Navigation : Passlord > FanFics
[FanFics] [Mes FanFics] [Rechercher] [FAQ] [Connectés]
[FanFics générales] [FanFics Pokémon]

Lecture d'un chapitre



Lecture du chapitre 1
Nom de l'œuvre : Détectives L&L [concours Let's Go] Nom du chapitre : Le duo de choc, Lise et Laris
Écrit par GGD Chapitre publié le : 31/10/2018 à 22:51
Œuvre lue 182 fois Dernière édition le : 14/11/2018 à 18:28
[ Retour - Bas de page ]
16 novembre, il pleut et l'automne est particulièrement frais dans la triste ville de Lavanville.
Lise est une détective en mission. C'est une grande femme aux yeux marron et aux longs cheveux châtain clair bouclés, habillée d'un manteau imperméable tombant jusqu'à ses chevilles. Elle se tient actuellement devant la nouvelle tour pokémon, dont l'ancienne fut remplacée par une tour radio. Cette tour abrite les nombreuses tombes des défunts monstres, anciens compagnons de vies des habitants de la région de Kanto et d'ailleurs.
En train de sucer sa friandise préférée, un super anis, elle pose son regard vers le sommet de l'édifice.
« Bien contente de ne pas avoir à la grimper. Et toi Laris ? dit-elle en regardant la petite ombre à ses pieds, à l'abri de la pluie battante sous son grand manteau. »
« Pikachu ! lui répondit ce dernier. »
Cette petite créature n'est autre qu'un pikachu mâle. Il a plutôt fière allure, coiffé de plusieurs épis sur la tête pour lui donner un petit air négligé. Le nom Laris n'est autre que la contraction des mots lapin et souris, Lise ne pouvant s'empêcher de le voir tel un lapin malgré que le Pokédex indique que c'est une souris électrique.

Lise et Laris font partie de l'agence de sécurité et de l'ordre de Kanto, l'ASOK, dont le quartier général se trouve à Céladopole. Ce lieu n'est pas anodin pour le QG, il a été construit suite aux nombreux vols dans le casino et dans le grand centre commercial, ainsi que pour répondre à la présence de délinquants sur la piste cyclable aux abords de la ville.
Nos deux compères se sont rencontrés lorsque Lise a intégré la pokélice à 21 ans, Laris était alors la mascotte des lieux qui égayait l'atmosphère. Avant d'être recrutée au sein de la pokélice, elle suivit une longue formation auprès d'un ancien agent des ''Forces de Polices Internationales'' qui est devenu ensuite détective privée à son propre compte. Lorsque Lise a intégré la section détective, fraichement créée, à ses 25 ans, elle proposa à son supérieur d'emmener le pikachu pour sa première mission solo qui avait lieu à la Centrale, non loin d'Azuria. La présence d'un pokémon électrique lui faisait défaut, et elle pensait qu'il était important d'en avoir pour explorer les lieux. Elle ne s'y trompa pas, la capacité paratonnerre de Laris lui aura été d'un grand secours ce jour-là.
Depuis lors, ces deux-là sont devenu inséparables et Lise renomma le petit pikachu en Laris, ce dernier n'avait en effet aucun surnom jusqu'à maintenant, n'appartenant à aucun maître.

Trois ans plus tard, nous retrouvons donc nos amis à Lavanville, aussi appelée la ville requiem.
« Nous sommes à Lavanville, Laris. Veux-tu en profiter pour changer de nom chez le spécialiste ? demanda Lise, le sourire au coin des lèvres.
- Chuu… Laris lança un regard réprobateur. » Il ne goûtait pas à cette plaisanterie. Ce n'est pas le moment, après ils sont actuellement sur une grosse affaire qui bouleverse Kanto.
Une chaîne de suicide a eu lieu ces derniers mois à Safrania et les villes que l'entourent. Au-delà de la fréquence anormale de ces suicides, ce sont surtout les liens entre les victimes qui ont mis la puce à l'oreille à Lise et son compagnon aux joues roses. Toutes les personnes ayant mis fin à leur jour étaient en période de deuil, suite à la perte récente d'un pokémon. Cela était trop suspect pour être une coïncidence.

