Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 40
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou l'on se réunit pour un conseil de guerre
Écrit par Izual Chapitre publié le : 10/9/2007 à 02:04
Œuvre lue 126047 fois Dernière édition le : 10/9/2007 à 02:04
Deux heures plus tard,...

Laurent : Bon, tout le monde est la ?
Gaspard : Oui.
Laurent : Parfait. Tout d'abord, est-ce que quelqu'un a appris quelque chose lors du combat qui s'est passé tout a l'heure ?
Yann : J'ai eu une discussion après avoir vaincu le lieutenant de Valva. Apparemment, un plan nommé "Terraforma" est en cours, et d'ici trois ans, il est prévu pour se mettre en route.
Elcifur : Tu as appris quoi d'autre sur le sujet ?
Yann : Que ce serait un "massacre de l'espèce humaine", rien de plus.
Elcifur : Je vais vous expliquer. Le Terraforma est l'une des premières créations de Gotts, le forgeron légendaire. Il s'agit d'une bombe magique, créée sur base d'une des bombes qui ont été utilisées notamment sur Hiroshima, mais avec du contenu explosif un million de fois plus concentré a l'intérieur, et avec un alliage en orichalque qui permet une meilleure compression des éléments atomiques a l'intérieur. Utilisé a la surface de l'un des trois mondes, cela signifierait sa destruction immédiate.
Sakuya : C'est horrible...
Gaspard : En effet.
Elcifur : J'ai fait sceller cette arme a l'intérieur du palais, dans un coffre uniquement ouvrable par moi, mais Odibal a récemment pu détruire une partie du coffre et s'emparer de Terraforma. Il a profité de cela pour faire un coup d'éclat, qui m'a conduit a quitter les Enfers et a arriver sur Terre, ou j'ai assisté a la fin du duel entre Laurent et Scar.
Laurent : Pour votre information, Scar était le seul véritable Démon Elémentaire. Les trois autres étaient des lieutenants.
Elcifur : Odibal a changé les apparences de trois des quatre lieutenants. Scar a été le seul a refuser qu'on fasse quoi que ce soit a son lieutenant, prétextant un manque d'exercice, et est venu a sa place.
Laurent : Je vois.
Elcifur : Enfin soit, il faut arrêter Odibal, ca, c'est sur. Dieu seul sait de quel traitrises il est capable.
??? : Ne vous en faites pas, je me charge de cela.

Un homme, d'apparence assez âgé, apparut aux côtés de Gaspard.

Gaspard : Cette voix... C'est toi, Balthazar ?
Balthazar : Qui d'autre ?
Gaspard : Mes amis, je vous présente Balthazar, gardien de l'Equilibre des Mondes. Il est chargé d'éviter que, en dehors d'événements majeurs prévus, les créatures ne se baladent librement entre les mondes.
Balthazar : Tu préviendras Melchior que je m'excuse encore de l'isolement que je lui cause.
??? : Inutile de t'en excuser, Balthazar. C'est pour le bien des trois mondes, il est inutile de t'en vouloir a ce niveau.

Melchior apparut a son tour.

Melchior : De plus, je suis libre de voyager entre les mondes comme je le souhaite, donc ce n'est pas vraiment un isolement.
Balthazar : Tu as raison. Quel est le but de ta visite ?
Melchior : La rumeur de l'affrontement final pour le contràle des trois mondes est arrivée a mes oreilles, grâce a Gotts, qui m'a rendu une petite visite de courtoisie. Jeune Laurent, tu as réussi la un véritable tour de force, même si Odibal n'avait aucune envie de respecter le traité.
Laurent : Pardon ?
Balthazar : Il a immédiatement tenté de débarquer avec toute l'armée des Enfers sur Terre. Heureusement, j'ai eu vent du pacte qu'il avait passé, et je l'ai cloitré dans son monde pour un mois entier.
Gaspard : Tu as bien fait.
Laurent : Euh... Restez pas debout, y a encore des places pour s'asseoir.
Balthazar : Je ne reste pas longtemps, j'étais juste venu participer a ce conseil de guerre.
Melchior : Quant a moi, j'étais venu apporter quelque chose pour le jeune Yann, de la part de Gotts.
Yann : Pour moi ?
Melchior : Tu vois d'autres Yann ici ? Attrape.

