Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou l'on voit comment une baston peut finir étrangemen
Écrit par Izual Chapitre publié le : 5/8/2006 à 00:54
Œuvre lue 126037 fois Dernière édition le : 5/8/2006 à 00:54
Les deux premières heures de cours se passèrent calmement, comme à l'habitude. Yann, malgré ses problèmes personnels, arrivait a s'en sortir en cours, et arrivait même a donner des coups de mains a Marine, qui galérait aussi bien en maths qu'en français. Quant a Laurent, aussi surprenant que cela puisse paraître au vu du temps qu'il passe pour des frivolités, il se baladait littéralement dans toutes les matières, et cela lui donnait un moyen supplémentaire d'aider Yann et Marine, comme il aimait à le dire. La cloche sonna, annonçant la récréation.

Ron : Allez, venez, les minables, on sort. J'ai à faire.
Marine : Quoi, encore ? Racketter ou voler ? A moins que ce ne soie pour passer a tabac un élève, comme il y a deux semaines.
Ron : Ca te dérange ?
Marine : Oui, ça me dérange.

Marine se leva de sa place, visiblement remontée, tandis que Ron fit signe a ses "amis" de partir devant.

Marine : Tu te rends pas compte comme c'est dur, pour ceux que tu tabasses ou a qui tu prends de l'argent ou des affaires ? Tu trouves cela amusant sans doute !
Ron : Pour être franc, oui, ca m'amuse. Y a rien de tel que de voir en face de toi un gamin pétrifié par la peur, une tête brûlée qui baisse la tête devant toi ou un pseudo-rebelle en sang suite a tes coups.
Marine : Et tu crois que tu iras loin dans la vie ainsi ?
Ron : Ouais. Seuls les forts subsistent. Les faibles comme toi et tes chers amis doivent s'écraser, c'est la règle.
Yann : Depuis quand telle règle existe-t-elle ?
Ron : Depuis que je l'ai édifiée, c'est-a-dire maintenant. Ah, au fait, étant donné que vous venez de me faire perdre les 10 euros qu'un gosse devait me refiler, ça fera 20 euros chacun.
Marine : Hein ? Mais...
Ron : Toi, la gourdasse, ferme-la et donne le fric !

Ron plongea la main dans la sacoche de Marine, pour en sortir son portefeuille. Cela se voyait à sa façon de faire qu'il avait l'habitude de ce genre de choses.

Ron : Alors, voyons voir... Hmmm, seulement 5 euros ? Bon ben je garde le portefeuille jusqu'a ce que tu me paies le reste, alors...
Marine : Non ! Rends-le moi !
Ron : Et pourquoi je ferais telle chose ?

Yann se leva à son tour.

Yann : Parce que si tu ne le fais pas immédiatement, tu n'auras pas le temps d'appeler tes copains à ta rescousse, pigé ?
Ron : Ohoo, serait-ce la une menace, Monsieur le muet ?
Yann : Non.

D'un geste de la main, tellement rapide que lui-même en fut surpris sur le coup, il arracha le portefeuille des mains de Ron, pour le tendre à Marine.

Yann : C'est une promesse, nuance.
Ron : Alors je sens que je vais devoir te clouer le bec ici et tout de suite !

Une des mains de Ron se referma, avant de partir en direction du visage de Yann, mais le temps qu'elle arrive au but, Yann s'était décalé, et ce fut dans le vent que le poing vola.

Ron : Grrr, je vais te buter, connard !

Yann recula de deux pas en arrière, gardant Marine derrière lui.

Yann : Reste derrière, compris ?
Marine : Oui... Tu vas faire quoi ?
Yann : Ce que j'avais envie de faire depuis bien longtemps !

Yann eut un sourire sur les lèvres, ce qui irrita davantage Ron.

Ron : La ferme !

Ron se rua en avant, espérant attraper un des bras de Yann, mais ce dernier l'arrêta net d'un coup de pied bien placé, qui eut pour effet de plier Ron en deux. Un coup dans la nuque acheva le tableau, faisant s'écrouler le bad boy au sol.

Marine : Eh, me dis pas que tu l'as...
Yann : Si. Laurent ?