Il y a quelques jours, profitant de son titre de détective qui lui donne beaucoup plus de libertés notamment en choix des affaires, la détective se proposa pour enquêter auprès des familles des défunts.
Elle remarqua vite que les premiers cas étaient sur un même périmètre, Safrania. Elle concentra ainsi ses recherches dans la grande ville. En dehors des proches et des collègues, questionner les gens ici et là ne la faisait pas avancer, jusqu'à ce qu'elle finisse par avoir une autorisation de mener son enquête à la Sylphe SARL, haut lieu de recherches technologiques. C'est là-bas, qu'elle apprit par hasard l'existence d'un chercheur dont la récente suspension colle avec les premiers cas de suicide.
De son nom, Lauzeur Cétain, on avait pour habitude de l'appeler le Doc. Il menait des recherches contraires à la charte de l'organisme, mais malgré cette vision ferme de la Sylphe SARL, Lise savait que ces dernières années ils perdaient en image auprès des Kantoïtes, notamment à cause de suspicions de mauvais traitements vis-à-vis des pokémons. Mais elle n'était pas ici pour enquêter sur ces rumeurs, et de toute manière elle n'avait pas le droit d'aller plus loin que les bureaux administratifs.
« Pouvez-vous m'en dire plus sur cet homme, ce Mr Lauzeur dont vous venez de me parler ? demanda-t-elle à une jeune secrétaire.
- Oh vous savez, moi je ne suis que dans l'administratif, je ne me mélange pas avec la sphère scientifique qui est au-dessus de nous. D'ailleurs, moi et mais collègues de cet étage n'ont pas le droit de monter plus haut, on communique avec nos supérieurs par téléphone et seulement quand cela est vraiment nécessaire.
- Vous n'avez pas son adresse à disposition ? Ou encore mieux, vous ne sauriez pas où il a pu partir une fois qu'il ait été remercié ici ?
- Mmmh, son adresse on doit l'avoir, elle commenca à taper sur son clavier d'ordinateur. »
« Inutile, il a déménagé on ne sait où. Une femme rondelette et aussi grande que Lise apparut soudainement derrière son dos, ce qui la fit sursauter. »
« Je suis désolée, je n'ai pas pu m'empêcher d'écouter. Il se trouve que j'ai une amie chercheuse qui a travaillé un temps avec le Doc. Elle apprit de lui-même qu'il partait souvent à Lavanville durant ses congés, un choix de vacance et de repos plutôt inhabituel vous en conviendrez.
- En effet, ça me semble étrange comme destination, à moins qu'il n'ait de la famille là-bas ?
- Certainement pas, lui répondit la femme. À ma connaissance il n'avait ni parents, ni femme ou enfant. C'était un célibataire endurci qui ne vivait que pour ses recherches, n'hésitant pas à faire de longues heures supplémentaires, du moins selon ma collègue.
- Eh bien merci à vous mesdames. Laris, en route pour Lavanville. »
Laris répondu avec un sourire jaune, non pressé d'arriver dans cette ville démoralisante qu'il connaît bien à cause d'une précédente affaire de tombes vandalisées.

C'est donc trois jours plus tard que nos amis rejoignirent Lavanville. Sur les lieux, ils rencontrèrent une ancienne connaissance de Lauzeur Cétain, un homme d'une cinquantaine d'années, pourvu d'une grande moustache et dont l'embonpoint témoignait de son amour pour la bonne nourriture. Il leur informa avoir régulièrement vu son ancien ami dans le centre.
« Cela fait des années que l'on ne se parle plus, à vrai dire c'est depuis qu'il est parti pour Safrania. Mais je l'ai souvent aperçu dans le coin depuis quelque temps, je dirais 2 ou 3 ans. Je sais qu'il n'a aucune famille ni d'amis à qui rendre visite, il n'était pas non plus du genre à créer des liens avec des pokémon, donc vous pensez bien qu'il ne doit pas avoir grand-chose à faire dans la tour. Un jour, je l'ai filé, et je l'ai perdu de vue au tournant d'une ruelle qui menait à un cul-de-sac. »
À ce moment précis, Lise demanda à l'homme où se situait cette ruelle. C'est sur place qu'elle comprit comment le Doc avait pu disparaître.

