Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 1
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou l'on apprend qui est Yann
Écrit par Izual Chapitre publié le : 5/8/2006 à 00:53
Œuvre lue 124336 fois Dernière édition le : 5/8/2006 à 00:53
??? : Allez, viens, on va s'amuser !
??? : Je rectifie, Laurent, TU vas t'amuser, nuance.
Laurent : Mais dis pas ça, je suis sur que tu vas te marrer aussi ! Et pis qui sait, tu finiras bien par te trouver une copine, tu crois pas ?
??? : Non.
Laurent : Allez, Yann, fais pas l'idiot, viens !
Yann : ...
Laurent : Allez ! Et j'te paie autant de verres que tu veux !
Yann : ...Bon, d'accord, mais pas d'alcool pour moi.
Laurent : Hein ? Mais...
Yann : Tu veux que je te rappelle ce qui est arrivé la dernière fois que tu as essayé de me faire avaler ma première goutte d'alcool ?
Laurent : ...Non merci... Bon, tu te changes ?
Yann : Chuis très bien comme ça.
Laurent : C'est pas en te ramenant en soirée en jeans et en t-shirt que tu vas rameuter les meufs, mais bon, si c'est ton style,...
Yann : Allez, lève-toi et marche.

La porte fermée, Yann et Laurent sortirent de chez lui. Il était pratiquement impossible à deviner que ces deux-la étaient copains comme cochons, car que ce soit de caractère ou d'apparence, ils ne se ressemblaient pas du tout. D'un côté, Yann avait les cheveux courts, d'un brun virant au noir. Son regard, de couleur identique à ses cheveux, semblait à chaque fois percer sa cible et voir jusqu'au plus profond de son être, et son sourire... Bah, il ne souriait jamais. A croire qu'il était lassé de la vie. Mais qui ne le serait pas après avoir subi autant d'épreuves que lui sur vingt ans de vie ? Les décès, devant ses yeux, de sa première petite amie, puis de sa mère, l'abandon par son père et son frère, la réclusion dans un petit appart d'une pièce avec pour seuls agréments une télévision, un ordinateur et des livres, a peine suffisamment d'argent pour se nourrir et satisfaire a ses besoins chaque mois, et peu de visites. En clair, tout l'opposé de Laurent, fringant blondinet de 19 ans, au regard bleuté et au sourire facile... Trop facile, même. Sa vie a lui avait été jonchée de facilités, ses parents s'étant hissés dans les sommets de leurs carrières respectives, permettant ainsi a leur enfant de disposer d'une fortune colossale, fortune dont l'enfant se servait pour deux personnes. Lui et Yann. Car malgré son comportement, Laurent a un coeur en or, et se refuse a voir ceux qu'il considère comme ses amis souffrir d'un quelconque manque. C'est ainsi que non seulement il aide Yann a s'en sortir au niveau des besoins élémentaires, mais il s'arrange aussi pour combler ses besoins de se changer les idées, quelques soient ses méthodes, et même si elles ne semblent pas toujours marcher.

Ils continuèrent leur chemin jusqu'a la boite de nuit située non loin de chez Yann. A l'entrée,...

Laurent : Wow, y a du monde, visiblement !
Yann : Trop de monde.
Laurent : Tu trouves ? Moi je trouve que c'est quand il y a autant de monde qu'on s'amuse le plus !
Yann : C'est aussi quand il y a autant de monde que tu te fais écraser comme une sardine, que tu te fais bousculer et asperger par diverses substances illicites le plus souvent.
Laurent : Rooh, arrête de voir le mauvais côté des choses, veux-tu !
Yann : Trop tard. Je suis comme ça et on n'y peut rien.
Laurent : Bon, je te paie un verre ?
Yann : J'ai changé d'avis. Je rentre.
Laurent : Je sais pas pourquoi, mais j'étais sur que tu me ferais un coup pareil. On se voit demain à l'école alors ?
Yann : Ouais, t'en fais pas pour ça. A demain, alors.
Laurent : Et tâche de décrocher ta bonne humeur des tréfonds de ton crâne la prochaine fois !
Yann : Tu me demandes l'impossible, la.
Laurent : Hummm... Bon, salut !
Yann : Salut.

Yann fit demi-tour et repartit en direction de chez lui. En chemin, il s'arrêta un instant sur le pont qui séparait les deux parties de la ville, et s'assit sur le rebord, contemplant l'eau qui coulait sous ses pieds, quelques mètres plus bas.

Yann : ...
??? : Belle nuit, n'est-ce pas ?
Yann : Oui.
??? : Et tu comptes faire quoi pendant cette nuit ?
Yann : Je ne sais pas. Rentrer chez moi et me replonger dans mes rêves, peut-être...
??? : Tes rêves ?
Yann : Ouais...