Laurent, qui était resté en tant qu'observateur à sa place, se leva.

Laurent : T'es pas malade, toi ? C'est encore un coup à t'attirer des ennuis.
Yann : Fallait me retenir.
Laurent : Il en aurait profité. On fait quoi ?
Marine : On sort de la classe, et discrètement.
Yann : Je reste. J'ai un truc qui me gêne.
Laurent : Quoi ?
Yann : Mon dos, il me fait plutôt mal. C'est pour ça que j'ai abrégé aussi rapidement la baston.
Marine : Je peux regarder ?
Yann : Je t'en prie. Après tout, tu dois t'y connaître assez.

Marine visait des études de médecine, et connaissait les bases, ainsi que les moyens de reconnaître certaines maladies ou infections. Mais ce qu'elle vit en soulevant le t-shirt de Yann la surprit grandement : La ou se trouvaient les omoplates, la peau était fortement rouge, et la peau avait pelé sur plusieurs couches. Les muscles n'étaient que très peu protégés, de ce fait, et cela faisait souffrir Yann plus qu'il ne devait l'admettre.

Yann : Alors ?
Marine : Jamais vu ça... Viens voir, Laurent.
Laurent : Ok... Wow, comment t'as fait ton coup ?
Yann : Quel coup ?
Laurent : T'as comme la peau qui s'est creusée jusqu'aux omoplates, c'est horrible. Va voir direct l'infirmière.
Yann : ...Vaut mieux. Vous venez ?
Marine : Evidemment.

Et tous trois sortirent, laissant Ron à son triste sort. Voyant en chemin que Yann avait quelques difficultés a marcher droit et surtout a tenir debout, Laurent lui prit son sac des mains, tandis que Marine passa son bras autour des épaules du jeune homme, le soutenant, et c'est ainsi que tous trois arrivèrent a l'infirmerie.

??? : Bonjour... Un problème ?
Laurent : Ouais, madame Sharin, regardez le dos de Yann, c'est vachement entamé.
Mme Sharin : N'abuse pas, Laurent. A t'entendre, on croirait qu'il a plus de peau sur le dos.
Marine : C'est le cas. Regardez.

Pour confirmer les dires de Laurent, Marine souleva a nouveau le t-shirt. L'infirmière examina la blessure.

Mme Sharin : Ma foi, c'est a croire que tu t'es raclé les omoplates avec une râpe a fromage... Comment tu as fait ça ?
Yann : Je ne sais pas, je n'avais pas cela ce matin.
Mme Sharin : Essaie de te souvenir, parce qu'une blessure grave comme ça, c'est dangereux. Tu restes a l'infirmerie jusqu'a ce soir, puis je te ferai une ordonnance.
Marine : Vous en avez le droit ?
Mme Sharin : Je suis médecin a la base. Enfin bon. Yann, sur le chemin du retour, tu prendras les médicaments que je t'aurai prescrit, et ensuite, interdiction de bouger de chez toi jusqu'a ce que ça guérisse. Si tu tombes a court, que l'un de tes amis revienne me voir. Ai-je été claire ?
Yann : Oui. Je vais me coucher la.
Mme Sharin : D'accord, mais retire ton t-shirt avant, sinon tu ne sauras pas dormir, avec le frottement du vêtement sur ta plaie.

Sans même se tourner, Yann retira le haut, ce qui provoqua un rougissement subit chez Marine, avant d'aller se coucher sur le ventre.

Laurent : On peut rester ? Où on doit retourner en cours ?
Mme Sharin : Je comprends que vous avez envie de rester auprès de votre ami, mais vous devez suivre les cours. Par contre, vous pouvez venir manger ici pendant votre temps de midi, mais normalement c'est interdit, alors chut !
Marine : D'accord... On revient a midi alors, Yann ?

Aucune réponse, Yann s'étant endormi. Marine sourit, puis lui fit un signe d'au revoir de la main.

Laurent : Bon ben a ce midi alors !
Mme Sharin : D'accord.

Marine et Laurent sortirent, laissant Mme Sharin seule avec Yann, qui dormait a poings fermés.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]