Melchior lanca un petit paquet a Yann, qui l'ouvrit, pour en sortir un pendentif doré, ressemblant a deux lames croisées.

Yann : Il est pas mal du tout.
Melchior : Gotts m'a demandé de te dire qu'il se libérera en cas d'extrème urgence, mais qu'il devrait te permettre d'utiliser sans crainte la totalité de tes pouvoirs.
Yann : ...C'est génial ! Remerciez-le de ma part, s'il vous plait.
Melchior : Tu n'as pas lu la carte.
Yann : La carte ?

Yann fouilla dans le paquet, pour sortir une petite carte, qui fit aussitôt apparaître un hologramme de Gotts.

Gotts : Bonjour, Yann, tu te souviens de moi ? Le vieil homme avec qui tu avais échangé quelques mots, suite a l'affrontement contre ton père... Après t'avoir rencontré, je suis reparti a ma forge te concevoir ce pendentif. Comme tu t'en doutes, ce n'est pas un comme les autres. Il s'enclenchera de lui-même dans les situations critiques, et te permettra d'utiliser tes pouvoirs sans le moindre problème. Je suppose que tu as déjà du expérimenter un cas ou tu as du en venir a utiliser tes pouvoirs a fond, et qu'au final, tu en as fini plus mortifié que glorifié, cela t'évitera d'avoir a subir a nouveau ce genre de choses. Toutefois, n'oublie pas de n'utiliser ce pendentif qu'en cas d'extrème urgence, car il ne marchera qu'une seule fois, et ne l'utilise que pour ce en quoi tu crois, car c'est de la qu'il tirera sa véritable puissance. Garde courage, tout le monde a confiance en toi.

La carte disparut. Yann resta silencieux une bonne dizaine de secondes, tout en enfilant le pendentif.

Yann : ...
Laurent : Yann, ca va ?
Yann : Je reviens.

Yann sortit de la pièce.

Elcifur : Je vais le chercher.

Elcifur sortit a son tour, pour trouver Yann assis par terre, contre le mur, silencieux.

Elcifur : Yann... Je peux vous tenir compagnie quelques minutes ?
Yann : Si vous le voulez...

Elcifur s'assit a côté de Yann.

Elcifur : ...
Yann : Ce n'était pas trop dur ?
Elcifur : Quoi donc ?
Yann : Diriger tout un peuple qui n'avait aucune confiance en vous.
Elcifur : Si, sans nul doute. Mais j'avais confiance en le jugement qu'avait mon père vis a vis de moi.
Yann : Que disait-il ?
Elcifur : Il disait que si Odibal régnait, ce serait véritablement l'enfer sur les trois terres, et que mon devoir de roi serait de tout faire pour l'en empêcher, même si je devais prendre des décisions que mon peuple n'approuverait pas.
Yann : Et vous vous êtes tenu a cette décision, allant jusqu'a mettre votre vie en jeu.
Elcifur : Ce n'était pas facile du tout, mais je ne regrette rien, même si au final, je n'aurai réussi qu'a retarder l'inéluctable...
Yann : Il nous reste un mois.
Elcifur : En un mois, beaucoup de choses peuvent arriver, vous savez.
Yann : C'est vrai...
Elcifur : Dites-moi... Est-ce que cela vous dérangerait de vous entrainer avec moi ?
Yann : Pardon ?
Elcifur : Je veux devenir fort sur le mois qu'il me reste, du moins suffisamment fort pour venir a bout moi-même de mon frère. Et a ce que je sens, vous êtes celui qui a le plus de potentiel.
Yann : Je doute que je sois un bon prof, vous savez.
Elcifur : Je vous demande juste de m'affronter, encore et encore, quelque soit le nombre d'essais que cela doit me prendre. Ca vous va ?
Yann : ...D'accord, mais ne vous attendez pas a ce que j'aie la moindre pitié pour vous !
Elcifur : Je n'en attendais pas moins de vous.

Elcifur se leva.

Elcifur : Rentrons, les autres nous attendent.
Yann : Je vous suis.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]