Pokémon France > Jeux > Génération DS > Pokémon Dash > Test du jeu



Les jeux de course sur console portable, jusqu'alors, se résumaient à des Karts sur lesquels plombiers, dragons et champignons s'affrontaient en s'envoyant des carapaces multicolores... jusqu'au jour où des développeurs ont eu la brillante idée de créer un jeu de course avec ... des Pokémon !
Résultat ? Pokémon Dash, un jeu-OVNI qui, finalement, est à l'image de la console qui le porte : une perle d'innovation et de fun.
Arrivera-t-il malgré tout à convaincre les plus exigents ?




La course à l'état pur

Pikachu a tout intérêt à aller faire un petit tour à la salle de sport : il va devoir courir.
Pokémon Dash est un jeu de course qui n'en est pas vraiment un : armé de votre stylet et de votre Nintendo DS, vous allez devoir frotter le dos de Pikachu afin qu'il avance le plus rapidement possible vers la ligne d'arrivée, en traversant des points de contrôle dans l'ordre, par tous les moyens imaginables.

Pokémon Dash n'est pas un titre simple, bien au contraire ! Il est nécessaire de s'adapter au maniement du stylet : il va falloir frotter l'écran de sa DS pendant tout le long de la course, et c'est uniquement par ce moyen que vous pourrez jouer à Pokémon Dash.
Les plus sceptiques d'entre-vous diront : "mais alors, si l'on tapotte violemment sur l'écran de sa DS pendant des heures, il va finir par se rayer ?!" ... figurez vous que NON, l'écran de la Nintendo DS est un des plus solides jamais conçus. Les autres ne devront tout de même pas balancer leur Nintendo DS par la fenêtre si, lors des premières courses, ils ont du mal à arriver premier (et c'est normal) : elle ne tiendrait pas le coup. ;)

Un mix entre action, RPG et course ...

Les mondes de Dash sont gigantesques : le jeu se divise en 3 coupes (Facile, Difficile, Expert), et 5 mondes, qui eux même se divisent en 5 tracés. Au final, il y a 25 tracés à apprendre par coeur dans Pokémon Dash, si vous avez la volonté d'arriver premier.
Le premier mode est facile : la console vous guide vers les points et les adversaires sont simples à battre... mais dès lors que l'on attaque le mode difficile, les adversaires commencent à être coriaces, pour l'être encore plus dans le mode expert, qui lui-même ne vous guide plus vers aucun point. Vous allez devoir donc retenir chacun des tracés par coeur ... et ce n'est pas ce qu'il y a de plus facile !

Reste que Pokémon Dash présente des innovations, à commencer par les mongolfières Pokémon. Apparus avec la série TV (la fâmeuse mongolfière Miaouss, que l'on retrouve dans Pokémon Dash), ces énormes ballons aideront nos amis les Pokémon à atteindre des hauteurs vertigineuses, pour les aider à repérer le prochain point vers lequel votre Pokémon doit aller. Chacun des mondes fait plusieurs hectares, et il n'est pas rare de devoir atteindre un point se trouvant dans une petite île isolée de tout. C'est comme si les développeurs avaient modélisé 5 fois Hoenn, une fois par monde : gigantesque.

En sautant de ces mongolfières, deux petits ballons de baudruche seront attachés à votre Pikachu (servant de Parachute), et si vous souhtaitez le faire accélérer dans sa chute, vous pouvez les percer (un, ou les deux) ... mais attention, pas n'importe où ! Si vous les percez et que vous tombez sur du béton, alors vous serez assomés pendant quelques secondes (il faudra frotter énergiquement l'écran pour réanimer le Pikachu). Vous ne pouvez pas non plus vous poser n'importe où : dans les forêts, la mer ou les marécages (voire la lave), votre Pikachu sera condamné à refaire son saut, perdant ainsi de précieuses secondes.

Des terrains, parlons en. Il y en a des dizaines : herbes, forêts, sable, mers, marécages, béton, neige, glace, lave, rocailles, etc.
Chacun de ces terrains a ses spécificités propres, réagit plus ou moins face à une chute trop rapide d'un Pokémon, et chaque Pokémon peut récupérer un Booster pour accélérer sa vitesse sur ce terrain. Ce booster est souvent nécessaire, comme par exemple sur les marécages : impossible de les traverser plus de 10 secondes, sinon votre Pokémon s'enfonce.
Il est parfois aussi nécessaire de se servir d'autres Pokémon (qui ne participent pas à la course), comme par exemple Lokhlass, qui vous aidera à traverser rapidement les mers.

C'est de là que vient tout le fun de Pokémon Dash : comme dans le RPG GameBoy, il faut apprendre les types de terrains, comment votre Pokémon réagit, apprendre par coeur les tracés, et battre ses records.

"Pika, Pika !"

Le plus grand reproche que l'on peut faire à Pokémon Dash, c'est Pikachu. Ils sont adorables les développeurs de chez Ambrella, mais l'on aurait aimé contrôler d'AUTRES Pokémon que Pikachu, comme par exemple l'adorable Goinfrex, tout nouveau Pokémon qui fait sa première apparition dans ce jeu, ou encore Brasegali, une bête de course qu'on ne côtoie (en tant qu'adversaire) que dans le mode expert. Rien de tout cela, Pokémon Dash se contente de Pikachu qui n'aura qu'un mot en bouche : "Pika". C'est mignon au début, mais énervant au bout de 10 minutes. Notre patience a des limites.

