Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 38
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou la vraie forme du mal se manifeste
Écrit par Izual Chapitre publié le : 30/8/2007 à 16:52
Œuvre lue 124337 fois Dernière édition le : 30/8/2007 à 16:52
Une ombre malfaisante apparut devant Elcifur, Laurent et Gaspard, avant de prendre forme plus ou moins humaine.

Elcifur : Odibal...
Odibal : J'ai entendu votre discussion... Alors comme ca, Elci, tu veux quitter les Enfers et m'affronter, alors que tu es trop faible pour cela ?
Gaspard : S'il tient a partir, en sa qualité de tenant actuel du tràne, tu n'as rien a dire, Odibal.
Odibal : Non, mais... Si j'abats le traître ainsi que le roi des Anges, cela devrait conforter le peuple a l'idée que je suis le seul et unique seigneur digne de régner sur les trois mondes !
Laurent : C'est possible, mais tu y perdrais pas mal.
Odibal : Qui es-tu ?
Laurent : Un simple humain.
Odibal : Alors donne moi une simple raison de ne pas t'éliminer.
Laurent : Simplement que je détiens une raison capitale qui pourrait te faire comprendre l'inutilité d'un tel geste.
Odibal : Parle !
Laurent : Je te propose un défi, tout simplement. Tu nous laisse un mois, et passé ce mois, nous venons aux Enfers t'affronter, toi et toutes les créatures que tu veux mettre sur notre route.
Odibal : Et qu'y gagnerais-je ?
Laurent : Si tu gagnes, les trois mondes t'appartiennent. La terre des humains, celle des anges et celle des démons seront a toi et a toi seul, et tu pourras en faire ce qu'il te plait. Mais si nous gagnons, il n'y aura plus le moindre affrontement entre les trois mondes tant que les trois mondes subsisteront.
Odibal : Tu veux donc me proposer un ridicule pari qui pourrait plus rapidement me mettre a la tête des trois mondes ?
Laurent : En résumé, oui.
Odibal : Interessant... J'accepte !
Laurent : Pour les modalités, nous démarrerons du Chemin de Feu, tandis que tu nous attendras sur le tràne du Chateau du Précipice. Tu es libre de mettre toutes les créatures démoniaques que tu veux sur le chemin, tandis que nous avons l'autorisation d'arriver avec autant de renforts angéliques que nous le souhaitons, afin d'équilibrer les rapports de force.
Odibal : Cela me va. Je veux qu'il y aie un juge humain, aussi. Qu'il s'assure que vous ne trichez pas.
Laurent : Ca marche.
Gaspard : Je me charge du choix du juge.
Odibal : Soit. Elcifur, je t'ordonne de les accompagner. Je tiens a te décapiter en personne, en signe de ma victoire.
Elcifur : Je ne te laisserai pas gagner, Odibal !
Odibal : On verra, ha ha ha ! Allez, misérables, a dans un mois ! Et tâchez de m'amuser !

Odibal disparut dans un portail de flammes démoniaques.

Gaspard : ...Laurent... Tu es sur de ce que tu fais ?
Laurent : Si je n'avais pas obtenu ce répit, il aurait immédiatement attaqué la Terre avec toutes ses troupes, pis aurait fait de même avec le royaume des anges, ou personne ne s'y serait attendu. Il aurait donc gagné a coup sur. La, on a une chance de le vaincre.
Gaspard : Tu es un tacticien hors pair, il me semble.
Laurent : Bah, je ne suis qu'un humain, après tout.
??? : Laurent !

Khaelis arriva a tire d'aile, accompagné de Marina. A peine aperçut-il Elcifur qu'il piqua vers lui, prêt a l'attaquer, mais Laurent s'interposa.

Khaelis : Pousse-toi.
Laurent : Il est de notre côté a présent. Arrête-toi.
Khaelis : Qu'est-ce qui nous le prouve ?
Gaspard : J'en suis témoin, Khaelis.
Khaelis : Maître Gaspard ?
Gaspard : C'est a présent Odibal qui est a la tête des Enfers.
Khaelis : Ce que nous craignons va arriver, alors ?
Gaspard : Laurent a réussi a obtenir une trêve, d'une manière étonnament subtile.
Laurent : Bah, je me suis dit que maintenant qu'il avait le feu vert, il voudrait s'amuser de la meilleure manière possible, j'ai juste joué avec ca.
??? : Ca ne m'étonne pas de toi, Laurent.

Yann arriva a son tour, Sakuya a ses côtés.

