Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 7
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou l'on apprend le passé de Yann (partie 1)
Écrit par Izual Chapitre publié le : 5/8/2006 à 00:58
Œuvre lue 126040 fois Dernière édition le : 5/8/2006 à 00:58
Yann : Tu habites ou ?
Sakuya : Là-haut. On y est bientôt.
Yann : D´accord.

Une fois arrivée a l´étage ou Sakuya habitait, celle-ci sortit ses clés d´une de ses poches. Elle se dirigea rapidement vers sa porte, qu´elle ouvrit, tout en jetant des regards suspicieux a gauche et a droite.

Yann : Tu regardes après quoi ?
Sakuya : Le voisin s´est fait agresser y a deux semaines, donc je reste sur mes gardes.
Yann : T´as bien raison.
Sakuya : …Entre, et ne fais pas attention au bordel.

Yann entra, calmement, après un bref regard sur la pièce ou il était arrivé.

Yann : C´est bien décoré.
Sakuya : Ravie que ça te plaise. C´est le résultat de deux mois de pur labeur.
Yann : Ca se voit.
Sakuya : Assieds-toi dans le divan, je vais te chercher à boire. Tu veux quoi ?
Yann : Faudrait d´abord que je sache ce que tu as pour te demander quelque chose.
Sakuya : Alors… Coca, orangeade, grenadine, menthe et alcool.
Yann : Orangeade pour moi, alors.
Sakuya : J´arrive. Mets-toi a l´aise.

Sakuya se dirigea vers la cuisine, d´un pas léger. Yann la regarda, le sourire aux lèvres, puis déposa son sac avant d´aller s´asseoir dans le divan que Sakuya lui avait indiqué. Elle ne tarda pas a revenir, deux verres d´orangeade en main. Yann sourit.

Yann : Copieuse.
Sakuya : Eh, moi aussi j´aime bien !
Yann : Je sais, j´te taquine. Fais pas attention.

Sakuya sourit à son tour, avant de s´asseoir à côté de Yann.

Yann : Au fait, encore merci pour tantôt. Si tu n´avais pas intervenu, je me serais ramassé une belle décharge.
Sakuya : Je n´allais pas les laisser s´en prendre a toi, voyons.
Yann : C´est gentil… Mais pourquoi tu fais ça pour moi, alors qu´on se connaît a peine ?
Sakuya : Tu ne me connais peut-être pas, mais moi, je me souviens parfaitement de toi.
Yann : Ah bon ?
Sakuya : Tu te souviens de quand tu étais à l´école primaire ?
Yann : Un peu, pourquoi ?
Sakuya : Quand tu étais en cinquième, tu te souviens des trois chiens qui ont débarqué dans la cour, en plein temps de midi ?
Yann : Ouais… Ils s´en étaient pris a plusieurs élèves, et alors que les profs les avaient attrapé, l´un d´entre eux s´est échappé, et a chargé une élève.
Sakuya : Oui, et tu es arrivé au dernier moment, et, sans même te préoccuper de toi, tu as plaqué le chien au sol, avant de l´écraser de tout ton poids.
Yann : Oui…
Sakuya : En fait, cette fille…
Yann : Je peux t´avouer quelque chose ?
Sakuya : Oui, vas-y.
Yann : Je savais pas qui c´était, cette fille, mais depuis la rentrée, je pouvais pas m´empêcher de la regarder… Elle occupait toutes mes pensées, sans que je comprenne pourquoi… Et quand j´ai vu le chien courir vers elle, mon sang n´a fait qu´un tour.
Sakuya : Et pourquoi ?
Yann : Avec le recul, je dirais qu´il s´agit d´un premier amour… Mais après cet événement, chaque fois que je la regardais, elle détournait le regard, ou elle s´enfuyait… Et ça m´a rendu fort triste… Alors j´ai cessé petit a petit de l´observer… Et quand j´ai quitté l´école primaire pour rentrer dans la section secondaire de la même école, j´ai entendu dire qu´elle était partie a l´étranger…

Il soupira.

Yann : J´aurais aimé pouvoir lui parler… Pouvoir lui dire mes sentiments… Même si elle devait s´en ficher complètement, même après tout ce temps… Ca m´aurait soulagé…
Sakuya : Je comprends…

--- Souvenir de Sakuya ---

Prof : Et voilà, on a les trois !
Educateur : Les élèves sont blessés ?
Prof : Plus de peur que de mal, heureusement… Oups ! Y en a un qui s´est dégagé !