La pluie s'intensifia depuis leur arrivée dans la ville requiem. Les rues se faisaient de plus en plus désertes et les épais nuages donnaient l'impression d'être au beau milieu de la nuit.
Laris montra à Lise une bouche d'égout au loin, par laquelle l'eau de pluie s'engouffrait rapidement comme si elle avait un lougaroc à ses trousses, il rappelait ainsi à sa partenaire quelle était leur prochaine destination.
La jeune femme fit une grimace de dégoût, peu enchantée à l'idée de se salir dans ces lieux sombres, humides et malodorants. Elle regarda sa montre.
« Arrêtons-nous là pour aujourd'hui Laris. Toi comme moi sommes exténué par la route que nous avons parcourue jusqu'ici, et la pluie n'a rien arrangé. » Laris répondit en hochant la tête.
« Trouvons un hôtel et continuons notre enquête demain. Je suis certaine que nous sommes sur la bonne piste, je sens que le Doc est proche de nous. »
La petite souris sortie soudain du manteau et courra en direction d'une ruelle à l'écart de la tour.
« Où cours-tu comme ça Laris ?! s'exclama Lise.
- Oh d'accord, il semblerait que tu étais le plus fatigué de nous deux ! »
Laris se tenait devant une auberge à l'aspect chatoyant, dénotant avec la sinistre tour pokémon de la ville à deux pas d'ici. Ils pénètrent dans l'enceinte de l'hébergement, soulagés d'être enfin à l'abri de l'humidité et du froid.
« Bonsoir, nous aimerions une chambre pour cette nuit.
- Bienvenue mademoiselle. Il n'y a pas de frais supplémentaires pour les pokémons bougeant librement et mesurant moins d'un mètre. Je vous demanderais seulement de vous assurer que votre compagnon reste propre dans le bâtiment, répondit la vieille gérante. »
« Vous savez, vous avez de la chance de venir cette semaine. La semaine prochaine c'est la fête des morts, et toutes nos chambres sont déjà réservées pour cette période. Beaucoup d'étrangers viennent jusqu'à Lavanville, rendre visite à leurs défunts pokémon durant l'évènement.
- En effet, répondit laconiquement Lise, peu encline à se lancer dans une discussion. »
« Le dîner est servi à votre chambre à 18h45, cela vous laisse le temps de prendre un bain chaud. Ça vous aidera à tromper les douleurs et la fatigue de la journée. Les pokémons sont autorisés à prendre eux aussi un bain, veillez simplement à nettoyer derrière vous les résidus de poils. »
Lise et Laris s'écroulèrent d'épuisement sur les futons et s'endormirent aussitôt. Ils n'entendirent pas la gérante frapper à leur porte pour leur servir le dîner et se réveillèrent aux aurores le matin.

La pluie avait cessé, mais les rues témoignaient des fortes intempéries dont la ville a été victime hier. Le froid est toujours présent et agresse le visage des deux détectives quittant l'auberge, fraichement sortis du bain qu'ils auraient dû prendre la nuit passée.
«  Pikaaa… grommela Laris. »
N'ayant pas mangé hier soir et après la longue route parcourue, son estomac criait famine comme jamais.
« Oui ne t'inquiète pas, on va d'abord faire le plein d'énergie dans un café. Nous nous sommes levé très tôt ce matin et la gérante dormait encore. Les plats qu'elle a laissés devant notre porte étaient trop froids pour être appréciés à la dégustation, sans compter que j'ai surtout envie d'un café bien chaud pour me réchauffer. »
Ils parcourent un long moment la ville, s'éloignant de plus en plus de la tour pour finalement trouver un café d'ouvert.
« Cette marche matinale nous aura bien échauffés, positive Lise. Maintenant, c'est l'heure de se ressourcer ! dit-elle en entrant dans les lieux, où une douce chaleur ambiante l'accueillit accompagnée d'un appétissant fumet de bacon et de pain toasté. »
« Bonjour monsieur. Un café noir sans sucre, un lait chaud, plus huit pancakes, les plus gros que vous ayez !
- Bonjour mademoiselle. De la confiture ou du miel avec ces pancakes ?
- Les deux, et peu importe le parfum de la confiture, merci. »
Laris s'assit directement sur la table en ayant pris soin au préalable d'étaler une serviette par mesure d'hygiène.
« Toujours aussi bien élevé, remarqua Lise.
- Pi ! répond-t-il joyeusement. »
« Voilà vos pancakes, un café et un lait bien chaud. Bon appétit à vous. »
Les deux détectives engloutirent leur petit déjeuner en donnant l'impression de ne pas avoir mangé depuis des jours. Ils repartirent aussitôt après avoir terminé.

« Laris, je compte sur toi pour me montrer le chemin menant à la ruelle.
- Pikachu ! Laris se mit au garde-à-vous avant de se mettre à courir vers le centre. »
Lise et son compagnon arrivent rapidement sur les lieux, où l'ancien ami du Doc l'a vue une dernière fois avant qu'il ne perde sa trace.
« Nous avons beau vivre dans un monde incroyable, personne ne disparaît par magie. Il n'y a donc qu'une seule explication à ce mystère…
- LES ÉGOUTS ! PIKA ! s'exclamèrent Lise et Laris à l'unisson en face d'une bouche d'égout. »
Les détectives y pénètrent en descendant l'échelle prévu à cet effet.