Laurent : Bien, nous sommes tous au complet, maintenant.
Yann : En effet. Il faut maintenant que l'on se prépare pour ce qui va nous arriver dans un mois.
Gaspard : Tu étais la depuis le début, Yann ?
Yann : Je suis arrivé en même temps que vous. Je n'ai fait que suivre la discussion, et constater une nouvelle fois l'étendue du talent diplomatique de Laurent.
Laurent : Bah, quand y faut, y faut. De plus, tu aurais fait pareil.
Yann : Exactement.
Laurent : Rentrons chez moi. J'ai besoin de consulter de vieux livres.
Gaspard : Je vous y emmène, nous gagnerons du temps de cette manière.

Tous furent téléportés dans le salon principal de la maison de Laurent, ou Rosa jouait, tranquillement. Elle sourit, puis sauta au cou de Yann.

Rosa : Chouette ! T'es rentré !
Yann : J'ai pas été trop long, j'espère ?
Rosa : Non, mais... Ou il est ton papa ?
Yann : ...Il est...
Rosa : Marine !

Rosa quitta Yann pour se jeter dans les bras de Marina.

Rosa : T'es revenue pour jouer ?
Marina : Euh... Oui, t'en fais pas...
Rosa : Chouette ! Mais... T'étais pas décédée toi ?
Marina : Apparemment non.
Rosa : Tu t'es trompé, grand frère Yann !
Yann : J'aurais aimé pouvoir me tromper dans tous les cas...

D'un geste empreint de gentilesse, Sakuya glissa sa main dans celle de Yann.

Sakuya : Ca va aller. Je suis la.
Yann : Merci.
Laurent : Hu-hum, on vous dérange, peut-être ?
Yann : Laurent, tu tiens a souffrir ?
Laurent : En es-tu seulement capable ?
Yann : ...Va chercher tes bouquins. Je vais dans ma chambre.

Et Yann sortit, accompagné de Sakuya. Les personnes restant dans la pièce fixèrent tous Laurent d'un drôle d'air.

Laurent : ...J'ai dit quelque chose de mal ?
Elcifur : Ce jeune homme... Yann, c'est bien ca ?
Gaspard : Oui.
Elcifur : Il semblait fort tourmenté par quelque chose.
Khaelis : Il a perdu son père avant le début du combat contre les lieutenants.
Marina : ...Je reviens.

Marina sortit a son tour. Dans la chambre de Yann et de Sakuya,...

Sakuya : Yann...
Yann : ...Je savais pas que ca me ferait aussi mal...
Sakuya : De le perdre ?
Yann : Oui. Je l'ai toujours considéré comme quelqu'un dont le passe-temps semblait être de me faire souffrir, et il en a enduré les conséquences toute sa vie, sans même chercher a me faire comprendre les raisons de ses actes... Et maintenant que je les ai enfin comprises, et que j'ai l'occasion de rattraper les erreurs que j'ai commises, il se sacrifie pour moi...

Yann regarda le ciel par la fenêtre.

Yann : Franchement... Je ne connais pas pire père que lui... Même si je dois lui céder qu'il aura été digne d'un père jusqu'au bout.
??? : Et tu comptes te lamenter sur ton sort encore longtemps ?
Yann : Marine ?
Marina : Marina. Combien de fois faudra-t-il que je te le répète pour que tu te l'entres dans le crâne ?
Yann : Bonne question, je me le demande, en fait. Faut dire, après avoir cotoyé celle que tu étais avant ton lavage de cerveau pendant des années, il est normal que j'aie l'habitude, non ?
Marina : Celle avant... Mon lavage de cerveau ?
Yann : ...Tu n'étais pas au courant ?
Marina : C'est une ruse pour me déstabiliser, pas vrai ?
Sakuya : Il dit la vérité.
Marina : ...Qui étais-je, avant ?
Yann : Càté caractère, pareil que maintenant, c'est-a-dire une bombe en permanente explosion. Il n'y a qu'avec moi, que tu étais calme.
Marina : Pourquoi ?
Yann : Parce que tu m'aimais. A en mourir.
Marina : Je... Je t'aimais ?

Ces mots firent réagir quelque chose a l'intérieur de Marina, qui sembla sérieusement troublée.

Marina : Et...
Yann : Et j'ai essayé de faire un bout de chemin avec toi, jusqu'a me rendre compte qu'il était impossible de me mentir sur mes véritables sentiments. Je t'ai alors quittée, et tu t'es... Tu t'es... Suicidée...
Marina : Ce... Ce n'est pas vrai...
Yann : ...Tu as été ressuscitée par Khaelis et Gaspard, mais a peine étais-tu revenue a la vie que tu voulais la perdre a nouveau. C'est a ce moment que Gaspard t'a proposée de tout oublier. La suite, tu la connais.
Marina : C'est... C'est... C'est pathétique... De se suicider... Pour ca...

Une larme coula le long de la joue de Marina.

Marina : C'est... Tellement... Pitoyable... Comment... Je...

Marina tomba a genoux, les larmes coulant sur ses joues, avant de s'écrouler, inconsciente.

Yann : Marina ? Marina ? Marina !
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]