Le chien me fixait, et courait vers moi. J´étais pétrifiée de peur… Mais heureusement…

??? : Attention !

…Tu as sauté dessus. Je me souviens que le chien et toi avez roulé, toi le ceinturant fermement. D´ailleurs, ça t´avait valu quelques blessures, dont une a la main qui n´a pas cicatrisé pendant des semaines… Tu l´as tenu, résistant aux coups de pattes, aux coups de dents que le chien fou te donnait. Et tout ce que tu trouvais a faire, c´était me hurler de m´éloigner, le temps que tu le maîtrises… Le prof t´a finalement rejoint, alors que le chien s´essoufflait, et l´a repris, comme si de rien n´était. Moi, je pleurais a chaudes larmes, a la fois inquiète pour toi et soulagée de voir que le chien ne t´avait pas tué.

??? : Ouch… Eh… Pleure pas, Saku…

Tu t´étais relevé, tu étais venu près de moi, et tu m´avais serré contre toi, attendant que je me calme… Ca doit être a ce moment-la que je suis tombée amoureuse, a mon tour. Toi, qui, malgré tes blessures, n´avait pas hésité a me prendre dans tes bras pour me réconforter… Toi qui avais la délicatesse et la gentillesse de penser aux autres avant toi…

Je me souviens t´avoir entendu me dire doucement « je t´aime » entre deux de mes sanglots.

Mes larmes ont finalement cessé de couler dans tes bras. Je me suis accroché à ton bras et je ne t´ai pas lâché de la journée…

Le lendemain, je n´ai pas osé te reparler.

Je t´observais, mais quand je voyais que tu me regardais aussi, je détournais le regard, troublée. Et finalement, j´ai changé d´école pour t´éviter… Mais tu me manquais trop, et je suis revenue.

Yann : Sakuya ?
Sakuya : Oui ?
Yann : Non, rien, c´est juste que tu avais l´air dans la lune.
Sakuya : Ah bon… Ce n´est pas grave, je me rappelais mon enfance…
Yann : Ah bon ?
Sakuya : Oui… Parce que j´ai passé mon enfance à regarder un garçon que j´aimais… J´en étais tombée amoureuse depuis le début du second trimestre de ma quatrième année, et un jour ou il m´a vue en train de pleurer, il m´a réconforté… Il m´avait dit qu´il m´aimait a ce moment, et j´ai passé le reste de la journée près de lui… Le lendemain, je n´ai plus osé lui parler, pensant qu´il me rabrouerait, mais je n´ai jamais cessé de l´observer, ni de l´aimer.
Yann : Et lui ?
Sakuya : Il ne l´a jamais su.
Yann : Et si tu le retrouvais, tu ferais quoi ?
Sakuya : J´attendrais d´être prête, et puis je lui en parlerais.
Yann : Plus tu attends, et plus tu prends le risque de le perdre.
Sakuya : Je sais… Mais c´est si dur…
Yann : Si tu sais que ses sentiments étaient réciproques, et vu que tu es une très jolie fille, je doute qu´il puisse te repousser…

Réalisant le compliment qu´il venait de lui faire, Yann rougit, imité par Sakuya, ce qui est compréhensible, étant donné qu´elle venait de recevoir un compliment de celui qu´elle aime. Tous deux restèrent silencieux pendant quelques secondes, puis Yann se leva.

Yann (rouge) : Bon, j´ai rendez-vous avec Laurent chez moi, donc il vaut mieux que j´y aille.
Sakuya (rouge) : D´accord. Attends, je te raccompagne jusqu'à la porte.
Yann (rouge) : D´accord…

Elle le suivit donc jusqu'à la porte de chez elle, et, après un bref signe au revoir, elle referma la porte derrière lui, avant de s´asseoir contre.

Sakuya (pense) : Je n´ai pas cessé de t´observer, et je n´ai pas envie de m´arrêter.

Depuis ce jour, tu occupes toutes mes pensées, et il en sera toujours pareil. Et tu sais pourquoi ?

Parce que je t´aime, Yann.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]