Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 3
Nom de l'œuvre : Antsua School - Acte I Nom du chapitre : Passé et avenir
Écrit par Izual Chapitre publié le : 4/11/2011 à 09:02
Œuvre lue 17081 fois Dernière édition le : 4/11/2011 à 09:02
[ Retour - Bas de page ]
Izual : Bon, je fais une pause, la...

Après une longue journée de marche, Izual s'était arrêté le temps de manger et de se reposer un peu. Il n'avait parcouru que le tiers du chemin, en prenant un peu de temps pour chasser avant de reprendre sa route, et la chasse lui avait été suffisamment fructueuse pour le nourrir pendant deux jours, aussi profita-t-il du feu de camp qu'il avait allumé pour cuire ses aliments, avant de les ranger en lieu sûr.

Izual : Bon, maintenant,...

Izual sortit du sac qu'il avait avec lui le carnet que lui avait remis la mère de Shinobu, et qui lui avait appartenu.

Izual : Désolé, Shinobu, mais je jette un oeil, OK ?

Sans réponse, Izual ouvrit le carnet et lut les premières lignes.

Izual : ...C'est son journal intime ? Je vois...

Un petit sourire aux lèvres, il entama la lecture.

Izual : "17 mars. J'ai rencontré le fils du chef de la ville, Izual. Il est aussi généreux et doué qu'on le raconte ! Il a passé la journée entière a utiliser ses forces pour soigner ma mère, et il y est arrivé ! Papa a voulu le payer, mais tout ce qu'il a répondu, c'est qu'une vie valait plus que tout l'or du monde, et que voir maman en pleine forme lui suffisait comme payement... Ca m'a étonné, d'habitude, les médecins demandent une fortune pour soigner quelque chose !"... Je m'en souviens encore, comme si c'était hier...

Il avanca dans sa lecture, très calmement.

Izual : "22 décembre. C'est demain qu'aura lieu mon premier rendez-vous avec Izual, je suis un peu nerveuse... On se croisait régulièrement dans les rues, et on passait nos journées a aider les villageois, mais c'est la première fois qu'il me demande de passer du temps seule avec lui. J'ai l'impression d'être aussi gênée qu'une fille amoureuse, c'est bizarre. Mais Izual est mon ami, le plus proche que j'ai jamais eu. Et je ne veux pas le perdre." ...Ca sonne comme une déclaration, ca... Mais bon, c'était la veille de mes douze ans, ca. Et c'est vrai qu'elle avait l'air plutôt génée, quand on y repense.

Les minutes passaient, tandis que la lecture continuait.

Izual : "16 septembre. Je suis toute gênée ! A cause d'une tempête et du toît de la maison qui fuyait de partout, Izual est resté dormir a la maison... Et papa l'a fait dormir dans la chambre juste à côté de la mienne ! Je vais pas savoir dormir de la nuit, maintenant... Surtout que je..." Visiblement, elle a du tomber endormie... "17 septembre. C'est une première ! Je suis tombée endormie en écrivant dans ce carnet !" ...Comme quoi, j'avais raison.

Izual souriait, se remémorant ses souvenirs au fil des pages qu'il tournait.

Izual : "17 mars. Cela fait aujourd'hui trois ans que je connais Izual. Sa famille tente de m'empêcher de le voir, mais c'est plus fort que moi... J'en ai parlé a ma mère, qui m'a simplement dit que c'était un sentiment dur a comprendre, mais qu'une fois que j'aurais compris ce que je ressentais exactement, cela serait évident." ...Sa mère avait compris, depuis le temps... Tiens, quelques pages blanches... "28 août. Izual a été enfermé par sa famille depuis maintenant des mois, et je ne peux plus le voir... Il me manque tellement... Je veux te voir, Izual. Je veux passer a nouveau du temps avec toi..."...Je ne peux pas nier le fait qu'elle en a pleuré, a voir les gouttes d'eau qui ont en partie effacé les mots... Voyons voir... "Je... veux être... avec... toi... Je... t'aim..."...

A la découverte des mots en partie effacés par les larmes de la jeune fille, Izual resta un long moment silencieux.

Izual : ...Imbécile... Pourquoi ne me l'as-tu jamais dit ?

Une larme coula.