L'obscurité prit place, ainsi qu'une atmosphère pestilentielle. Une multitudes de rattatas observaient ces visiteurs peu ordinaires avec leurs grands yeux, brillants dans la pénombre. « Bon, on ne peut pas se permettre d'avancer à l'aveuglette. Laris, utilise flash s'il te plait. »

~FLASH~

Et la lumière fut. Il émanait du petit pikachu une puissante lumière, faisant fuir par là même les rattatas curieux encore présents.
« Merci Laris. Maintenant, c'est au tour de notre amie d'entrée en scène. Ruzarde, j'ai besoin de ton aide ! »
Lise envoya une honor ball par laquelle une magnifique feunarde en sortie. Elle avait un pelage argenté et étincelant, ses yeux, contrairement à ses congénères, était d'un bleu profond, se mariant parfaitement avec sa robe.
Ruzarde est la camarade de Lise depuis son adolescence, inutile de préciser que leur lien est donc très fort. Avant que Laris ne rejoigne la bande, la feunarde était le seul pokémon de la détective, l'aidant à attraper et maîtriser les criminels lorsqu'elle était agent de l'ordre.
« Ruzarde, je suis désolée pour cette suffocante odeur, mais j'ai besoin de ton odorat. » À la Sylphe SARL, Lise récupéra un vieux blouson du Doc, dont elle a arraché un bout pour ne pas être encombré. Elle le fait sentir à la feunarde. « Essaye de le trouver, si notre déduction est bonne, il devrait être ici. » La feunarde renifla et c'est sans hésitation qu'elle se mit à courir sur l'un des chemins possible.
« Monte sur mon épaule Laris et maintient ton flash, Ruzarde va nous mener jusqu'à Lauzeur.
- Pika pika ! Laris semblait ne pas vouloir bouger. »
En restant sur place, il cherchait à faire comprendre à Lise qu'il était peut-être préférable d'attendre des renforts, il n'était pas rassuré.
« Laris, notre enquête nous a menés jusqu'ici, mais nous ne pouvons pas avoir l'assurance que notre suspect est bien présent dans ces égouts. Nous ne devrions pas gêner le QG sans en être sûr. Et puis c'est pour le mieux, on se ferait vite repérer avec tout une armée derrière nous. Avec Ruzarde et toi je ne crains rien, et Ruzarde a de nombreuses années d'expérience, tu n'auras sûrement rien à faire à part nous éclairer. »
Elle lui sourit de manière rassurante pendant que Laris monta sur son épaule. « Bien, let's go ! »

Une bonne demi-heure est passée depuis leur arrivée dans les égouts. Ruzarde s'est mise à adopter une marche plus prudente, il est en effet important de rester sur ses gardes en terrain inconnu, mais surtout, l'odeur du Doc commençait à se faire de plus en plus forte.
« Ça devient irrespirable. Il y a une odeur encore plus nauséabonde qui s'est ajouté, j'en ai mal à la tête.
- Pikaaa…
- Je regrette de ne pas avoir de pokémon capable de disperser ces effluves. »
Soudain, une voix se fit entendre au loin.
« Stop Ruzarde ! Qu'est-ce donc que cette ombre au bout ?