C'est comme si dans Mario Kart, on ne pouvait contrôler que Mario (qui crie sans arrêt "Mamamiaa"), et pas Toad ou Bowser, par exemple. Frustrant au possible !

Quand les points forts deviennent insuffisants ...

Battre les records fait aussi partie des autres modes de jeu de Pokémon Dash ...
Par exemple, le traditionnel Time Attack (Contre-la-montre), qui vous demandera beaucoup de dextérité si vous souhaitez atteindre l'or pour chaque tracé.

Le multijoueur offre un monde supplémentaire, le "monde VS". On regrettera par contre la nécessité de posséder autant de cartouches qu'il y a de joueurs pour pouvoir s'adonner à Pokémon Dash à plusieurs.
Notez tout de même que chacun des joueurs bénéficie d'un Pikachu qui lui est propre pour la course, mais c'est tout. L'avantage du WiFi est quand même à ne pas négliger : adieu les câbles, maintenant vous pouvez jouer à plusieurs sans fil !

Vous pourrez même augmenter considérablement le nombre de courses de Pokémon Dash à 390, puisque les développeurs ont décidé d'exploiter le port cartouche GBA de la Nintendo DS pour importer les Pokémon de vos versions Rubis, Saphir, Rouge-Feu, Vert-Feuille ou Emeraude, et pouvoir courir dessus.
Très vite, cette fonction relève du gadget. La Nintendo DS dévoile déjà ses premiers secrets puisqu'il est possible d'obtenir la course Goinfrex, mais cette dernière doit être distribuée par Nintendo. Nul doûte que d'autres Pokémon mystère (encore non dévoilés à l'heure où j'écris ces lignes) sont cachés dans Pokémon Dash. Peut-être que l'on ne le saura jamais.

La controverse autour des graphismes

Techniquement, c'est acceptable. Les graphismes ne volent pas haut, mais l'animation est superbe. Nintendo DS oblige, vous ne verrez jamais l'animation de Pokémon Dash tomber en dessous de 60 images par seconde : une révolution.

L'animation est donc ultra-fluide et le Pikachu obéit au doigt et à l'oeil (et surtout au stylet) sans broncher. Très vite, on commence à ne plus s'intéresser aux graphismes, ce que l'on demande, c'est que ça aille vite, et Pokémon Dash retranscrit parfaitement cette impression de vitesse !

Certains éléments sont en véritable 3D, comme le Pikachu de l'écran d'accueil que l'on peut déformer à volonté.

Quant au son, en dehors du thème principal du jeu, que l'on retient et apprécie très vite, les musiques sont agaçantes et les "Pika-Pika" à longueur de jeu vous donneront envie de couper tout simplement le son. Vraiment dommage.

Au final, Pokémon Dash se présente comme un titre honnête, qui ne parviendra pas à convaincre les fans de Mario Kart, mais ravira hautement les amateurs d'innovations et initiera quelque peu les fans de RPG aux jeux de course ... à pied.
Les amateurs de nouvelles sensations et de nouvelles façons de jouer seront aux anges... les autres attendront Mario Kart 64 DS, ou Pokémon Diamant et Perle qui ne sortira pas avant Novembre 2005 au Japon.




Technique
Graphiquement, cela ne décolle pas (même si l'animation est fulgurante), et les musiques n'accrochent pas vraiment. Malgré tout, on appréciera le fait que la DS obéit au doigt et à l'oeil.
2/5
Jouabilité
Rapide, fun, innovant : il n'y a rien à redire, Pokémon Dash est une perle de jouabilité. Petit reproche, les développeurs auraient dû ajouter d'autres vues que celle du dessus.
4/5
Intérêt
Le fan ne trouvera pas son bonheur parfait et verra plus là qu'un produit destiné à lancer la Nintendo DS. On appréciera quand même la présence de Goinfrex et l'effort fait pour traduire son nom avant la sortie de Pokémon Diamant et Perle.
3/5
Profondeur
La grandeur des mondes est vertigineuse, mais le jeu n'apporte rien d'autre que les fonctions basiques d'un jeu de course (Coupe et Time Attack). Le jeu apporte tout de même son lot d'innovations avec la possibilité d'importer des Pokémon de ses jeux GameBoy Advance.
3/5
 
Note finale
Finalement, Pokémon Dash est un titre qui n'est pas indispensable, qui présente de nombreux défauts mais aussi de nombreuses qualités. Il ne fera pas l'unanimité, mais saura pourtant ravir les amateurs d'innovation.
Les capacités de la Nintendo DS sont encore à exploiter. Espérons que de meilleurs titres Pokémon arriveront sur cette console génialissime.
12/20
Honnête


Console: Nintendo DS
Editeur: The Pokémon Company, Ambrella
Licencié par Nintendo
Difficulté: Difficile
Genre: Course
Nb. de Pokémon: 387 visibles, quelques uns sûrement cachés ...
Année de sortie: - 2 Décembre 2004 (Japon)
- 11 Mars 2005 (Europe)
- 14 Mars 2005 (USA)