Izual : ...Et tu en faisais quoi, de mes sentiments ? Hein ?

Attristé et continuant a verser quelques larmes, il continua néanmoins la lecture.

Izual : "3 septembre. Izual est enfin sorti. Il semble n'avoir rien enduré physiquement, mais son regard est plus mature, plus affirmé. On sent qu'il a vécu quelque chose de difficile. Quand je lui ai posé la question, il m'a simplement dit que c'était le fait de ne pas me voir qui l'a rendu quasiment fou. Je me suis mise a rougir tellement fort qu'il a cru que j'avais de la fièvre, cet idiot ! Il ne peut pas remarquer que je l'aime, non ?" ...J'étais vraiment aveugle, a l'époque... "Néanmoins, j'ai pris une grande décision. A moins qu'il ne m'en fasse directement la remarque, je tairai mes sentiments jusqu'au bout. Je ne veux plus qu'il aie a subir ce qu'il a subi, et je ne veux plus que sa famille le fasse souffrir. D'un côté, c'est égoïste de ne pas lui avouer mes sentiments, mais ce sera mieux pour tout le monde si je me tais... Jusqu'au moment ou je serai en droit de le lui dire..."

Izual essuya ses larmes, d'un revers de sa manche, avant de continuer le carnet, qu'il avait quasiment terminé.

Izual : "9 novembre. Izual et moi nous sommes encore vus en cachette. Il a été officiellement nommé comme successeur de son père, des suites de la maladie qui afflige le chef de notre village. Izual a tenté de le soigner avec ses dons, mais même lui ne peut vaincre une maladie dont il ignore l'origine. Au moins, je suis sûre d'une chose : S'il devient chef de famille, et donc chef du village, plus rien ne m'empêchera de lui avouer mes sentiments. C'est un peu égoïste, je sais, mais je ne peux pas encore le faire, même si l'envie m'en brûle les lèvres. D'ailleurs, a ce sujet... Même si ce n'était pas volontaire, lui et moi nous sommes embrassés... J'ai glissé et ai failli tomber dans la rivière, et il a plongé sur moi pour m'en empêcher... Et des suites du mouvement de balancier, ce qui devait arriver arriva... On est restés figés quelques secondes, avant qu'il ne se recule pour m'aider a remonter sur la berge, mais nous sommes restés silencieux jusqu'a notre séparation... J'espère qu'il ne m'en veut pas pour ca..." ...Je m'en souviens encore... J'étais tout perturbé, a l'époque... C'était mon premier baiser, aussi...

Finalement, Izual arriva aux deux dernières pages.

Izual : "12 avril. J'ai encore passé la journée avec Izual. La santé de son père commence a s'aggraver, mais Izual est sur une piste qui lui permettra de peut-être le soigner. J'espère qu'il y parviendra, car la mort de son père l'attristerait grandement. En tout cas, quoi qu'il arrive, je serai toujours a ses côtés. Même s'il m'arrive quelque chose, jamais je ne le quitterai. Jamais."

Izual resta un long moment silencieux, face a ces derniers mots qu'elle avait écrit, avant de prendre la plume qui était accrochée au carnet.

Izual : 18 avril. Des suites de ton décès, Shinobu, je prends ton carnet a ma charge et le remplirai avec ce que ma vie sera sans toi a mes côtés. Le temps qu'on a passé ensemble me manque déjà. Ta voix, ton sourire, ton regard, tout cela commence a devenir un souvenir. Et pourtant, je fais route vers Antsua, pour y remplir cette première et dernière requête que je reçois de ta part. J'ignore ce que contient cette caissette, et je doute que son contenu me regarde avant que je n'arrive la-bas, mais je te fais entièrement confiance. Ta mère m'a expliqué ce que tu voulais qu'elle me dise, et je serai bien entendu prudent quant a l'usage de ma magie, même si tout ce qu'il me reste alors est ma piètre maîtrise de l'épée... Voilà, je pense que tout est dit pour le moment, je continuerai en fonction de ce qui m'arrivera. Prends soin de toi la ou tu es, Shinobu.

Izual lâcha la plume et referma le carnet, avant de le remettre dans son sac.

Izual : ...Bon, reposons-nous, il reste encore pas mal de marche a faire...