- Mor, moor, mooor…

- Revient vers moi Ruzarde, c'est un pokémon, et je n'ai pas l'impression qu'il nous veuille du bien. »
Ils s'approchèrent doucement, une fois que la bête fut à porter de la lumière de Laris, Lise et ses deux camarades découvrirent un Grotadmorv à l'air menaçant.
« Ces égouts seraient pollués ? À moins que ce ne soit une créature du Doc qu'il vient d'envoyer, ce serait plus compréhensible, c'est le seul grotadmorv présent. Dans tous les cas, il nous barre la route, nous allons devoir nous en débarrasser, ce sera mieux pour la ville. Ruzarde, mets-toi en position !
- Naaaard ! Ruzarde commença à dresser les poils et ses neuf queues en guise d'intimidation. »
Le Grotadmorv répondit aussitôt à la provocation en crachant une épaisse fumée.
« Ruzarde ! Recul ! Un gaz toxik, il ne faut pas respirer ça ! »
Trop tard, Ruzarde présente déjà des signes d'empoisonnement. Lise essaye de la rappeler mais le pokémon évite le rayon et se remet en place pour le combat.
« Ruzarde… Bon d'accord, on va s'occuper de cet ennemi ensemble. Ruzarde, attaque météores ! »
Des rayons lumineux à forme étoilés apparaissent et se dirigent automatiquement vers le grotadmorv, à peine visible à cause du gaz.
Cette attaque n'est pas banale pour Lise. C'est une capacité utile qui lui permet à d'atteindre à coup sûr ses cibles, notamment lorsqu'elles sont en fuite. Dans la situation actuelle, cela permet d'attaquer en maintenant une bonne distance avec le gaz.
Malheureusement le grotadmorv encaisse l'attaque, il semble ne pas avoir trop souffert de cet assaut tandis que Ruzarde souffre de plus en plus du poison.
Lise tente à nouveau de la faire rentrer dans sa ball. Ruzarde, cette fois-ci, semblait pas contre l'idée. Malheureusement, pour une raison inexpliquée elle ne put rentrer dedans, malgré que le rayon l'ait atteint.
« Qu'est-ce que … ! s'étonna Lise.
- PIKA !»
Il montra du doigt l'ennemi à sa maitresse. Le grotadmorv avait lancé l'attaque harcèlement pour empêcher Ruzarde de s'enfuir.
« Ce n'est pas vrai ! Lise regarde d'un air inquiet Ruzarde. Nous allons devoir continuer, pardonne-moi ma belle. » Ruzarde émet des flammes pour montrer sa motivation.
« Pas encore Ruzarde, pas d'attaque feu, pas avec tout ce gaz. Mais l'attaque météores n'est pas suffisamment efficace… »
Lise réfléchie un instant en pesant le pour et le contre.
« La priorité est de se débarrasser de ce gaz Ruzarde. Tu ne peux pas être plus empoisonné que tu ne l'es déjà, il va donc falloir s'y risquer dedans. »
Ruzarde lança un regard entendu à Lise.
« Bien, Ruzarde, attaque vive-attaque ! »
D'une vitesse prodigieuse, Ruzarde se lance en direction du grotadmorv et enchaine les salves, mais petit à petit elle commence à perdre en vitesse.
« C'est bon Ruzarde, reviens à mes côtés ! Est-ce le poison qui te ralentis ainsi ? Non attend, sur le sol c'est… » Elle plissa des yeux et remarqua des pièges de venin.
Le grotadmorv, bien qu'il ait dû subir les multiples assauts de la feunarde, en a profité pour lancer cette attaque qui agit sur les pokémon empoisonnés.
« Ce n'est pas normal… ce pokémon agi seul, il n'a pas de maître. Ce n'est pas une espèce réputée pour être très futé, et pourtant…le gaz, le harcèlement pour empêcher de fuir et maintenant ce piège qui baisse les capacités de Ruzarde…ce grotadmorv est vraiment intelligent. »
Malgré tout, les attaques de Ruzarde ont servi à déplacer l'air et donc le gaz.
« Maintenant Ruzarde, utilise ta plénitude et enchaîne avec l'attaque déflagration ! »
Le piège venin affaiblissant l'attaque spéciale, Lise pensa plus sage de rebooster cette dernière avec la plénitude.
Le grotadmorv se prépara à envoyer à nouveau un gaz toxik, mais Ruzarde le prit de vitesse et lui envoya sa déflagration.
Le monstre en feu, pousse des râles de douleurs.
« Tadmooorv ! »
C'est alors qu'il se met à briller, une lumière vive qui provenait de son corps et non des flammes. Lise, comprenant ce qu'il manigance, se dépêche de rappeler son pokémon.
« Le harcèlement a cessé, Ruzarde, reviens ! »
De justesse, la feunarde rentra dans l'honor ball et le grotadmorv explosa avec une grande violence.
« AAAAAH !
- PIKAAAA ! Lise et Laris sont projetés par le souffle de l'explosion. »
« Ça va Laris ?
- Pi, rassura Laris »
« Ce grotadmorv était peu ordinaire... Ruzarde a besoin de repos, nous allons devoir continuer sans son odorat. Pour qu'il y ait eu un tel obstacle je pense que l'on doit plus être très loin. Laris, je compte sur ton ouïe fine maintenant.
- Chu ! dit-il avec le plus grand sérieux. »
Les deux détectives avancent prudemment, mais sans non plus trainasser. Il y a en effet de forte chances que le Doc ait entendu l'explosion, portée par l'écho. Ils finissent par arriver à proximité d'une entrée d'où il émanait une faible lueur bleue.
[ Chapitres : 1 2 3 | Retour | Haut de page ]