Pokemon-France.com

Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 55
Nom de l'œuvre : Undesired Angel Nom du chapitre : Ou commence l'affrontement final
Écrit par Izual Chapitre publié le : 12/11/2007 à 12:41
Œuvre lue 120527 fois Dernière édition le : 12/11/2007 à 12:41
Yann : Saleté de champ de force ! Laisse-moi passer !

Malgré diverses tentatives, le champ de force n'avait pas cédé d'un pouce. Yann se laissa tomber a genoux.

Yann : Suis-je donc si faible pour ne pas pouvoir atteindre mon objectif ?
??? : Yann ! Attends-nous !
Yann : Hein ?

Marine, Sakuya et Kaina le rejoignirent, tandis qu'il se releva.

Sakuya : Pourquoi tu t'es arrêté ?
Yann : Elcifur m'a abandonné ici, après avoir érigé un champ de force devant l'entrée.
Kaina : Laissez, je m'en occupe.
Yann : N'es-tu pas notre ennemie ?
Kaina : Les choses changent. Ecartez-vous.

Kaina posa ses deux mains sur le champ de force, et poussa.

Kaina : Hum, un champ d'inversion.
Marine : Qu'est-ce que c'est ?
Kaina : Un champ qui, en plus d'empêcher le passage des gens, comme tout champ de force normal, est capable d'inverser le flux des forces projetées contre lui. En résultat, les attaques fortes deviennent faibles, et...

Le champ explosa soudain devant elle.

Yann : ...Les attaques faibles sont dévastatrices, n'est-ce pas ?
Kaina : Tu comprends vite.
Yann : J'ai eu un bon prof. On avance ?
??? : Inutile. Je suis la.

Odibal se tenait a l'intérieur de l'entrée du temple, le corps d'Elcifur soutenu à la tête par l'une de ses mains.

Odibal : Ce n'était pas malin de m'envoyer le frangin en entrée, j'ai a peine eu le temps de m'échauffer.
Yann : Ce n'était pas ce qui était prévu. J'étais censé l'accompagner.
Odibal : Je comprends mieux pourquoi il était si faible. Maintenir le champ de force qui se trouvait ici a du l'épuiser considérablement... Bah, puisque c'est ca...

Une aura lumineuse entoura Elcifur, qui fut lancé vers le groupe de Yann, et rattrapé par lui. Il reprit conscience, visiblement surpris.

Elcifur : Yann... Tu as réussi a passer ?
Yann : Ne refais plus de choses comme ca. On est venu ensemble, on se battra ensemble !
Elcifur : D'accord...
Yann : Tu peux tenir debout ?
Elcifur : Pas de problème. J'ignore comment cela se fait, mais je suis a nouveau en pleine forme.
Yann : Ton frère t'a soigné après avoir appris que tu me maintenais dehors avec ton champ de force.
Elcifur : J'aurais du me douter qu'il ferait ca quand il l'aurait appris. Il déteste se battre contre des gens qui ne combattent pas a fond devant lui.
Odibal : Bon, vous avez fini de palabrer ? Ca fait un mois que j'attends ce combat !
Yann : Ne t'en fais pas, tu vas l'avoir.

Yann fit apparaître Ophis et Cius.

Yann : Et ne compte pas sur moi pour te ménager !
Odibal : J'y compte bien !

Et tous deux se chargèrent. Yann entama le bal par une série d'attaques rapides, qu'Odibal contra avec des boucliers d'énergie, tout en se déplacant pour éviter certains coups. La contre-attaque fut violente, et Yann fut projeté en arrière, le nez en sang a cause du coup porté par Odibal.

Yann : Ouch... Je ne m'attendais pas a une telle vitesse d'entrée de jeu.
Odibal : Bon, maintenant qu'on s'est échauffés tous les deux, on peut passer a la vitesse supérieure ?
Yann : C'est bizarre, c'est ce que j'allais justement te proposer !

Une flèche tirée par Sakuya vola vers Odibal, mais fut brisée en chemin par un coup d'Ophis.

Sakuya : Yann ! Pourquoi ?
Yann : C'est mon combat.

Et Yann et Odibal disparurent. Dans toute la salle, des échos de coups qui s'entrechoquent se firent ressentir, coup après coup. Le sol tremblait, et le temple lui-même vacillait sur ses fondations. Finalement, les deux adversaires s'éloignèrent, le temps de souffler un peu.

Odibal : Je n'imaginais pas que j'allais pouvoir m'amuser autant lors de ce combat ! Dommage que celui qui m'a lancé ce défi ne puisse pas en juger !
Yann : J'ai confiance en lui, je sais qu'il nous rejoindra tôt ou tard.
Odibal : C'est beau d'avoir confiance en tes amis... Mais qui te dit qu'ils ont confiance en toi ?
Yann : Je le sens.
Odibal : Tes sens sont peut-être perturbés.
Yann : Ils ne m'ont jamais trahi, jusqu'a maintenant, du moins.
Odibal : J'espère que tu as raison...

Les deux disparurent a nouveau, pour réapparaître, une minute plus tard. De nombreux coups eurent lieu pendant cette minute, a un intervalle bien plus rapproché que le précédent.

Odibal : Tss... Tu tiens vraiment le rythme, n'est-ce pas ?
Yann : C'est plutot a toi qu'il faudrait poser la question.
Odibal : Dis-moi... Quelle est ta raison de te battre ?
Yann : Pardon ?
Odibal : Pourquoi te bats-tu contre moi ? Pour la paix ? Pour la justice ?
Yann : J'ai mes raisons.
Odibal : Quelles qu'elles soient, elles ne doivent pas être fort honorables, pour que tu refuses d'en parler ainsi.
Yann : Au contraire. La confiance que les autres me portent n'est en rien quelque chose de déshonorable.
Odibal : Tu es seulement porté par les désirs des autres ?
Yann : Non. Si je me bats, avant tout, c'est pour protéger ceux qui me sont chers... Mes amis... Celle que j'aime... Mon monde... Je les protégerai tous de ta folie, Odibal !
Odibal : Joli discours... On va voir s'il tient la route face a mes idéaux de destruction !
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 | Retour | Haut de page ]