Il s'allongea sur le sol et ferma les yeux, se laissant réchauffer par le feu de camp qui brûlait encore. Il ne tarda pas a s'endormir, pour être réveillé au petit matin par le champ des oiseaux, et après une courte matinée passée a avaler une partie de ses réserves et a se nettoyer, il reprit la route, qui passait a travers bois. Finalement, il ne tarda pas a atteindre un petit sentier, sur lequel se trouvait un panneau, dont l'écriture était quasiment effacée.

Izual : Humm... Comment veux-tu que j'arrive a... Hey, une seconde...

En réaction a la magie qui coulait dans le corps d'Izual, le panneau devint subitement plus lisible, le temps pour le jeune homme de savoir par ou aller.

Izual : A gauche, le chemin vers Tristain, mon village. A droite, Veneily. Comme si ce panneau savait d'ou je venais et ou je voulais aller.
??? : C'est exactement ca, en fait.
Izual : Qui es-tu ?
??? : Oh, tu ne me connais pas ?

L'individu, sous ce qui semblait être une lourde armure, esquissa un salut de sa lance.

??? : Je me présente, Viper Dragoon, chevalier dragon au service de ces dames. Et tu es ?
Izual : Izual. Izual Urashima, enchanté.
Viper : Alors comme ca, tu peux lire ce panneau ? Tu es un mage, alors ?
Izual : Qui es-tu pour connaître la magie ?
Viper : Je ne viens pas de le dire ? Viper Drag...
Izual : Je sais, ca, tu viens de le dire !
Viper : Bah oui.
Izual : Plus sérieusement, comment connais-tu la magie ?
Viper : Cette réponse t'importe tant que ca ?
Izual : Oui, plutôt. Car si ta réponse ne me convient pas, je serai contraint de te faire taire par des moyens peu orthodoxes.
Viper : Comme l'usage du sort de Silence, n'est-ce pas ?
Izual : C'est une possibilité. Mais pour être sûr, je devrai également te couper les deux mains, pour éviter que tu n'ailles écrire ce que tu as vu.
Viper : Ah nan, pas mes mains ! Elles sont importantes, ne serait-ce que pour tenir celles des jolies demoiselles que je croiserai !
Izual : Tu garderas le silence, alors ?
Viper : Croix de bois, croix de fer, si je mens, je retourne chez ma mère !
Izual : Euh, je crois que tu t'es légèrement trompé, mais ce n'est pas grave...
Viper : Dis-moi, tu vas ou comme ca ?
Izual : A Veneily. Près de la se trouve une école ou je dois amener une caissette.
Viper : L'école Antsua, je présume ? C'est ma destination. Pourquoi ne ferions-nous pas route ensemble ?
Izual : C'est une idée. Cela me permettra de te couper les mains et la langue a la première bévue que tu feras.
Viper : Méchant...
Izual : Je sais.
Viper : Et tu le reconnais, en plus !

Tout en riant doucement, Izual commenca sa marche, suivi par le chevalier en armure... Un détail lui sauta subitement aux yeux.

Izual : ...Ton armure, c'est une fausse, n'est-ce pas ?
Viper : Hein ? Non non non, elle est authentique, j'te jure !
Izual : Hum...

Quelques pas plus tard, et avant que Viper ne puisse réagir, Izual dégaina son épée et tailla un coup dans l'armure avec la pointe de son arme.

Viper : Qu'est-ce qui te prend ?
Izual : Je le savais, c'est une fausse.
Viper : Hein ?
Izual : Regarde la trace de mon coup.

On pouvait voir du tissu a travers la déchirure. Viper soupira.

Viper : Rooh, t'aurais au moins pu te dispenser de la déchirer, non ?
Izual : Tu le savais ?
Viper : Evidemment, c'est moi qui l'ai faite !
Izual : Ah la la... Bon, je te recoudrai ca ce soir.
Viper : T'as interêt a bien le faire ! Sinon...
Izual : Sinon quoi ?
Viper : Exactement.

L'air triomphant, Viper prit la tête de la marche...

Izual : Je sens que je vais me taper un bon mal de crâne, moi...

...Et, suivi par Izual, tous deux avancèrent sur la route qui les menait vers Veneily.
[ Chapitres : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 | Retour | Haut de page ]