, cliquez sur son titre.



Écrit par El Ghetto

AngiMembre en Mutation
[Utilisateur déconnecté]

Envoyer un message privé
Nom de l'œuvre : Mille et une façons de mourir

Cette œuvre est en cours de rédaction.

Œuvre lue 5414 fois.

Date de publication : le 11/3/2009 à 13:48

Dernière édition : le 11/3/2009 à 14:08

Catégorie : Générale




Commentaire de l'auteur :
Cette fic regroupe plusieurs petites histoires indépendantes de quelques lignes.

Ces histoires mettent en scène la mort sous toutes ses formes, de l'assassinat à l'accident.

Âmes très sensibles, s'abstenir. Sachez tout de même que ce n'est pas un genre d'histoires sanglantes.
Bonne lecture. ;P

Note : 15/20

Noteur : Tracy

Commentaire du noteur :

Une fanfic à ne pas lire lorsque l’on est dépressif…

Malgré l’aspect sordide que peut revêtir cette oeuvre, il faut reconnaître que son concept est très original.
Les histoires sont vraiment courtes et de fait se lisent très vite, mais il y’a toujours un « blanc » dans la lecture à la fin de chaque chapitre. Un blanc provoqué par la mort du protagoniste : on est obligé de s’arrêter un peu avant d’aller vers la prochaine histoire.

Les commentaires de l’auteur sont décalés ; il y’a une aura d’indifférence qui se dégage de l’écriture de ces morts et, à mon sens, l’absence d’hémoglobine en est la parfaite illustration. Aucune mort n’est propre et pourtant, ces histoires et le style de rédaction sont d’une limpidité et d’une simplicité éblouissantes, presque effrayantes. A bien y réfléchir, cette fic a un petit côté timburtonesque.

Certaines histoires sont plus émouvantes ou drôles que d’autres, plus réussies en fait (la différence est flagrante entre les deux premières et les quatre dernières). Celle qui m’a le plus marquée est celle nommée « le clown triste », à la fois amusante, ignoble et touchante.

Il est très difficile de noter une œuvre comme celle là.
Mon principal regret c’est de ne pas avoir lu plus d’histoires : six chapitres pour un titre qui contient le nombre 1001 c’est un peu du foutage de gueule ! Au-delà de cela, on peut bien sûr reprocher les quelques fautes d’orthographe, qui pour la plupart semblent être des fautes de frappe ou d’inattention… Mais au final, l’originalité de cette œuvre est incontestable, et la fluidité de l’écriture ne peut que la valoriser.