Une ombre, que Yann n'avait pas aperçue avant, vint s'appuyer sur le rebord sur lequel il était assis.

??? : Ca t'arrive de faire des rêves prémonitoires ?
Yann : Des fois, mais... Pourquoi tu me demandes ça ? Et puis d'abord,... On se connaît ?
??? : Si je te disais qui j'étais, tu ne me croirais pas. Et celui qui ne croit rien ne peut rien comprendre.
Yann : Alors quand serai-je en mesure de comprendre ?
??? : Quand tu auras déployé tes ailes.
Yann : Mes ailes ? De quoi parles-tu ?
??? : De toi.
Yann : ...
??? : Enfin bref. Je n'ai plus de temps à te consacrer pour le moment. Si tu as envie d'éclaircissements, sois dans une demi-heure au bar du Red Fang.
Yann : J'en viens, un de mes amis s'y trouve encore.
??? : C'est dommage, un tel lieu de débauche...
Yann : Si tu trouves qu'il s'agit d'un lieu de débauche, pourquoi t'y rends-tu ?
??? : Parce qu'il s'agit d'un lieu de débauche, tout simplement.
Yann : ...
??? : Sur ce, au revoir, jeune Yann.

L'ombre s'en alla, laissant Yann réfléchir quelques instants.

Yann : ...Il est bizarre, lui... A me dire que je ne peux pas comprendre qui il est, à me dire d'attendre de déployer mes ailes, ou à aller dans un lieu qui le répugne parce qu'il s'agit justement d'un lieu de débauche... Eh, une seconde... Comment y connaît mon nom, lui ?

Un quart d'heure plus tard, le téléphone de Yann vibra, l'avertissant d'un nouveau message.

Yann : Voyons voir ça... "Reviens vite, y a un fou furieux avec des ailes qui démolit tout sur son passage. Laurent." . Bon ben va falloir que j'y retourne... D'autant plus que cet inconnu m'a donné rendez-vous... Pff, je suis sur que Laurent a eu des problèmes avec un motard pour m'envoyer un message pareil...

Yann était habitué a recevoir des messages de ce genre, car c'était la manière qu'utilisait généralement Laurent pour le faire revenir, et pourtant, même en le sachant, il s'inquiétait a chaque fois. Malgré les mots qu'il venait de prononcer, il se hâta de retourner au Red Fang. A son arrivée, il nota de sinistres détails. Plusieurs personnes étaient couchées par terre, gisant dans leur propre sang. Les vitres avaient explosé vers l'extérieur, et les murs étaient couverts de fissures. En avançant prudemment, il entendit des voix.

??? : Lâchez-moi ! Je vous en prie !
??? : Allons, allons, jeune Laurent. Je ne vais pas faire avec vous comme j'ai fait avec les autres. D'autant plus que vous m'êtes indispensable pour que je récupère mon dû.
Laurent : Votre dû ? De quoi vous parlez ?
??? : L'être ailé doit venir a moi pour déployer ses ailes et... Oh, mais te voilà, jeune Yann !

Yann, voyant Laurent blessé et en piteux état, était entré, le regard visiblement meurtrier envers l'étrange personne qui tenait Laurent par la gorge, le tenant en suspension dans l'air, et qui le reposa a l'arrivée de son ami.

??? : Tiens, tu es finalement venu.
Yann : Vous... C'était vous avec qui j'ai discuté tout a l'heure !
??? : Quelle perspicacité ! Allez, jeune Laurent, je ne tiens pas a te blesser davantage, alors pars, s'il te plait. Cela est une histoire entre Yann et moi.
Laurent : ...Yann... C'est quoi cette histoire ?
Yann : Laisse-nous et dégage. Je t'expliquerai tout plus tard.

Laurent commença à sortir.

Laurent : Ouais ben j'espère que ce "plus tard" viendra tôt, parce que j'en ai attendu des "plus tard" de ta part !
Yann : T'en fais pas. Dégage maintenant.

Laurent ne demanda pas son reste et partit en courant, laissant l'inconnu avec Yann.

Yann : Bon, maintenant... Que me voulez-vous ?
??? : Je veux que tu atteignes les cieux.
Yann : Pardon ?
??? : ...Et je vais t'aider a cela.
Yann : ...?

L'inconnu retira sa veste, se trouvant torse nu face à Yann. C'est alors que deux paires d'ailes, une noire surmontant une blanche, poussèrent de son dos, avant de battre lentement dans l'air. Pétrifié de surprise, Yann ne recula pas lorsque l'inconnu ailé s'approcha, puis posa le doigt sur son front.

??? : Oublie tout, maintenant. Je me charge du reste.

Et les yeux de Yann se fermèrent.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]